T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort

Формат документа: pdf
Размер документа: 3.8 Мб




Прямая ссылка будет доступна
примерно через: 45 сек.



  • Сообщить о нарушении / Abuse
    Все документы на сайте взяты из открытых источников, которые размещаются пользователями. Приносим свои глубочайшие извинения, если Ваш документ был опубликован без Вашего на то согласия.

J.K. Rowling
H ARRY P OTTER
T OME 7
H ARRY P OTTER ET LES
R ELIQUES DE LA M ORT
( Harry Potter and the Deathly Hallows , 2007 )
Traduction de Jean-François Ménard

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 3 / 1250
L A
DÉDICACE
DE CE LIVRE
EST PARTAGÉE
EN SEPT :
POUR N EIL ,
POUR J ESSICA ,
POUR D AVID ,
POUR K ENZIE ,
POUR D I ,
POUR A NNE ,
ET POUR VOUS ,
SI VOUS AVEZ
SUIVI
H ARRY
JUSQU ’ À
LA TOUTE
FIN .

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 4 / 1250
Ô souffrance innée !
Malheur horrible, plaie ruisselante de sang !
Hélas ! Lamentable, insupportable affliction !
Hélas ! Douleur impossible à apaiser !
Mais c’est dans la maison
que se trouve le remède, il ne viendra pas d’ailleurs
mais d’elle-même
à travers une sanglante, une cruelle discorde.
Voici l’hymne adressé aux dieux souterrains.
Allons, entendez, dieux bienheureux des Enfers
cette prière et envoyez de bonne grâce un secours
à ces enfants pour que leur vienne la victoire.
Eschyle, Les Choéphores
La mort n’est que la traversée du monde
comme des amis traversent les mers. Car ils
doivent être présents, ceux qui aiment et vivent
dans l’omniprésent. Dans ce verre divin, ils nous
voient face à face et leur échange avec nous est
libre autant qu’il est pur. Tel est le réconfort des
amis dont, même si l’on peut dire qu’ils meurent,
l’amitié et la compagnie sont, dans le meilleur des
sens, toujours présentes parce qu’immortelles.
William Penn , Fruits de la solitude

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 5 / 1250
1
L’A SCENSION DU S EIGNEUR DES
T ÉNÈBRES
es deux hommes surgirent de nulle part, à
quelques mètres l’un de l’autre, sur le
chemin étroit éclairé par la lune. Pendant un
instant, ils restèrent parfaitement immobiles,
chacun pointant sa baguette magique sur la
poitrine de l’autre. Puis, lorsqu’ils se furent
reconnus, ils rangèrent leur baguette sous leur
cape et se mirent à marcher d’un pas vif dans la
même direction. L
— Des nouvelles ? demanda le plus grand des
deux.
— Excellentes, répondit Severus Rogue.
Le chemin était bordé à gauche par des mûriers
sauvages aux tiges basses et, à droite, par une
haute haie soigneusement taillée. Les longues
capes des deux hommes ondulaient autour de
leurs chevilles au rythme de leurs pas.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 6 / 1250
— J’ai cru que j’allais arriver en retard, dit
Yaxley, dont le visage taillé à coups de serpe
apparaissait et disparaissait sous les branches des
arbres qui masquaient par endroits la lueur de la
lune. C’était un peu plus difficile que je ne l’avais
pensé. Mais j’espère qu’il sera satisfait. Tu as l’air
sûr de toi. Tu penses que tu seras bien reçu ?
Rogue acquiesça d’un signe de tête mais ne
donna pas de détails. Ils tournèrent à droite, dans
une large allée qui s’éloignait du chemin. La haute
haie suivit la même courbe, s’étendant au loin,
par-delà l’impressionnant portail de fer forgé qui
barrait la route des deux hommes. Ni l’un ni
l’autre ne ralentit l’allure : sans un mot, ils
levèrent le bras gauche dans une sorte de salut et
traversèrent la grille comme si le métal sombre
n’était qu’un rideau de fumée.
Les rangées d’ifs étouffaient le son de leurs pas.
Il y eut un bruissement quelque part sur leur
droite : Yaxley tira à nouveau sa baguette qu’il
pointa par-dessus la tête de son compagnon mais
le bruit était dû à un paon, au plumage d’un blanc
immaculé, qui s’avançait d’un air majestueux au
sommet de la haie.
— Il ne se refuse jamais rien, Lucius. Des
paons…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 7 / 1250
Avec un petit ricanement, Yaxley remit la
baguette sous sa cape.
Tout au bout de l’allée, un élégant manoir se
dessina dans l’obscurité, des éclats de lumière se
reflétant au rez-de-chaussée dans les carreaux des
fenêtres à croisillons. Quelque part dans le parc
obscur, au-delà de la haie, on entendait le chant
d’une fontaine. Des graviers crissèrent sous leurs
semelles lorsque Rogue et Yaxley se hâtèrent en
direction de la porte qui pivota vers l’intérieur à
leur approche, bien qu’apparemment personne ne
l’eût ouverte.
Le hall d’entrée, faiblement éclairé, était vaste
et sa décoration somptueuse, avec un magnifique
tapis qui recouvrait en grande partie le sol de
pierre. Les portraits au teint pâle accrochés aux
murs suivirent des yeux les deux hommes qui
marchaient à grands pas. Rogue et Yaxley
s’arrêtèrent devant une lourde porte de bois qui
menait dans la pièce voisine. Ils hésitèrent un bref
instant puis Rogue tourna la poignée de bronze.
Le salon était rempli de visiteurs silencieux,
assis autour d’une longue table ouvragée. Les
meubles qui décoraient habituellement les lieux
avaient été repoussés en désordre contre les murs.
La pièce était éclairée par un feu qui ronflait dans

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 8 / 1250
la cheminée, sous un splendide manteau de
marbre surmonté d’un miroir au cadre doré.
Rogue et Yaxley s’attardèrent un moment sur le
seuil de la porte. Tandis qu’ils s’habituaient à la
faible lumière, un très étrange spectacle attira leur
regard : une silhouette humaine, apparemment
inconsciente, était suspendue au-dessus de la
table, la tête en bas, et tournait lentement sur elle-
même, comme si elle avait été accrochée par les
pieds à une corde invisible, son image se reflétant
dans le miroir et à la surface nue de la table vernie.
Aucune des personnes assises autour de cette
vision singulière n’y prêtait attention, à part un
jeune homme pâle qui se trouvait placé presque
au-dessous et ne pouvait s’empêcher de lever
régulièrement les yeux.
— Ah, Yaxley et Rogue, dit une voix claire au
timbre aigu qui provenait de l’extrémité de la
table. Vous avez failli être très en retard.
L’homme qui avait parlé était assis juste devant
la cheminée et il fut tout d’abord difficile pour les
deux nouveaux venus de distinguer autre chose
que les contours de sa silhouette. Mais à mesure
qu’ils approchèrent, ils virent briller dans la
pénombre un visage au crâne chauve, semblable à
une tête de serpent, avec ses deux fentes en guise
de narines et ses yeux rouges, luisants, aux

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 9 / 1250
pupilles verticales. Son teint était si pâle qu’il
semblait scintiller d’une lueur nacrée.
— Severus, ici, dit Voldemort en indiquant un
siège juste à sa droite. Yaxley… à côté de Dolohov.
Les deux hommes s’installèrent aux places qui
leur étaient désignées. La plupart des regards
suivirent Rogue et ce fut à lui que Voldemort
s’adressa le premier :
— Alors ?
— Maître, l’Ordre du Phénix a l’intention
d’emmener Harry Potter hors de la cachette où il
est actuellement en sûreté samedi prochain, à la
tombée du jour.
Cette déclaration suscita un intérêt manifeste
autour de la table : certains se raidirent, d’autres
s’agitèrent, tous observant Rogue et Voldemort.
— Samedi… à la tombée du jour, répéta
Voldemort.
Ses iris d’un rouge flamboyant fixèrent les yeux
noirs de Rogue avec une telle intensité que
plusieurs personnes détournèrent la tête,
craignant apparemment la brûlure de ce regard
féroce. Rogue, en revanche, dévisagea Voldemort
avec le plus grand calme. Au bout d’un certain
temps, la bouche sans lèvres du Seigneur des
Ténèbres s’étira en une sorte de sourire.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 10 / 1250
— Bien, très bien. Et cette information vient…
— De la source dont nous avons parlé, dit
Rogue.
— Maître.
Yaxley s’était penché en avant pour mieux voir
Voldemort et Rogue, à l’autre bout de la longue
table. Toutes les têtes se tournèrent vers lui.
— Maître, j’ai eu des informations différentes.
Yaxley attendit, mais comme Voldemort restait
silencieux, il poursuivit :
— Dawlish, l’Auror, a laissé entendre que Potter
ne serait pas transféré avant le 30, la veille de son
dix-septième anniversaire.
Rogue souriait.
— Selon ma source, il était question de nous
lancer sur une fausse piste. Ce doit être celle-ci.
Dawlish a dû subir sans aucun doute un sortilège
de Confusion. Ce ne serait pas la première fois. Il
est connu pour être influençable.
— Je vous assure, Maître, que Dawlish était
certain de ce qu’il avançait, répondit Yaxley.
— Bien sûr qu’il en était certain, s’il a été
ensorcelé, dit Rogue. Je puis t’assurer à toi,
Yaxley, que le Bureau des Aurors ne jouera plus
aucun rôle dans la protection de Harry Potter.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 11 / 1250
L’Ordre pense que nous avons infiltré le ministère.
— Pour une fois, l’Ordre a raison, pas vrai ? dit
un petit homme replet assis non loin de Yaxley.
Il eut un petit rire essoufflé qui suscita quelques
échos le long de la table.
Voldemort, pour sa part, ne riait pas. Son
regard s’était levé vers le corps qui tournait
lentement au-dessus d’eux et il semblait perdu
dans ses pensées.
— Maître, continua Yaxley, Dawlish pense que
tout un détachement d’Aurors sera envoyé pour
escorter ce garçon…
Voldemort leva une grande main blanchâtre et
Yaxley s’interrompit aussitôt, une lueur
d’amertume dans le regard lorsque Voldemort se
tourna à nouveau vers Rogue.
— Où vont-ils le cacher ?
— Chez l’un des membres de l’Ordre, répondit
Rogue. D’après ma source, l’endroit bénéficie de
toutes les protections que peuvent fournir
ensemble l’Ordre et le ministère. Je pense, Maître,
que nous n’aurons guère de chances de nous
emparer de lui une fois qu’il sera là-bas. À moins,
bien sûr, que le ministère ne soit tombé avant
samedi, ce qui nous permettrait de découvrir et
d’annuler suffisamment d’enchantements pour

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 12 / 1250
qu’il nous soit facile de détruire ceux qui restent.
— Eh bien, Yaxley ? lança Voldemort au bout de
la table, le feu de la cheminée scintillant
étrangement dans ses yeux rouges. Le ministère
sera-t-il tombé samedi prochain ?
À nouveau, toutes les têtes se tournèrent.
Yaxley redressa les épaules.
— Maître, j’ai de bonnes nouvelles à ce sujet.
J’ai réussi – avec bien des difficultés et après de
grands efforts – à soumettre Pius Thicknesse au
sortilège de l’Imperium.
L’annonce fit grande impression parmi ceux qui
étaient assis autour de lui. Dolohov, son voisin, un
homme au long visage tordu, lui donna une tape
dans le dos.
— C’est un début, dit Voldemort. Mais
Thicknesse n’est qu’un individu isolé. Pour que je
puisse agir, il faut que Scrimgeour soit entouré de
gens qui nous sont acquis. Si nous échouons dans
notre tentative d’éliminer le ministre, je serai
ramené loin en arrière.
— Oui, Maître, c’est vrai, mais comme vous le
savez, en tant que directeur du Département de la
justice magique, Thicknesse a de fréquents
contacts non seulement avec le ministre lui-même
mais aussi avec les directeurs de tous les autres

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 13 / 1250
départements du ministère. Maintenant que nous
exerçons notre contrôle sur un officiel de haut
rang, je pense qu’il nous sera facile de soumettre
les autres. Ils pourront ainsi travailler ensemble à
précipiter la chute de Scrimgeour.
— À condition que notre ami Thicknesse ne soit
pas démasqué avant que nous ayons converti les
autres, dit Voldemort. En tout cas, il me semble
peu probable que le ministère tombe en mon
pouvoir avant samedi prochain. Si le garçon reste
intouchable lorsqu’il sera parvenu à destination,
nous devrons nous occuper de lui pendant son
voyage.
— Nous disposons d’un avantage, Maître,
déclara Yaxley qui semblait décidé à recevoir sa
part d’approbation. Nous avons à présent
plusieurs personnes implantées au Département
des transports magiques. Si Potter transplane ou
utilise le réseau des cheminées, nous en serons
immédiatement avertis.
— Il ne fera ni l’un ni l’autre, répliqua Rogue.
L’Ordre évite tout moyen de transport contrôlé ou
organisé par le ministère. Ils se méfient de tout ce
qui est lié à cet endroit.
— Tant mieux, reprit Voldemort. Il sera donc
obligé de se déplacer à l’air libre. Beaucoup plus

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 14 / 1250
facile pour nous, de très loin.
Voldemort regarda une nouvelle fois le corps
qui tournait lentement sur lui-même tout en
poursuivant :
— Je m’occuperai du garçon moi-même. Trop
d’erreurs ont été commises au sujet de Harry
Potter. Je suis responsable de certaines d’entre
elles. Le fait que Potter soit toujours en vie est dû
beaucoup plus à mes erreurs qu’à ses triomphes.
Autour de la table, tout le monde observait
Voldemort avec appréhension, l’expression de
chacun – et de chacune – trahissant la crainte de
se voir reprocher l’existence trop longue de Harry
Potter. Voldemort, cependant, semblait parler plus
à, lui-même qu’à aucun d’entre eux, le visage
toujours levé vers le corps inconscient qui tournait
au-dessus de lui.
— J’ai fait preuve de négligence et c’est
pourquoi le hasard et la mauvaise fortune, qui
s’acharnent à détruire tout projet insuffisamment
préparé, ont fini par me mettre en échec. Mais j’ai
beaucoup appris, à présent. Je comprends
aujourd’hui des choses qui m’échappaient
auparavant. Je dois être celui qui tuera Harry
Potter et je le serai.
Comme pour répondre aux paroles qu’il venait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 15 / 1250
de prononcer, une plainte soudaine retentit, un cri
terrible, prolongé, de douleur et de désespoir.
Nombre de ceux qui étaient assis autour de la
table baissèrent les yeux, surpris, car le son
semblait provenir de sous leurs pieds.
— Queudver, dit Voldemort, de la même voix
calme et pensive, sans détacher les yeux du corps
suspendu, ne t’ai-je pas recommandé de faire taire
notre prisonnier ?
— Si, M … Maître, balbutia, vers le milieu de la
table, un petit homme assis tellement bas que sa
chaise, à première vue, paraissait vide.
Il se leva précipitamment et fila hors de la
pièce, ne laissant dans son sillage qu’un étrange
éclat argenté.
— Comme je le disais, poursuivit Voldemort,
qui posa à nouveau son regard sur ses fidèles
visiblement crispés, je comprends mieux les
choses, maintenant. Par exemple, il me faudra
emprunter la baguette de l’un d’entre vous pour
tuer Potter.
Une expression d’effarement apparut sur les
visages qui l’entouraient. Il aurait pu tout aussi
bien leur annoncer qu’il voulait leur emprunter un
bras.
— Pas de volontaires ? demanda Voldemort.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 16 / 1250
Voyons… Lucius, je ne vois pas pourquoi tu aurais
encore besoin d’une baguette magique.
Lucius Malefoy leva les yeux. À la lueur des
flammes, son teint semblait jaunâtre, cireux, ses
yeux enfoncés dans leurs orbites plongés dans
l’ombre. Lorsqu’il parla, sa voix était rauque.
— Maître ?
— Ta baguette, Lucius. J’exige que tu me
donnes ta baguette.
— Je…
Malefoy jeta un regard de côté à sa femme. Les
yeux fixés devant elle, elle était aussi pâle que lui,
ses longs cheveux blonds tombant le long de son
dos mais, sous la table, ses doigts minces se
refermèrent brièvement sur le poignet de son
mari. En sentant sa pression, Malefoy glissa la
main dans sa robe de sorcier, en retira sa baguette
et la fit passer à Voldemort qui l’examina
attentivement en la tenant devant ses yeux rouges.
— Qu’est-ce que c’est ?
— De l’orme, Maître, murmura Malefoy.
— Et à l’intérieur ?
— Du dragon… du ventricule de dragon.
— Très bien, dit Voldemort.
Il sortit sa propre baguette et compara leurs

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 17 / 1250
tailles respectives.
Lucius Malefoy fit un imperceptible
mouvement. Pendant une fraction de seconde, il
sembla s’attendre à recevoir la baguette magique
de Voldemort en échange de la sienne. Le geste
n’échappa pas à Voldemort dont les yeux
s’agrandirent avec une expression mauvaise.
— Te donner ma baguette, Lucius ? Ma
baguette ?
Quelques ricanements s’élevèrent dans
l’assemblée.
— Je t’ai accordé ta liberté, Lucius. N’est-ce pas
suffisant ? Mais j’ai cru remarquer que toi et ta
famille ne paraissez pas très heureux, ces temps-
ci… Y a-t-il quelque chose qui te déplaît dans ma
présence chez toi ?
— Non, rien… Rien du tout, Maître !
— Quel mensonge, Lucius…
On aurait dit que la voix douceâtre continuait
de siffler après que la bouche cruelle eut cessé tout
mouvement. Un ou deux sorciers eurent peine à
réprimer un frisson lorsque le sifflement
s’accentua. Quelque chose de lourd glissait par
terre, sous la table.
L’énorme serpent apparut et se hissa lentement
sur le fauteuil de Voldemort. Il s’éleva,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 18 / 1250
apparemment interminable, et s’installa sur les
épaules de son maître. Son cou avait l’épaisseur
d’une cuisse humaine, ses yeux, avec leur fente
verticale en guise de pupille, ne cillaient pas. D’un
air absent, Voldemort caressa la créature de ses
longs doigts fins, sans cesser de fixer Lucius
Malefoy.
— Pourquoi les Malefoy paraissent-ils si
malheureux de leur sort ? Mon retour, mon
ascension au pouvoir ne sont-ils pas ce qu’ils
prétendaient désirer depuis de si longues années ?
— Bien sûr, Maître, répondit Lucius Malefoy.
D’une main tremblante, il essuya la sueur qui
perlait au-dessus de sa lèvre.
— Nous le désirions… Nous le désirons.
À la gauche de Malefoy, sa femme hocha la tête
avec une étrange raideur, sans regarder Voldemort
et son serpent. À sa droite, son fils Drago, qui
observait le corps inerte suspendu au-dessus de
lui, jeta un bref coup d’œil en direction de
Voldemort puis détourna à nouveau la tête, terrifié
à l’idée que leurs regards se croisent.
— Maître, dit une femme brune assise vers le
milieu de la table, la voix serrée par l’émotion,
c’est un honneur de vous avoir ici, dans notre
maison de famille. Pour nous, il ne pourrait y avoir

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 19 / 1250
de plus grand plaisir.
Elle avait pris place à côté de sa sœur, aussi
différente qu’elle dans son apparence, avec ses
cheveux bruns et ses paupières lourdes, que dans
son maintien et son comportement. Alors que
Narcissa restait rigide et impassible, Bellatrix se
penchait vers Voldemort, car les mots seuls ne
suffisaient pas à exprimer son désir de proximité.
— Pas de plus grand plaisir, répéta Voldemort,
la tête légèrement inclinée de côté tandis qu’il la
regardait. Venant de ta part, cela signifie
beaucoup, Bellatrix.
Le visage de cette dernière s’empourpra, des
larmes de ravissement lui montèrent aux yeux.
— Mon Maître sait que je ne dis rien d’autre
que la vérité !
— Pas de plus grand plaisir… même comparé à
l’heureux événement qui, ai-je appris, s’est produit
cette semaine dans la famille ?
Elle le fixa, les lèvres entrouvertes, visiblement
déconcertée.
— J’ignore de quoi vous voulez parler, Maître.
— Je parle de ta nièce, Bellatrix. Et de la vôtre
aussi, Lucius et Narcissa. Elle vient de se marier
avec Remus Lupin, le loup-garou. Vous devez être
très fiers.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 20 / 1250
Il y eut dans toute l’assemblée une explosion de
rires sarcastiques. Certains, les plus nombreux, se
penchèrent en avant pour échanger des regards
réjouis, d’autres martelèrent la table de leurs
poings. L’énorme serpent, dérangé par le tumulte,
ouvrit grand sa gueule et siffla avec colère, mais
les Mangemorts ne l’entendirent pas, tout à leur
joie de voir humiliés Bellatrix et les Malefoy. Le
visage de Bellatrix, qui avait exprimé tant de
bonheur quelques instants auparavant, s’était
couvert de vilaines plaques rouges.
— Ce n’est pas notre nièce, Maître, s’écria-t-elle
au milieu du déferlement d’hilarité. Narcissa et
moi n’avons plus jamais accordé un regard à notre
sœur depuis qu’elle s’est mariée avec le Sang-de-
Bourbe. Cette sale gamine n’a rien à voir avec
nous, pas plus que la bête qu’elle a épousée.
— Qu’en dis-tu, Drago ? demanda Voldemort
dont les paroles, bien qu’il parlât à voix basse,
résonnèrent clairement parmi les sifflets et les
railleries. Accepterais-tu de garder leurs
louveteaux ?
Les éclats de rire redoublèrent. Drago Malefoy
lança un coup d’œil terrifié à son père qui
contemplait ses genoux, puis croisa le regard de sa
mère. Elle eut un hochement de tête presque

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 21 / 1250
imperceptible, avant de fixer à nouveau d’un air
impassible le mur qui lui faisait face.
— Ça suffit, dit Voldemort en caressant le
serpent furieux. Ça suffit.
Et les rires s’évanouirent aussitôt.
— De nombreux arbres généalogiques, parmi
ceux de nos plus anciennes familles, sont atteints
de maladie avec le temps, dit-il, tandis que
Bellatrix, haletante, posait sur lui un regard
implorant. Il faudrait élaguer le vôtre pour le
maintenir en bonne forme, ne croyez-vous pas ?
Couper les branches qui menacent la santé des
autres.
— Oui, Maître, murmura Bellatrix, les yeux à
nouveau baignés par des larmes de gratitude. À la
première occasion !
— Cette occasion vous sera donnée, assura
Voldemort. Dans votre famille, comme partout
dans le monde… nous arracherons le chancre qui
nous infecte jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le
sang authentique…
Voldemort leva la baguette magique de Lucius
Malefoy, la pointa droit sur la silhouette
suspendue qui tournait lentement au-dessus de la
table et lui imprima un minuscule mouvement. La
silhouette s’anima en poussant un gémissement et

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 22 / 1250
commença à se débattre contre ses liens invisibles.
— Reconnais-tu notre invitée, Severus ?
demanda Voldemort.
Rogue leva les yeux vers le visage qui lui
apparaissait en sens inverse. Tous les Mangemorts
regardaient à présent la prisonnière, comme si la
permission leur avait été donnée de manifester
leur curiosité. Tournant sur elle-même vers la
lumière que projetait le feu de la cheminée, la
femme dit d’une voix brisée, terrorisée :
— Severus ! Aide-moi !
— Oui, je la reconnais, répondit Rogue, et la
prisonnière continua de pivoter lentement.
— Et toi, Drago ? interrogea Voldemort, qui
caressait de sa main libre la tête du serpent.
Drago fit non d’un hochement de tête saccadé.
Maintenant que la femme avait repris conscience,
il semblait incapable de la regarder à nouveau.
— Tu n’aurais pas choisi sa classe, dit
Voldemort. Car pour ceux d’entre vous qui ne le
sauraient pas, nous recevons ce soir Charity
Burbage qui, jusqu’à une date récente, était
professeur à l’école de sorcellerie de Poudlard.
Des murmures d’assentiment s’élevèrent autour
de la table. Une femme aux épaules larges, le dos
voûté, les dents pointues, lança d’une petite voix

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 23 / 1250
caquetante :
— Oui… Le professeur Burbage enseignait aux
enfants de sorciers et de sorcières tout ce qu’il faut
savoir des Moldus… en leur expliquant qu’ils ne
sont pas très différents de nous…
L’un des Mangemorts cracha par terre. Charity
Burbage pivota une nouvelle fois vers Rogue.
— Severus… s’il te plaît… s’il te plaît.
— Silence, coupa Voldemort.
Il remua à nouveau d’un petit coup sec la
baguette de Malefoy et Charity se tut comme si on
l’avait bâillonnée :
— Non contente de polluer et de corrompre
l’esprit des jeunes sorciers, le professeur Burbage
a publié la semaine dernière dans La Gazette du
sorcier une défense passionnée des Sang-de-
Bourbe. Les sorciers, affirme-t-elle, doivent
accepter ces voleurs de leur savoir et de leurs
pouvoirs magiques. La diminution du nombre des
Sang-Pur est une tendance qu’elle estime
souhaitable… Elle voudrait nous marier tous à des
Moldus… ou, sans doute, à des loups-garous.
Cette fois, personne ne rit : il n’y avait aucune
équivoque dans la colère et le mépris qu’exprimait
la voix de Voldemort. Pour la troisième fois,
Charity Burbage pivota vers Rogue. Des larmes

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 24 / 1250
ruisselaient de ses yeux et coulaient dans ses
cheveux. Rogue l’observa, imperturbable, tandis
qu’elle continuait de tourner sur elle-même.
— Avada Kedavra !
L’éclair de lumière verte illumina les moindres
recoins de la pièce. Dans un fracas retentissant,
Charity s’effondra sur la table qui trembla et
craqua sous le choc. Assis sur leurs chaises,
plusieurs Mangemorts eurent un mouvement de
recul. Drago glissa de la sienne et tomba par terre.
— Le dîner est servi, Nagini, dit Voldemort
d’une voix douce.
Le grand serpent se dressa alors en oscillant
puis glissa des épaules de son maître vers la table
de bois verni.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 25 / 1250
2
I N MEMORIAM
arry saignait. Se tenant la main droite
avec la gauche, jurant à mi-voix, il ouvrit
la porte de sa chambre d’un coup d’épaule et
entendit un bruit de porcelaine brisée : il venait de
marcher sur une tasse de thé froid posée sur le sol,
à l’entrée de sa chambre. H
— Qu’est-ce que… ?
Il regarda autour de lui. Le palier du 4, Privet
Drive était désert. Peut-être la tasse de thé avait-
elle été placée là par Dudley qui pensait que ce
serait un bon piège. Tenant levée sa main qui
saignait, Harry ramassa de son autre main les
débris de porcelaine et les jeta dans la corbeille
déjà pleine, tout juste visible derrière la porte de
sa chambre. Puis il se précipita dans la salle de
bains pour passer son doigt sous l’eau.
Il était stupide, injustifié, extraordinairement
agaçant, qu’il doive encore attendre quatre jours

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 26 / 1250
avant d’avoir le droit de faire usage de magie…
Mais de toute façon, il devait bien admettre que
cette entaille aurait résisté à ses talents de sorcier.
Il n’avait jamais appris à soigner les blessures et
maintenant qu’il y pensait – surtout compte tenu
de ses projets immédiats –, il lui sembla qu’il
s’agissait d’une grave lacune dans son éducation
magique. Se promettant de demander à Hermione
comment s’y prendre, il se servit d’une longue
bande de papier hygiénique pour éponger du
mieux qu’il put le thé répandu par terre avant de
retourner dans sa chambre en claquant la porte
derrière lui.
Harry avait passé la matinée à vider
entièrement sa grosse valise pour la première fois
depuis qu’il l’avait remplie, six ans auparavant. Au
début de chaque année scolaire, il s’était contenté
d’enlever aux trois quarts la partie supérieure de
son contenu qu’il remplaçait ou adaptait en
fonction des besoins, laissant au fond une couche
de débris divers – vieilles plumes, yeux de
scarabées desséchés, chaussettes solitaires
devenues trop petites. Quelques minutes plus tôt,
il avait plongé le bras dans ce fouillis et avait
ressenti une douleur fulgurante à l’annulaire droit.
Quand il avait retiré sa main, son doigt ruisselait
de sang.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 27 / 1250
Il procéda alors avec un peu plus de prudence.
S’agenouillant à nouveau à côté de la grosse valise,
il tâtonna dans le fond et, après en avoir extrait un
vieux badge dont l’inscription luisait faiblement en
passant de VIVE CEDRIC DIGGORY À BAS
POTTER, un Scrutoscope usé et un médaillon d’or
dans lequel se trouvait un message signé R.A.B., il
finit par découvrir l’objet tranchant responsable
de sa blessure. Il le reconnut aussitôt. C’était un
fragment de cinq centimètres de longueur
provenant du miroir magique que Sirius, son
parrain disparu, lui avait offert. Harry le mit de
côté et continua de fouiller précautionneusement
au fond de sa valise pour chercher les autres
morceaux, mais il ne restait plus rien du dernier
cadeau de son parrain, à part du verre broyé qui
s’était collé à la dernière couche de débris comme
un gravier scintillant.
Harry se redressa et examina le morceau de
miroir responsable de sa coupure mais n’y vit rien
d’autre que le reflet de son œil vert et brillant qui
lui rendait son regard. Il posa le fragment sur La
Gazette du sorcier, arrivée le matin même, qu’il
avait laissée sur le lit sans l’avoir lue. Essayant de
refouler la vague soudaine de souvenirs
douloureux, les regrets et la nostalgie que la
découverte du miroir brisé avait fait naître, il

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 28 / 1250
s’attaqua au reste du bric-à-brac amassé dans la
valise.
Il lui fallut une heure de plus pour la vider
entièrement, jeter les objets inutiles et trier les
autres en piles séparées selon qu’il en aurait ou
non besoin désormais. Les robes de Quidditch et
celles qu’il portait à l’école, son chaudron, ses
parchemins, ses plumes et la plupart de ses livres
de classe furent entassés dans un coin où il
comptait les abandonner. Il se demandait ce que
son oncle et sa tante pourraient bien en faire. Sans
doute les brûler en pleine nuit, comme les traces
d’un crime effroyable. Ses vêtements de Moldu, sa
cape d’invisibilité, son nécessaire à potions,
certains livres, l’album de photos que Hagrid lui
avait un jour donné, une liasse de lettres et sa
baguette magique étaient à présent rangés dans un
vieux sac à dos. La carte du Maraudeur et le
médaillon contenant le mot signé R.A.B. se
trouvaient dans sa poche de poitrine. Cette place
d’honneur avait été accordée au médaillon non en
raison de sa valeur – dans tous les sens du terme,
il n’en possédait aucune – mais à cause du prix
qu’il avait fallu payer pour le découvrir.
Il n’y avait plus qu’une pile de journaux posée
sur son bureau, à côté d’Hedwige, sa chouette des
neiges : un pour chaque jour que Harry avait passé

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 29 / 1250
à Privet Drive au cours de cet été.
Toujours assis par terre, il se releva, s’étira et
s’avança vers son bureau. Hedwige ne bougea pas
tandis qu’il feuilletait les journaux, les jetant un à
un sur la pile de détritus. La chouette dormait, ou
faisait semblant. Elle était en colère contre Harry
qui ne la laissait pas sortir de sa cage assez
souvent à son goût.
À mesure qu’il approchait des derniers
journaux de la pile, Harry prit son temps. Il
cherchait en particulier un numéro arrivé peu
après son retour à Privet Drive, au début de l’été.
Il se souvenait d’avoir lu en première page une
brève annonce de la démission de Charity
Burbage, le professeur d’étude des Moldus à
Poudlard. Il trouva enfin le journal. L’ouvrant à la
page 10, il s’enfonça dans le fauteuil de son bureau
et relut l’article qui l’intéressait.
EN SOUVENIR D’ALBUS DUMBLEDORE
par Elphias Doge
J’ai rencontré Albus Dumbledore à l’âge de
onze ans, lors de notre premier jour à Poudlard.
La sympathie que nous avons éprouvée l’un pour
l’autre était due sans nul doute au fait que nous

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 30 / 1250
nous sentions tous deux des marginaux. J’avais
contracté la Dragoncelle peu avant mon arrivée
à l’école et bien que je ne fusse plus contagieux,
mon teint verdâtre et mon visage grêlé
n’incitaient guère à s’approcher de moi. À son
arrivée à Poudlard, Albus portait pour sa part le
fardeau d’une notoriété dont il se serait bien
passé. À peine un an plus tôt, Perceval, son père,
avait été condamné pour avoir attaqué trois
jeunes Moldus d’une manière particulièrement
sauvage, une affaire qui avait largement défrayé
la chronique.
Albus n’a jamais essayé de nier que son père
(qui devait mourir à Azkaban) avait bel et bien
commis ce crime. Au contraire lorsque j’ai trouvé
le courage de lui poser la question, il m’a assuré
qu’il savait son père coupable. Dumbledore
refusait de parler davantage de cette triste
affaire bien que beaucoup aient tenté de lui en
faire dire plus. En vérité, certains auraient
volontiers félicité son père d’avoir commis cette
action et présumaient qu’Albus, lui aussi, haïssait
les Moldus. Ils n’auraient pu commettre plus
grande erreur : comme tous ceux qui ont connu
Albus peuvent en témoigner, il n’a jamais
manifesté la moindre tendance anti-Moldus.
Mieux, son soutien sans faille aux droits des

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 31 / 1250
Moldus lui a valu de nombreuses inimitiés au
cours des années.
En quelques mois, cependant, la propre
renommée d’Albus éclipsa celle de son père. Au
terme de sa première année à Poudlard, il n’était
plus connu comme le fils d’un ennemi des Moldus,
mais comme rien de moins – ou de plus – que le
plus brillant élève qu’on eût jamais vu dans cette
école. Ceux d’entre nous qui avaient le privilège
de compter parmi ses amis bénéficiaient de son
exemple, sans parler de l’aide et des
encouragements qu’il nous prodiguait toujours
avec générosité. Plus tard, il me confia que, dès
cette époque, il avait su que son plus grand
plaisir serait d’enseigner.
Non seulement il remporta tous les prix
importants que décernait l’école mais il entretint
bientôt une correspondance régulière avec les
personnalités magiques les plus remarquables de
son temps, notamment Nicolas Flamel, le célèbre
alchimiste, Bathilda Tourdesac, l’historienne bien
connue, et Adalbert Lasornette, le théoricien de la
magie. Plusieurs de ses essais trouvèrent place
dans des publications savantes telles que Le
Mensuel de la métamorphose, Les Défis de
l’enchantement, et Pratique de la potion. La
future carrière de Dumbledore semblait promise

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 32 / 1250
à une ascension météorique et la seule question
qui demeurait était de savoir à quel moment il
deviendrait ministre de la Magie. Bien que, par la
suite, il ait été sur le point d’accepter la fonction,
il n’eut jamais d’ambitions ministérielles.
Trois ans après nos débuts à Poudlard,
Abelforth, le frère d’ Albus, arriva à son tour à
l’école. Ils ne se ressemblaient pas. Abelforth
n’était pas très attiré par les livres et il préférait
régler les disputes en recourant au duel plutôt
qu’à des arguments raisonnés. Il est totalement
faux, cependant, de suggérer, comme certains
l’ont fait, que les deux frères ne s’entendaient pas.
Leurs relations étaient aussi chaleureuses que
possible entre deux garçons de caractères aussi
différents. Pour être juste envers Abelforth, il faut
admettre que vivre dans l’ombre d’Albus n’était
pas une situation confortable. Se voir sans cesse
surpassé constituait un risque inévitable
lorsqu’on voulait être son ami et il ne pouvait en
être autrement pour un frère.
Quand Albus et moi avons quitté Poudlard,
nous avions l’intention d’entreprendre ensemble
un tour du monde, ce qui était alors traditionnel,
pour rencontrer des sorciers étrangers et
observer leurs pratiques, avant de suivre chacun
de notre côté nos carrières respectives.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 33 / 1250
Malheureusement, la tragédie s’en est mêlée. La
veille même de notre voyage, Kendra, la mère de
Dumbledore, mourait, laissant à son fils Albus le
rôle de chef de famille, seul capable de subvenir à
ses besoins. J’ai retardé mon départ afin de
rendre un dernier hommage à Kendra le jour de
ses funérailles puis je suis parti accomplir ce qui
deviendrait désormais un voyage solitaire. Avec
à sa charge un frère et une sœur plus jeunes, et
peu de ressources à sa disposition, il ne pouvait
être question qu’Albus m’accompagne.
Ce fut la période de notre vie où nous eûmes le
moins de contacts. J’écrivais à Albus en lui
racontant – avec peut-être un certain manque de
sensibilité à son égard – les merveilles de mon
voyage, depuis la Grèce, où j’avais échappé de
peu aux Chimères, jusqu’à l’Égypte, où j’avais
assisté à des expériences d’alchimie. Dans ses
lettres, il me disait peu de chose de sa vie
quotidienne, dont je devinais qu’elle devait être
d’une banalité désolante pour un sorcier aussi
brillant. Plongé dans mes propres aventures,
j’appris avec horreur que, vers la fin de mon
année de voyages, une autre tragédie avait
encore frappé les Dumbledore : la mort de sa
sœur Ariana.
Bien que, depuis longtemps, Ariana eût été de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 34 / 1250
santé délicate, ce nouveau coup, venant sitôt
après la perte de leur mère, eut un effet profond
sur les deux frères. Tous ceux qui étaient le plus
proches de lui – et je me flattais d’en faire partie
– s’accordaient à penser que la mort d’Ariana et
le sentiment de responsabilité personnelle qu’en
éprouvait Albus (même si, bien entendu, il était
exempt de toute culpabilité) l’avaient marqué à
jamais.
À mon retour, j’ai trouvé un jeune homme qui
avait subi des souffrances que connaissent
ordinairement des personnes beaucoup plus
âgées. Albus était plus réservé qu’avant,
beaucoup moins insouciant. Pour ajouter à son
malheur, la disparition d’Ariana, loin de
rapprocher Albus et Abelforth, les avait éloignés
l’un de l’autre. (Cette brouille devait prendre fin
avec le temps – des années plus tard, ils
rétablirent des relations qui, sans être intimes,
étaient sans nul doute cordiales.) À compter de
cette époque, il parla rarement de ses parents ou
d’Ariana et ses amis avaient appris à ne pas
prononcer leurs noms devant lui.
D’autres plumes que la mienne se chargeront
de relater ses triomphes ultérieurs. Les
innombrables contributions de Dumbledore à la
connaissance de la magie, notamment sa

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 35 / 1250
découverte des douze usages du sang de dragon,
bénéficieront aux générations futures, tout
comme la sagesse dont il sut faire preuve
pendant le temps où il assuma les fonctions de
président-sorcier du Magenmagot. On entend
dire, aujourd’hui encore, que jamais duel de
sorciers ne fut comparable à celui que se livrèrent
Dumbledore et Grindelwald en 1945. Ceux qui en
furent les témoins ont décrit la terreur,
l’admiration mêlée d’effroi qu’ils ressentirent en
voyant s’affronter ces deux mages
extraordinaires. Le triomphe de Dumbledore et
ses conséquences sur le monde de la sorcellerie
sont généralement considérés dans l’ histoire de la
magie comme un tournant aussi important que
l’adoption du Code international du secret
magique ou la chute de Celui-Dont-On-Ne-Doit-
Pas-Prononcer-Le-Nom.
Albus Dumbledore ne fut jamais orgueilleux ni
vaniteux. Il trouvait toujours quelque chose de
précieux en chacun, si insignifiant ou indigne
qu’il fût, et je suis convaincu que ses deuils
précoces ont développé en lui une très grande
humanité et une exceptionnelle compassion. Son
amitié me manquera plus que je ne saurais le
dire, mais la perte qui est la mienne n’est rien
comparée à celle que subit le monde de la magie.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 36 / 1250
Parmi tous les directeurs de Poudlard, on ne peut
douter qu’il a été le plus stimulant et le plus aimé.
Il est mort comme il a vécu : en œuvrant pour le
plus grand bien et toujours disposé, jusqu’à sa
dernière heure autant que le jour où je l’ai
rencontré, à tendre la main à un petit garçon
affligé de Dragoncelle.
Lorsqu’il eut terminé sa lecture, Harry s’attarda
sur l’image qui accompagnait la nécrologie.
Dumbledore arborait son habituel sourire
bienveillant mais, même sur une photo de journal,
son regard, par-dessus ses lunettes en demi-lune,
donnait à Harry l’impression qu’il le passait aux
rayons X. Sa tristesse se mêla d’un sentiment
d’humiliation.
Il pensait connaître bien Dumbledore mais,
après avoir lu l’article, il était forcé d’admettre
qu’il le connaissait à peine.
Jamais il n’avait songé à ce qu’avait pu être son
enfance ou sa jeunesse. C’était comme s’il était
soudain né à la vie tel qu’il l’avait toujours vu, âgé,
vénérable, les cheveux argentés. L’idée d’un
Dumbledore adolescent lui paraissait une
bizarrerie, comme imaginer une Hermione stupide
ou un Scroutt à pétard affectueux.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 37 / 1250
Il ne lui était jamais venu à l’esprit d’interroger
Dumbledore sur son passé. Cela eût paru étrange,
sans nul doute, impertinent même, mais après
tout, il était de notoriété publique que
Dumbledore avait pris part au duel légendaire
contre Grindelwald. Harry, pourtant, n’avait pas
pensé à lui demander d’en parler ni d’ailleurs
d’évoquer aucun des autres exploits célèbres qu’il
avait accomplis. Leurs conversations portaient
seulement sur Harry, le passé de Harry, l’avenir de
Harry, les projets de Harry… Et quels que soient
les dangers et les incertitudes qui pesaient sur cet
avenir, Harry sentait à présent qu’il avait manqué
des occasions uniques de demander à Dumbledore
d’en dire plus à son sujet, même si, à la seule
question personnelle qu’il lui eût jamais posée, le
directeur de Poudlard avait apporté une réponse
dont la sincérité lui semblait douteuse :
« Et vous, qu’est-ce que vous voyez quand vous
regardez le miroir ?
— Moi ? Je me vois avec une bonne paire de
chaussettes de laine à la main. »
Après quelques minutes de réflexion, Harry
découpa l’article de La Gazette, le plia
soigneusement et le rangea à l’intérieur du
premier tome de La Défense magique appliquée

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 38 / 1250
et son usage contre les forces du Mal. Puis il jeta
le reste du journal sur la pile de détritus et se
tourna vers le centre de la pièce. Elle était
beaucoup mieux ordonnée, à présent. Il ne restait
plus qu’à ranger La Gazette du jour, posée sur le
lit, et le morceau de miroir brisé.
Harry traversa la chambre, ôta de La Gazette le
fragment de miroir et déplia le quotidien. Le matin
même, un hibou lui avait apporté le journal qu’il
avait jeté sur le lit après avoir accordé un simple
coup d’œil à la manchette pour vérifier qu’on ne
parlait pas de Voldemort. Harry était persuadé que
le ministère faisait pression sur La Gazette pour
occulter toute nouvelle concernant le Seigneur des
Ténèbres. Ce fut donc en cet instant seulement
qu’il vit ce qui lui avait échappé.
En bas de page figurait un titre plus petit que la
manchette, au-dessus d’une photo représentant
Dumbledore marchant à grands pas d’un air
tourmenté :
DUMBLEDORE : ENFIN LA VÉRITÉ ?
À ne pas manquer la semaine prochaine :
l’histoire scandaleuse d’un génie imparfait que
beaucoup considèrent comme le plus grand
sorcier de sa génération. Brisant l’image
largement répandue du vieux sage à la barbe

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 39 / 1250
argentée et au visage serein, Rita Skeeter révèle
l’enfance perturbée, la jeunesse sans foi ni loi, les
querelles sans fin et les coupables secrets que
Dumbledore a emportés dans la tombe.
POURQUOI l’homme à qui on prédisait un avenir
de ministre s’est-il contenté de rester simple
directeur d’école ? Quel était le VÉRITABLE
objectif de l’organisation secrète connue sous le
nom d’Ordre du Phénix ? COMMENT
Dumbledore est-il vraiment mort ?
Les réponses à ces questions et à bien d’autres
sont largement examinées dans une nouvelle
biographie explosive : VIE ET MENSONGES
D’ALBUS DUMBLEDORE, par Rita Skeeter. Lire
en page 13 l’interview exclusive accordée à Betty
Braithwaite.
Harry ouvrit le journal d’un geste brutal qui
faillit déchirer le papier et trouva la page 13. Au-
dessus de l’article, une photo montrait un autre
visage familier : celui d’une femme aux lunettes
incrustées de pierreries, avec des cheveux blonds
soigneusement bouclés, les dents découvertes en
un sourire qu’elle voulait triomphant, et de longs
doigts qui ondulaient vers lui. S’efforçant de son
mieux de ne pas prêter attention à cette image

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 40 / 1250
nauséabonde, Harry lut l’interview.
Lorsqu’on la voit, Rita Skeeter paraît
beaucoup plus douce et chaleureuse que ne le
laisserait supposer la férocité de ses célèbres
portraits. Après m’avoir accueillie dans le hall de
sa coquette demeure, elle m’emmène droit dans la
cuisine pour m’offrir une tasse de thé, une
tranche de quatre-quarts et une fournée encore
brûlante de ses derniers potins.
« Bien sûr, dit-elle, Dumbledore est un sujet en
or pour un biographe. Une vie si longue, si bien
remplie ! Je suis sûre que mon livre ne sera que le
premier d’une longue, longue série. »
Sans nul doute, Skeeter n’a pas perdu de
temps. Son livre de neuf cents pages a été achevé
quatre semaines seulement après la mort
mystérieuse de Dumbledore, au mois de juin
dernier. Je lui demande comment elle a pu
réaliser cet exploit avec une telle rapidité.
« Oh, lorsqu’on a été journaliste aussi
longtemps que moi, travailler dans des délais
impossibles devient une seconde nature. Je savais
que le monde de la sorcellerie réclamait à grands
cris un récit détaillé de toute cette histoire et je
voulais être la première à répondre à cette

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 41 / 1250
exigence. »
Je mentionne alors les récents commentaires,
largement diffusés, d’Elphias Doge, conseiller
spécial auprès du Magenmagot et ami de longue
date d’Albus Dumbledore, selon lesquels « Le
livre de Skeeter contient moins de faits réels
qu’une carte de Chocogrenouille ».
Skeeter rejette la tête en arrière et éclate de
rire.
« Ce vieux Dodgy ! Je me souviens de l’avoir
interviewé il y a quelques années à propos des
droits des êtres de l’eau, le cher homme.
Complètement gâteux, il semblait penser que
nous étions assis au fond du lac Windermere et
me répétait sans cesse de faire attention aux
truites. »
Pourtant, les accusations d’inexactitude
lancées par Elphias Doge ont rencontré de
nombreux échos. Skeeter pense-t-elle vraiment
que quatre petites semaines soient suffisantes
pour obtenir une vue complète d’une existence
aussi longue et exceptionnelle que celle de
Dumbledore ?
« Ma chère amie, répond Skeeter, rayonnante,
en me tapotant affectueusement la main, vous
savez aussi bien que moi combien on peut

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 42 / 1250
rassembler d’informations grâce à un gros sac de
Gallions, un refus systématique de s’entendre dire
non et une bonne Plume à Papote bien aiguisée !
D’ailleurs, les gens faisaient la queue pour traîner
Dumbledore dans la boue. Vous savez, tout le
monde ne le trouvait pas si merveilleux que ça –
il a marché sur les pieds d’un bon nombre de gens
importants. Mais ce vieux Dodgy Doge ne devrait
pas monter sur ses grands hippogriffes, car j’ai
eu accès à une source pour laquelle la plupart des
journalistes seraient prêts à donner leur
baguette, quelqu’un qui n’a jamais parlé
publiquement jusqu’à maintenant et qui était
proche de Dumbledore au cours de la période la
plus agitée et la plus troublante de sa jeunesse. »
À en croire le battage suscité par la sortie
prochaine de la biographie de Skeeter, ceux qui
pensent que Dumbledore a mené une vie sans
tache doivent s’attendre à subir un choc. Je lui
demande quelles sont les plus grandes surprises
qu’elle nous révèle.
« Allons, Betty, répond-elle dans un grand
éclat de rire, je ne vais pas dévoiler les moments
forts du livre avant même que quiconque l’ait
acheté. Mais je peux vous promettre que tous ceux
qui sont encore convaincus que Dumbledore était
aussi blanc que sa barbe vont connaître un réveil

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 43 / 1250
douloureux ! Disons simplement que quand on
l’entendait tempêter contre Vous-Savez-Qui,
personne n’aurait pu songer un instant qu’il a lui-
même flirté avec les forces du Mal dans sa
jeunesse ! Et pour un sorcier qui a passé les
dernières années de sa vie à plaider en faveur de
la tolérance, on ne peut pas dire qu’il ait
manifesté la même largeur d’esprit lorsqu’il était
plus jeune ! Oui, le passé d’Albus Dumbledore est
extrêmement ténébreux, sans parler de sa famille
singulièrement douteuse, qu’il s’est tant efforcé de
passer sous silence. »
Je demande si Skeeter veut parler d’Abelforth,
le frère de Dumbledore, dont la condamnation
par le Magenmagot pour usage illicite de la
magie a causé un petit scandale il y a une
quinzaine d’années.
« Oh, Abelforth n’est que la partie visible du
tas de bouse, s’esclaffe Skeeter. Non, je parle de
choses bien pires qu’un frère qui aime bien jouer
avec les chèvres, pire encore qu’un père qui
mutile des Moldus – de toute façon, Dumbledore
ne pouvait les cacher, ils ont été poursuivis tous
les deux par le Magenmagot. Non, ce sont la mère
et la sœur qui m’intriguent et en creusant un peu,
j’ai découvert un véritable nid de saleté – mais,
comme je l’ai dit, vous devrez attendre d’avoir lu

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 44 / 1250
les chapitres neuf et douze de mon livre pour
connaître tous les détails. La seule chose que je
puisse affirmer pour le moment, c’est qu’on ne
saurait s’étonner que Dumbledore n’ait jamais
parlé de la raison pour laquelle il avait le nez
cassé. »
En dehors des squelettes dans les placards de
la famille, Skeeter nie-t-elle l’intelligence brillante
qui a conduit Dumbledore à faire ses nombreuses
découvertes dans le domaine de la magie ?
« Il était intelligent, c’est vrai, admet-elle, bien
qu’aujourd’hui beaucoup se demandent si on peut
lui reconnaître l’entière paternité de ses réussites
supposées. Comme je le révèle dans le chapitre
seize, Ivor Dillonsby prétend qu’il avait déjà
découvert huit usages du sang de dragon lorsque
Dumbledore lui a “ emprunté” ses papiers. »
Je me risque cependant à faire remarquer que
certains exploits accomplis par Dumbledore
demeurent incontestables. Notamment, sa
fameuse victoire sur Grindelwald.
« Oh, je suis contente que vous parliez de
Grindelwald, répond Skeeter avec un sourire qui
donne envie d’en savoir plus. J’ai bien peur que
ceux dont le regard s’embue dès qu’on évoque le
triomphe spectaculaire de Dumbledore doivent se

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 45 / 1250
préparer à une véritable bombe – et même une
Bombabouse. Il s’agit d’une très, très vilaine
affaire en vérité. Tout ce que je vous dirai, c’est
qu’on ne peut pas être si sûr que ce duel de
légende a vraiment eu lieu. Après avoir lu mon
livre, les gens seront peut-être forcés de conclure
que Grindelwald a simplement fait surgir un
mouchoir blanc au bout de sa baguette et s’est
rendu sans résistance ! »
Skeeter refuse d’ajouter quoi que ce soit sur
cette question très intrigante et nous évoquons
alors une relation bien particulière qui fascinera
certainement ses lecteurs plus que toute autre.
« Ah oui, répond Skeeter en hochant vivement
la tête. Je consacre un chapitre entier à cette
histoire entre Potter et Dumbledore. On a dit que
le lien qui s’est établi entre eux avait quelque
chose de malsain, et même de sinistre. Encore une
fois, vos lecteurs devront acheter mon livre pour
connaître tous les détails mais il ne fait aucun
doute que Dumbledore a manifesté depuis le
début un intérêt anormal pour Potter. Était-ce
vraiment la meilleure manière d’aider ce
garçon ? Nous verrons bien. Le fait que Potter ait
eu une adolescence des plus troublées n’est
évidemment pas un secret. »

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 46 / 1250
Je demande à Rita Skeeter si elle est restée en
contact avec Harry Potter dont elle a publié un si
célèbre interview l’année dernière : un entretien
capital dans lequel Potter exposait en exclusivité
sa conviction que Vous-Savez-Qui était revenu.
« Oh, oui, nous sommes devenus très proches,
répond-elle. Le malheureux Potter n’a pas
beaucoup de vrais amis et nous nous sommes
rencontrés à l’un des moments les plus
déterminants de sa vie : le Tournoi des Trois
Sorciers. Je suis sans doute l’une des rares
personnes vivantes qui puisse affirmer qu’elle
connaît le véritable Potter. »
Ce qui nous amène tout naturellement à parler
des rumeurs qui circulent à propos des dernières
heures de Dumbledore. Skeeter croit-elle que
Potter était là lorsque Dumbledore est mort ?
« Je ne veux pas en dire trop – tout est dans le
livre – mais des témoins oculaires, à l’intérieur de
Poudlard, ont vu Potter fuir le lieu du drame
quelques instants après que Dumbledore fut
tombé, eut sauté ou eut été poussé dans le vide.
Par la suite, Potter a accusé Severus Rogue, un
homme contre lequel il nourrit une rancune bien
connue. Les choses se sont-elles passées telles
qu’elles apparaissent ? Il appartient à la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 47 / 1250
communauté des sorciers d’en décider – une fois
qu’ils auront lu mon livre. »
C’est sur cette mystérieuse conclusion que je
prends congé. Le livre de Rita Skeeter est destiné
sans nul doute à devenir un bestseller immédiat.
En tout cas, les légions d’admirateurs de
Dumbledore ont toutes les raisons de trembler en
attendant les révélations qui seront bientôt faites
sur la vie de leur héros.
Harry était arrivé au bout de l’article mais il
continua de fixer la page d’un regard vide. Le
dégoût et la fureur montaient en lui comme un flot
de vomissures. Il chiffonna le journal et jeta de
toutes ses forces contre le mur la boule de papier
qui retomba sur le tas de débris amassés autour de
sa corbeille débordante.
Il se mit à faire machinalement les cent pas
autour de la pièce, ouvrant des tiroirs vides,
prenant des livres qu’il se contentait de reposer
sur la même pile, à peine conscient de ses gestes,
tandis que des fragments de l’interview de Rita
Skeeter résonnaient dans sa tête : « Un chapitre
entier à cette histoire entre Potter et
Dumbledore… On a dit que le lien qui s’est établi
entre eux avait quelque chose de malsain, et même

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 48 / 1250
de sinistre… Il a lui-même flirté avec les forces du
Mal dans sa jeunesse… J’ai eu accès à une source
pour laquelle la plupart des journalistes seraient
prêts à donner leur baguette…»
— Des mensonges ! hurla Harry.
Par la fenêtre, il vit le voisin d’à côté, qui s’était
arrêté pour remettre en route sa tondeuse à gazon,
lever les yeux d’un air inquiet.
Harry se laissa tomber brutalement sur le lit. Le
morceau du miroir brisé fut projeté un peu plus
loin. Il le prit et le fit tourner entre ses doigts en
pensant à Dumbledore et aux mensonges avec
lesquels Rita Skeeter salissait sa mémoire…
Il y eut alors un éclair d’un bleu étincelant.
Harry se figea, son doigt blessé glissant à nouveau
sur le bord brisé du miroir. C’était sans doute
l’effet de son imagination. Oui, sûrement. Il jeta
un coup d’œil par-dessus son épaule mais le mur
avait toujours la même couleur pêche écœurante
que la tante Pétunia avait choisie : il n’y avait rien
de bleu qui ait pu se refléter dans le miroir. Il
scruta à nouveau le fragment qu’il tenait à la main
et n’y vit rien d’autre que son œil vert et brillant
qui le regardait.
Son imagination l’avait trompé, il ne voyait pas
d’autre explication possible. Il avait imaginé cet

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 49 / 1250
éclair bleu parce qu’il pensait à la mort de son
directeur d’école. La seule chose certaine, c’était
que les yeux bleu vif d’Albus Dumbledore ne
poseraient plus jamais sur lui leur regard perçant.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 50 / 1250
3
L E DÉPART DES D URSLEY
e bruit de la porte d’entrée qui claquait
résonna dans l’escalier et une voix cria :L
— Ohé ! Toi !
Après avoir passé seize ans à s’entendre appeler
ainsi, Harry ne pouvait ignorer à qui son oncle
s’adressait. Il ne répondit pas tout de suite,
cependant. Il fixait toujours le fragment de miroir
dans lequel, pendant une fraction de seconde, il
avait cru voir l’œil de Dumbledore. Ce fut
seulement quand son oncle hurla : « TOI, LÀ-
HAUT ! » que Harry se releva lentement et se
dirigea vers la porte de sa chambre, s’arrêtant au
passage pour déposer le morceau de miroir brisé
dans le sac à dos rempli des affaires qu’il comptait
emporter.
— Tu as pris ton temps ! rugit Vernon Dursley
lorsque Harry apparut en haut de l’escalier. Viens
là, j’ai deux mots à te dire !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 51 / 1250
Harry descendit nonchalamment les marches,
les mains enfoncées dans les poches de son jean.
Dans le living-room, il trouva les trois Dursley
rassemblés, en tenue de voyage : l’oncle Vernon
portait un blouson à fermeture Éclair couleur
fauve, la tante Pétunia une veste saumon
impeccable, et Dudley, le cousin grand, blond et
fort de Harry, son blouson de cuir.
— Oui ? dit Harry.
— Assieds-toi ! répliqua l’oncle Vernon.
Harry haussa les sourcils.
— S’il te plaît, ajouta l’oncle Vernon avec une
légère grimace comme si le mot avait du mal à
passer dans sa gorge.
Harry s’assit. Il pensait savoir ce qui l’attendait.
Son oncle se mit à marcher de long en large, la
tante Pétunia et Dudley le suivant des yeux d’un
air inquiet. Enfin, son gros visage violacé plissé
par la concentration, l’oncle Vernon s’arrêta
devant Harry et parla :
— J’ai changé d’avis, dit-il.
— Quelle surprise, répondit Harry.
— Ne prends pas ce ton pour…, commença la
tante Pétunia d’une voix perçante mais Vernon
Dursley la fit taire d’un geste.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 52 / 1250
— Tout ça, ce sont des fariboles, dit l’oncle
Vernon, ses petits yeux porcins fixant Harry d’un
regard mauvais. C’est décidé, je n’y crois pas. Nous
ne bougerons pas d’ici, nous n’irons nulle part.
Harry observa son oncle et ressentit un
mélange d’amusement et d’exaspération. Depuis
quatre semaines, Vernon Dursley changeait d’avis
toutes les vingt-quatre heures, chargeant et
déchargeant la voiture, puis la chargeant à
nouveau chaque fois qu’il revenait sur sa décision.
Harry avait particulièrement apprécié le moment
où l’oncle Vernon, ignorant qu’entre-temps
Dudley avait ajouté ses haltères dans sa valise,
s’était effondré avec un rugissement de douleur et
un chapelet de jurons après avoir essayé de la
hisser dans le coffre.
— Selon toi, poursuivit Vernon Dursley, qui
recommençait à faire les cent pas dans le living-
room, nous sommes, Pétunia, Dudley et moi-
même, en grand danger. À cause de… à cause de…
— Certaines personnes « de mon espèce »,
acheva Harry.
— Eh bien, je n’y crois pas, répéta l’oncle
Vernon en s’arrêtant à nouveau devant Harry. J’ai
passé la moitié de la nuit à bien y réfléchir et je
suis convaincu qu’il s’agit d’une ruse pour nous

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 53 / 1250
prendre la maison.
— La maison ? s’étonna Harry. Quelle maison ?
— Cette maison ! hurla l’oncle Vernon d’une
voix aiguë, la veine de son front se mettant
soudain à palpiter. Notre maison ! Les prix de
l’immobilier montent en flèche dans le quartier !
Tu veux te débarrasser de nous, ensuite tu feras
abracadabra et avant qu’on ait compris ce qui se
passait, le titre de propriété sera à ton nom et…
— Tu es fou ou quoi ? s’exclama Harry. Une
ruse pour prendre cette maison ? Tu es donc aussi
bête que tu en as l’air ?
— Comment oses-tu… ? couina la tante Pétunia,
mais une fois de plus, Vernon l’interrompit d’un
geste de la main : les insultes sur son apparence
lui semblaient peu de chose comparées au danger
qu’il avait découvert.
— Au cas où tu l’aurais oublié, répliqua Harry,
j’ai déjà une maison que mon parrain m’a léguée.
Alors, pourquoi voudrais-je celle-ci ? À cause des
bons souvenirs ?
Il y eut un silence. Harry pensa que cet
argument avait réussi à impressionner son oncle.
— Tu prétends, reprit l’oncle Vernon en faisant
à nouveau les cent pas, que ce Lord Machin…
— Voldemort, coupa Harry d’un ton agacé, et

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 54 / 1250
nous en avons déjà parlé cent fois. Je ne prétends
rien, c’est un fait. Dumbledore vous l’a dit l’année
dernière, Kingsley aussi, et Mr Weasley…
Vernon Dursley voûta ses épaules d’un air
rageur et Harry devina que son oncle essayait de
chasser le souvenir de la visite impromptue que
deux vénérables sorciers lui avaient rendue
quelques jours après le début des vacances d’été.
L’apparition sur le seuil de la porte de Kingsley
Shacklebolt et d’Arthur Weasley avait constitué
une surprise très désagréable pour les Dursley.
Harry devait admettre qu’étant donné la façon
dont Mr Weasley avait un jour démoli le living-
room, il ne fallait pas s’attendre à ce que son
retour enchante l’oncle Vernon.
— Kingsley et Mr Weasley l’ont très bien
expliqué, poursuivit Harry, implacable. Dès que
j’aurai dix-sept ans, le sortilège de Protection qui
garantit ma sécurité sera brisé, ce qui vous
exposera autant que moi. L’Ordre est convaincu
que Voldemort vous prendra pour cible, soit pour
vous faire avouer sous la torture l’endroit où je me
cache, soit parce qu’il pensera que je viendrai à
votre secours s’il vous prend comme otages.
Harry croisa le regard de l’oncle Vernon. Il
savait qu’en cet instant, tous deux se demandaient

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 55 / 1250
la même chose. Puis l’oncle Vernon recommença à
arpenter la pièce et Harry reprit :
— Vous devez absolument vous cacher et
l’Ordre veut vous aider. On vous offre une solide
protection, la meilleure qui soit.
L’oncle Vernon ne répondit rien, continuant de
marcher de long en large. Au-dehors, le soleil
descendait sur les haies de troènes. La tondeuse à
gazon du voisin cala à nouveau.
— Je croyais qu’il existait un ministère de la
Magie ? dit brusquement Vernon Dursley.
— En effet, répondit Harry, surpris.
— Dans ce cas, pourquoi ne peut-il pas assurer
notre sécurité ? Il me semble que d’innocentes
victimes telles que nous, coupables de rien d’autre
que d’avoir recueilli un jeune homme traqué, sont
on ne peut plus qualifiées pour bénéficier d’une
protection gouvernementale !
Harry éclata de rire. Il ne pouvait s’en
empêcher. Il était tellement typique de l’oncle
Vernon de placer tous ses espoirs dans les
représentants de l’ordre établi, même au sein d’un
monde qui ne lui inspirait que méfiance et
mépris !
— Tu as entendu ce qu’ont dit Mr Weasley et
Kingsley, répliqua Harry. Nous pensons que le

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 56 / 1250
ministère a été infiltré.
L’oncle Vernon marcha jusqu’à la cheminée
puis revint en sens inverse, respirant si fort que sa
grosse moustache noire ondulait sous son souffle,
son visage toujours violacé par une extrême
concentration.
— Très bien, dit-il en s’immobilisant une
nouvelle fois devant Harry. Très bien, admettons,
par simple hypothèse, que nous acceptions cette
protection. Je ne vois pas pourquoi nous ne
pourrions pas avoir ce Kingsley avec nous.
Harry parvint, non sans mal, à ne pas lever les
yeux au ciel. Cette question avait déjà été abordée
une demi-douzaine de fois.
— Comme je vous l’ai souvent répété, répondit-
il, les dents serrées, Kingsley s’occupe de protéger
le Premier Moldu… je veux dire votre Premier
Ministre.
— Exactement… Puisqu’il est le meilleur !
s’exclama l’oncle Vernon en montrant l’écran
éteint de la télévision.
Lors d’une édition du journal télévisé, les
Dursley avaient vu Kingsley marcher discrètement
derrière le Premier Ministre moldu qui visitait un
hôpital. Cela, ajouté au fait que Kingsley avait le
don de s’habiller comme un Moldu – sans parler

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 57 / 1250
d’un petit quelque chose de rassurant dans sa voix
lente et grave –, avait amené les Dursley à lui
accorder une considération qu’ils refusaient aux
autres sorciers. Mais il est vrai qu’ils ne l’avaient
encore jamais vu avec son anneau à l’oreille.
— Désolé, il n’est pas libre, dit Harry. Hestia
Jones et Dedalus Diggle, en revanche, sont plus
que qualifiés pour cette tâche…
— Si au moins nous avions vu leur
curriculum…, commença l’oncle Vernon, mais
Harry perdit patience.
Se levant, il s’avança vers son oncle et montra à
son tour la télévision du doigt.
— Ces accidents ne sont pas des accidents – les
collisions, les explosions, les déraillements et tout
ce qui a pu se passer depuis le dernier journal
télévisé que nous avons vu. Des gens
disparaissent, meurent, et c’est lui qui en est
responsable. – Voldemort. Je te l’ai répété cent
fois, il tue des Moldus pour s’amuser. Même les
nappes de brouillard sont provoquées par des
Détraqueurs et si tu ne te souviens pas de ce qu’ils
sont, demande donc à ton fils !
D’un geste brusque, Dudley se couvrit la bouche
de ses mains. Voyant le regard de Harry et de ses
parents tourné vers lui, il baissa lentement les bras

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 58 / 1250
et demanda :
— Il y en a… encore d’autres ?
— D’autres ? s’esclaffa Harry. Tu veux dire
d’autres que les deux qui t’ont attaqué ? Bien sûr,
ils sont des centaines, peut-être des milliers, à
l’heure qu’il est, il suffit de voir comment ils se
repaissent de la terreur et du désespoir…
— D’accord, d’accord, tempêta Vernon Dursley.
Tu as été convaincant…
— J’espère bien, répliqua Harry, parce que
quand j’aurai dix-sept ans, tous ces êtres là – les
Mangemorts, les Détraqueurs, peut-être même les
Inferi, c’est-à-dire des cadavres ensorcelés par un
mage noir – pourront vous retrouver facilement et
s’attaqueront à vous. Si vous vous souvenez de ce
qui s’est passé la dernière fois que vous avez
essayé de vous opposer à des sorciers, vous
admettrez sans doute que vous avez besoin d’aide.
Il y eut un bref silence pendant lequel l’écho du
fracas qu’avait produit Hagrid en défonçant une
porte de bois sembla retentir par-delà les années.
La tante Pétunia regardait l’oncle Vernon. Dudley
fixait Harry. Enfin, l’oncle Vernon lança :
— Et mon travail ? Et l’école de Dudley ?
J’imagine que tout cela n’a pas d’importance aux
yeux d’une bande de sorciers fainéants…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 59 / 1250
— Tu ne comprends donc pas ? s’écria Harry.
Ils vont vous torturer comme ils ont torturé mes
parents !
— Papa, intervint Dudley d’une voix forte. Papa,
moi, je veux partir avec ces gens de l’Ordre.
— Dudley, dit Harry, pour la première fois de ta
vie, tu viens de faire preuve d’intelligence.
Il savait que le combat était gagné. Si Dudley
avait suffisamment peur pour accepter l’aide de
l’Ordre, ses parents lui emboîteraient le pas :
jamais ils ne supporteraient d’être séparés de leur
Duddlynouchet. Harry jeta un coup d’œil à la
pendule d’officier sur le manteau de la cheminée.
— Ils seront là dans cinq minutes environ, dit-
il.
Comme aucun des Dursley ne lui répondait, il
sortit de la pièce. La perspective de quitter – sans
doute pour toujours – sa tante, son oncle et son
cousin était de celles qu’il envisageait avec la plus
grande joie. Pourtant, il percevait une certaine
gêne dans l’atmosphère. Que devait-on se dire
après seize ans d’une aversion solide et
réciproque ?
De retour dans sa chambre, Harry farfouilla
machinalement dans son sac à dos et glissa une ou
deux noix Spécial-hibou à travers les barreaux de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 60 / 1250
la cage d’Hedwige. Elles tombèrent au fond avec
un petit bruit sourd mais la chouette n’y prêta
aucune attention.
— On s’en va bientôt, très bientôt, lui dit Harry.
Et tu pourras voler à nouveau.
La sonnette de la porte retentit. Harry hésita,
puis ressortit de la chambre et descendit
l’escalier : on ne pouvait quand même pas
demander à Hestia et à Dedalus de se débrouiller
tout seuls avec les Dursley.
— Harry Potter ! couina une petite voix
surexcitée dès que Harry eut ouvert la porte
d’entrée.
Un petit homme coiffé d’un chapeau haut de
forme mauve s’inclina très bas devant lui.
— Un honneur, comme toujours !
— Merci, Dedalus, répondit Harry, qui gratifia
Hestia, une sorcière à la chevelure brune, d’un
petit sourire embarrassé. C’est vraiment très gentil
à vous de vous charger de cela… Ma tante, mon
oncle et mon cousin sont là-bas…
— Bonjour à vous, la famille de Harry Potter !
s’exclama Dedalus d’un ton joyeux en s’avançant à
grands pas dans le living-room.
Les Dursley ne paraissaient guère apprécier
qu’on s’adresse à eux de cette manière. Harry

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 61 / 1250
s’attendait presque à ce que son oncle change
encore d’avis. À la vue du sorcier et de la sorcière,
Dudley se serra contre sa mère.
— Je vois que vos bagages sont prêts. Très
bien ! Comme Harry vous l’a dit, le plan est très
simple, poursuivit Dedalus en consultant une
immense montre de gousset qu’il venait de tirer de
son gilet. Nous partirons avant Harry. Compte
tenu des risques qu’il y aurait à faire usage de
magie dans votre maison – Harry n’étant pas
encore majeur, le ministère pourrait trouver là un
prétexte pour l’arrêter –, nous parcourrons une
quinzaine de kilomètres en voiture avant de
transplaner jusqu’à l’endroit que nous avons choisi
pour vous mettre en sûreté. Vous savez conduire,
je crois ? demanda-t-il poliment à l’oncle Vernon.
— Si je sais… Mais bien entendu, je sais même
sacrement bien conduire ! balbutia Vernon
Dursley.
— Vous êtes très habile, monsieur, très habile.
Moi-même, je serais complètement déboussolé,
avec tous ces boutons et ces manettes, répondit
Dedalus.
Il croyait ainsi flatter l’oncle Vernon mais,
visiblement, la confiance de ce dernier dans le
plan prévu diminuait à chaque mot que prononçait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 62 / 1250
le sorcier.
— Ne sait même pas conduire, marmonna-t-il
dans sa moustache frémissante d’indignation.
Fort heureusement, ni Dedalus, ni Hestia ne
semblaient l’avoir entendu.
— Vous, Harry, continua Dedalus, vous
attendrez ici votre garde rapprochée. Il y a eu un
petit changement d’organisation…
— Que voulez-vous dire ? s’inquiéta Harry. Je
croyais que Fol Œil devait venir me chercher et
m’accompagner par transplanage d’escorte ?
— Il ne peut pas, répondit simplement Hestia.
Fol Œil vous expliquera lui-même pourquoi.
Les Dursley, qui avaient écouté cet échange
avec des airs de totale incompréhension,
sursautèrent lorsqu’une voix sonore hurla :
« Dépêchez-vous ! » Harry jeta un coup d’œil
autour de la pièce avant de comprendre que la voix
provenait de la montre de Dedalus.
Dedalus la consulta avec un hochement de tête
approbateur et la remit dans son gilet.
— En effet, dit-il, il faut se dépêcher. Nous
avons un horaire très strict. Nous nous efforcerons
de faire coïncider votre départ de la maison avec le
transplanage de votre famille, Harry. Ainsi, le
sortilège de Protection prendra fin au moment où

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 63 / 1250
tout le monde sera en route vers une cachette sûre.
Il se tourna vers les Dursley.
— Vous êtes prêts à partir avec vos bagages ?
Personne ne répondit : l’oncle Vernon le
regardait toujours fixement, effaré par la bosse
que formait la montre dans le gilet de Dedalus.
— Nous devrions peut-être attendre dans le
hall, murmura Hestia.
De toute évidence, elle craignait de manquer de
tact en restant dans la pièce pendant que Harry et
les Dursley échangeraient des adieux émus, peut-
être même accompagnés de quelques larmes.
— Ce n’est pas nécessaire, grommela Harry.
L’oncle Vernon rendit inutile toute explication
supplémentaire en lançant d’une voix forte :
— Eh bien, voilà, adieu, mon garçon.
Il leva le bras droit pour serrer la main de
Harry mais, au dernier moment, il sembla
incapable d’un tel geste et se contenta de serrer le
poing en le balançant d’avant en arrière, à la
manière d’un métronome.
— Prêt, Duddy ? demanda la tante Pétunia qui
vérifiait la fermeture de son sac à main avec une
attention maniaque pour éviter de regarder Harry.
Dudley ne répondit pas. Il resta immobile, la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 64 / 1250
bouche légèrement entrouverte, et Harry eut un
peu l’impression de voir Graup le géant.
— Alors, allons-y, dit l’oncle Vernon.
Il avait déjà atteint la porte du living-room
lorsque Dudley marmonna :
— Je ne comprends pas.
— Qu’est-ce que tu ne comprends pas, Popkin ?
demanda la tante Pétunia en levant les yeux vers
son fils.
Dudley pointa sur Harry une grosse main en
forme de jambon.
— Pourquoi est-ce qu’il ne vient pas avec nous ?
L’oncle Vernon et la tante Pétunia se figèrent
sur place, dévisageant Dudley comme s’il venait
d’exprimer le désir de devenir danseuse de ballet.
— Quoi ? s’exclama l’oncle Vernon.
— Pourquoi est-ce qu’il ne vient pas avec nous ?
répéta Dudley.
— Eh bien, parce que… parce qu’il ne le veut
pas, répondit l’oncle Vernon.
Il se tourna vers Harry pour lui lancer un
regard noir et ajouta :
— Tu ne veux pas, n’est-ce pas ?
— Pas le moins du monde, assura Harry.
— Tu vois bien, reprit l’oncle Vernon à l’adresse

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 65 / 1250
de Dudley. Allez, maintenant, on s’en va.
Et il sortit de la pièce à grands pas. Ils
entendirent la porte d’entrée s’ouvrir mais Dudley
ne bougea pas et, après avoir fait quelques pas
hésitants, la tante Pétunia s’arrêta à son tour.
— Qu’y a-t-il, maintenant ? aboya l’oncle
Vernon en réapparaissant dans l’encadrement de
la porte.
Dudley semblait se débattre avec des concepts
trop complexes pour les traduire en mots. Après
quelques instants d’une lutte interne
apparemment douloureuse, il dit enfin :
— Mais où va-t-il ?
La tante Pétunia et l’oncle Vernon échangèrent
un regard. Visiblement, Dudley leur faisait peur.
Hestia Jones rompit le silence :
— Vous… Vous savez sûrement où va votre
neveu, non ? demanda-t-elle, déconcertée.
— Bien sûr que nous le savons, répliqua Vernon
Dursley. Il va partir avec des gens de votre espèce,
n’est-ce pas ? Allons, Dudley, installons-nous dans
la voiture, tu as entendu cet homme ? Nous
sommes pressés.
Vernon Dursley s’avança à nouveau jusqu’à la
porte d’entrée mais Dudley ne le suivit pas.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 66 / 1250
— Avec des gens de notre espèce ?
Hestia paraissait outrée. Harry avait déjà
observé des réactions semblables : des sorcières et
des sorciers qui semblaient stupéfaits que les
derniers membres vivants de sa famille proche
s’intéressent si peu au célèbre Harry Potter.
— Ce n’est pas grave, assura Harry.
Franchement, ça n’a aucune importance.
— Aucune importance ? répéta Hestia en
élevant la voix, le ton chargé de menace. Ces gens
ne se rendent donc pas compte de ce que vous avez
traversé ? Des dangers que vous courez ? De la
position unique que vous occupez dans les cœurs,
au sein du mouvement anti-Voldemort ?
— Heu… non, ils ne s’en rendent pas compte,
répondit Harry. En fait, ils pensent que je prends
inutilement de la place, mais j’y suis habitué…
— Je ne crois pas que tu prennes inutilement de
la place.
Si Harry n’avait pas vu remuer les lèvres de
Dudley, il n’en aurait sans doute pas cru ses
oreilles. Mais après avoir regardé fixement Dudley
pendant plusieurs secondes, il dut admettre que
c’était bien son cousin qui avait parlé ainsi.
D’ailleurs, Dudley était devenu écarlate. Harry lui-
même était stupéfait et un peu embarrassé.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 67 / 1250
— Eh bien, heu… Merci, Dudley.
À nouveau, Dudley sembla s’empêtrer dans des
pensées trop difficiles à formuler et il se contenta
de marmonner :
— Tu m’as sauvé la vie.
— Pas vraiment, dit Harry. C’était ton âme que
les Détraqueurs auraient prise…
Il observa son cousin avec curiosité. Ils
n’avaient eu pratiquement aucun contact au cours
de cet été ou de celui de l’année précédente, car
Harry n’était revenu que peu de temps à Privet
Drive et il était resté le plus souvent dans sa
chambre. Harry songeait à présent que la tasse de
thé froid sur laquelle il avait marché ce matin-là
n’avait peut-être rien d’un piège. Bien qu’il en fût
touché, il était cependant soulagé que Dudley ait
apparemment épuisé sa capacité à exprimer ses
sentiments. Après avoir ouvert la bouche à
nouveau une ou deux fois, son cousin se réfugia
dans un silence rouge de confusion.
La tante Pétunia fondit en larmes. Hestia Jones
la regarda d’un air approbateur qui se transforma
en une expression scandalisée lorsqu’elle la vit se
précipiter pour étreindre Dudley et non pas Harry.
— C’est si… si gentil, mon Duddy…, sanglota-t-
elle, la tête enfouie dans la poitrine massive de son

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 68 / 1250
fils. Qu… Quel adorable gar… çon… Di … Dire
merci…
— Mais il n’a pas du tout dit merci ! s’indigna
Hestia. Il a simplement dit qu’il ne pensait pas que
Harry prenait inutilement de la place !
— Oui, mais venant de Dudley, ça équivaut à
une déclaration d’amour, expliqua Harry.
Il était partagé entre l’agacement et l’envie de
rire tandis que la tante Pétunia continuait de
serrer Dudley contre elle comme s’il venait de
sauver Harry en l’arrachant d’une maison en
flammes.
— On y va, oui ou non ? rugit l’oncle Vernon en
apparaissant une fois de plus à la porte du living-
room. Je croyais que nous avions un horaire très
strict !
— En effet, en effet, dit Dedalus Diggle.
Il avait observé ces échanges d’un air abasourdi
et semblait à présent reprendre ses esprits.
— Nous devons vraiment partir, Harry…
Il s’avança d’un pas léger et serra la main de
Harry dans les siennes.
— Bonne chance. J’espère que nous nous
reverrons. Les espoirs du monde magique
reposent sur vos épaules.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 69 / 1250
— Ah…, dit Harry. Très bien. Merci.
— Adieu Harry, ajouta Hestia en lui serrant
également la main. Nos pensées vous
accompagnent.
— J’espère que tout ira bien, répondit Harry en
jetant un coup d’œil à la tante Pétunia et à Dudley.
— Oh, je suis sûr que nous deviendrons les
meilleurs amis du monde, assura Diggle d’un air
radieux.
Il quitta la pièce en agitant son chapeau et
Hestia lui emboîta le pas.
Dudley se dégagea doucement de l’étreinte de
sa mère et s’approcha de Harry qui dut réprimer
l’envie de le menacer d’un sortilège. Dudley tendit
alors sa grosse main rose.
— Ma parole, Dudley, dit Harry, sa voix
couvrant de nouveaux sanglots de la tante Pétunia,
les Détraqueurs t’auraient-ils insufflé une nouvelle
personnalité ?
— Sais pas, grommela Dudley. À un de ces
jours, Harry.
— Ouais…, répondit celui-ci en lui serrant la
main. Peut-être. Prends bien soin de toi, Big D .
Dudley esquissa un sourire puis sortit de la
pièce d’une démarche pesante. Harry entendit ses

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 70 / 1250
pas lourds dans l’allée de gravier et une portière de
voiture claqua.
La tante Pétunia, qui avait enfoui son visage
dans son mouchoir, se retourna en entendant le
bruit. Apparemment, elle ne s’était pas attendue à
se retrouver seule avec Harry. Elle fourra
précipitamment son mouchoir humide dans sa
poche et dit :
— Eh bien… Adieu.
Puis elle se dirigea vers la porte sans lui
accorder un regard.
— Adieu, répondit Harry.
Elle s’arrêta et se tourna vers lui. Pendant un
instant, Harry eut la très bizarre impression
qu’elle voulait lui dire quelque chose : elle lui jeta
un regard étrange, craintif, et sembla sur le point
de parler mais, avec un petit mouvement de tête,
elle fila soudain hors de la pièce pour rejoindre
son mari et son fils.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 71 / 1250
4
L ES SEPT P OTTER
arry remonta l’escalier quatre à quatre et
revint dans sa chambre juste à temps pour
voir par la fenêtre la voiture des Dursley tourner
au bout de l’allée et s’engager dans la rue. Le
chapeau haut de forme de Dedalus était visible
entre la tante Pétunia et Dudley, assis à l’arrière.
Arrivée à l’extrémité de Privet Drive, la voiture prit
à droite, ses vitres étincelant d’un reflet écarlate à
la lueur du soleil couchant. Enfin, elle disparut. H
Harry prit la cage d’Hedwige, son Éclair de feu
et son sac à dos. Il promena une dernière fois son
regard sur sa chambre anormalement bien rangée
puis, d’une démarche que ses bagages rendaient
malaisée, il redescendit dans le hall où il posa
cage, balai et sac à dos au pied de l’escalier. La
lumière du jour diminuait rapidement, les ombres
du crépuscule emplissant la pièce. Debout dans le
silence, il éprouvait une étrange sensation à la
pensée qu’il allait sortir de cette maison pour la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 72 / 1250
dernière fois. Des années plus tôt, lorsque les
Dursley le laissaient seul pour aller s’amuser au-
dehors, ses heures de solitude lui procuraient un
plaisir rare : faisant une simple halte devant le
réfrigérateur pour y prendre à la sauvette quelque
chose de bon, il se précipitait au premier étage et
allait jouer avec l’ordinateur de Dudley ou allumait
la télévision et s’en donnait à cœur joie, passant
toutes les chaînes en revue. L’évocation de ces
moments-là lui inspira un étrange sentiment de
vide. C’était comme s’il se souvenait d’un petit
frère disparu.
— Tu ne veux pas jeter un dernier coup d’œil à
la maison ? demanda-t-il à Hedwige qui continuait
de bouder, sa tête sous l’aile. Nous ne reviendrons
jamais ici. Tu ne veux pas te rappeler les bons
moments ? Regarde ce paillasson, par exemple.
Quels souvenirs… Dudley avait vomi dessus quand
je l’ai sauvé des Détraqueurs… Finalement, il m’en
a été reconnaissant, qui aurait pu croire ça ? Et
l’été dernier, Dumbledore a franchi cette porte…
Pendant un instant, Harry perdit le fil de ses
pensées et Hedwige ne fit rien pour l’aider à le
retrouver. Elle restait immobile, sa tête sous l’aile.
Harry tourna le dos à la porte d’entrée.
— Au début, Hedwige – Harry ouvrit une porte

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 73 / 1250
sous l’escalier –, c’était là-dedans que je dormais !
Tu ne me connaissais pas, à l’époque… Oh, nom de
nom, j’avais oublié à quel point c’était petit…
Harry contempla les chaussures et les
parapluies qui y étaient rangés et se rappela que,
chaque matin en se réveillant, il ouvrait les yeux
sur le dessous de l’escalier, agrémenté la plupart
du temps d’une ou deux araignées. À l’époque, il
ignorait encore sa véritable identité, il ne savait
pas comment ses parents étaient morts ni
pourquoi des choses si étranges se passaient
souvent autour de lui.
Harry se souvenait cependant des rêves qui,
déjà, le hantaient : des rêves confus, avec des
éclairs de lumière verte et même une fois – l’oncle
Vernon avait failli jeter la voiture dans le décor
quand Harry l’avait raconté – une moto volante.
Quelque part, à proximité, un rugissement
assourdissant retentit. Harry se redressa d’un
mouvement brusque et se cogna la tête contre le
linteau de la porte basse. Ne prenant que le temps
de proférer quelques-uns des jurons favoris de
l’oncle Vernon, il se dirigea vers la cuisine d’un pas
trébuchant en se tenant la tête, et regarda par la
fenêtre le jardin situé à l’arrière de la maison.
L’obscurité sembla onduler comme des vagues,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 74 / 1250
l’air lui-même frémissait. Puis, une à une, des
silhouettes apparurent à mesure que se dissipaient
les sortilèges de Désillusion. Dominant la scène,
Hagrid, équipé d’un casque et de lunettes de
motard, était assis à califourchon sur une énorme
moto à laquelle était attaché un side-car noir. Tout
autour de lui, des sorciers descendirent de leurs
balais, et même, pour deux d’entre eux, de
chevaux ailés, noirs et squelettiques.
Ouvrant à la volée la porte de derrière, Harry se
précipita vers eux. Il fut salué à grands cris tandis
qu’Hermione le serrait dans ses bras et que Ron
lui donnait de grandes tapes dans le dos.
— Ça va, Harry ? dit Hagrid. Prêt à prendre le
large ?
— Sans aucun doute, répondit-il en les
regardant tous d’un air rayonnant. Mais je ne
m’attendais pas à ce que vous soyez si nombreux.
— Changement de programme, grogna Fol Œil.
Il tenait dans ses mains deux énormes sacs
rebondis, son œil magique tournoyant entre le ciel
assombri, la maison, le jardin, avec une rapidité
qui donnait le vertige.
— Mettons-nous à l’abri avant qu’on ne
t’explique.
Harry les amena dans la cuisine où, riant et

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 75 / 1250
bavardant, ils s’installèrent sur les chaises,
s’assirent sur les plans de travail étincelants de la
tante Pétunia, s’adossèrent contre ses appareils
électroménagers aux surfaces immaculées. Ron,
avec sa longue silhouette dégingandée ; Hermione,
ses cheveux ébouriffés tirés en arrière et noués en
une longue tresse ; Fred et George, arborant le
même sourire ; Bill, couvert de terribles cicatrices
sous ses cheveux longs ; Mr Weasley, le visage
bienveillant, le crâne dégarni, les lunettes un peu
de travers ; Fol Œil, usé par les batailles, une
jambe en moins, son œil magique, bleu et brillant,
tourbillonnant dans son orbite ; Tonks, ses
cheveux courts d’un rose vif, sa couleur préférée ;
Lupin, de plus en plus grisonnant et ridé ; Fleur,
mince et belle, ses longs cheveux d’un blond
argenté ; Kingsley, chauve, noir, les épaules
larges ; Hagrid, la chevelure et la barbe hirsutes,
debout le dos voûté pour éviter de se cogner la tête
contre le plafond, et Mondingus Fletcher, petit,
sale, avec un air de chien battu, des yeux de basset
à la paupière tombante et des cheveux emmêlés.
En les voyant, Harry sentait son cœur rayonner, se
dilater de bonheur : il éprouvait pour chacun d’eux
une extraordinaire affection, même pour
Mondingus qu’il avait essayé d’étrangler lors de
leur dernière rencontre.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 76 / 1250
— Kingsley, je croyais que vous protégiez le
Premier Ministre ? lança Harry.
— Il peut se passer de moi pour une nuit,
répondit-il. Tu es plus important.
— Harry, devine un peu, dit Tonks, perchée sur
la machine à laver.
Elle agita la main vers lui : un anneau brillait à
son doigt.
— Vous vous êtes mariés ? s’écria Harry, son
regard passant de Lupin à elle.
— Je suis désolée que tu n’aies pas pu être là.
C’était très tranquille.
— C’est merveilleux, mes félici …
— Ça va, ça va, on aura du temps plus tard pour
les derniers potins ! grogna Maugrey, sa voix
dominant le brouhaha.
Le silence se fit aussitôt dans la cuisine. Fol Œil
laissa tomber les sacs à ses pieds et se tourna vers
Harry.
— Dedalus te l’a sans doute déjà dit, nous avons
dû abandonner le premier plan prévu. Pius
Thicknesse a changé de camp, ce qui nous pose un
gros problème. Il a interdit, sous peine de prison,
de connecter cette maison au réseau des
cheminées, d’y placer un Portoloin et d’y entrer ou

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 77 / 1250
d’en sortir par transplanage. Tout cela au nom de
ta protection, pour éviter que Tu-Sais-Qui puisse
t’atteindre. Totalement inutile étant donné que le
sortilège de ta mère te met déjà à l’abri. Son
véritable but était de t’empêcher de partir d’ici en
toute sécurité. Deuxième problème : tu n’es pas
majeur, ce qui signifie que tu as toujours la Trace
sur toi.
— Je ne…
— La Trace, la Trace ! répéta Fol Œil avec
impatience. Le sortilège qui détecte l’activité
magique autour des sorciers de moins de dix-sept
ans, c’est de cette façon que le ministère repère la
magie illégale chez les jeunes ! Si un sort est jeté
par toi ou par quelqu’un dans ton entourage,
Thicknesse le saura et les Mangemorts aussi. Nous
ne pouvons attendre que la Trace soit levée car,
dès que tu auras atteint l’âge de dix-sept ans, tu
perdras entièrement la protection que ta mère t’a
donnée. En bref : Pius Thicknesse pense qu’il t’a
bel et bien pris au piège.
Harry dut admettre que ce Thicknesse qu’il ne
connaissait pas avait en effet réussi à le coincer.
— Alors, qu’allons-nous faire ?
— Nous allons utiliser le dernier moyen de
transport qui nous reste, le seul que la Trace ne

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 78 / 1250
puisse détecter car nous n’avons pas besoin de
jeter de sort pour nous en servir : les balais, les
Sombrals et la moto de Hagrid.
Harry voyait des défauts dans ce plan, mais il
tint sa langue pour laisser à Fol Œil une chance
d’expliquer comment il comptait y remédier.
— Le sortilège protecteur de ta mère ne prendra
fin qu’à deux conditions : quand tu deviendras
majeur, ou – Maugrey désigna d’un geste large la
cuisine aussi impeccable qu’au premier jour –
lorsque tu cesseras de considérer cette maison
comme la tienne. Ce soir, tu vas te séparer de ton
oncle et de ta tante d’une manière définitive, c’est-
à-dire que tu n’habiteras plus jamais avec eux,
d’accord ?
Harry approuva d’un signe de tête.
— Par conséquent, cette fois-ci, quand tu
partiras, il n’y aura plus de retour possible et le
sortilège sera levé dès l’instant où tu auras quitté
son champ d’action. Nous avons donc pensé qu’il
valait mieux le lever plus tôt, sinon la seule autre
possibilité serait d’attendre que Tu-Sais-Qui
vienne te chercher au moment où tu atteindras tes
dix-sept ans. L’avantage dont nous bénéficions,
c’est que Tu-Sais-Qui ignore que nous partons ce
soir. Nous avons organisé une fausse fuite au

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 79 / 1250
ministère : ils pensent que tu ne quitteras pas la
maison avant le 30. Mais n’oublions pas que nous
avons affaire à Tu-Sais-Qui, nous ne pouvons donc
pas être sûrs qu’il se contentera de la date
annoncée. Il aura sans doute envoyé deux
Mangemorts patrouiller dans le ciel des environs,
au cas où. C’est pourquoi nous avons sélectionné
une douzaine d’autres maisons que nous avons
entourées de toutes les protections possibles.
Chacune d’elles peut apparaître comme l’endroit
prévu pour te cacher, elles sont toutes liées à
l’Ordre. Il y a ma maison, celle de Kingsley, celle
de Muriel, la tante de Molly… bref, tu vois l’idée
générale.
— Oui, répondit Harry, sans être entièrement
convaincu, car le plan lui paraissait comporter
encore une grosse lacune.
— Tu vas aller chez les parents de Tonks.
Quand tu seras à l’abri derrière les sortilèges que
nous avons jetés sur leur maison, tu pourras
utiliser un Portoloin pour rejoindre le Terrier. Des
questions ?
— Heu… oui, dit Harry. Peut-être qu’au début,
ils ne sauront pas quel est celui des douze endroits
protégés où je dois me rendre, mais quand ils
verront – il fit un rapide calcul mental – quatorze

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 80 / 1250
personnes voler vers la maison des parents de
Tonks, ma destination deviendra évidente.
— Ah, reprit Maugrey, j’ai oublié de te parler du
point essentiel. Les quatorze personnes ne vont
pas toutes aller chez les parents de Tonks. Ce soir,
il y aura sept Harry Potter dans le ciel, chacun
avec un compagnon de vol et chacun se dirigeant
vers une maison différente.
Maugrey sortit alors de sous sa cape un flacon
rempli d’une substance qui ressemblait à de la
boue. Il n’eut pas besoin d’ajouter un mot. Harry
comprit aussitôt le reste du plan.
— Non ! s’écria-t-il, sa voix résonnant dans
toute la cuisine. Pas question !
— Je les avais prévenus que tu réagirais comme
ça, dit Hermione en prenant un petit air supérieur.
— Si vous croyez que je vais laisser six
personnes risquer leur vie…
— Comme si c’était une nouveauté pour nous,
lança Ron.
— Prendre mon apparence, c’est très différent…
— Oh, tu sais, Harry, personne ici n’en a très
envie, dit Fred avec sérieux. Imagine que quelque
chose se passe mal et que nous soyons tous
condamnés à rester à jamais des petits imbéciles
binoclards et maigrichons.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 81 / 1250
Harry n’eut pas le moindre sourire.
— Vous ne pourrez pas y arriver si je ne coopère
pas. Il faudrait que je vous donne des cheveux.
— En effet, voilà qui démolit complètement
notre plan, dit George. Il est bien évident qu’il
nous sera impossible de te prendre des cheveux si
tu ne coopères pas.
— Ah oui, à treize contre un, et en plus
quelqu’un qui n’a pas le droit d’utiliser la magie,
nous n’avons aucune chance, remarqua Fred.
— Très drôle, répliqua Harry. Vraiment très
amusant.
— S’il faut recourir à la force, nous le ferons,
grogna Maugrey.
Son œil magique trembla légèrement dans son
orbite tandis qu’il fixait Harry d’un air menaçant.
— Tout le monde ici est un sorcier à part
entière, Potter, et nous sommes tous prêts à
prendre le risque.
Mondingus haussa les épaules et fit une
grimace. L’œil magique de Maugrey pivota sur le
côté de sa tête et lui lança un regard féroce.
— Arrêtons de discuter. Le temps passe. Il me
faut quelques-uns de tes cheveux, mon garçon, et
tout de suite.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 82 / 1250
— Mais c’est de la folie, il est inutile de…
— Inutile ! gronda Maugrey. Alors que Tu-Sais-
Qui est à l’affût avec la moitié du ministère à ses
côtés ? Potter, si nous avons de la chance, il aura
gobé notre fausse piste et préparera une
embuscade pour le 30, mais il serait fou s’il n’avait
pas posté un ou deux Mangemorts en observation.
Moi, c’est ce que je ferais. Ils ne peuvent peut-être
pas s’approcher de toi ou de cette maison tant que
le sortilège de ta mère reste actif, mais il ne va pas
tarder à prendre fin et ils savent en gros dans quel
périmètre te trouver. Notre seule chance, c’est
d’utiliser des leurres. Même Tu-Sais-Qui ne peut
pas se séparer en sept.
Harry croisa le regard d’Hermione et détourna
aussitôt les yeux.
— Alors, Potter… tu me les donnes, ces cheveux,
s’il te plaît ?
Harry jeta un coup d’œil à Ron. Celui-ci lui
adressa une grimace qui signifiait : « Fais-le et
c’est tout. »
— Tout de suite ! aboya Maugrey.
Les regards des autres rivés sur lui, Harry leva
la main, attrapa une mèche de ses cheveux et tira.
— Bien, dit Maugrey.
Il s’avança vers lui de son pas claudicant et

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 83 / 1250
déboucha le flacon de potion.
— Mets-les là-dedans, si tu veux bien.
Harry laissa tomber ses cheveux dans le liquide
boueux. Dès qu’ils entrèrent en contact avec sa
surface, la potion se mit à mousser et à fumer puis,
tout à coup, elle prit une couleur dorée, claire et
brillante.
— Oh, Harry, tu as l’air d’avoir bien meilleur
goût que Crabbe et Goyle, dit Hermione.
Puis elle vit Ron hausser les sourcils et ajouta
en rougissant légèrement :
— Tu comprends bien ce que je veux dire. La
potion de Goyle ressemblait à de la morve.
— Bon, alors, les faux Potter en file indienne,
s’il vous plaît, dit Maugrey.
Ron, Hermione, Fred, George et Fleur
s’alignèrent devant l’évier scintillant de la tante
Pétunia.
— Il en manque un, remarqua Lupin.
— Ici, lança Hagrid d’un ton brusque.
Il souleva Mondingus par la peau du cou et le
reposa à côté de Fleur qui fronça le nez d’un air
éloquent et changea de place pour se mettre entre
Fred et George.
— J’vouzavédit que j’aurais préféré être garde

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 84 / 1250
du corps, grommela Mondingus.
— Ferme-la, grogna Maugrey. Comme je te l’ai
déjà expliqué, misérable petit mollusque, si nous
tombons sur des Mangemorts, ils chercheront à
capturer Potter, pas à le tuer. Dumbledore a
toujours répété que Tu-Sais-Qui voulait en finir
lui-même avec Potter. Ce sont les gardes du corps
qui ont le plus à s’inquiéter, les Mangemorts
essaieront sûrement de les tuer.
Mondingus ne parut pas particulièrement
rassuré, mais Maugrey sortait déjà de sous sa cape
une demi-douzaine de verres de la taille d’un
coquetier qu’il distribua avant de verser un peu de
Polynectar dans chacun d’eux.
— Maintenant, tous ensemble…
Ron, Hermione, Fred, George, Fleur et
Mondingus burent leur verre d’un coup. Ils eurent
tous un haut-le-cœur accompagné d’une grimace
lorsque la potion leur descendit dans la gorge.
Aussitôt, la peau de leur visage se couvrit de
cloques et leurs traits commencèrent à se
déformer comme de la cire chaude. Hermione et
Mondingus grandirent brusquement ; Ron, Fred et
George se ratatinèrent ; leurs cheveux
s’assombrirent, ceux d’Hermione et de Fleur se
rétractant dans leur crâne.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 85 / 1250
Indifférent à ces transformations, Maugrey
était occupé à dénouer les cordons des deux sacs
qu’il avait apportés : lorsqu’il se redressa, une
demi-douzaine de Harry Potter étaient alignés
devant lui, hoquetant et haletant.
Fred et George se tournèrent l’un vers l’autre et
s’écrièrent d’une même voix :
— Ça alors… On est exactement pareils !
— À la réflexion, je ne sais pas, reprit Fred qui
examinait son reflet dans la bouilloire. Je crois que
c’est toujours moi le plus beau.
— Oh, là, là ! s’exclama Fleur en se contemplant
dans la porte du micro-ondes, Bill, ne me regarde
pas, c’est fou ce que je peux être horrible !
— Pour ceux dont les vêtements sont un peu
amples, j’en ai de plus petits, annonça Maugrey en
indiquant le premier sac, et vice versa. N’oubliez
pas les lunettes, il y en a six paires dans la poche
latérale. Quand vous serez habillés, vous trouverez
des bagages dans l’autre sac.
Le vrai Harry songea qu’il n’avait jamais vu
dans sa vie un spectacle aussi bizarre et pourtant,
il était habitué aux choses les plus étranges. Il
regarda ses six doubles fouiller dans les sacs, en
sortir des vêtements, mettre des lunettes, ranger
leurs propres affaires. Lorsqu’ils se déshabillèrent

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 86 / 1250
en toute impudeur, beaucoup plus à l’aise en
dévoilant son corps qu’ils ne l’auraient été en
montrant le leur, il eut envie de leur demander un
peu plus de respect pour son intimité.
— Je savais que Ginny mentait à propos de ce
tatouage, dit Ron en regardant sa poitrine nue.
— Harry, tu as une vue vraiment épouvantable,
commenta Hermione en mettant des lunettes.
Une fois habillés, les faux Harry prirent dans le
deuxième sac des sacs à dos et des cages à hibou
dont chacune contenait une chouette des neiges
empaillée.
— Bien, dit Maugrey lorsqu’il se trouva devant
sept Harry vêtus à l’identique, portant lunettes et
chargés de bagages. Vous partirez deux par deux
dans l’ordre suivant : Mondingus voyagera avec
moi sur un balai…
— Pourquoi avec toi ? ronchonna le Harry qui
se tenait près de la porte de derrière.
— Parce que tu es celui qu’il faut surveiller,
grogna Maugrey, et son œil magique ne trembla
pas lorsqu’il fixa Mondingus. Arthur et Fred…,
poursuivit-il.
— Moi, c’est George, rectifia celui des jumeaux
que désignait Maugrey. Tu n’es même pas capable
de nous distinguer l’un de l’autre quand nous

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 87 / 1250
sommes Harry ?
— Désolé, George…
— Je me payais ta baguette, en fait, je suis
Fred…
— Ça suffit, on n’a pas de temps à perdre !
gronda Maugrey. L’autre… George ou Fred, ou je
ne sais qui, tu es avec Remus. Miss Delacour…
— Je prends Fleur avec moi sur un Sombral,
coupa Bill. Elle n’aime pas trop les balais.
Fleur vint se placer à côté de lui et lui adressa
un regard mièvre et soumis, dont Harry espérait
de tout son cœur qu’il n’apparaîtrait jamais plus
sur son visage.
— Miss Granger avec Kingsley, également sur
un Sombral…
Hermione sembla rassurée en rendant à
Kingsley son sourire. Harry savait qu’Hermione
aussi était mal à l’aise sur un balai.
— Ce qui te laisse avec moi, Ron ! dit Tonks
d’un ton joyeux en lui adressant un signe de la
main qui renversa au passage un arbre à tasses.
Ron n’eut pas l’air aussi satisfait qu’Hermione.
— Et toi, tu viens avec moi, Harry. Ça te va ?
lança Hagrid qui paraissait un peu anxieux. Nous
prendrons la moto, je suis trop lourd pour les

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 88 / 1250
balais et les Sombrals, tu comprends ? Et comme il
n’y aura pas beaucoup de place sur la selle une fois
que je serai dessus, tu voyageras dans le side-car.
— C’est parfait, répondit Harry, sans être
vraiment sincère.
— Nous pensons que les Mangemorts
s’attendent à te voir sur un balai, expliqua
Maugrey, qui semblait deviner les pensées de
Harry. Rogue a eu le temps de leur raconter tout
ce qu’il n’avait encore jamais dit à ton sujet et
donc, si nous tombons sur des Mangemorts, il y a
fort à parier qu’ils choisiront l’un des Potter qui
paraissent le plus à l’aise sur un balai.
Il referma le sac qui contenait les vêtements des
faux-Potter et s’avança le premier vers la porte de
derrière.
— Bien, à présent, j’estime que nous pourrons
partir dans trois minutes, poursuivit-il. Pas besoin
de verrouiller la porte, ça n’empêcherait pas les
Mangemorts d’entrer quand ils viendront voir ici…
Allons-y…
Harry se hâta de retourner dans le hall pour y
prendre son sac à dos, son Éclair de feu et la cage
d’Hedwige avant de rejoindre les autres dans le
jardin obscur. De tous côtés des balais sautaient
dans les mains de leurs propriétaires. Avec le

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 89 / 1250
secours de Kingsley, Hermione avait déjà grimpé
sur un grand Sombral noir et Bill avait aidé Fleur à
monter sur l’autre. Hagrid, debout à côté de la
moto, avait mis ses lunettes de motard et se tenait
prêt.
— C’est celle-ci ? La moto de Sirius ?
— Elle-même, répondit Hagrid, rayonnant, en
baissant les yeux vers Harry. Et la dernière fois
que tu es monté dessus, Harry, tu tenais dans le
creux de ma main !
Harry ne put s’empêcher de se sentir un peu
humilié lorsqu’il s’installa dans le side-car. Il se
trouvait à plusieurs dizaines de centimètres au-
dessous des autres : Ron eut un petit sourire
moqueur en le voyant assis là comme un enfant
dans une auto tamponneuse. Harry fourra son sac
à dos et son balai à ses pieds et parvint à caler la
cage d’Hedwige entre ses genoux. Sa position était
extrêmement inconfortable.
— Arthur l’a bricolée un peu, dit Hagrid, sans se
douter de l’inconfort dont souffrait son passager.
Lui-même s’assit sur la moto qui grinça
légèrement et s’enfonça de quelques centimètres
dans le sol.
— Il y a deux ou trois nouveaux trucs
commandés depuis le guidon. Celui-là, c’est une

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 90 / 1250
idée à moi.
Il montra d’un doigt épais un bouton violet,
près du compteur de vitesse.
— Attention, Hagrid, dit Mr Weasley qui se
tenait à côté d’eux, les mains sur son balai. Je ne
suis toujours pas convaincu que ce soit une bonne
idée et, en tout cas, cela ne doit servir qu’en cas
d’urgence.
— Bon, alors, dit Maugrey, préparez-vous, s’il
vous plaît. Je veux que nous partions tous
exactement au même moment, sinon la diversion
ne servira à rien.
Tout le monde enfourcha son balai.
— Tiens-toi bien, Ron, dit Tonks.
Harry vit Ron jeter furtivement un regard
coupable en direction de Lupin avant de prendre
Tonks par la taille. Hagrid fit démarrer la moto
d’un coup de kick : elle rugit comme un dragon et
le side-car se mit à vibrer.
— Bonne chance à tous, cria Maugrey. On se
retrouve au Terrier dans une heure environ.
Attention, à trois. Un… Deux… TROIS.
La moto produisit un grondement sonore et
Harry sentit le side-car faire un terrible bond en
avant. Il s’élevait très vite dans les airs, ses yeux
s’humectant légèrement, ses cheveux rejetés en

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 91 / 1250
arrière. Autour de lui, les balais prenaient eux
aussi de l’altitude. La longue queue noire d’un
Sombral fila à côté d’eux. Les jambes de Harry,
coincées entre son sac à dos et la cage d’Hedwige,
étaient déjà douloureuses et commençaient à
s’engourdir. Il était si mal installé qu’il faillit
oublier de jeter un dernier coup d’œil au
numéro 4, Privet Drive. Lorsqu’il regarda par-
dessus le bord du side-car, il ne pouvait déjà plus
reconnaître la maison parmi les autres. Ils
montaient de plus en plus haut dans le ciel…
Puis soudain, surgissant de rien et de nulle
part, une trentaine de silhouettes
encapuchonnées, suspendues dans les airs, les
cernèrent entièrement, formant un vaste cercle au
milieu duquel les membres de l’Ordre s’étaient
élancés, inconscients du danger…
Des cris, des éclats de lumière verte de tous
côtés : Hagrid poussa un hurlement et la moto se
retourna. Harry ne savait plus où ils étaient, les
lumières des réverbères brillaient au-dessus de sa
tête, des clameurs retentissaient autour de lui, il se
cramponnait de toutes ses forces au side-car. La
cage d’Hedwige, l’Éclair de feu et son sac à dos
glissèrent d’entre ses genoux…
— Non ! HEDWIGE !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 92 / 1250
Le balai tournoyait déjà vers la terre, mais il
parvint à saisir la sangle de son sac à dos et la
poignée de la cage tandis que la moto pivotait à
nouveau dans le bon sens. Il eut une seconde de
répit puis un autre éclair de lumière verte jaillit.
La chouette poussa un cri perçant et tomba sur le
plancher de la cage.
— Non… NON !
La moto fonça tout droit. Harry vit des
Mangemorts aux visages recouverts de capuchons
se disperser sur le passage de Hagrid qui brisa
brutalement leur cercle.
— Hedwige… Hedwige…
Mais la chouette était étendue, immobile, sur le
plancher de la cage, tel un jouet pitoyable. Il
n’arrivait pas à y croire et la peur qu’il éprouvait
pour les autres fut à son comble. Il regarda par-
dessus son épaule et vit une masse de gens voler
en tous sens, d’autres jets de lumière verte, quatre
sorciers, assis deux par deux sur leurs balais, qui
s’élevaient au loin sans qu’il puisse dire de qui il
s’agissait…
— Hagrid, il faut revenir, il faut absolument
revenir ! hurla-t-il, essayant de couvrir le
vrombissement du moteur qui résonnait comme
un tonnerre.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 93 / 1250
Il sortit sa baguette magique et glissa la cage
d’Hedwige à l’intérieur du side-car, refusant
d’admettre qu’elle était morte.
— Hagrid, FAITES DEMI-TOUR !
— Mon travail, c’est de t’amener là-bas sain et
sauf, Harry ! vociféra Hagrid et il mit les gaz à
fond.
— Stop… STOP ! cria Harry.
Mais comme il regardait à nouveau derrière lui,
deux jets de lumière verte passèrent tout près de
son oreille gauche : quatre Mangemorts s’étaient
détachés du cercle et les poursuivaient, visant le
dos aux larges épaules de Hagrid. Celui-ci faisait
des embardées, mais sans parvenir à semer les
Mangemorts. D’autres sortilèges leur furent lancés
et Harry dut se recroqueviller au fond du side-car
pour s’en protéger. Il se retourna en se
contorsionnant et s’écria :
— Stupéfix !
Un éclair rouge jaillit alors de sa propre
baguette et creusa un espace entre leurs quatre
agresseurs qui se dispersèrent pour l’éviter.
— Attends, Harry, j’ai quelque chose qui va les
occuper, rugit Hagrid.
Harry leva les yeux juste à temps pour voir
Hagrid enfoncer d’un doigt épais un bouton vert,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 94 / 1250
près de l’indicateur d’essence.
Un mur, un mur de briques compact, jaillit
aussitôt du pot d’échappement. Tendant le cou,
Harry le vit se déployer dans les airs. Trois des
Mangemorts parvinrent à le contourner, mais le
quatrième n’eut pas cette chance : il disparut de
son champ de vision puis tomba comme une
pierre au-dessous du mur, son balai brisé en mille
morceaux. L’un de ses compagnons ralentit pour
lui porter secours mais ils furent engloutis par
l’obscurité, ainsi que le mur volant, et Hagrid,
penché sur le guidon, continua de foncer.
D’autres sortilèges de Mort lancés par les deux
poursuivants restés à leurs trousses sifflèrent aux
oreilles de Harry. Ils visaient Hagrid. Harry
répliqua en jetant à nouveau des sortilèges de
Stupéfixion : les jets rouges et verts se
télescopèrent en une pluie d’étincelles
multicolores. Harry eut la folle impression de voir
des feux d’artifice et songea aux Moldus, loin au-
dessous d’eux, qui ne devaient pas avoir la
moindre idée de ce qui se passait…
— Attention, Harry, voilà une nouvelle
surprise ! s’écria Hagrid.
Il appuya sur un deuxième bouton et, cette fois,
le tuyau d’échappement projeta un immense filet.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 95 / 1250
Les Mangemorts s’étaient préparés, cependant.
Non seulement ils parvinrent à l’éviter mais celui
qui avait ralenti pour sauver leur compagnon
inconscient les avait rejoints, surgissant soudain
de l’obscurité. Ils étaient maintenant trois à
poursuivre la moto et jetaient des sorts en rafales.
— Ça au moins, ça marchera, tiens-toi bien,
Harry ! hurla Hagrid.
Harry le vit alors abattre sa main ouverte sur le
bouton violet, à côté du compteur de vitesse.
Avec un rugissement assourdissant,
immédiatement reconnaissable, le tuyau
d’échappement vomit un jet de feu, blanc de
chaleur, traversé de lueurs bleues, semblable à
celui d’un dragon, et dans un bruit de métal
déchiré, la moto bondit en avant, tel un boulet de
canon. Harry vit les Mangemorts virer sur place et
disparaître pour échapper à la traînée de flammes
mortelles mais, au même moment, il sentit le side-
car osciller dangereusement : les fixations de
métal qui l’attachaient à la moto s’étaient fissurées
sous la puissance de l’accélération.
— Ça va aller, Harry ! hurla Hagrid, couché de
tout son long sur le dos, projeté en arrière par
l’augmentation brutale de la vitesse.
Plus personne ne tenait le guidon et le side-car

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 96 / 1250
commença à se tordre violemment dans le sillage
de la moto.
— Je m’en occupe, Harry, ne t’inquiète pas !
s’écria Hagrid.
D’une poche intérieure de son blouson, il sortit
alors son parapluie rose à fleurs.
— Hagrid ! Non ! Laissez-moi faire !
— REPARO .
Il y eut une explosion retentissante et le side-
car se détacha complètement de la moto. Harry fut
précipité en avant, propulsé par la vitesse acquise,
puis le side-car commença à perdre de l’altitude.
Dans un geste désespéré, Harry pointa sa
baguette et hurla :
— Wingardium Leviosa !
Le side-car s’éleva comme un bouchon,
impossible à diriger, mais au moins restait-il
suspendu dans les airs. Son soulagement,
cependant, ne dura qu’une fraction de seconde car
de nouveaux jets de lumière jaillirent soudain
autour de lui : les trois Mangemorts se
rapprochaient.
— J’arrive, Harry ! s’écria Hagrid dans
l’obscurité, mais Harry sentait le side-car perdre à
nouveau de l’altitude.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 97 / 1250
S’accroupissant aussi bas que possible, il
dirigea sa baguette vers les silhouettes de ses
poursuivants et lança :
— Impedimenta !
Le maléfice frappa le Mangemort du milieu en
pleine poitrine. Pendant un instant, l’homme se
retrouva les bras en croix, dans une position
grotesque, comme s’il venait de s’écraser contre
une barrière invisible. L’un de ses compagnons
faillit le heurter de plein fouet.
Puis le side-car se mit à tomber en chute libre
et les deux autres Mangemorts jetèrent un sort qui
passa si près de Harry qu’il dut se baisser
brusquement, se cassant une dent contre le bord
du siège.
— J’arrive, Harry, j’arrive !
Une main énorme le saisit par le col de sa robe
de sorcier et l’arracha au side-car qui poursuivait
sa chute. Harry attrapa son sac et se hissa sur la
selle de la moto, se retrouvant dos à dos avec
Hagrid. Au moment où ils s’élevaient à nouveau
dans les airs, à distance des deux Mangemorts,
Harry, crachant du sang, pointa sa baguette sur le
side-car et cria :
— Confringo !
Lorsque l’explosion retentit, il éprouva, à la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 98 / 1250
pensée d’Hedwige morte dans sa cage, un terrible
chagrin qui lui remua les entrailles. Le Mangemort
le plus proche du side-car fut désarçonné par la
déflagration et sortit de son champ de vision. Son
compagnon battit en retraite et disparut à son
tour.
— Harry, je suis désolé, je suis désolé, gémit
Hagrid. Je n’aurais jamais dû essayer de réparer
ça moi-même… Tu n’as pas assez de place,
— Ce n’est pas grave, continuez à voler ! cria
Harry, au moment où deux autres Mangemorts
émergeaient de l’obscurité et se rapprochaient
d’eux.
Hagrid multiplia zigzags et embardées pour
éviter les nouveaux sortilèges jetés par leurs
poursuivants. Harry savait que Hagrid n’oserait
plus utiliser le bouton qui déclenchait le feu de
dragon, tant qu’il serait assis dans une position
aussi instable. Harry envoyait en rafales des
sortilèges de Stupéfixion qui parvenaient à peine à
tenir les Mangemorts à distance. Lorsqu’il leur
lança un nouveau maléfice paralysant, le
Mangemort qui se trouvait le plus près de lui vira
pour y échapper et son capuchon glissa de sa tête.
À la lueur rougeoyante du sortilège, Harry aperçut
alors le visage étrangement inexpressif de Stan

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 99 / 1250
Rocade… Stan…
— Expelliarmus ! hurla Harry.
— C’est lui, c’est lui, le vrai !
Malgré le bruit de tonnerre que produisait le
moteur de la moto, le cri lancé par l’autre
Mangemort, sous son capuchon, parvint aux
oreilles de Harry. Un instant plus tard, les deux
poursuivants firent demi-tour et disparurent au
loin.
— Harry, qu’est-ce qui s’est passé ? vociféra
Hagrid. Où sont-ils partis ?
— Je ne sais pas !
Mais Harry avait peur. Le Mangemort
encapuchonné avait crié : « C’est lui, le vrai ! »
Comment le savait-il ? Il scruta l’obscurité
apparemment déserte et sentit la menace qui s’y
cachait. Où étaient-ils ?
Harry se retourna tant bien que mal sur la selle
pour se placer dans le sens de la marche puis il
s’accrocha au blouson de Hagrid.
— Hagrid, refaites le coup du dragon, il faut
filer d’ici !
— Alors, tiens-toi bien !
Il y eut à nouveau un rugissement perçant,
assourdissant, et le jet de flammes bleu et blanc

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 100 / 1250
jaillit du pot d’échappement. Harry se sentit
glisser en arrière sur ce qui lui restait de selle et
Hagrid fut projeté sur lui, parvenant tout juste à
ne pas lâcher le guidon…
— Je crois que nous les avons semés, Harry. Je
crois qu’on a réussi ! s’écria Hagrid.
Mais Harry n’en était pas convaincu. La peur le
taraudait tandis qu’il regardait à gauche et à droite
pour repérer les poursuivants dont il était sûr
qu’ils allaient apparaître… Pourquoi les deux
Mangemorts avaient-ils fait demi-tour ? L’un
d’eux avait toujours sa baguette… « C’est lui, le
vrai…» Ils avaient dit cela juste après qu’il eut
désarmé Stan…
— Nous y sommes presque, Harry, nous avons
presque réussi ! cria Hagrid.
Harry sentit la moto perdre un peu d’altitude
mais les lumières, à la surface du sol, paraissaient
toujours aussi lointaines que des étoiles.
Soudain, la cicatrice sur son front se mit à le
brûler comme une flamme. Deux Mangemorts
surgirent, chacun d’un côté de la moto, et deux
sortilèges de Mort, jetés derrière lui, manquèrent
Harry de quelques millimètres.
C’est alors que Harry le vit. Voldemort volait
comme un nuage de fumée dans le vent, sans balai

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 101 / 1250
ni Sombral pour le soutenir, sa tête de serpent se
détachant dans l’obscurité, ses doigts pâles levant
à nouveau sa baguette…
Hagrid laissa échapper un mugissement de
terreur et descendit en piqué. Se cramponnant de
toutes ses forces, Harry lança au hasard des
sortilèges de Stupéfixion dans la nuit qui
tournoyait autour de lui. Il vit un corps tomber et
sut qu’il avait touché un des deux Mangemorts
mais il entendit une détonation et des étincelles
jaillirent du moteur. La moto plongea alors en
spirale, devenue totalement incontrôlable.
Des jets de lumière verte fusèrent à nouveau.
Harry ne savait plus où étaient le ciel et la terre. Sa
cicatrice le brûlait toujours, il s’attendait à mourir
à chaque instant. Une silhouette encapuchonnée, à
califourchon sur un balai, se trouvait à quelques
mètres de lui, il la vit lever le bras…
— NON !
Dans un hurlement de fureur, Hagrid sauta de
la moto sur son assaillant. Harry vit avec horreur
Hagrid et le Mangemort tomber hors de vue, leur
poids combiné trop lourd pour le balai.
Parvenant tout juste à serrer entre ses genoux
la moto qui descendait en chute libre, Harry
entendit Voldemort s’écrier :

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 102 / 1250
— Il est à moi !
C’était la fin. Il ne pouvait voir ni entendre où
se trouvait Voldemort. Il aperçut un autre
Mangemort qui s’écartait de son chemin et une
voix retentit :
— Avaâa …
Tandis que la douleur de sa cicatrice obligeait
Harry à fermer les yeux, sa baguette entra d’elle-
même en action. Il la sentit qui faisait pivoter sa
main, comme un aimant géant, distingua à travers
ses paupières à demi closes une gerbe de feu doré,
entendit un craquement sonore et un cri de fureur.
Le Mangemort encore présent poussa un
hurlement. Voldemort tonna :
— Non !
Harry, sans qu’il sache comment, se retrouva le
nez à quelques centimètres du bouton qui
déclenchait le feu du dragon. Il l’écrasa de sa main
libre et la moto cracha un nouveau jet de flammes
en fonçant droit vers le sol.
— Hagrid ! appela Harry qui s’agrippait à la
moto. Hagrid… Accio Hagrid !
Aspirée vers la terre, la moto prit de la vitesse.
Le visage au niveau du guidon, Harry ne voyait
plus que les lumières lointaines qui se
rapprochaient de plus en plus. Il n’y avait rien à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 103 / 1250
faire, il allait s’écraser sur le sol. Derrière lui, un
autre cri résonna…
— Ta baguette, Selwyn, donne-moi ta
baguette.
Il sentit Voldemort avant de le voir. Jetant un
regard en biais, il aperçut ses yeux rouges et pensa
que ce serait sa dernière vision : Voldemort
s’apprêtant une fois de plus à lui jeter un
maléfice…
Soudain le Seigneur des Ténèbres se volatilisa.
Harry baissa les yeux et vit Hagrid étendu sur le
sol, les bras en croix. Il tira violemment sur le
guidon pour éviter de s’écraser sur lui et chercha le
frein à tâtons mais, dans un fracas assourdissant
qui fit trembler le sol, il s’écrasa au milieu d’une
mare boueuse.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 104 / 1250
5
L E GUERRIER TOMBÉ AU COMBAT
— H agrid ?
Harry se débattit pour s’arracher aux débris de
métal et de cuir qui l’entouraient de toutes parts.
Lorsqu’il essaya de se relever, ses mains
s’enfoncèrent de plusieurs centimètres dans une
eau fangeuse. Il ne comprenait pas où Voldemort
avait pu disparaître et s’attendait à tout moment à
le voir surgir à nouveau de l’obscurité. Une
substance tiède et humide coulait de son front et le
long de son menton. Il sortit en rampant de la
mare et s’avança d’un pas trébuchant vers la
grande masse sombre que formait le corps de
Hagrid allongé sur le sol.
— Hagrid ? Hagrid, dites-moi quelque chose…
Mais la masse sombre ne bougea pas.
— Qui est là ? C’est Potter ? Vous êtes Harry
Potter ?
Harry ne reconnut pas la voix de l’homme. Une

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 105 / 1250
femme cria alors :
— Ils se sont écrasés, Ted ! Écrasés dans le
jardin !
Harry avait la tête qui tournait.
— Hagrid, répéta-t-il bêtement, puis ses genoux
se dérobèrent. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il était
allongé sur ce qui ressemblait à des coussins et
éprouvait une sensation de brûlure dans les côtes
et le bras droit. On avait fait repousser sa dent
cassée et la cicatrice de son front était encore
douloureuse.
— Hagrid ?
Il ouvrit les yeux et vit qu’il était étendu sur un
canapé, dans un salon qu’il ne connaissait pas,
éclairé par des lampes. Son sac à dos, humide et
boueux, était posé par terre, un peu plus loin. Un
homme aux cheveux clairs et au ventre
proéminent le regardait d’un air anxieux.
— Hagrid va bien, fiston, dit l’homme. Ma
femme s’occupe de lui. Et toi, comment tu te
sens ? Rien d’autre de cassé ? J’ai arrangé tes
côtes, ta dent et ton bras. Au fait, je me présente :
Ted, Ted Tonks, le père de Dora.
Harry se redressa trop vite. Des lumières
dansèrent devant ses yeux, il se sentit pris de
vertige et de nausée.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 106 / 1250
— Voldemort…
— Du calme, dit Ted Tonks.
Il posa une main sur l’épaule de Harry et le
repoussa contre les coussins.
— Ta chute a été terrible. Qu’est-ce qui s’est
passé ? La moto n’a pas marché ? Arthur Weasley
a encore voulu trop en faire, lui et ses machines de
Moldus ?
— Non, répondit Harry.
Sa cicatrice palpitait comme une plaie ouverte.
— Des Mangemorts… toute une bande… Ils
nous ont poursuivis…
— Des Mangemorts ? s’exclama Ted. Que veux-
tu dire, des Mangemorts ? Je croyais qu’ils ne
savaient pas qu’on te transférerait cette nuit, je
croyais que…
— Ils savaient, coupa Harry.
Ted Tonks regarda le plafond comme s’il
pouvait voir le ciel au travers.
— Dans ce cas, la preuve est faite que nos
sortilèges de Protection tiennent le coup, pas vrai ?
Ils ne devraient pas pouvoir s’approcher à moins
de cent mètres de la maison, d’où qu’ils viennent.
Harry comprenait à présent la raison de la
disparition de Voldemort. Elle s’était produite à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 107 / 1250
l’endroit précis où la moto avait franchi la barrière
magique dressée par l’Ordre. Il fallait simplement
espérer qu’elle continuerait d’être efficace. Il
imaginait Voldemort à une centaine de mètres au-
dessus d’eux pendant qu’ils parlaient, cherchant le
moyen de pénétrer ce que Harry se représentait
comme une grosse bulle transparente.
Il se leva en balançant les jambes hors du
canapé. Il avait besoin de voir Hagrid de ses
propres yeux pour être sûr qu’il était toujours en
vie. À peine s’était-il mis debout qu’une porte
s’ouvrit. Hagrid se glissa à grand-peine par
l’ouverture trop étroite pour lui, le visage couvert
de boue et de sang, boitant un peu mais
miraculeusement vivant.
— Harry !
Renversant au passage deux petites tables
délicatement ouvragées et un aspidistra, il
parcourut en deux enjambées la distance qui les
séparait et serra Harry dans une étreinte qui faillit
fêler à nouveau ses côtes fraîchement réparées.
— Nom d’une gargouille, Harry, comment as-tu
réussi à t’en tirer ? J’ai cru qu’on allait y passer
tous les deux.
— Oui, moi aussi, je n’arrive pas à croire que…
Harry s’interrompit : il venait de remarquer la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 108 / 1250
femme qui était entrée derrière Hagrid.
— Vous ! s’écria-t-il et il enfonça la main dans
sa poche, mais elle était vide.
— Ta baguette est ici, fiston, dit Ted qui la lui
tendit en lui tapotant le bras. Elle est tombée à
côté de toi, je l’ai ramassée. Et c’est à ma femme
que tu t’en prends.
— Oh, je… je suis désolé.
Tandis qu’elle s’avançait dans la pièce, la
ressemblance de Mrs Tonks avec Bellatrix devint
moins évidente : ses cheveux étaient d’un brun
plus doux, ses yeux plus grands, son regard plus
aimable. Elle parut cependant un peu pincée,
après avoir entendu l’exclamation de Harry.
— Qu’est-il arrivé à notre fille ? demanda-t-elle.
Hagrid dit que vous êtes tombés dans une
embuscade. Où est Nymphadora ?
— Je ne sais pas, répondit Harry. Nous
ignorons ce qui s’est passé pour les autres.
Elle échangea un regard avec Ted. En voyant
leur expression, Harry ressentit un mélange de
crainte et de culpabilité. Si l’un des autres était
mort, c’était sa faute, entièrement sa faute. Il avait
fini par accepter leur plan, il leur avait donné ses
cheveux…
— Le Portoloin, dit-il, la mémoire lui revenant

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 109 / 1250
soudain. Nous devons retourner au Terrier pour
en savoir plus. Nous pourrons alors vous tenir au
courant – ou bien Tonks s’en chargera elle-même
quand elle sera…
— Dora s’en est sûrement très bien sortie,
Dromeda, dit Ted. Elle sait ce qu’elle fait, elle en a
vu d’autres avec les Aurors. Le Portoloin est là-
bas, ajouta-t-il à l’adresse de Harry. Il doit partir
dans trois minutes, si vous voulez.
— Oui, on va le prendre, répondit Harry.
Il ramassa son sac à dos et le passa sur ses
épaules.
— Je…
Il regarda Mrs Tonks en voulant s’excuser de
l’avoir mise dans cet état d’inquiétude dont il se
sentait terriblement responsable, mais il n’arrivait
pas à trouver de mots qui ne soient pas creux et
dépourvus de sincérité.
— Je dirai à Tonks… à Dora… de vous envoyer
un mot quand elle… Merci de m’avoir rafistolé,
merci pour tout, je…
Il fut content de quitter la pièce et de suivre Ted
Tonks le long d’un petit couloir, puis dans une
chambre. Hagrid entra derrière eux, se baissant
très bas pour ne pas se cogner la tête contre le
linteau de la porte.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 110 / 1250
— C’est là, fiston. Voilà le Portoloin.
Mr Tonks montra une petite brosse à cheveux
au manche d’argent, posée sur une coiffeuse.
— Merci, dit Harry.
Il avança la main pour poser un doigt dessus,
prêt à partir.
— Attends un peu, intervint Hagrid en
regardant autour de lui. Harry, où est Hedwige ?
— Elle… elle a été touchée, répondit Harry.
Tout à coup, il se sentit submergé en prenant
conscience de la réalité : il eut honte de lui et des
larmes lui montèrent aux yeux. La chouette avait
été sa compagne, son seul lien direct avec le
monde magique chaque fois qu’il avait été forcé de
retourner chez les Dursley.
Hagrid tendit son énorme main et lui tapota
l’épaule d’ans un geste douloureux.
— Ce n’est pas grave, dit-il d’un ton bourru, ce
n’est pas grave. Elle a eu une belle vie…
— Hagrid ! dit Ted Tonks, la voix pressante.
La brosse à cheveux s’était mise à briller d’une
lueur bleue et Hagrid y posa son index juste à
temps.
Harry ressentit une secousse derrière le
nombril, comme si un crochet invisible le tirait en

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 111 / 1250
avant, et il tomba dans le néant, tournant sur lui-
même dans un mouvement incontrôlable, son
doigt collé au Portoloin tandis que Hagrid et lui
étaient précipités loin de Mr Tonks. Quelques
secondes plus tard, les pieds de Harry heurtèrent
brusquement un sol dur et il fut projeté à quatre
pattes dans la cour du Terrier. Des cris retentirent
aussitôt. Jetant la brosse qui ne brillait plus, il se
releva, titubant légèrement, et vit Mrs Weasley et
Ginny dévaler les marches de la porte de derrière
pendant que Hagrid, tombé lui aussi à
l’atterrissage, se redressait laborieusement.
— Harry, c’est toi le véritable Harry ? Que s’est-
il passé ? Où sont les autres ? s’écria Mrs Weasley.
— Que voulez-vous dire ? Personne d’autre
n’est revenu ? interrogea Harry, le souffle court.
La réponse était clairement inscrite sur le
visage aux joues pâles de Mrs Weasley.
— Les Mangemorts nous attendaient, lui
expliqua Harry. Nous avons été cernés dès que
nous avons décollé. Ils savaient que ce serait cette
nuit. J’ignore ce qui est arrivé aux autres. Quatre
Mangemorts nous ont poursuivis, nous leur avons
échappé comme nous avons pu, et ensuite
Voldemort nous a rattrapés…
Il percevait dans le ton de sa propre voix une

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 112 / 1250
tentative de justification, une prière pour lui faire
comprendre qu’il lui était impossible de savoir ce
qui était arrivé à ses fils, mais…
— Heureusement, tu es sain et sauf, dit-elle en
l’attirant vers elle dans une étreinte qu’il ne
pensait pas mériter.
— Vous n’auriez pas un doigt de cognac, des
fois, Molly ? demanda Hagrid, un peu tremblant.
Pour des raisons médicales.
Elle aurait pu recourir à la magie pour en
apporter, mais en la voyant repartir en hâte vers la
maison bancale, Harry comprit qu’elle voulait
cacher son visage. Il se tourna vers Ginny qui lui
répondit aussitôt, sans qu’il ait eu besoin de
formuler la moindre question :
— Ron et Tonks auraient dû être les premiers à
revenir, mais ils ont raté leur Portoloin, il est
arrivé sans eux, dit-elle, montrant le bidon d’huile
rouillé abandonné par terre un peu plus loin. Et
celui-là – elle désigna une vieille chaussure de
tennis – aurait dû ramener papa et Fred, ils
devaient être les deuxièmes à revenir. Ensuite,
c’était toi et Hagrid puis – elle consulta sa montre
–, s’ils y parviennent, George et Lupin, dans une
minute environ.
Mrs Weasley revint avec une bouteille de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 113 / 1250
cognac. Elle la tendit à Hagrid qui la déboucha et
la vida d’un trait.
— Maman ! s’écria Ginny, le doigt tendu.
Dans l’obscurité, une lueur bleue avait jailli, de
plus en plus grande, de plus en plus brillante.
Lupin et George apparurent alors, tournant sur
eux-mêmes, puis tombant sur le sol. Harry vit tout
de suite que quelque chose n’allait pas : Lupin
soutenait George, inconscient, dont le visage
ruisselait de sang.
Harry se précipita pour prendre les jambes de
George. Lupin et lui le portèrent dans la maison,
traversant la cuisine, et l’allongèrent sur un
canapé du salon. Lorsque la lumière d’une lampe
éclaira la tête de George, Ginny eut un haut-le-
corps et Harry sentit son estomac se retourner : il
lui manquait une oreille. Sur tout un côté, son
visage et son cou étaient baignés d’un sang
humide, d’une impressionnante couleur écarlate.
À peine Mrs Weasley s’était-elle penchée sur
son fils que Lupin saisit Harry par le bras et
l’entraîna, sans ménagements, vers la cuisine, où
Hagrid essayait de faire passer son corps massif à
travers la porte de derrière.
— Holà ! s’indigna Hagrid. Lâche-le ! Lâche
Harry !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 114 / 1250
Lupin ne lui prêta aucune attention.
— Quelle était la créature qui se trouvait dans
un coin de la pièce, la première fois que Harry
Potter est entré dans mon bureau à Poudlard
demanda-t-il en secouant légèrement Harry.
Réponds !
— Un… un Strangulot dans un aquarium, c’est
ça ?
Lupin relâcha Harry et s’adossa contre un
placard.
— À quoi ça rime ? rugit Hagrid.
— Désolé, Harry, mais je devais vérifier,
répondit simplement Lupin. Nous avons été
trahis. Voldemort savait qu’on allait te transférer
cette nuit et les seules personnes qui pouvaient
l’avertir étaient directement impliquées dans le
plan. Tu aurais pu être un imposteur.
— Alors, pourquoi tu ne vérifies pas si je suis
bien moi ? demanda Hagrid d’une voix haletante
en continuant de se débattre pour essayer de
franchir la porte.
— Tu es à moitié géant, répliqua Lupin, les yeux
tournés vers lui. Le Polynectar n’a d’effet que sur
les humains.
— Aucun membre de l’Ordre n’aurait révélé à
Voldemort que nous déménagions cette nuit, dit

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 115 / 1250
Harry.
L’idée lui paraissait effrayante, il ne croyait
personne capable d’une telle trahison.
— Voldemort ne m’a rattrapé qu’à la fin. Au
début, il ignorait lequel des sept Potter était le
bon. S’il avait été au courant du plan, il aurait su
dès le départ que j’étais avec Hagrid.
— Voldemort t’a rattrapé ? dit Lupin d’un ton
brusque. Que s’est-il passé ? Comment lui as-tu
échappé ?
Harry lui expliqua brièvement comment les
Mangemorts lancés sur leurs traces avaient semblé
reconnaître en lui le vrai Harry, puis avaient
abandonné la poursuite, sans doute pour aller
prévenir Voldemort qui était apparu juste avant
que Hagrid et lui n’aient atteint le sanctuaire de la
maison des Tonks.
— Ils t’ont reconnu ? Mais comment ? Qu’est-ce
que tu as fait ?
— J’ai…
Harry essaya de rassembler ses souvenirs mais
dans son esprit, tout ce voyage n’était plus qu’une
vision floue où se mêlaient la panique et le chaos.
— J’ai aperçu Stan Rocade… Vous savez, celui
qui conduisait le Magicobus. Et j’ai essayé de le
désarmer au lieu de… Il n’est pas conscient de ses

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 116 / 1250
actes, vous comprenez ? Il a dû subir le sortilège
de l’Imperium !
Lupin parut effaré.
— Harry, le temps du sortilège de
Désarmement est révolu ! Ces gens essayent de te
capturer pour te tuer ! Tu peux au moins les
stupéfixer si tu ne veux pas les tuer !
— Nous étions à des centaines de mètres
d’altitude ! Stan n’est plus lui-même, si je l’avais
stupéfixé, il serait tombé et serait mort aussi
sûrement que si j’avais employé Avada Kedavra !
Expelliarmus m’a permis d’échapper à Voldemort,
il y a deux ans, ajouta Harry d’un ton de défi.
Lupin lui rappelait Zacharias Smith le ricaneur,
l’élève de Poufsouffle qui se moquait de Harry
parce qu’il voulait enseigner le sortilège de
Désarmement à l’armée de Dumbledore.
— En effet, Harry, dit Lupin, qui avait du mal à
se contenir, et de nombreux Mangemorts en ont
été témoins ! Pardonne-moi, mais c’était une
réaction très inhabituelle pour quelqu’un qui se
trouve sous la menace d’une mort imminente.
Faire la même chose ce soir, devant des
Mangemorts qui avaient assisté à la scène la
première fois, ou qui en avaient entendu parler,
équivalait à un suicide !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 117 / 1250
— Alors, vous pensez que j’aurais dû tuer Stan
Rocade ? répliqua Harry avec colère.
— Bien sûr que non, reprit Lupin. Mais les
Mangemorts – et en fait, quasiment tout le
monde ! – se seraient attendus à ce que tu contre-
attaques ! Expelliarmus est un sortilège utile,
Harry, mais apparemment, les Mangemorts
pensent que c’est ta signature et je te conjure de
les démentir !
En entendant Lupin, Harry se sentit stupide,
mais il restait encore en lui une trace de défi.
— Je n’ai pas l’intention de faire exploser les
gens qui se trouvent sur mon chemin, simplement
parce qu’ils sont là, dit-il. Ça, c’est le travail de
Voldemort.
La réponse de Lupin se perdit : parvenant enfin
à franchir la porte, Hagrid s’avança dans la cuisine
d’un pas titubant et s’assit sur une chaise qui
s’effondra sous son poids. Indifférent aux jurons
mêlés d’excuses qu’il proférait, Harry s’adressa de
nouveau à Lupin :
— Est-ce que George va s’en sortir ?
La question sembla balayer l’irritation de Lupin
à l’égard de Harry.
— Je crois, répondit-il, mais on ne pourra pas
remplacer son oreille. Impossible lorsque la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 118 / 1250
blessure est due à un maléfice.
Il y eut un bruissement au-dehors. Lupin se rua
sur la porte, Harry sauta par-dessus les jambes de
Hagrid et se précipita dans la cour.
Deux silhouettes venaient d’apparaître. Harry
courut les rejoindre et s’aperçut qu’il s’agissait
d’Hermione, qui reprenait son apparence normale,
et de Kingsley, tous deux agrippés à un cintre
tordu. Hermione se jeta dans les bras de Harry,
mais Kingsley ne manifesta aucun plaisir à les
retrouver. Par-dessus l’épaule d’Hermione, Harry
le vit lever sa baguette et la pointer sur la poitrine
de Lupin.
— Les derniers mots qu’Albus Dumbledore
nous ait dits à tous les deux ?
— « Harry est le meilleur espoir que nous
ayons. Faites-lui confiance », répondit Lupin d’un
ton calme.
Kingsley tourna ensuite sa baguette vers Harry
mais Lupin l’arrêta aussitôt :
— C’est bien lui, j’ai vérifié !
— D’accord, d’accord ! admit Kingsley en
rangeant sa baguette sous sa cape. Mais quelqu’un
nous a trahis ! Ils savaient, ils savaient que c’était
ce soir !
— C’est ce qu’il semble, approuva Lupin, mais

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 119 / 1250
apparemment, ils ignoraient qu’il y aurait sept
Harry.
— Tu parles d’une consolation ! gronda
Kingsley. Qui d’autre est revenu ?
— Seulement Harry, Hagrid, George et moi.
Hermione étouffa un gémissement derrière sa
main.
— Qu’est-ce qui vous est arrivé, à vous ?
demanda Lupin à Kingsley.
— Poursuivis par cinq Mangemorts, on en a
blessé deux, peut-être tué un, débita Kingsley d’un
ton monocorde, et on a également vu Tu-Sais-Qui.
Il a rejoint les autres à mi-chemin, mais il a
disparu peu après. Remus, il arrive à…
— Voler, acheva Harry. Moi aussi, je l’ai vu, il
nous a attaqués, Hagrid et moi.
— C’est donc pour ça qu’il est parti. Mais qu’est-
ce qui l’a décidé à changer de cible ?
— Harry s’est conduit un peu trop gentiment
avec Stan Rocade, expliqua Lupin.
— Stan ? répéta Hermione. Je croyais qu’il était
à Azkaban ?
Kingsley laissa échapper un rire sans joie.
— Hermione, il y a eu de toute évidence une
évasion massive dont le ministère a interdit de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 120 / 1250
parler. J’ai reconnu Travers dont le capuchon a
glissé lorsque je lui ai jeté un maléfice. Or, il est
censé être derrière les barreaux, lui aussi. Mais toi,
Remus, que t’est-il arrivé ? Où est George ?
— Il a perdu une oreille, répondit Lupin.
— Perdu une…, répéta Hermione d’une voix
aiguë.
— L’œuvre de Rogue, précisa Lupin.
— Rogue s’écria Harry. Vous ne m’aviez pas dit
que… ?
— Son capuchon est tombé pendant la
poursuite. Sectumsempra a toujours été une de
ses spécialités. J’aimerais pouvoir dire que je lui ai
rendu la pareille, mais tout ce que je pouvais faire,
c’était maintenir George sur le balai après la
blessure qu’il avait reçue. Il perdait tellement de
sang…
Un grand silence tomba tandis que tous les
quatre levaient les yeux vers le ciel. Il n’y avait
aucun signe de mouvement, seules les étoiles leur
rendaient leurs regards, impassibles, indifférentes,
jamais obscurcies par les ombres volantes de leurs
amis. Où était Ron ? Où étaient Fred et
Mr Weasley ? Où étaient Bill, Fleur, Tonks, Fol Œil
et Mondingus ?
— Harry, viens nous aider ! cria Hagrid d’une

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 121 / 1250
voix rauque.
Il était à nouveau coincé dans la porte. Content
d’avoir quelque chose à faire, Harry le tira vers lui
pour le libérer, puis traversa la cuisine et retourna
dans le salon où Mrs Weasley et Ginny
continuaient de soigner George.
Mrs Weasley avait arrêté l’hémorragie, et à la
lueur de la lampe, Harry vit une ouverture nette et
béante, à l’endroit où s’était trouvée l’oreille de
George.
— Comment va-t-il ?
Mrs Weasley se retourna et répondit :
— Je ne peux pas la faire repousser, c’est
impossible quand la blessure a été infligée par la
magie noire. Mais cela aurait pu être tellement
pire… Il est vivant.
— Oui, grâce au ciel, soupira Harry.
— Il m’a semblé entendre quelqu’un d’autre
dans la cour, dit Ginny.
— Hermione et Kingsley.
— Dieu merci, murmura Ginny.
Ils échangèrent un regard. Harry voulait la
serrer dans ses bras, la tenir contre lui. La
présence de Mrs Weasley ne le gênait pas mais,
avant qu’il ait pu obéir à son élan, il y eut un grand

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 122 / 1250
fracas dans la cuisine.
— Je te prouverai qui je suis, Kingsley, lorsque
j’aurai vu mon fils et maintenant, laisse-moi
passer si tu tiens à ta santé !
Harry n’avait jamais entendu Mr Weasley crier
de la sorte. Il fit irruption dans le salon, son crâne
chauve luisant de sueur, ses lunettes de travers,
Fred sur ses talons. Tous deux avaient le teint pâle
mais n’étaient pas blessés.
— Arthur ! sanglota Mrs Weasley. Oh, le ciel
soit loué !
— Comment va-t-il ?
Mr Weasley se laissa tomber à genoux à côté de
George. Pour la première fois depuis que Harry le
connaissait, Fred semblait à court de mots. Penché
par-dessus le dossier du canapé, il regardait
bouche bée la blessure de son frère jumeau,
comme s’il n’en croyait pas ses yeux.
Peut-être éveillé par le bruit qui avait
accompagné l’arrivée de Fred et de leur père,
George remua.
— Comment te sens-tu, Géorgie ? murmura
Mrs Weasley.
Les doigts de George cherchèrent à tâtons le
côté de sa tête.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 123 / 1250
— Comme un saint, murmura-t-il.
— Qu’est-ce qu’il a ? croassa Fred, l’air terrifié.
Il est devenu fou ?
— Comme un saint, répéta George qui ouvrit les
yeux et regarda son frère. Tu vois, j’ai une
oreillole. Une oreillole, Fred, tu as compris ?
Mrs Weasley sanglota de plus belle. Le teint
pâle de Fred se colora soudain.
— Consternant, dit-il à George. Absolument
consternant ! Le vaste horizon des plaisanteries
liées aux oreilles s’ouvrait largement devant toi et
tu ne trouves rien de mieux que oreillole ?
— Bah, au moins, répliqua George en souriant à
sa mère ruisselante de larmes, tu n’auras plus
aucun mal à nous reconnaître, maintenant.
Il jeta un regard autour de lui.
— Salut, Harry… Tu es bien le vrai Harry ?
— Oui, c’est moi, assura Harry en s’approchant
du canapé.
— Au moins, on t’a ramené en bon état, dit
George. Pourquoi Ron et Bill ne sont-ils pas réunis
autour de mon lit de douleur ?
— Ils ne sont pas encore revenus, George,
répondit Mrs Weasley.
Le sourire de George s’effaça. Harry jeta un

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 124 / 1250
regard à Ginny et lui fit signe de l’accompagner
au-dehors. Tandis qu’ils traversaient la cuisine,
elle lui dit à voix basse :
— Ron et Tonks devraient être rentrés,
maintenant. Ils n’avaient pas beaucoup de chemin
à parcourir, la maison de tante Muriel n’est pas
très loin d’ici.
Harry ne répondit rien. Depuis son arrivée au
Terrier, il s’efforçait de tenir la peur à distance
mais à présent, elle l’enveloppait tout entier, il la
sentait ramper sur sa peau, palpiter dans sa
poitrine, lui serrer la gorge. Lorsqu’ils
descendirent les marches qui menaient dans la
cour, Ginny lui prit la main.
Kingsley marchait de long en large et regardait
vers le ciel à chaque demi-tour. Il rappelait à
Harry l’image de l’oncle Vernon arpentant le
living-room, un million d’années plus tôt…
Hagrid, Hermione et Lupin se tenaient côte à côte,
sans dire un mot, les yeux levés. Personne ne se
retourna quand Harry et Ginny vinrent se joindre
à cette veillée silencieuse.
Les minutes s’étiraient interminablement, on
aurait dit des années. Le moindre souffle de vent
les faisait sursauter et se tourner vers le buisson
ou l’arbre qui bruissait, dans l’espoir que des

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 125 / 1250
membres de l’Ordre encore absents allaient surgir
indemnes d’entre leurs feuilles.
Soudain, un balai se matérialisa juste au-dessus
de leur tête et piqua vers le sol.
— C’est eux ! s’écria Hermione.
Tonks s’arrêta en une longue glissade qui
projeta en tous sens des mottes de terre et des
cailloux.
— Remus ! s’écria Tonks.
Elle descendit de son balai d’un pas titubant et
se jeta dans les bras de Lupin dont le visage était
blanc et figé : il paraissait incapable de parler.
Trébuchant, l’air hébété, Ron s’avança vers Harry
et Hermione.
— Tu n’as rien, marmonna-t-il, avant
qu’Hermione se précipite sur lui et le serre contre
elle.
— J’ai cru… J’ai cru…
— Vais très bien, dit Ron en lui tapotant le dos.
Suis en pleine forme.
— Ron a été extraordinaire, déclara Tonks avec
chaleur.
Elle relâcha Lupin.
— Absolument merveilleux. Il a stupéfixé l’un
des Mangemorts en l’atteignant en pleine tête et

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 126 / 1250
quand on vise une cible mouvante depuis un balai
volant…
— C’est vrai ? dit Hermione.
Elle regarda Ron dans les yeux, les bras autour
de son cou.
— Ça te surprend toujours, on dirait, répliqua-
t-il d’un ton un peu grognon.
Il se libéra de son étreinte.
— Nous sommes les derniers revenus ?
— Non, répondit Ginny, on attend toujours Bill
et Fleur, et Fol Œil avec Mondingus. Je vais aller
dire à maman et à papa que tu es sain et sauf…
Elle rentra dans la maison en courant.
— Alors, qu’est-ce qui vous a retenus ? Qu’est-
ce qui s’est passé ? demanda Lupin qui paraissait
presque en colère contre Tonks.
— Bellatrix, répliqua Tonks. Elle veut ma peau
presque autant que celle de Harry et elle s’est
acharnée à essayer de me tuer. Dommage que je
n’aie pas réussi à l’avoir moi-même, j’ai un compte
à régler avec elle. En tout cas, nous avons blessé
Rodolphus… Ensuite nous sommes allés chez
Muriel, la tante de Ron, mais nous avons raté
notre Portoloin et elle a fait toute une histoire…
Un muscle tressaillait sur la mâchoire de Lupin.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 127 / 1250
Il hocha la tête mais sembla incapable d’ajouter
quoi que ce soit.
— Et vous, qu’est-ce qui vous est arrivé ?
demanda Tonks en se tournant vers Harry,
Hermione et Kingsley.
Ils racontèrent leurs propres voyages, mais
pendant tout le temps que dura leur récit,
l’absence de Bill, Fleur, Fol Œil et Mondingus
semblait les glacer à la manière d’un givre dont il
devenait de plus en plus difficile d’ignorer la
morsure.
— Il faut que je retourne à Downing Street. Je
devrais être là-bas depuis une heure, dit enfin
Kingsley après avoir observé le ciel une dernière
fois. Prévenez-moi lorsqu’ils seront revenus.
Lupin approuva d’un signe de tête. Kingsley
salua les autres d’un geste de la main et s’éloigna
dans l’obscurité, en direction du portail. Harry
crut entendre un très léger pop lorsque Kingsley
transplana, au-delà des limites du Terrier.
Mr et Mrs Weasley se précipitèrent dans la
cour, Ginny sur leurs talons. Ses parents
étreignirent Ron avant de se tourner vers Tonks et
Lupin.
— Merci, dit Mrs Weasley, pour nos fils.
— Ne dis pas de bêtises, Molly, répliqua Tonks.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 128 / 1250
— Comment va George ? demanda Lupin.
— Qu’est-ce qu’il a ? s’exclama Ron.
— Il a perdu une…
Mais la fin de la phrase de Mrs Weasley fut
noyée dans une explosion de cris : un Sombral
venait de surgir dans les airs et atterrit à quelques
mètres du groupe. Bill et Fleur en descendirent, se
laissant glisser du dos de la créature, échevelés
mais vivants.
— Bill ! Merci, mon Dieu !
Mrs Weasley courut vers son fils, mais l’étreinte
de Bill resta très formelle. Regardant son père
dans les yeux, il annonça :
— Fol Œil est mort.
Personne ne parla, personne ne bougea. Harry
eut l’impression que quelque chose tombait à
l’intérieur de lui-même, tombait jusqu’à traverser
le sol sous ses pieds, l’abandonnant à jamais.
— Nous l’avons vu, poursuivit Bill.
Fleur hocha la tête, des traces de larmes luisant
sur ses joues à la lumière qui filtrait par la fenêtre
de la cuisine.
— Ça s’est passé alors que nous venions de
forcer le cercle des Mangemorts. Fol Œil et Ding
étaient près de nous, ils allaient vers le nord, eux

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 129 / 1250
aussi. Voldemort – il arrive à voler, maintenant –
a foncé droit sur eux. Ding a paniqué, je l’ai
entendu crier, Fol Œil a essayé de l’arrêter mais il
a réussi à transplaner. Le maléfice de Voldemort a
atteint Fol Œil en pleine tête. Il a été projeté en
arrière et il est tombé de son balai… Nous ne
pouvions rien faire, rien, nous avions une demi-
douzaine de Mangemorts à nos trousses.
La voix de Bill se brisa.
— Bien sûr que vous ne pouviez rien faire, dit
Lupin.
Ils restèrent tous immobiles, échangeant des
regards. Harry avait du mal à assimiler la
nouvelle. Fol Œil mort. C’était impossible… Fol
Œil, si coriace, si brave, le survivant par
excellence…
Enfin, bien que personne ne l’ait dit, chacun
comprit qu’il ne servait à rien d’attendre plus
longtemps dans la cour. Suivant en silence Mr et
Mrs Weasley, ils retournèrent dans la maison, puis
dans le salon où Fred et George riaient ensemble.
— Qu’est-ce qu’il y a ? demanda Fred en
scrutant leurs visages lorsqu’ils furent entrés.
Qu’est-ce qui s’est passé ? Qui est…
— Fol Œil, répondit Mr Weasley. Mort.
Le choc de la nouvelle transforma les sourires

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 130 / 1250
des jumeaux en grimaces. Personne ne semblait
savoir quoi faire. Tonks pleurait silencieusement
dans un mouchoir. Harry savait qu’elle était très
proche de Fol Œil, elle avait été sa protégée, sa
préférée, au ministère de la Magie. Hagrid, qui
s’était assis par terre, dans un coin de la pièce un
peu plus spacieux, se tamponnait les yeux avec un
mouchoir de la taille d’une nappe.
Bill alla prendre dans le buffet une bouteille de
whisky Pur Feu et des verres.
— Tenez, dit-il.
D’un mouvement de sa baguette, il envoya
douze verres pleins à travers la pièce, en direction
de chacun d’eux et leva le treizième.
— À Fol Œil.
— À Fol Œil, répétèrent-ils en chœur avant de
boire leurs verres.
— À Fol Œil, lança à son tour Hagrid, un peu en
retard, et avec un hoquet.
Le whisky Pur Feu brûla la gorge de Harry et
parut lui rendre sa sensibilité, dissipant
l’engourdissement et le sentiment d’irréalité,
répandant en lui une flamme qui ressemblait à du
courage.
— Ainsi donc, Mondingus a disparu ? dit Lupin
qui avait vidé son verre d’un trait.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 131 / 1250
L’atmosphère changea aussitôt. Tout le monde
sembla tendu, les yeux fixés sur Lupin. Harry eut
l’impression qu’ils voulaient à la fois l’entendre
continuer tout en redoutant un peu ce qui allait
suivre.
— Je sais ce que vous pensez, répondit Bill, et
moi aussi, je me suis posé la question en revenant
ici. On aurait dit qu’ils nous attendaient, non ?
Mais Mondingus ne peut pas nous avoir trahis. Les
Mangemorts ne savaient pas qu’il y aurait sept
Harry, ils ont été pris au dépourvu en nous voyant
apparaître et, au cas où vous l’auriez oublié, c’est
Mondingus lui-même qui a suggéré ce petit
stratagème. Pourquoi alors ne leur aurait-il pas
révélé ce point essentiel ? Je crois plutôt que Ding
a paniqué, c’est aussi simple que cela. Dès le
début, il ne voulait pas venir avec nous, mais Fol
Œil l’y a obligé et Vous-Savez-Qui a foncé droit sur
eux : il y a de quoi provoquer la panique chez
n’importe qui.
— Vous-Savez-Qui a agi exactement comme
l’avait prévu Fol Œil, remarqua Tonks en reniflant.
Fol Œil avait dit qu’il penserait que le vrai Harry
se trouverait avec l’Auror le plus coriace, le plus
habile. Il a donc poursuivi Fol Œil en premier et
quand Mondingus s’est trahi, il s’est reporté sur
Kingsley.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 132 / 1250
— Oui, eh bien, c’est très gentil, tout ça, coupa
Fleur, mais ça n’explique pas comment ils ont su
qu’on transférait Arry cette nuit, non ? Il y a
sûrement eu une négligence. Quelqu’un a laissé
échapper la date prévue en présence d’un tiers.
C’est la seule façon d’expliquer qu’ils aient été au
courant de la date mais pas des détails du plan.
Son beau visage toujours marqué par des traces
de larmes, elle leur jeta à tous un regard noir, les
mettant silencieusement au défi de la contredire.
Personne ne s’y risqua. Seuls les hoquets de
Hagrid, caché par son mouchoir, troublaient le
silence. Harry tourna les yeux vers celui qui venait
de risquer sa vie pour sauver la sienne… Hagrid
pour qui il avait tant d’affection, à qui il faisait
entièrement confiance, Hagrid qui, un jour, avait
par inadvertance livré à Voldemort une
information cruciale en échange d’un œuf de
dragon…
— Non, s’écria Harry.
Tout le monde se tourna vers lui, surpris : le
whisky Pur Feu semblait avoir amplifié sa voix.
— Je veux dire… Si quelqu’un a commis une
erreur et a laissé échapper quelque chose, ce
n’était pas volontaire, poursuivit-il d’une voix
toujours plus forte qu’à l’accoutumée. Ce n’est pas

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 133 / 1250
sa faute. Nous devons avoir confiance les uns dans
les autres. J’ai confiance en chacun de vous, je ne
crois pas que quiconque dans cette pièce m’aurait
vendu à Voldemort.
Un nouveau silence suivit ses paroles. Tout le
monde le regardait. Une fois de plus, Harry sentit
la chaleur monter en lui et but encore un peu de
whisky pour se donner une contenance. En même
temps, il pensa à Fol Œil. Fol Œil qui s’était
toujours montré caustique devant la tendance
qu’avait Dumbledore à accorder sa confiance aux
autres.
— Bien dit, Harry, déclara Fred, inopinément.
— Il faut toujours lui prêter une oreille
attentive, ajouta George avec un petit clin d’œil à
Fred dont le coin de la bouche tressaillit.
Lupin observait Harry avec une étrange
expression : c’était presque de la pitié.
— Vous pensez que je suis un imbécile ?
demanda Harry avec force.
— Non, je pense que tu es comme James,
répondit Lupin. James aurait considéré la
méfiance à l’égard de ses amis comme le comble
du déshonneur.
Harry savait où Lupin voulait en venir : son
père avait été trahi par l’un de ses amis, Peter

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 134 / 1250
Pettigrow. Il éprouva soudain une colère
irrationnelle. Il aurait voulu discuter, mais Lupin
s’était détourné de lui. Il avait posé son verre sur
une petite table et s’adressa à Bill :
— Il y a un travail à faire, je peux demander à
Kingsley si…
— Non, l’interrompit Bill. Je m’en occupe. Je
vais venir avec toi.
— Où allez-vous ? interrogèrent Tonks et Fleur
d’une même voix.
— Le corps de Fol Œil, répondit Lupin. Nous
devons le retrouver.
— Est-ce qu’on ne pourrait pas… ? commença
Mrs Weasley en jetant à Bill un regard implorant.
— Quoi ? s’exclama Bill. Tu préfères que ce
soient les Mangemorts qui s’en emparent ?
Personne ne prononça un mot. Lupin et Bill
prirent congé et partirent ensemble.
Les autres se laissèrent tomber sur des chaises
ou dans des fauteuils, à part Harry qui resta
debout. La soudaineté de la mort, son caractère
irrémédiable l’habitaient comme une présence.
— Il faut que j’y aille aussi, dit-il. Une dizaine
de regards surpris se tournèrent vers lui.
— Ne sois pas stupide, Harry, répliqua

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 135 / 1250
Mrs Weasley. De quoi tu parles ?
— Je ne peux pas rester.
Il se frotta le front : sa cicatrice était à nouveau
douloureuse. Il y avait plus d’un an qu’il n’avait
pas eu aussi mal.
— Vous êtes tous en danger tant que je suis ici.
Je ne veux pas…
— Arrête de dire des bêtises ! protesta
Mrs Weasley. L’objectif, ce soir, était de t’amener
dans cette maison sain et sauf, et Dieu merci, ça a
marché. Fleur a même accepté de se marier ici
plutôt qu’en France, nous avons tout organisé
pour pouvoir rester ensemble et veiller sur toi…
Elle ne comprenait pas qu’en parlant ainsi, elle
aggravait son malaise au lieu de l’apaiser.
— Si Voldemort découvre où je suis…
— Comment le découvrirait-il ? interrogea
Mrs Weasley.
— Il y a une douzaine d’endroits où tu pourrais
te trouver en ce moment, Harry, intervint
Mr Weasley. Il n’a aucun moyen de savoir dans
quelle maison tu es.
— Ce n’est pas pour moi que je m’inquiète !
s’exclama Harry.
— Nous le savons, répondit Mr Weasley d’un

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 136 / 1250
ton calme. Mais tous les efforts que nous avons
faits ce soir n’auraient plus beaucoup de sens si tu
partais.
— Tu n’iras nulle part, grogna Hagrid. Et puis
quoi, encore, après tout ce qu’on a subi pour
t’amener ici ?
— Ouais, pense un peu à mon oreille, lança
George en se redressant sur ses coussins.
— Je sais que…
— Fol Œil n’aurait pas voulu…
— JE LE SAIS ! hurla Harry.
Il se sentait cerné, soumis à un véritable
chantage : pensaient-ils qu’il ne se rendait pas
compte de ce qu’ils avaient fait pour lui, ne
comprenaient-ils pas que c’était précisément la
raison pour laquelle il voulait s’en aller, avant
qu’ils n’aient à souffrir encore davantage à cause
de lui ? Sa cicatrice continua de lui faire mal,
tandis que s’installait un long silence qui fut enfin
brisé par Mrs Weasley :
— Où est Hedwige, Harry ? lui demanda-t-elle
d’un ton conciliant. Nous pourrions la mettre avec
Coquecigrue et lui donner quelque chose à
manger.
Ses entrailles se serrèrent comme un poing. Il
n’arrivait pas à lui dire la vérité. Pour éviter de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 137 / 1250
répondre, il but ce qui lui restait de whisky.
— Attends un peu qu’on sache que tu y es arrivé
encore une fois, lança Hagrid. Que tu lui as
échappé, que tu as réussi à le battre alors qu’il
était à tes trousses !
— Ce n’était pas moi, répondit Harry d’un ton
catégorique. C’était ma baguette. Ma baguette a
agi toute seule.
Au bout d’un moment, Hermione lui fit
remarquer avec douceur :
— C’est impossible, Harry. Tu veux sans doute
dire que tu as lancé un sortilège sans t’en rendre
compte, que tu as réagi instinctivement.
— Non, répliqua Harry. La moto tombait,
j’aurais été incapable de savoir où était Voldemort.
Mais ma baguette a tourné d’elle-même dans ma
main, elle l’a trouvé toute seule et lui a jeté un sort.
Ce n’était même pas un sort que je connaissais. Je
n’avais encore jamais fait jaillir des flammes
dorées.
— Souvent, dit Mr Weasley, quand on est
soumis à une pression intense, on arrive à
produire des phénomènes magiques dont on ne se
serait jamais douté. Les petits enfants le
découvrent parfois avant d’avoir rien appris…
— Ce n’était pas cela, coupa Harry, les dents

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 138 / 1250
serrées.
Sa cicatrice était brûlante. Il se sentait
contrarié, en colère. L’idée qu’ils puissent
imaginer que son pouvoir magique valait celui de
Voldemort lui déplaisait profondément.
Personne ne parla. Harry savait qu’ils ne le
croyaient pas. Maintenant qu’il y pensait, il n’avait
encore jamais entendu parler d’une baguette qui
jetait des sorts toute seule.
La douleur de sa cicatrice empirait. Il faisait ce
qu’il pouvait pour s’empêcher de gémir.
Marmonnant qu’il avait besoin d’air frais, il posa
son verre et quitta la pièce.
Lorsqu’il traversa la cour plongée dans
l’obscurité, le grand Sombral squelettique leva la
tête, remua ses énormes ailes semblables à celles
d’une chauve-souris, puis recommença à brouter.
Harry s’arrêta à la porte du jardin et contempla sa
végétation touffue. Il frotta son front douloureux
en pensant à Dumbledore.
Dumbledore, lui, l’aurait cru, il en était sûr.
Dumbledore aurait su pourquoi et comment la
baguette de Harry avait agi toute seule, car il
savait toujours répondre aux questions. Il
connaissait les baguettes, avait expliqué à Harry
l’étrange relation qui existait entre celle de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 139 / 1250
Voldemort et la sienne… Mais Dumbledore,
comme Fol Œil, comme Sirius, comme ses
parents, comme sa malheureuse chouette, étaient
partis là où Harry ne pourrait plus jamais leur
parler. Il sentit dans sa gorge une brûlure qui
n’avait rien à voir avec le whisky Pur Feu…
Puis soudain, sans raison apparente, la douleur
de sa cicatrice devint insupportable. Il porta les
mains à son front, ferma les yeux, et entendit une
voix hurler dans sa tête :
« Tu m’as dit que le problème serait résolu en
utilisant la baguette de quelqu’un d’autre ! »
Dans son esprit surgit alors l’image d’un vieil
homme émacié, vêtu de haillons et couché sur un
sol de pierre. L’homme poussait un hurlement, un
long cri prolongé, le cri d’une insupportable
souffrance…
— Non ! Non ! Je vous en supplie, je vous en
supplie…
— Tu as menti à Lord Voldemort, Ollivander !
— Non, je n’ai pas menti… Je jure que je n’ai
pas menti…
— Tu cherchais à aider Potter, à l’aider à
m’échapper !
— Je vous jure que non… Je croyais vraiment
qu’une autre baguette serait plus efficace…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 140 / 1250
— Alors, explique-moi ce qui s’est passé. La
baguette de Lucius a été détruite !
— Je n’arrive pas à comprendre… la
connexion… existe seulement… entre vos deux
baguettes…
— Mensonges.
— S’il vous plaît… Je vous en supplie…
Harry vit s’élever une main pâle et ressentit la
colère destructrice de Voldemort. Sur le sol, le vieil
homme frêle se tordit de douleur…
— Harry ?
L’image disparut aussi vite qu’elle était venue.
Debout dans l’obscurité, Harry tremblait,
cramponné à la porte du jardin, le cœur battant à
tout rompre, sa cicatrice toujours cuisante. Il lui
fallut un bon moment pour s’apercevoir que Ron
et Hermione se trouvaient à côté de lui.
— Harry, viens, rentre, murmura Hermione. Tu
ne penses plus à partir, j’espère ?
— Il faut que tu restes, mon vieux, dit Ron en
lui donnant une grande tape sur le dos.
— Tu te sens bien ? s’inquiéta Hermione,
suffisamment proche à présent pour voir le visage
de Harry. Tu as une mine épouvantable !
— En tout cas, répondit Harry d’une voix

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 141 / 1250
tremblante, j’ai sûrement meilleure mine
qu’Ollivander…
Lorsqu’il leur eut raconté ce qu’il venait de voir,
Ron sembla consterné. Hermione, elle, était
absolument terrifiée.
— Pourtant, en principe, c’était fini ! Ta
cicatrice… Elle ne devait plus te faire mal ! Tu ne
dois pas laisser ce contact se rétablir…
Dumbledore voulait que tu fermes ton esprit !
Voyant qu’il ne répondait pas, elle lui saisit le
bras.
— Harry, il est en train de s’emparer du
ministère, des journaux et de la moitié du monde
des sorciers ! Ne le laisse pas entrer dans ta tête,
en plus !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 142 / 1250
6
L A G OULE EN PYJAMA
ans les jours qui suivirent, le choc
provoqué par la mort de Fol Œil hantait la
maison. Harry s’attendait toujours à le voir
franchir la porte de derrière de son pas claudicant,
comme les autres membres de l’Ordre qui
entraient et sortaient pour apporter les nouvelles.
Harry sentait que seule l’action pourrait atténuer
le chagrin et la culpabilité qu’il éprouvait. Il devait
se lancer le plus vite possible dans sa mission de
chercher et de détruire les Horcruxes. D
— De toute façon, tu ne peux rien tenter au
sujet des – Ron forma silencieusement sur ses
lèvres le mot « Horcruxes » – avant d’avoir dix-
sept ans. Tu es toujours soumis à la Trace. Et on
peut établir des plans ici aussi bien que n’importe
où ailleurs, non ? À moins que – il baissa la voix
en un murmure – tu ne saches déjà où sont les tu-
sais-quoi ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 143 / 1250
— Non, je n’en sais rien, avoua Harry.
— Je crois qu’Hermione a fait quelques
recherches, poursuivit Ron. Elle m’a dit qu’elle
attendait que tu sois là pour en parler.
Ils étaient assis à la table du petit déjeuner.
Mr Weasley et Bill venaient de partir travailler et
Mrs Weasley était montée réveiller Hermione et
Ginny, tandis que Fleur s’était éloignée d’un pas
nonchalant pour aller prendre un bain.
— La Trace sera levée le 31, dit Harry. Ça
signifie que je dois rester ici quatre jours
seulement. Ensuite, je pourrai…
— Cinq jours, rectifia Ron d’un ton ferme. Nous
devons être là pour le mariage. Sinon, elles vont
nous tuer.
Harry comprit que « elles » désignait Fleur et
Mrs Weasley.
— Ça ne fait qu’un jour de plus, ajouta Ron en
remarquant le regard frondeur de Harry.
— Elles ne peuvent donc pas se rendre compte
de l’importance de… ?
— Bien sûr que non, l’interrompit Ron. Elles
n’en ont pas la moindre idée. Et puisque tu en
parles, je voulais te dire un mot à ce propos.
Il jeta un coup d’œil vers le couloir pour

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 144 / 1250
s’assurer que Mrs Weasley n’allait pas revenir tout
de suite, puis se pencha vers Harry.
— Maman a essayé de nous faire parler,
Hermione et moi. Elle veut savoir quels sont nos
projets. La prochaine fois, c’est avec toi qu’elle
essaiera, alors prépare-toi. Papa et Lupin nous ont
posé des questions, eux aussi, mais quand on leur
a répondu que Dumbledore t’avait recommandé
de ne rien dire à personne en dehors de nous, ils
ont laissé tomber. Maman, elle, insiste. Elle est
bien décidée à savoir.
Quelques heures plus tard, la prédiction de Ron
se vérifia. Peu avant le déjeuner, Mrs Weasley
emmena Harry à l’écart des autres en lui
demandant de l’aider à identifier une chaussette
solitaire qui, d’après elle, était peut-être tombée de
son sac à dos. Dès qu’elle l’eut isolé dans la
minuscule arrière-cuisine, elle se lança :
— Ron et Hermione semblent penser que vous
allez abandonner Poudlard, tous les trois,
commença-t-elle d’un ton léger, détaché.
— Oui, répondit Harry, en effet, c’est vrai.
L’essoreuse tournait toute seule dans un coin,
passant entre ses rouleaux l’un des maillots de
corps de Mr Weasley.
— Puis-je te demander pourquoi vous laissez

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 145 / 1250
tomber vos études ? reprit Mrs Weasley.
— Eh bien, Dumbledore m’a laissé… des choses
à faire, marmonna Harry. Ron et Hermione sont
au courant et veulent venir avec moi.
— Quelle sorte de « choses » ?
— Désolé, mais je ne peux pas…
— Pour te parler franchement, j’estime
qu’Arthur et moi avons le droit de savoir et je suis
sûre que Mr et Mrs Granger seraient d’accord avec
moi ! répliqua Mrs Weasley.
Harry avait redouté une attaque du genre
« parents inquiets ». Il se força à la regarder dans
les yeux et remarqua qu’ils avaient exactement la
même couleur marron que ceux de Ginny. Ce qui
ne l’aidait pas.
— Dumbledore ne voulait pas que quiconque
d’autre soit au courant, Mrs Weasley. Je suis
désolé. Ron et Hermione ne sont pas obligés de
venir avec moi, c’est eux qui l’ont décidé…
— Je ne vois pas pourquoi toi tu devrais partir !
répliqua sèchement Mrs Weasley, abandonnant à
présent tout faux-semblant. Vous êtes à peine
majeurs tous les trois ! C’est de la pure folie. Si
Dumbledore avait une tâche à accomplir, il avait
l’Ordre tout entier à sa disposition ! Harry, tu as
dû mal comprendre ce qu’il te disait. Il t’a sans

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 146 / 1250
doute parlé de quelque chose qu’il voulait voir
réaliser et tu as cru qu’il te demandait à toi de…
— J’ai très bien compris ce qu’il m’a dit,
répondit Harry d’un ton catégorique. Il faut que ce
soit moi.
Il lui rendit la chaussette solitaire qu’il était
censé identifier et dont les motifs représentaient
des cannes de jonc dorées.
— Ce n’est pas la mienne. Je ne suis pas
supporter du Club de Flaquemare.
— Comment ? Ah, non, bien sûr, dit
Mrs Weasley qui avait repris son ton détaché avec
une soudaineté déconcertante. J’aurais dû m’en
douter. Eh bien, Harry, pendant que tu es encore
là, peut-être accepteras-tu de nous aider un peu à
préparer le mariage de Bill et Fleur ? Il y a encore
tant de choses à faire.
— Mais… bien entendu, répondit Harry,
décontenancé par ce brusque changement de
sujet.
— C’est très gentil à toi, répliqua-t-elle.
Elle lui sourit et sortit de l’arrière-cuisine.
À compter de ce moment, Mrs Weasley donna
tant de travail à Harry, Ron et Hermione pour
aider aux préparatifs du mariage qu’ils n’avaient
presque plus le temps de réfléchir. L’explication la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 147 / 1250
plus indulgente qu’on pouvait trouver était que
Mrs Weasley s’efforçait de détourner leurs pensées
de Fol Œil et des terreurs qu’ils avaient endurées
au cours de leur récent voyage. Mais, après deux
jours entiers passés à astiquer les couverts,
harmoniser les couleurs des faveurs, des rubans et
des fleurs, dégnomer le jardin et à aider
Mrs Weasley à préparer d’immenses plats de petits
fours, Harry la soupçonna d’avoir en tête un motif
bien différent. Toutes les tâches qu’elle leur
confiait semblaient avoir pour but d’éloigner Ron,
Hermione et lui-même les uns des autres. Depuis
le premier soir où il leur avait raconté comment
Voldemort avait torturé Ollivander, il n’avait plus
jamais eu l’occasion de leur parler seul à seuls.
— Je crois que maman s’imagine qu’en vous
empêchant d’être ensemble et de faire des projets,
elle pourra retarder ton départ, murmura Ginny à
Harry le troisième soir, alors qu’ils mettaient la
table pour le dîner.
— Et qu’est-ce qui va se passer, à son avis ?
marmonna Harry. Elle pense peut-être que
quelqu’un d’autre va aller tuer Voldemort pendant
qu’elle nous retient ici à cuisiner des vol-au-vent ?
Il avait parlé sans réfléchir et vit Ginny pâlir.
— C’est donc vrai ? murmura-t-elle. C’est ce que

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 148 / 1250
tu vas essayer de faire ?
— Je… non… je disais ça pour rire, répondit
Harry, tentant de se dérober.
Ils se regardèrent dans les yeux. Il y avait plus
que de l’effarement dans l’expression de Ginny.
Harry se rendit compte brusquement qu’il ne
s’était plus trouvé seul avec elle depuis les heures
volées dans des recoins secrets de Poudlard. Et il
était sûr qu’elle aussi se souvenait. Tous deux
sursautèrent lorsque la porte s’ouvrit pour laisser
passer Mr Weasley, Kingsley et Bill.
D’autres membres de l’Ordre venaient souvent
dîner, désormais, car le Terrier remplaçait le 12,
square Grimmaurd comme quartier général.
Mr Weasley avait expliqué qu’après la mort de
Dumbledore, leur Gardien du Secret, chacun de
ceux à qui il avait révélé l’emplacement du square
Grimmaurd était devenu à son tour Gardien du
Secret.
— Et comme nous sommes une vingtaine dans
ce cas, le pouvoir du sortilège de Fidelitas s’en
trouve considérablement affaibli. Les Mangemorts
ont vingt fois plus de chance d’arracher le secret à
quelqu’un. Nous ne pouvons donc plus compter
dessus bien longtemps.
— Vous ne croyez pas qu’à l’heure qu’il est,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 149 / 1250
Rogue a déjà donné l’adresse aux Mangemorts ?
demanda Harry.
— Fol Œil a jeté deux ou trois maléfices contre
Rogue, au cas où il retournerait là-bas. Nous
espérons qu’ils seront suffisamment puissants
pour l’empêcher d’y entrer et lui lier la langue s’il
essaye de parler de la maison, mais nous ne
pouvons pas en être sûrs. Il aurait été
déraisonnable de conserver cet endroit comme
quartier général, à présent que sa protection est
devenue si incertaine.
Il y avait tellement de monde dans la cuisine, ce
soir-là, qu’on avait du mal à manœuvrer son
couteau et sa fourchette. Harry se retrouva serré
contre Ginny. Après ce qui s’était passé entre eux
avant le dîner, leur long regard muet, Harry aurait
préféré qu’ils soient séparés. Il faisait tant d’efforts
pour essayer de ne pas lui effleurer le bras qu’il
parvenait à peine à couper son poulet.
— Pas de nouvelles pour Fol Œil ? demanda
Harry à Bill.
— Non, rien, répondit celui-ci.
Aucune cérémonie funèbre en hommage à
Maugrey n’avait pu avoir lieu car Bill et Lupin
n’avaient pas réussi à retrouver son corps. Il était
difficile de savoir où il était tombé, compte tenu de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 150 / 1250
l’obscurité et de la confusion qui avait régné
pendant la bataille.
— La Gazette du sorcier n’a pas dit un mot de
sa mort, ou de la recherche de son corps,
poursuivit Bill. Mais cela ne signifie pas grand-
chose. Il y a beaucoup de sujets qui sont passés
sous silence, ces temps-ci.
— Le ministère n’a toujours pas prévu
d’audience contre moi ? lança Harry à
Mr Weasley, assis de l’autre côté de la table.
Mr Weasley hocha la tête en signe de
dénégation.
— Pourtant, je n’étais toujours pas majeur
quand j’ai utilisé la magie contre les Mangemorts.
Est-ce parce qu’ils savent que je n’avais pas le
choix ou parce qu’ils préfèrent ne pas m’entendre
annoncer au monde entier que Voldemort m’a
attaqué ?
— C’est plutôt la deuxième raison, me semble-t-
il. Scrimgeour ne veut pas admettre que Tu-Sais-
Qui est devenu aussi puissant que lui, ni qu’il y a
eu une évasion massive à Azkaban.
— Bien sûr, pourquoi dire la vérité au public ?
ironisa Harry.
Il serra si fort son couteau que les fines
cicatrices toujours présentes sur le dos de sa main

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 151 / 1250
droite ressortirent, blanchâtres, contre sa peau :
« Je ne dois pas dire de mensonges. »
— Il n’y a donc personne au ministère qui soit
prêt à se dresser contre lui ? interrogea Ron avec
colère.
— Bien sûr que si, Ron, mais les gens sont
terrifiés, répondit Mr Weasley. Terrifiés à l’idée
d’être les prochains à disparaître, ou de voir leurs
enfants attaqués ! De terribles rumeurs circulent.
Pour ma part, je ne pense pas que le professeur
d’étude des Moldus à Poudlard ait démissionné.
On ne l’a plus vue depuis des semaines. Pendant
ce temps, Scrimgeour reste toute la journée
enfermé dans son bureau. J’espère simplement
qu’il travaille à un plan d’action.
Il y eut un silence que Mrs Weasley mit à profit
pour débarrasser par magie les assiettes vides et
servir la tarte aux pommes.
— Il faut décider comment on va te déguiser,
Arry , dit Fleur lorsque tout le monde eut mangé
son dessert. Pour le mariage, ajouta-t-elle devant
son air interrogateur. Oh, bien sûr, il n’y aura
aucun Mangemort parmi nos invités mais nous ne
pouvons pas garantir que personne ne laissera
échapper quelque chose à ton sujet après avoir bu
du champagne.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 152 / 1250
Harry en conclut qu’elle soupçonnait toujours
Hagrid.
— Oui, c’est vrai, lança Mrs Weasley, du bout de
la table où elle était assise.
Ses lunettes perchées sur le bout de son nez,
elle examinait une immense liste de tâches à
accomplir qu’elle avait griffonnée sur un très long
morceau de parchemin.
— Ron, as-tu rangé ta chambre ?
— Pourquoi ? s’exclama-t-il.
Il jeta bruyamment sa cuillère sur la table et
regarda sa mère d’un œil mauvais.
— Pourquoi faudrait-il que je range ma
chambre ? Elle nous convient très bien telle qu’elle
est, à Harry et à moi !
— Dans quelques jours, nous allons célébrer ici
le mariage de ton frère, jeune homme…
— Et ils vont se marier dans ma chambre ?
lança Ron avec fureur. Non ! Alors pourquoi, par
les glandes de Merlin…
— Ne parle pas comme ça à ta mère ! trancha
Mr Weasley d’un ton ferme. Et fais ce qu’on te dit.
Ron regarda ses parents d’un air renfrogné puis
il reprit sa cuillère et s’attaqua au petit morceau de
tarte qui restait dans son assiette.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 153 / 1250
— Je peux t’aider, il y a une partie du désordre
qui est à moi, dit Harry à Ron, mais Mrs Weasley
l’interrompit.
— Non, Harry, mon chéri, je préférerais que tu
aides Arthur à nettoyer le poulailler et toi,
Hermione, tu me rendrais un grand service si tu
voulais bien changer les draps pour Monsieur et
Madame Delacour, ils arrivent demain matin à
onze heures.
Mais il apparut que s’occuper des poulets ne
demanderait pas beaucoup de travail.
— Inutile de… heu… d’en parler à Molly, dit
Mr Weasley à Harry en bloquant l’accès au
poulailler, mais… heu… Ted Tonks m’a envoyé une
bonne partie de ce qui restait de la moto de Sirius
et… heu… j’ai caché, ou plutôt j’ai rangé, tout ça
ici. Des pièces splendides : il y a un pot
d’échappement, je crois que c’est comme ça qu’on
dit, une batterie magnifique, et puis je vais avoir
une occasion unique de découvrir comment
marchent des freins. J’essayerai de la remonter
quand Molly ne… Je veux dire, quand j’aurai un
peu de temps.
Lorsqu’ils revinrent dans la maison,
Mrs Weasley n’était pas là et Harry en profita pour
monter silencieusement l’escalier et rejoindre Ron

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 154 / 1250
dans sa chambre, sous les toits.
— Oui, oui, ça y est, je suis en train de ranger !
Ah, c’est toi, dit Ron, soulagé en voyant entrer
Harry.
Ron se rallongea sur le lit qu’il venait
manifestement de quitter. La pièce était toujours
dans le même désordre qu’au cours de la semaine.
Le seul changement, c’était qu’Hermione se
trouvait à présent assise dans le coin opposé,
Pattenrond, son chat orange au poil touffu, blotti à
ses pieds. Elle était occupée à répartir en deux
énormes piles des livres parmi lesquels Harry
reconnut quelques-uns des siens.
— Salut, Harry, dit-elle, tandis qu’il s’asseyait
sur son lit de camp.
— Et toi, comment as-tu fait pour t’échapper ?
— La mère de Ron avait oublié qu’elle m’avait
déjà demandé de changer les draps hier avec
Ginny, répondit Hermione.
Elle jeta Numérologie et grammaire sur l’un
des tas et Grandeur et décadence de la magie
noire sur l’autre.
— On parlait de Fol Œil, dit Ron à Harry. Je
pense qu’il a peut-être survécu.
— Bill a vu le sortilège de Mort le frapper,
objecta Harry.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 155 / 1250
— Oui, mais Bill était attaqué lui aussi.
Comment peut-il être sûr de ce qu’il a vu ?
— Même si le sortilège l’a manqué, Fol Œil est
quand même tombé d’une hauteur d’au moins
trois cents mètres, dit Hermione qui soupesait à
présent dans sa main Équipes de Quidditch de
Grande-Bretagne et d’Irlande.
— Il a peut-être utilisé le charme du Bouclier…
— Fleur dit que sa baguette lui a sauté des
mains, fit remarquer Harry.
— Très bien, si vous tenez absolument à ce qu’il
soit mort…, grommela Ron avec mauvaise humeur
en frappant son oreiller d’un coup de poing pour
lui donner une forme plus confortable.
— Bien sûr que non, on ne tient pas à ce qu’il
soit mort ! protesta Hermione, choquée. C’est
horrible qu’il soit mort ! Mais nous sommes
réalistes !
Pour la première fois, Harry imagina le corps
de Fol Œil brisé, comme l’avait été celui de
Dumbledore, mais toujours avec son œil
tournoyant dans son orbite. Il eut une réaction de
dégoût en même temps qu’une bizarre envie de
rire.
— Les Mangemorts ont sans doute fait le
ménage derrière eux, c’est pour ça que personne

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 156 / 1250
n’a retrouvé son corps, conclut Ron avec sagesse.
— Ouais, dit Harry, comme Barty Croupton
transformé en os et enterré dans le jardin de
Hagrid. Ils ont sans doute métamorphosé
Maugrey et l’ont empaillé…
— Ne dis pas des choses pareilles ! couina
Hermione.
Surpris, Harry se tourna vers elle et la vit
fondre en larmes sur son syllabaire Lunerousse .
— Oh, non, s’exclama Harry en se débattant
pour se relever de son vieux lit de camp.
Hermione, je ne voulais pas te faire de peine…
Mais, dans un grincement sonore de vieux
ressorts rouilles, Ron avait bondi du lit et arriva
avant Harry auprès d’Hermione. Il lui passa un
bras autour des épaules, puis plongea la main dans
la poche de son jean et en sortit un mouchoir
répugnant qu’il avait utilisé un peu plus tôt pour
nettoyer le four. Tirant hâtivement sa baguette
magique, il la pointa sur le chiffon et prononça la
formule :
— Tergeo .
La baguette aspira la plus grande partie de la
graisse qui imbibait le tissu. L’air plutôt content de
lui, Ron tendit à Hermione le mouchoir qui fumait
légèrement.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 157 / 1250
— Oh… merci, Ron… Je suis désolée…
Elle se moucha et eut un hoquet.
— C’est tellement af … freux. Juste après
Dumbledore… Je… n’a… n’avais jamais… i…
imaginé que Fol Œil puisse mourir. Il paraissait si
solide !
— Je sais, soupira Ron qui la serra contre lui.
Mais tu sais bien ce qu’il dirait s’il était là ?
— Vi … Vigilance constante, répondit Hermione
en s’essuyant les yeux.
— Exactement, approuva Ron avec un
hochement de tête. Il nous dirait de tirer les leçons
de ce qui lui est arrivé. Et la leçon que j’ai tirée
c’est de ne jamais faire confiance à ce lamentable
petit trouillard de Mondingus.
Hermione fut secouée d’un éclat de rire et se
pencha en avant pour prendre deux autres livres.
Un instant plus tard, Ron lui lâcha brusquement
l’épaule. Elle lui avait laissé tomber sur le pied Le
Monstrueux Livre des monstres. L’ouvrage se
libéra de la ceinture qui le maintenait fermé et fit
claquer férocement les bords de sa reliure, telles
des mâchoires, en les refermant sur la cheville de
Ron.
— Je suis désolée, je suis désolée ! s’écria
Hermione tandis que Harry arrachait le livre de la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 158 / 1250
jambe de Ron et l’attachait à nouveau.
— D’ailleurs, qu’est-ce que tu fabriques avec
tous ces livres ? interrogea Ron qui retournait vers
son lit d’un pas claudicant.
— J’essaye de décider quels sont ceux que je
vais emporter, répondit Hermione. Quand nous
serons partis à la recherche des Horcruxes.
— Ah oui, bien sûr, dit Ron, en se frappant le
front du plat de la main. J’avais oublié que nous
devions traquer Voldemort dans une librairie
ambulante.
— Ha, ha, très drôle, répliqua Hermione.
Elle examina le syllabaire Lunerousse .
— Je me demande… Aurons-nous besoin de
traduire des runes… Peut-être… Je pense que nous
devrions le prendre, pour être plus sûrs.
Elle laissa tomber le syllabaire sur le plus haut
des deux tas et prit L’Histoire de Poudlard.
— Écoutez , dit Harry.
Il s’était redressé, assis sur son lit. Ron et
Hermione le regardèrent avec le même mélange de
résignation et de défi.
— Je sais bien qu’après l’enterrement de
Dumbledore, vous m’avez dit que vous vouliez
venir avec moi, commença Harry.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 159 / 1250
— Et ça y est, c’est parti, lança Ron à Hermione,
les yeux au ciel.
— On savait qu’on y aurait droit, soupira
Hermione en se tournant à nouveau vers les livres.
Je pense que je vais prendre L’Histoire de
Poudlard. Même si nous n’y retournons pas, je ne
me sentirais pas à mon aise si je ne l’avais pas
avec…
— Écoutez ! répéta Harry.
— Non, Harry, c’est toi qui vas nous écouter,
l’interrompit Hermione. On vient avec toi. La
décision a été prise il y a des mois – des années, en
fait.
— Mais…
— Silence, lui conseilla Ron.
— Vous êtes sûrs que vous avez bien réfléchi ?
insista Harry.
— Voyons, reprit Hermione, en jetant avec un
regard féroce Randonnées avec les trolls sur la
pile des livres à ne pas emporter. Depuis plusieurs
jours, je prépare les bagages pour que nous soyons
prêts à partir à tout moment, ce qui a nécessité, je
te le signale pour ton information, des
manipulations magiques passablement difficiles.
Sans parler du stock de Polynectar préparé par Fol
Œil, que j’ai réussi à détourner sous le nez de la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 160 / 1250
mère de Ron.
« J’ai aussi modifié les souvenirs de mes
parents pour les convaincre qu’ils s’appellent en
réalité Wendell et Monica Wilkins et que la grande
ambition de leur vie est d’aller s’installer en
Australie, ce qu’ils ont fait, à l’heure qu’il est. Tout
cela pour rendre la tâche de Voldemort plus
difficile s’il veut les retrouver et les interroger à
mon sujet – ou au tien car, malheureusement, je
leur ai raconté pas mal de choses sur toi.
« En admettant que je survive à la chasse aux
Horcruxes, j’irai rejoindre papa et maman pour
lever le sortilège. Sinon… je crois que j’ai utilisé un
charme suffisamment puissant pour qu’ils
puissent vivre heureux et en toute sécurité.
Wendell et Monica Wilkins ne savent pas qu’ils
ont une fille, tu comprends ?
Les yeux d’Hermione étaient à nouveau embués
de larmes. Ron se releva de son lit, la prit encore
une fois par les épaules et regarda Harry en
fronçant les sourcils, comme pour lui reprocher
son manque de tact. Harry ne trouva rien à dire,
notamment parce qu’il était très inhabituel que
Ron donne des leçons de tact.
— Je… Hermione, je suis désolé… Je ne
m’étais…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 161 / 1250
— Pas rendu compte que Ron et moi savons
parfaitement ce que nous risquons en
t’accompagnant ? Eh bien, oui, nous le savons.
Ron, montre à Harry ce que tu as fait.
— Non, il vient de manger, répondit Ron.
— Vas-y, il faut qu’il sache !
— Bon, d’accord. Viens, Harry.
Pour la deuxième fois, il ôta son bras des
épaules d’Hermione et s’avança d’un pas lourd
vers la porte.
— Allez, viens.
— Où ? demanda Harry en suivant Ron dans le
minuscule couloir.
— Descendo , marmonna Ron, sa baguette
pointée vers le plafond bas.
Une trappe s’ouvrit juste au-dessus de leur tête
et une échelle glissa à leurs pieds. Un horrible son,
moitié gémissement, moitié bruit de succion, leur
parvint à travers l’ouverture, en même temps que
se répandait une odeur infecte, semblable à celle
d’une bouche d’égout.
— C’est votre goule ? demanda Harry.
Il n’avait jamais vraiment vu la créature qui
troublait parfois le silence de la nuit.
— Ouais, répondit Ron en grimpant l’échelle.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 162 / 1250
Viens jeter un coup d’œil.
Harry monta derrière Ron les quelques
barreaux de l’échelle qui menait dans le minuscule
espace du grenier. Il avait passé la tête et les
épaules dans l’ouverture lorsqu’il aperçut la
créature pelotonnée à un ou deux mètres de lui,
profondément endormie dans la pénombre, la
bouche largement ouverte.
— Mais elle… On dirait… C’est normal qu’une
goule porte un pyjama ?
— Non, répondit Ron. Il n’est pas non plus
normal qu’elle ait les cheveux roux et le visage
couvert de pustules.
Harry contempla la créature avec un certain
dégoût. Elle avait une taille et une forme humaines
et, maintenant que les yeux de Harry s’étaient
habitués à l’obscurité, il vit clairement qu’elle était
vêtue d’un vieux pyjama de Ron. Il savait par
ailleurs que les goules étaient généralement
visqueuses et chauves plutôt que chevelues et
recouvertes de cloques violettes, visiblement
enflammées.
— Tu vois, c’est moi, dit Ron.
— Non, je ne vois pas, répondit Harry.
— Je t’expliquerai quand on sera revenus dans
la chambre, je ne supporte pas l’odeur.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 163 / 1250
Ils redescendirent l’échelle que Ron fit
remonter dans le plafond et rejoignirent
Hermione, toujours occupée à trier les livres.
— Quand nous serons partis, la goule viendra
habiter dans ma chambre, dit Ron. Je crois qu’elle
en a très envie. Il est difficile d’en être sûr parce
qu’elle ne sait que gémir et baver, mais elle hoche
frénétiquement la tête chaque fois que j’en parle.
En tout cas, elle est censée être moi, atteint
d’éclabouille. Bon plan, non ?
Harry ne put qu’afficher sa perplexité.
— Très bon plan ! insista Ron, manifestement
contrarié que Harry n’ait pas saisi la brillante
intelligence du stratagème. Réfléchis, quand on
s’apercevra que nous ne revenons pas à Poudlard,
tout le monde pensera que nous sommes restés
avec toi, Hermione et moi, d’accord ? Ce qui
signifie que les Mangemorts iront directement voir
nos familles pour essayer d’obtenir des
informations sur l’endroit où tu te trouves.
— Si tout se passe bien, ils croiront que je suis
partie avec mes parents, dit Hermione. En ce
moment, on entend beaucoup de sorciers nés
moldus qui parlent d’aller se cacher quelque part.
— Il est impossible de cacher toute ma famille,
ça paraîtrait trop louche, reprit Ron, et d’ailleurs

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 164 / 1250
ils ne peuvent pas quitter leur travail. On va donc
faire courir le bruit que je suis atteint d’une
éclabouille grave et que je ne peux pas retourner à
l’école. Si quelqu’un passe vérifier, maman ou
papa montrera la goule couverte de pustules dans
mon lit. L’éclabouille est très contagieuse,
personne ne se risquera à approcher. Et peu
importe que la goule soit incapable de dire un mot
parce que, de toute façon, on ne peut plus parler
quand le champignon se répand jusqu’à la luette.
— Tes parents sont d’accord avec ce plan ?
demanda Harry.
— Papa, oui. Il a aidé Fred et George à
transformer la goule. Maman… tu la connais. Elle
n’acceptera jamais l’idée qu’on s’en aille, tant
qu’on ne sera pas vraiment partis.
Il y eut un long silence, brisé seulement par le
léger bruit mat que produisaient en tombant les
livres qu’Hermione continuait de jeter sur une pile
ou sur l’autre. Ron resta assis à l’observer, tandis
que Harry les regardait tour à tour, incapable de
prononcer la moindre parole. Les mesures qu’ils
avaient prises pour protéger leurs familles
constituaient la meilleure preuve qu’ils étaient
vraiment décidés à partir avec lui en étant
pleinement conscients des dangers qui les

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 165 / 1250
attendaient. Il aurait voulu leur dire tout ce que
cela signifiait pour lui, mais ne trouvait pas de
mots assez forts.
Dans le silence leur parvinrent les clameurs
étouffées de Mrs Weasley qui criait, quatre étages
plus bas.
— Ginny a sans doute oublié un grain de
poussière sur un rond de serviette à trois sous, dit
Ron. Je ne vois pas pourquoi il faut absolument
que les Delacour arrivent deux jours avant le
mariage.
— La sœur de Fleur sera demoiselle d’honneur,
elle doit être là pour la répétition et elle est trop
jeune pour venir toute seule, répondit Hermione
qui examinait d’un air indécis Flâneries avec le
spectre de la mort .
— Avoir des invités n’aidera pas maman à
calmer son stress, remarqua Ron.
Sans hésiter, Hermione jeta à la corbeille
Théorie des stratégies de défense magique mais
conserva Le Guide des écoles de sorcellerie en
Europe .
— Ce que nous devons vraiment décider, dit-
elle, c’est notre destination quand nous partirons
d’ici. Je sais que tu voulais d’abord aller à Godric’s
Hollow, Harry, et je comprends pourquoi, mais…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 166 / 1250
enfin, bon… est-ce que notre priorité ne devrait
pas être les Horcruxes ?
— Je serais d’accord avec toi si nous savions où
en trouver un, répondit Harry.
Il ne pensait pas qu’Hermione comprenait
véritablement son désir de retourner à Godric’s
Hollow. Ce n’était pas seulement la tombe de ses
parents qui l’attirait là-bas : il avait aussi le
sentiment inexplicable mais profond que cet
endroit pouvait apporter des réponses à ses
questions. Peut-être tout simplement parce que
c’était là qu’il avait survécu au Sortilège de la Mort
du Seigneur des Ténèbres. À présent qu’il était mis
au défi de renouveler cet exploit, Harry éprouvait
le besoin de retourner vers le lieu où il s’était
produit, pour essayer de comprendre.
— Ne crois-tu pas que Voldemort pourrait
surveiller Godric’s Hollow ? s’inquiéta Hermione.
Il s’attend peut-être à ce que tu y retournes pour
voir la tombe de tes parents, maintenant que tu
peux aller où tu veux.
Harry n’y avait pas pensé. Tandis qu’il
s’efforçait de trouver un argument à lui opposer,
Ron parla à son tour, réfléchissant manifestement
à haute voix :
— La personne qui a signé R.A.B., dit-il, tu sais,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 167 / 1250
celui qui a volé le médaillon.
Hermione acquiesça d’un signe de tête.
— Dans le mot qu’il a laissé, il a écrit qu’il allait
le détruire, c’est bien ça ?
Harry tira vers lui son sac à dos et en sortit le
faux Horcruxe qui contenait toujours le message
de R.A.B.
— « J’ai volé le véritable Horcruxe et j’ai
l’intention de le détruire dès que je le pourrai », lut
Harry à haute voix.
— Et s’il avait vraiment réussi à le détruire ?
demanda Ron.
— Il ou elle, précisa Hermione.
— Peu importe, dit Ron. Ça en ferait un de
moins pour nous !
— Oui, mais il faudra quand même que nous
tentions de retrouver le vrai médaillon, non ?
objecta Hermione. Pour savoir si oui ou non il a
été détruit.
— Et une fois qu’on aura mis la main dessus, on
s’y prend comment pour détruire un Horcruxe ?
— Justement, répondit Hermione, j’ai fait des
recherches à ce sujet.
— Comment ça ? s’étonna Harry. Je croyais
qu’il n’y avait pas de livres sur les Horcruxes à la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 168 / 1250
bibliothèque ?
— En effet, il n’y en a pas, admit Hermione dont
les joues avaient rosi. Dumbledore les a tous
enlevés mais il… il ne les a pas détruits.
Ron se redressa, les yeux écarquillés.
— Par le caleçon de Merlin, comment as-tu fait
pour dénicher des livres sur les Horcruxes ?
— Ce… Ce n’était pas du vol ! assura Hermione
en regardant successivement Harry et Ron d’un air
éperdu. Ils appartenaient toujours à la
bibliothèque, même si Dumbledore les avait
enlevés des étagères. Et d’ailleurs, s’il avait
vraiment voulu que personne ne puisse les
consulter, je suis sûre qu’il aurait été beaucoup
plus difficile de…
— Viens-en au fait ! s’exclama Ron.
— Eh bien… c’était facile, répondit Hermione
d’une petite voix. J’ai simplement utilisé un
sortilège d’Attraction. Vous savez… Accio … Et… ils
sont aussitôt sortis par la fenêtre du bureau de
Dumbledore en filant droit vers le dortoir des
filles.
— Quand as-tu fait ça ? demanda Harry, qui
fixait Hermione avec un mélange d’admiration et
d’incrédulité.
— Juste après son enterrement – l’enterrement

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 169 / 1250
de Dumbledore, expliqua Hermione d’une voix
encore plus fluette. Juste après avoir pris la
décision de quitter l’école pour retrouver les
Horcruxes. Quand je suis remontée chercher mes
affaires, je… j’ai pensé que plus on en saurait à ce
sujet, mieux ça vaudrait… J’étais seule là-haut…
alors, j’ai essayé… et ça a marché. Les livres se
sont engouffrés par la fenêtre ouverte et je… je les
ai mis dans ma valise.
Elle déglutit puis ajouta d’un air suppliant :
— Je suis sûre que Dumbledore ne m’en aurait
pas voulu, ce n’est pas comme si nous voulions
nous en servir pour fabriquer des Horcruxes,
non ?
— Est-ce qu’on s’est plaints de quelque chose ?
répliqua Ron. Où sont ces livres ?
Hermione fouilla quelques instants puis retira
de la pile un gros volume à la reliure de cuir noir
usée. L’air un peu dégoûté, elle le manipula avec
précaution, comme s’il s’agissait d’une créature
morte récemment.
— Voici celui qui donne des instructions
explicites sur la façon de créer un Horcruxe.
Secrets les plus sombres des forces du Mal … C’est
un livre abominable, vraiment affreux, rempli de
magie maléfique. Je me demande quand

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 170 / 1250
Dumbledore l’a retiré de la bibliothèque… S’il ne
l’a pas fait avant d’être directeur, je suis prête à
parier que Voldemort y a trouvé tous les
renseignements dont il avait besoin.
— Dans ce cas, pourquoi aurait-il demandé à
Slughorn comment fabriquer un Horcruxe, s’il
avait déjà lu tout ça ? interrogea Ron.
— Il a seulement demandé à Slughorn ce qui se
passerait si on séparait son âme en sept parties,
répondit Harry. Dumbledore était certain que
Jedusor savait déjà comment faire un Horcruxe
lorsqu’il a posé la question à Slughorn. Je crois
que tu as raison, Hermione, il aurait très bien pu
tirer ses informations de ce livre.
— Plus j’avançais dans ma lecture, reprit
Hermione, plus je trouvais cela horrible, et moins
j’arrivais à croire qu’il en ait véritablement créé
six. Le livre explique que lorsqu’on en arrache une
partie, l’âme devient très instable, même quand on
ne fabrique qu’un seul Horcruxe !
Harry se souvint que Dumbledore avait dit de
Voldemort qu’il était allé « au-delà des limites de
ce qu’on appelle habituellement le royaume du
Mal ».
— N’y a-t-il pas un moyen de reconstituer son
âme en rassemblant les morceaux ? demanda Ron.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 171 / 1250
— Si, répondit Hermione avec un pâle sourire,
mais ce serait atrocement douloureux.
— Pourquoi ? Comment y parvient-on ?
interrogea Harry.
— Par le remords, répondit Hermione. Il faut
ressentir profondément le mal qu’on a fait. Et il y a
un détail annexe. Apparemment, la douleur
éprouvée est telle qu’elle peut te détruire.
J’imagine mal Voldemort tentant l’expérience, et
vous ?
— Moi aussi, dit Ron avant que Harry ait pu
parler. Mais est-ce qu’on explique comment
détruire les Horcruxes ; dans ce livre ?
— Oui, déclara Hermione qui tournait à présent
les pages fragiles de l’ouvrage comme si elle
examinait des entrailles en décomposition. Les
sorciers sont avertis qu’ils doivent les entourer
d’enchantements très puissants. D’après tout ce
que j’ai lu, ce que Harry a fait au journal de
Jedusor est un des rares moyens efficaces
d’anéantir un Horcruxe.
— Quoi, tu veux dire le transpercer avec un
crochet de Basilic ? s’étonna Harry.
— Quelle chance ! On a justement tout un stock
de crochets de Basilic à notre disposition, lança
Ron. Je me demandais comment on allait les

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 172 / 1250
utiliser.
— Il n’est pas nécessaire que ce soit un crochet
de Basilic, reprit Hermione d’un ton patient. Il
faut quelque chose de tellement destructeur que
l’Horcruxe ne puisse pas se réparer de lui-même.
Le venin de Basilic n’a qu’un seul antidote qui est
extrêmement rare…
— Les larmes de phénix, acheva Harry avec un
hochement de tête.
— Exactement, approuva Hermione. L’ennui,
c’est qu’il existe très peu de substances aussi
destructrices que le venin de Basilic et elles sont
toutes très dangereuses à transporter. Mais il
faudra bien que nous trouvions une solution car
briser, frapper, écraser un Horcruxe n’a aucun
effet. On doit l’endommager au point qu’aucune
magie ne puisse le réparer.
— Mais même si nous détruisons la chose dans
laquelle il vit, pourquoi le fragment d’âme ne
pourrait-il pas aller s’abriter dans un autre objet ?
dit Ron.
— Parce qu’un Horcruxe est l’exact opposé d’un
être humain.
Devant l’air décontenancé de Harry et de Ron,
Hermione se hâta de poursuivre :
— Si je prenais brusquement une épée et que je

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 173 / 1250
te la passe au travers du corps, Ron, je n’infligerais
aucun dommage à ton âme.
— Ce qui serait pour moi une grande
consolation, assura Ron.
Harry éclata de rire.
— J’espère bien ! Mais ce que je veux
démontrer c’est que, quoi qu’il arrive à ton corps,
ton âme reste intacte, continua Hermione. Avec un
Horcruxe, en revanche, c’est l’inverse. La survie du
fragment d’âme qui y est enfermé dépend de son
contenant, de cette espèce de corps ensorcelé. Le
morceau d’âme ne peut plus exister sans lui.
— Ce journal a eu l’air de mourir quand j’y ai
enfoncé le crochet du Basilic, confirma Harry en se
souvenant de l’encre qui ruisselait comme du sang
sur les pages transpercées et des hurlements
poussés par le fragment de l’âme de Voldemort
avant de disparaître.
— Une fois le journal véritablement détruit, le
morceau d’âme qui y était enfermé ne pouvait
survivre. Avant toi, Ginny a essayé de se
débarrasser du journal en le jetant dans les
toilettes mais il est réapparu comme neuf.
— Attends un peu, coupa Ron, les sourcils
froncés. Le morceau d’âme contenu dans ce
journal avait pourtant possédé Ginny, n’est-ce

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 174 / 1250
pas ? Comment cela peut-il arriver ?
— Tant que l’Horcruxe est intact, le fragment
d’âme qu’il contient peut pénétrer à l’intérieur
d’une personne et en sortir à sa guise si cette
personne s’approche trop près de l’objet. Je ne
veux pas dire le toucher longtemps, ce n’est pas
une question de contact physique, ajouta-t-elle
avant que Ron ait pu intervenir. Je veux plutôt
parler d’une proximité émotionnelle. Ginny a
ouvert son cœur à ce journal, elle s’est rendue
incroyablement vulnérable. On a de gros ennuis
quand on s’attache trop à un Horcruxe, ou qu’on
en devient dépendant.
— Je me demande comment Dumbledore s’y est
pris pour détruire l’anneau, dit Harry. Pourquoi ne
lui ai-je pas posé la question ? Je n’ai jamais
vraiment…
Sa voix se perdit : il pensa à tout ce qu’il aurait
dû demander à Dumbledore. Depuis la mort du
directeur de Poudlard, il avait l’impression d’avoir
laissé passer trop d’occasions, quand il était
encore vivant, d’en savoir plus… de tout savoir…
Le silence fut brutalement brisé par le fracas de
la porte de la chambre qui s’ouvrit à la volée en
heurtant le mur avec tant de force qu’il en trembla.
Hermione poussa un cri aigu et laissa tomber les

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 175 / 1250
Secrets les plus sombres des forces du Mal.
Pattenrond fila sous le lit en crachant avec
indignation. Ron se leva d’un bond, glissa sur un
vieil emballage Chocogrenouille, et se cogna la tête
contre le mur d’en face. Harry, d’un geste
instinctif, se précipita sur sa baguette avant de
s’apercevoir qu’il se trouvait face à Mrs Weasley,
échevelée, le visage déformé par la rage.
— Je suis désolée de troubler cette petite
réunion intime, dit-elle, la voix frémissante. Je ne
doute pas que vous ayez bien besoin de repos…
mais figurez-vous qu’il y a dans ma chambre un
tas de cadeaux de mariage qui ne demandent qu’à
être triés. Or, il m’a semblé que vous étiez d’accord
pour donner un coup de main.
— Oh, oui, bien sûr, s’exclama Hermione, qui se
leva aussitôt, l’air terrifié, envoyant des livres voler
en tous sens. Nous allons… Nous sommes
désolés…
Elle lança un regard anxieux à Harry et à Ron,
puis sortit de la pièce derrière Mrs Weasley.
— J’ai l’impression d’être un elfe de maison, se
plaignit Ron à voix basse, en se massant la tête.
Sauf que je n’ai pas la satisfaction du travail
accompli. Plus vite ce mariage sera terminé, plus
je serai content, ajouta-t-il tandis qu’il leur

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 176 / 1250
emboîtait le pas en compagnie de Harry.
— Ouais, répondit celui-ci. Nous n’aurons plus
rien d’autre à faire qu’à trouver les Horcruxes… Ça
ressemblera à des vacances…
Ron se mit à rire mais, lorsqu’il vit l’énorme tas
de cadeaux qui les attendait dans la chambre de
Mrs Weasley, son rire s’étrangla soudain dans sa
gorge.
Les Delacour arrivèrent le lendemain matin à
onze heures. Harry, Ron, Hermione et Ginny
éprouvaient une franche animosité à l’égard de la
famille de Fleur, et ce fut avec mauvaise grâce que
Ron remonta dans sa chambre pour mettre des
chaussettes identiques et que Harry s’efforça
d’aplatir ses cheveux en bataille. Lorsque
Mrs Weasley estima qu’ils étaient suffisamment
présentables, ils se rassemblèrent dans la cour
ensoleillée, à l’arrière de la maison, pour y
attendre les invités.
Harry n’avait jamais vu l’endroit aussi
impeccable. Le chaudron rouillé et les vieilles
bottes qui encombraient habituellement les
marches avaient disparu, remplacés par deux
nouvelles plantes à Pipaillon qui se dressaient
dans de grands pots disposés de chaque côté de la
porte. Bien qu’il n’y eût aucune brise, les feuilles se

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 177 / 1250
balançaient paresseusement, dans un élégant
mouvement d’ondulation. Les poulets avaient été
enfermés, la cour balayée, et la végétation du
jardin contigu soigneusement taillée, élaguée,
remodelée dans son ensemble. Mais Harry, qui la
préférait dense et touffue, trouvait le jardin un peu
triste quand on n’y voyait pas gambader les
habituelles cohortes de gnomes.
Il n’aurait su dire combien de sortilèges de
Protection avaient été déployés autour du Terrier,
à la fois par l’Ordre et par le ministère. Tout ce
qu’il savait, c’était qu’on ne pouvait plus y entrer
ou en sortir directement par des moyens
magiques. Aussi, Mr Weasley était allé attendre les
Delacour au sommet d’une colline voisine où ils
devaient arriver par Portoloin. Leur approche fut
signalée par un rire étrangement aigu qui se révéla
être celui de Mr Weasley. Quelques instants plus
tard, il apparut à la porte, chargé de bagages et
montrant le chemin à une très belle femme
blonde, vêtue d’une longue robe vert foncé, qui ne
pouvait être que la mère de Fleur.
— Maman ! s’écria Fleur en se précipitant pour
la serrer dans ses bras. Papa ! Monsieur Delacour
était loin d’avoir le charme de son épouse. Il avait
une tête de moins qu’elle, une silhouette très
enveloppée et une barbichette noire et pointue,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 178 / 1250
mais il semblait d’une bonne nature. Chaussé de
bottes à talons hauts, il s’avança d’un pas
bondissant vers Mrs Weasley et l’embrassa deux
fois sur chaque joue, la laissant dans un état de
grande confusion.
— Il ne fallait pas vous donner tant de mal,
déclara-t-il d’une voix grave. Fleur nous a expliqué
que vous avez eu un gros travail. Beaucoup de
« ardoueurk », comme on dit chez vous.
— Oh, ce n’est rien, ce n’est rien ! roucoula
Mrs Weasley. Nous ne nous sommes donné aucun
mal, c’était un plaisir.
Ron se défoula en décochant un coup de pied à
un gnome qui avait passé la tête derrière l’une des
plantes à Pipaillon.
— Chère Milady ! s’exclama d’un air rayonnant
Monsieur Delacour, qui tenait toujours la main de
Mrs Weasley entre ses doigts potelés. Croyez bien
que l’union entre nos deux familles qui s’avance à
grands pas sera pour nous un honneur
considérable ! Permettez que je vous présente mon
épouse Apolline.
Madame Delacour s’approcha avec grâce et se
pencha vers Mrs Weasley pour l’embrasser à son
tour.
— Enchantée, dit-elle. Votre mari nous a conté

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 179 / 1250
des histoires d’une exquise drôlerie !
Mr Weasley eut un petit rire nerveux.
Mrs Weasley lui lança un regard qui le fit taire
aussitôt et le visage de Mr Weasley prit
l’expression de quelqu’un qui rendrait visite à un
ami proche sur son lit de mort.
— Bien entendu, vous connaissez déjà
Gabrielle, ma fille cadette ! poursuivit Monsieur
Delacour.
Gabrielle ressemblait à Fleur en miniature. Elle
avait onze ans et une longue chevelure d’un blond
pur, argenté, qui lui tombait jusqu’à la taille. Elle
adressa à Mrs Weasley un sourire éclatant et ta
serra dans ses bras, puis lança à Harry un regard
de braise en battant des cils. Ginny s’éclaircit
bruyamment la gorge.
— Eh bien, venez, entrez ! dit Mrs Weasley d’un
ton joyeux.
Et elle emmena les Delacour à l’intérieur de la
maison à grand renfort de : « Allez-y, s’il vous
plaît ! », « Après vous, je vous en prie ! », « je n’en
ferai rien ! »
Les Delacour se révélèrent des hôtes plaisants
et serviables. Ils étaient contents de tout et ravis
d’aider aux préparatifs du mariage. Monsieur
Delacour qualifiait tout ce qu’on lui montrait de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 180 / 1250
« Charming , comme on dit chez vous », depuis le
plan de table jusqu’aux chaussures des
demoiselles d’honneur. Madame Delacour était
une virtuose des sortilèges ménagers et nettoya
impeccablement le four en un tournemain.
Gabrielle ne quittait pas sa sœur aînée, essayant
d’apporter son aide de toutes les manières
possibles, parlant sans cesse dans un français trop
rapide pour qu’on puisse la comprendre.
Le Terrier n’était malheureusement pas conçu
pour héberger tant de monde. Mr et Mrs Weasley
dormaient à présent dans le salon après avoir
insisté pour que Monsieur et Madame Delacour
occupent leur chambre en faisant taire à grands
cris leurs protestations. Gabrielle dormait avec
Fleur dans l’ancienne chambre de Percy et Bill
partagerait la sienne avec Charlie, son garçon
d’honneur, lorsque celui-ci arriverait de
Roumanie. Harry, Ron et Hermione n’avaient
pratiquement plus d’occasions de se retrouver
ensemble pour établir leurs plans et en désespoir
de cause, ils se portèrent volontaires pour aller
nourrir les poulets, dans le seul but d’échapper à la
maison surpeuplée.
— Elle ne veut toujours pas nous laisser seuls !
gronda Ron lorsque leur deuxième tentative de
réunion dans la cour fut contrariée par l’apparition

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 181 / 1250
de Mrs Weasley, un grand panier de lessive sous le
bras.
— Ah, très bien, vous avez donné à manger aux
poulets, lança-t-elle en venant vers eux. On ferait
bien de les enfermer de nouveau avant l’arrivée
des ouvriers, demain… Ils doivent monter le
chapiteau, expliqua-t-elle.
Mrs Weasley s’arrêta pour s’appuyer contre le
mur du poulailler. Elle paraissait épuisée.
— Les chapiteaux magiques Millamant … Ce
sont les meilleurs. Bill va les escorter. Tu ferais
bien de rester à l’intérieur pendant qu’ils seront là,
Harry. Je dois dire que ça complique un peu les
choses d’organiser un mariage avec tous ces
sortilèges de Protection autour de nous.
— Je suis désolé, dit humblement Harry.
— Allons, ne sois pas stupide, mon chéri !
répliqua Mrs Weasley. Je ne voulais pas dire… Tu
sais bien que ta sécurité passe avant tout ! Au fait,
Harry, je voulais te demander comment tu voulais
fêter ton anniversaire. Le jour de tes dix-sept ans,
c’est important…
— Je voudrais quelque chose de tranquille, dit
précipitamment Harry, en songeant à l’effort
supplémentaire qui en résulterait pour eux tous.
Sincèrement, Mrs Weasley, un simple dîner serait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 182 / 1250
parfait… C’est la veille du mariage…
— Très bien, si tu es sûr que cela te convient. Je
pourrais peut-être inviter Remus et Tonks, qu’en
penses-tu ? Et Hagrid ?
— Ce serait formidable, répondit Harry. Mais,
s’il vous plaît, ne vous donnez pas trop de mal.
— Pas du tout, pas du tout… Ce sera un plaisir.
Elle le regarda, d’un long regard pénétrant, puis
elle eut un petit sourire triste, se redressa et
s’éloigna. Harry la vit agiter sa baguette près de la
corde à linge. Les vêtements humides s’élevèrent
aussitôt du panier pour aller se suspendre tout
seuls et Harry sentit soudain monter en lui comme
une vague de remords en pensant à toutes les
difficultés, à toutes les souffrances qu’il lui
infligeait.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 183 / 1250
7
L E TESTAMENT D ’A LBUS
D UMBLEDORE
l marchait le long d’une route de montagne,
dans la lumière fraîche et bleue de l’aube.
Loin au-dessous de lui, enveloppée de brume, il
voyait l’ombre d’une petite ville. L’homme qu’il
cherchait était-il là-bas ? L’homme à qui il avait
tant besoin de parler qu’il ne pensait plus guère à
autre chose, l’homme qui détenait la solution, la
solution à son problème… I
— Hé, réveille-toi.
Harry ouvrit les yeux. Il était à nouveau allongé
sur le lit de camp, dans la chambre miteuse de
Ron, sous les toits. Le soleil n’était pas encore levé
et la pièce était plongée dans la pénombre.
Coquecigrue dormait, la tête sous son aile
minuscule. Harry sentait des picotements dans la
cicatrice de son front.
— Tu murmurais dans ton sommeil.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 184 / 1250
— Ah bon ?
— Oui. Tu n’arrêtais pas de répéter
« Gregorovitch ».
Harry n’avait pas ses lunettes et le visage de
Ron lui apparaissait légèrement flou.
— Qui est Gregorovitch ?
— Je ne sais pas. C’est toi qui parlais de lui.
Harry se massa le front, réfléchissant. Il avait la
vague impression d’avoir déjà entendu ce nom
mais il ne se rappelait plus où.
— Je crois que Voldemort le cherche.
— Le malheureux, dit Ron, sincère.
Harry se redressa, frottant toujours sa cicatrice.
Il était tout à fait réveillé, à présent, et essaya de se
souvenir exactement de ce qu’il avait vu dans son
rêve. Mais tout ce qui lui revenait en mémoire,
c’était un paysage de montagne et les contours
d’un village niché au creux d’une vallée profonde.
— Je pense qu’il est à l’étranger.
— Qui, Gregorovitch ?
— Non, Voldemort. Je pense qu’il est quelque
part à l’étranger, à la recherche de Gregorovitch.
Ça ne ressemblait pas à l’Angleterre.
— Tu crois que tu voyais à nouveau dans sa
tête ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 185 / 1250
Ron semblait préoccupé.
— S’il te plaît, ne le dis pas à Hermione, lui
demanda Harry. D’ailleurs, comment voudrait-elle
que je fasse pour ne plus rien voir dans mes
rêves ?
Réfléchissant toujours, il regarda le petit
Coquecigrue dans sa cage… Pourquoi le nom de
Gregorovitch lui était-il connu ?
— Je crois, dit-il lentement, qu’il a quelque
chose à voir avec le Quidditch. Il y a un lien mais
je n’arrive pas… je n’arrive pas à trouver lequel.
— Le Quidditch ? s’étonna Ron. Tu ne penserais
pas à Gorgovitch, par hasard ?
— Qui ?
— Dragomir Gorgovitch, poursuiveur, transféré
dans l’équipe des Canons de Chudley pour une
somme astronomique il y a deux ans. Détient le
record du joueur qui a le plus souvent lâché le
Souafle en une saison.
— Non, répondit Harry. Je ne pensais pas du
tout à Gorgovitch.
— Moi aussi, j’essaye de ne pas y penser. En
tout cas, joyeux anniversaire.
— Waoo … C’est vrai, j’avais oublié ! J’ai dix-
sept ans !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 186 / 1250
Harry prit sa baguette posée à côté du lit de
camp, la pointa sur le bureau encombré où il avait
laissé ses lunettes et prononça la formule :
— Accio lunettes !
Bien qu’elles ne fussent qu’à une trentaine de
centimètres de distance, il éprouva une immense
satisfaction à les voir filer vers lui, tout au moins
jusqu’à l’instant où il les reçut en plein dans l’œil.
— Joli, ricana Ron.
Ravi que la Trace soit enfin supprimée, Harry
envoya les objets de Ron voler à travers la pièce,
réveillant Coquecigrue qui s’agita frénétiquement
dans sa cage. Il tenta aussi de nouer les lacets de
ses baskets par la magie (il fallut plusieurs
minutes pour dénouer à la main le nœud qui en
résulta) et, pour le simple plaisir, colora d’un bleu
vif les robes orange que portaient les joueurs des
Canons de Chudley sur les affiches de Ron.
— Si j’étais toi, je fermerais ma braguette à la
main, conseilla Ron, qui eut un petit rire moqueur
en voyant Harry baisser les yeux pour vérifier.
Voici ton cadeau. Ouvre-le ici, je ne veux pas que
ma mère le voie.
— Un livre ? s’étonna Harry en prenant le
paquet rectangulaire. Une petite entorse à la
tradition, on dirait ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 187 / 1250
— Il ne s’agit pas de n’importe quel livre, dit
Ron. C’est de l’or pur : Douze moyens infaillibles
de séduire les sorcières. Il explique tout ce qu’on
doit savoir sur les filles. Si seulement je l’avais eu
l’année dernière, j’aurais su exactement quoi faire
pour me débarrasser de Lavande et j’aurais su
aussi comment m’y prendre avec… Enfin, bon,
Fred et George m’en ont donné un exemplaire et
j’y ai appris beaucoup de choses. Tu vas être
surpris, ce n’est pas juste une question de baguette
magique.
Lorsqu’ils descendirent dans la cuisine, ils
trouvèrent une pile de cadeaux sur la table. Bill et
Monsieur Delacour finissaient leur petit déjeuner,
tandis que Mrs Weasley, debout devant sa poêle à
frire, bavardait avec eux.
— Arthur m’a chargée de te souhaiter un joyeux
anniversaire pour tes dix-sept ans, dit
Mrs Weasley en lui adressant un sourire radieux.
Il a dû partir tôt pour aller travailler mais il
reviendra à l’heure du dîner. Notre cadeau est le
premier de la pile.
Harry s’assit, prit le paquet carré qu’elle lui
avait montré et déchira l’emballage. Il trouva à
l’intérieur une montre très semblable à celle que
Mr et Mrs Weasley avaient donnée à Ron pour ses

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 188 / 1250
dix-sept ans. Elle était en or avec des étoiles qui
tournaient autour du cadran en guise d’aiguilles.
— Il est de tradition d’offrir une montre à un
sorcier qui atteint sa majorité, expliqua
Mrs Weasley, en l’observant d’un œil anxieux, à
côté de sa cuisinière. J’ai bien peur que celle-ci ne
soit pas neuve comme l’était celle de Ron. En fait,
c’était celle de mon frère Fabian qui n’était pas
très soigneux avec ses affaires. Le dos est un peu
bosselé, mais…
Le reste de ses paroles se perdit. Harry s’était
levé et la serrait contre lui. Il s’efforça d’exprimer
dans cette étreinte beaucoup de choses qu’il ne
pouvait traduire en mots et peut-être les comprit-
elle car lorsqu’il la relâcha, elle lui tapota
maladroitement la joue, puis agita sa baguette
magique un peu à l’aveuglette, projetant hors de la
poêle plusieurs tranches de lard qui tombèrent sur
le sol.
— Joyeux anniversaire, Harry ! lança Hermione
qui fit irruption dans la cuisine et ajouta son
propre cadeau au sommet de la pile. Ce n’est pas
grand-chose, mais j’espère que ça te plaira. Qu’est-
ce que tu lui as offert ? demanda-t-elle à Ron, qui
sembla ne pas l’avoir entendue.
— Vas-y, ouvre le cadeau d’Hermione ! dit-il.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 189 / 1250
Elle lui avait acheté un nouveau Scrutoscope.
Les autres paquets contenaient un rasoir enchanté
offert par Bill et Fleur (« Alors, là, vous n’aurez
jamais eu la peau aussi douce quand vous vous
serez rasé avec ça, lui assura Monsieur Delacour.
Mais attention, il faut lui demander clairement ce
que vous voulez… Sinon, hou, là, là, vous vous
retrouverez avec un peu moins de cheveux que
prévu…»). Il y avait aussi des chocolats apportés
par les Delacour et une énorme boîte des derniers
articles en provenance des Farces pour sorciers
facétieux, envoyée par Fred et George.
Harry, Ron et Hermione ne restèrent pas
longtemps à table, car avec l’arrivée de Madame
Delacour, de Fleur et de Gabrielle, il y eut un peu
trop de monde dans la cuisine pour qu’ils s’y
sentent à l’aise.
— Je vais les mettre dans ton sac pour toi, dit
Hermione d’un ton léger en prenant les cadeaux
des bras de Harry tandis qu’ils remontaient tous
trois l’escalier. J’ai presque fini les bagages,
j’attends simplement que le reste de tes caleçons
soient lavés, Ron.
Les balbutiements de Ron furent interrompus
par le bruit d’une porte qui s’ouvrait au premier
étage.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 190 / 1250
— Harry, tu veux bien venir un instant ?
C’était Ginny. Ron s’immobilisa brusquement
mais Hermione le prit par le bras et l’entraîna avec
elle en haut des marches. Un peu inquiet, Harry
suivit Ginny dans sa chambre.
Il n’y était encore jamais entré. Elle était petite
mais lumineuse. Une grande affiche des Bizarr’
Sisters ornait l’un des murs et une image de
Gwenog Jones, capitaine de l’équipe
exclusivement féminine des Harpies de Holyhead,
était accrochée au mur d’en face. Il y avait un
bureau devant la fenêtre ouverte qui donnait sur le
verger où, l’année précédente, Ginny et lui avaient
joué au Quidditch en double, avec Ron et
Hermione. L’endroit était maintenant occupé par
un grand chapiteau d’un blanc nacré. L’étendard
doré qui flottait à son sommet était au niveau de la
fenêtre.
Ginny regarda Harry dans les yeux, prit une
profonde inspiration et dit :
— Joyeux anniversaire.
— Ouais… merci.
Elle le fixait sans ciller. Lui, en revanche, avait
du mal à soutenir son regard. C’était comme s’il
avait une lueur éclatante devant les yeux.
— Jolie vue, dit-il d’une voix faible en montrant

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 191 / 1250
la fenêtre.
Elle ne prêta aucune attention à sa remarque et
il ne pouvait lui en vouloir.
— Je ne savais pas quoi t’offrir, dit-elle.
— Tu n’es pas obligée de me faire de cadeau.
Cette fois encore, elle ignora sa réponse.
— Je ne savais pas ce qui te serait utile. Rien de
trop grand parce que tu ne pourrais pas l’emporter
avec toi.
Il se risqua à lui jeter un regard. Elle n’avait pas
les larmes aux yeux. C’était l’une des nombreuses
et merveilleuses qualités de Ginny, elle pleurait
rarement. Souvent, il se disait que le fait d’avoir
six frères avait dû l’endurcir.
Elle s’avança d’un pas vers lui.
— J’ai donc eu l’idée de t’offrir quelque chose
pour que tu te souviennes de moi, au cas, par
exemple, où tu rencontrerais une Vélane pendant
que tu seras parti faire je ne sais quoi.
— Pour être franc, je ne crois pas que j’aurai
beaucoup d’occasions d’inviter des filles à dîner, là
où je serai.
— C’est l’espoir que j’avais, murmura-t-elle.
Elle l’embrassa alors comme jamais elle ne
l’avait embrassé auparavant, et Harry lui rendit

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 192 / 1250
son baiser, se laissant envahir par une délicieuse
sensation d’oubli que jamais le whisky Pur Feu
n’aurait pu lui procurer. La seule réalité qui
comptait au monde, c’était elle. Ginny. Il la sentait
contre lui, une main au creux de son dos, l’autre
caressant ses longs cheveux au parfum suave.
Derrière eux, la porte s’ouvrit soudain à la
volée. Ils sursautèrent, s’écartant l’un de l’autre.
— Oh, dit Ron, fort à propos. Désolé.
— Ron !
Hermione était juste derrière lui, légèrement
essoufflée. Il y eut un silence tendu puis, d’une
petite voix, Ginny lança.
— En tout cas, joyeux anniversaire, Harry.
Ron avait les oreilles écarlates. Hermione
paraissait mal à l’aise. Harry aurait voulu leur
claquer la porte au nez mais on aurait dit qu’un
courant d’air glacé avait pénétré dans la pièce et
son moment de félicité avait éclaté comme une
bulle de savon. Toutes les raisons qu’il avait de
mettre fin à sa liaison avec Ginny, de s’éloigner
d’elle le plus possible, étaient revenues
sournoisement dans la pièce lorsque Ron en avait
ouvert la porte, et le bonheur de cet instant d’oubli
s’était volatilisé.
Il regarda Ginny, voulant lui dire quelque

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 193 / 1250
chose, même s’il ne savait pas quoi, mais elle lui
avait tourné le dos. Il pensa que pour une fois
peut-être, elle s’était laissé gagner par les larmes.
Devant Ron, cependant, il ne pouvait rien faire
pour la consoler.
— À tout à l’heure, dit-il et il suivit les deux
autres dans le couloir.
Ron descendit les escaliers d’un air décidé,
traversa la cuisine toujours bondée et sortit dans
la cour. Harry lui avait emboîté le pas, Hermione
trottinant derrière eux, visiblement effrayée.
Lorsqu’il eut atteint l’espace désert de la
pelouse fraîchement tondue, Ron se tourna vers
Harry.
— Tu l’as laissée tomber. Pourquoi tu t’amuses
avec elle, maintenant ?
— Je ne m’amuse pas avec elle, protesta Harry,
alors qu’Hermione les rejoignait.
— Ron…
Mais Ron leva la main pour la faire taire.
— Elle avait le moral à zéro quand tu as
rompu…
— Moi aussi. Tu sais très bien pourquoi j’ai
rompu. Ce n’était pas parce que j’en avais envie.
— Oui mais maintenant, tu vas dans sa

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 194 / 1250
chambre pour la bécoter et elle va de nouveau
s’imaginer des choses…
— Elle n’est pas idiote, elle sait que c’est
impossible, elle ne s’attend pas à… à ce qu’on
finisse mariés, ou…
En même temps qu’il parlait, Harry voyait
surgir dans sa tête l’image éclatante de Ginny,
vêtue d’une robe blanche et se mariant avec un
inconnu sans visage, grand et antipathique. Dans
un instant de vertige, cette idée le frappa soudain :
l’avenir de Ginny était libre, débarrassé de toute
entrave, alors que le sien… Il n’avait devant lui que
Voldemort.
— Si tu commences à la tripoter à la première
occasion…
— Ça n’arrivera plus, coupa Harry d’un ton
brusque.
Le ciel était sans nuages mais il avait
l’impression que le soleil avait disparu.
— OK ? ajouta-t-il.
Ron paraissait moitié indigné, moitié penaud. Il
se balança d’avant en arrière sur ses talons puis
répondit :
— Bon, alors, c’est… ouais, d’accord.
Ce jour-là, Ginny ne chercha plus à se retrouver

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 195 / 1250
en tête à tête avec Harry. Elle n’eut aucun regard,
aucun geste qui puisse laisser croire qu’ils avaient
partagé autre chose qu’une conversation polie
quand il s’était trouvé dans sa chambre. L’arrivée
de Charlie fut toutefois un soulagement pour
Harry. Elle lui offrit une distraction de choix
lorsque Mrs Weasley obligea son fils à s’asseoir
dans un fauteuil et leva sa baguette d’un geste
menaçant en lui annonçant qu’il allait enfin avoir
une bonne coupe de cheveux.
Comme le dîner d’anniversaire de Harry aurait
rempli à craquer la cuisine du Terrier, même avant
l’arrivée de Charlie, Lupin, Tonks et Hagrid, des
tables furent disposées bout à bout dans le jardin.
Fred et George ensorcelèrent des lanternes
violettes, toutes marquées du chiffre 17, pour
qu’elles restent suspendues d’elles-mêmes dans les
airs, au-dessus des invités. Grâce aux bons soins
de Mrs Weasley, la blessure de George était nette
et propre, mais Harry ne s’était toujours pas
habitué à voir un trou sombre sur le côté de sa
tête, malgré les nombreuses plaisanteries des
jumeaux à ce sujet.
Hermione fit jaillir de l’extrémité de sa baguette
des serpentins dorés et violets qui vinrent
s’enrouler comme une véritable œuvre d’art
autour des arbres et des buissons.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 196 / 1250
— Très beau, dit Ron tandis que, d’un dernier
mouvement de sa baguette, Hermione colorait d’or
les feuilles du pommier sauvage. Tu as vraiment
l’œil pour ces choses-là.
— Merci, Ron ! répondit Hermione, à la fois
ravie et un peu perplexe.
Harry se détourna, se souriant à lui-même. Il
avait l’étrange impression que, lorsqu’il aurait le
temps de le lire, il trouverait un chapitre sur les
compliments dans Douze moyens infaillibles de
séduire les sorcières. Il croisa le regard de Ginny
et lui sourit avant de se rappeler sa promesse à
Ron. Il s’empressa alors d’engager la conversation
avec Monsieur Delacour.
— Attention devant, attention devant ! lança
Mrs Weasley d’une voix chantante.
Elle franchit la porte du jardin, précédée d’un
objet semblable à un Vif d’or géant, de la taille
d’un ballon de plage, qui flottait devant elle. Un
instant plus tard, Harry s’aperçut qu’il s’agissait de
son gâteau d’anniversaire que Mrs Weasley
préférait transporter par la voie des airs, à l’aide
de sa baguette magique, plutôt que de prendre le
risque de le porter elle-même sur ce sol inégal.
Quand le gâteau eut enfin atterri au milieu de la
longue table, Harry s’exclama :

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 197 / 1250
— Ça a l’air absolument magnifique,
Mrs Weasley.
— Oh, ce n’est rien, mon chéri, répondit-elle
d’un ton affectueux.
Par-dessus l’épaule de sa mère, Ron leva les
deux pouces vers Harry en formant sur ses lèvres
les mots : « Très bon. »
Vers sept heures du soir, tous les invités étaient
arrivés, sous la conduite de Fred et de George qui
les avaient attendus au bout de la route. Pour
l’occasion, Hagrid portait son plus beau – et
horrible – costume marron et pelucheux. Malgré
le grand sourire que Lupin lui adressa en lui
serrant la main, Harry trouva qu’il avait l’air
malheureux. C’était curieux, car Tonks, qui se
tenait à côté de lui, paraissait tout simplement
radieuse.
— Joyeux anniversaire, Harry, dit-elle, et elle le
serra dans ses bras.
— Alors, ça y est, tu as dix-sept ans ? lança
Hagrid en prenant le verre de vin de la taille d’un
seau que lui tendait Fred. Ça fait six ans qu’on
s’est vus pour la première fois, Harry, tu te
souviens ?
— Vaguement, répondit celui-ci avec un
sourire. C’était le jour où vous avez défoncé la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 198 / 1250
porte, où vous avez fait pousser une queue de
cochon à Dudley et où vous m’avez annoncé que
j’étais un sorcier ?
— J’ai oublié les détails, gloussa Hagrid. Ça va,
Ron, Hermione ?
— Très bien, assura Hermione. Et vous ?
— Oh, pas mal. Beaucoup de travail, on a eu des
bébés licornes, je vous les montrerai quand vous
reviendrez.
Harry évita le regard de Ron et d’Hermione
pendant que Hagrid fouillait dans sa poche.
— Tiens, Harry, reprit Hagrid. Savais pas quoi
t’offrir, mais je me suis rappelé que j’avais ça.
Il sortit une petite bourse à l’aspect légèrement
duveteux, dotée d’un long cordon destiné de toute
évidence à être passé autour du cou.
— De la peau de Moke. On peut cacher ce qu’on
veut, là-dedans et seul son propriétaire peut
récupérer ce qu’il y a mis. Rares, ces trucs-là.
— Merci, Hagrid !
— Oh, c’est rien, dit-il en agitant une main de la
taille d’un couvercle de poubelle. Et voilà Charlie !
Je l’ai toujours bien aimé, celui-là… Hé ! Charlie !
Charlie s’approcha, passant les doigts d’un air
un peu triste sur ses cheveux brutalement

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 199 / 1250
raccourcis. Il était plus petit que Ron, trapu, et ses
bras musculeux portaient de nombreuses traces de
coups de griffes et de brûlures.
— Salut, Hagrid, comment ça va ?
— Ça fait une éternité que je voulais t’écrire.
Comment va Norbert ?
— Norbert ? s’esclaffa Charlie. Le Norvégien à
crête ? On l’appelle Norberta, maintenant.
— Qu … Norbert, une fille ?
— Eh oui, dit Charlie.
— Comment peut-on le savoir ? interrogea
Hermione.
— Elles sont beaucoup plus féroces, répondit
Charlie.
Il regarda par-dessus son épaule et baissa la
voix.
— Je voudrais bien que papa se dépêche de
revenir. Maman commence à s’inquiéter.
Ils se tournèrent tous vers Mrs Weasley. Elle
essayait de bavarder avec Madame Delacour en
jetant des coups d’œil répétés vers le portail.
— Je crois que nous devrions commencer sans
attendre Arthur, annonça-t-elle à la cantonade. Il
a dû être retenu… Oh !
Ils la virent tous en même temps : une traînée

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 200 / 1250
de lumière qui vola à travers la cour et atterrit sur
la table où elle se transforma en une belette d’une
éclatante couleur argentée. Se dressant sur ses
pattes de derrière, elle parla avec la voix de
Mr Weasley :
— Le ministre de la Magie va venir avec moi.
Puis le Patronus se dissipa dans les airs, alors
que la famille de Fleur continuait de regarder
bouche bée l’endroit d’où il venait de se volatiliser.
— Il ne faut pas que nous restions ici, dit
aussitôt Lupin. Harry, je suis désolé, je
t’expliquerai plus tard…
Il saisit Tonks par le poignet et l’entraîna avec
lui. Ils allèrent jusqu’à la clôture, l’enjambèrent
puis disparurent. Mrs Weasley sembla
déconcertée.
— Le ministre ? Mais pourquoi ? Je ne
comprends pas…
Ils n’eurent cependant pas le temps d’en dire
davantage. Une seconde plus tard, Mr Weasley se
matérialisa devant le portail, accompagné de
Rufus Scrimgeour, immédiatement reconnaissable
à sa crinière de cheveux grisonnants.
D’un pas énergique, les deux nouveaux venus
traversèrent la cour en direction du jardin et de la
table éclairée par les lanternes, autour de laquelle

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 201 / 1250
tout le monde était assis en silence, les regardant
s’approcher. Lorsque Scrimgeour s’avança dans la
lumière, Harry remarqua qu’il paraissait beaucoup
plus vieux que lors de leur dernière rencontre. Il
avait l’air décharné, la mine sinistre.
— Désolé de cette intrusion, s’excusa
Scrimgeour en marchant jusqu’à la table d’un pas
boitillant. D’autant plus que je tombe en pleine
fête, à ce que je vois.
Son regard s’attarda un instant sur le gâteau en
forme de Vif d’or géant.
— Tous mes vœux.
— Merci, répondit Harry.
— Je souhaiterais m’entretenir avec vous en
particulier, poursuivit Scrimgeour. Ainsi qu’avec
Mr Ronald Weasley et Miss Hermione Granger.
— Nous ? s’étonna Ron. Pourquoi nous ?
— Je vous expliquerai tout cela lorsque nous
serons dans un lieu plus discret, dit le ministre.
Pouvez-vous m’indiquer un tel endroit ? demanda-
t-il à Mr Weasley.
— Oui, bien sûr, répondit ce dernier, mal à
l’aise. Le., heu… le salon. Pourquoi ne pas vous
installer là-bas ?
— Montrez-nous donc le chemin, dit

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 202 / 1250
Scrimgeour à Ron. Il n’est pas nécessaire de nous
accompagner, Arthur.
Au moment où il se levait de table avec Ron et
Hermione, Harry vit Mr Weasley échanger un
regard inquiet avec Mrs Weasley. Tandis qu’ils
ouvraient la marche en silence, Harry sut que les
deux autres pensaient la même chose que lui :
Scrimgeour avait dû apprendre, d’une manière ou
d’une autre, qu’ils avaient tous les trois l’intention
d’abandonner Poudlard.
Scrimgeour ne prononça pas un mot lorsqu’ils
traversèrent la cuisine en désordre pour se rendre
dans le salon du Terrier. La tombée du jour
baignait encore le jardin d’une lumière douce et
dorée, la maison, en revanche était déjà plongée
dans l’obscurité. En entrant, Harry donna un petit
coup de baguette vers les lampes à huile qui
illuminèrent aussitôt la pièce un peu défraîchie
mais confortable. Scrimgeour s’assit dans le
fauteuil défoncé que Mr Weasley occupait
ordinairement, laissant Harry, Ron et Hermione
se serrer sur le canapé. Une fois qu’ils furent
installés, Scrimgeour prit la parole :
— J’ai des questions à poser à chacun d’entre
vous et je pense qu’il vaudra mieux que je le fasse
seul à seul. Si vous voulez bien attendre en haut,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 203 / 1250
tous les deux – il montra Harry et Hermione –, je
commencerai par Ronald.
— Nous ne bougerons pas d’ici, répliqua Harry,
approuvé par Hermione qui hocha
vigoureusement la tête. Vous nous parlerez à tous
les trois ensemble ou pas du tout.
Scrimgeour jaugea Harry d’un regard froid.
Harry eut l’impression que le ministre se
demandait s’il valait la peine d’ouvrir déjà les
hostilités.
— Très bien, dans ce cas, restons ensemble, dit-
il avec un haussement d’épaules.
Il s’éclaircit la gorge avant de continuer :
— Comme vous le savez sûrement, c’est le
testament d’Albus Dumbledore qui m’amène ici.
Harry, Ron et Hermione échangèrent un
regard.
— Apparemment, il s’agit d’une surprise ! Vous
ignoriez donc que Dumbledore vous avait légué
quelque chose ?
— À… À tous les trois ? demanda Ron. À
Hermione et à moi aussi ?
— Oui, à tous les trois…
Mais Harry l’interrompit :
— Dumbledore est mort il y a plus d’un mois.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 204 / 1250
Pourquoi faut-il si longtemps pour nous donner
cet héritage ?
— C’est évident, non ? intervint Hermione
avant que Scrimgeour ait pu répondre. Ils
voulaient examiner ce qu’il nous a laissé. Vous
n’aviez aucun droit de faire ça ! ajouta-t-elle d’une
voix qui tremblait légèrement.
— J’avais tous les droits, répliqua Scrimgeour
avec dédain. Le décret sur les Confiscations
légitimes donne au ministère le pouvoir de
confisquer le contenu d’un testament…
— Cette loi a été créée pour empêcher les
sorciers de léguer des instruments de magie noire,
objecta Hermione, et le ministère doit d’abord
posséder des preuves que les objets en possession
du défunt sont illégaux avant de les saisir ! Vous
voulez insinuer que Dumbledore a essayé de nous
transmettre quelque chose de maléfique ?
— Avez-vous l’intention de faire carrière dans la
justice magique, Miss Granger ? interrogea
Scrimgeour.
— Non, pas du tout, répliqua Hermione.
J’espère plutôt pouvoir faire un peu de bien dans
le monde !
Ron éclata de rire. Scrimgeour tourna un rapide
regard vers lui puis fixa à nouveau Harry lorsque

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 205 / 1250
celui-ci parla :
— Alors, pourquoi avez-vous décidé maintenant
que nous pouvions recevoir ce qui nous revient ?
Vous n’avez pas trouvé de prétexte pour le garder ?
— Non, c’est simplement parce que le délai de
trente et un jours est écoulé, répondit aussitôt
Hermione. Ils ne peuvent pas conserver les objets
plus longtemps à moins d’avoir pu prouver qu’ils
étaient dangereux. C’est bien ça ?
— Diriez-vous que vous étiez proche de
Dumbledore, Ronald ? demanda Scrimgeour, sans
prêter attention à Hermione.
Ron parut surpris.
— Moi ? Non… pas vraiment… C’était toujours
Harry qui…
Ron se tourna vers les deux autres et vit
Hermione lui lancer un regard qui signifiait :
« Tais-toi, maintenant ! » Mais le mal était déjà
fait. Scrimgeour semblait avoir entendu
exactement la réponse qu’il attendait et qu’il
souhaitait entendre. Il fondit sur Ron comme un
rapace sur sa proie.
— Si vous n’étiez pas très proche de
Dumbledore, comment expliquez-vous qu’il se soit
souvenu de vous dans son testament ? Le nombre
de legs personnels qu’il contient est

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 206 / 1250
exceptionnellement réduit. La quasi-totalité de ce
qu’il possédait – sa bibliothèque privée, ses
instruments magiques et autres effets personnels
– revient à Poudlard. Pourquoi pensez-vous qu’il
vous ait ainsi distingué ?
— Je… ne sais pas, répondit Ron. Je… Quand je
disais que nous n’étions pas très proches… Je crois
quand même qu’il m’aimait bien…
— Tu es trop modeste, Ron, déclara Hermione.
Dumbledore avait une très grande affection pour
toi.
C’était repousser un peu loin les limites de la
vérité. Autant que Harry pouvait le savoir, Ron et
Dumbledore ne s’étaient jamais trouvés seuls en
tête à tête et le nombre de contacts directs qu’ils
avaient eus était négligeable. Mais, de toute façon,
Scrimgeour ne semblait pas écouter. Il plongea
une main sous sa cape et en sortit une bourse à
cordon beaucoup plus grande que celle offerte à
Harry par Hagrid. Il prit à l’intérieur un rouleau
de parchemin qu’il déroula et lut à haute voix :
— « Dernières volontés et testament d’Albus
Perceval Wulfric Brian Dumbledore…» Voyons…
Ah, voilà… « À Ronald Bilius Weasley, je laisse
mon Déluminateur dans l’espoir qu’il se
souviendra de moi lorsqu’il s’en servira. »

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 207 / 1250
Scrimgeour prit dans le sac un objet que Harry
avait déjà vu auparavant : on aurait dit un petit
briquet d’argent mais il savait qu’il était doté du
pouvoir d’éteindre ou de rallumer, grâce à un
simple geste du doigt, toute source de lumière
proche. Scrimgeour se pencha et donna le
Déluminateur à Ron qui le retourna entre ses
mains, l’air stupéfait.
— C’est un objet de grande valeur, commenta
Scrimgeour en observant Ron. Peut-être même
est-il unique. En tout cas, il est certain que
Dumbledore l’a conçu lui-même. Pourquoi, à votre
avis, vous a-t-il légué un instrument si rare ?
Ron hocha la tête d’un air perplexe.
— Dumbledore a dû avoir des milliers d’élèves,
insista Scrimgeour. Pourtant vous êtes tous les
trois les seuls dont il se souvienne dans son
testament. Pour quelles raisons ? Quel usage
pensait-il que vous feriez de ce Déluminateur,
Mr Weasley ?
— Il pensait que j’éteindrais les lumières,
j’imagine, grommela Ron. À quoi ça peut servir
d’autre ?
De toute évidence, Scrimgeour n’avait pas
d’autre idée à proposer. Après avoir fixé Ron de
ses yeux plissés pendant quelques instants, il se

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 208 / 1250
pencha à nouveau sur le testament de
Dumbledore.
— « À Miss Hermione Jean Granger, je lègue
mon exemplaire des Contes de Beedle le Barde
dans l’espoir qu’elle y trouvera de quoi se divertir
et s’instruire. »
Scrimgeour sortit alors du sac un petit livre qui
avait l’air aussi ancien que le volume des Secrets
les plus sombres des forces du Mal, resté dans la
chambre du haut. Sa reliure était maculée et se
décollait par endroits. Sans un mot, Hermione le
prit des mains de Scrimgeour. Elle posa le livre sur
ses genoux et le contempla. Harry vit que le titre
était écrit en runes. Il n’avait jamais appris à les
lire. Tandis qu’il regardait la couverture, il vit une
larme s’écraser sur les symboles gravés dans le
cuir.
— Pourquoi pensez-vous que Dumbledore vous
a laissé cet ouvrage, Miss Granger ? interrogea
Scrimgeour.
— Il… Il savait que j’aimais les livres, répondit
Hermione d’une voix sourde en se tamponnant les
yeux avec sa manche.
— Mais pourquoi ce livre en particulier ?
— Je ne sais pas. Il a dû penser qu’il me plairait.
— Avez-vous jamais parlé avec Dumbledore de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 209 / 1250
codes ou d’autres moyens de transmettre des
messages secrets ?
— Non, jamais, répondit Hermione qui
continuait de s’essuyer les yeux avec sa manche. Et
si en trente et un jours le ministère n’a découvert
aucun code caché dans ce livre, je doute que j’y
arrive moi-même.
Elle étouffa un sanglot. Ils étaient si
étroitement serrés les uns contre les autres que
Ron eut du mal à extraire un bras pour le passer
autour des épaules d’Hermione. Scrimgeour
poursuivit sa lecture du testament :
— « À Harry James Potter – Harry sentit une
soudaine excitation lui contracter les entrailles –,
je lègue le Vif d’or qu’il a attrapé lors de son
premier match de Quidditch à Poudlard, pour lui
rappeler ce que la persévérance et le talent
apportent de récompenses et de bienfaits. »
Lorsque Scrimgeour sortit la minuscule balle
d’or de la taille d’une noix, les ailes dont elle était
pourvue battirent faiblement et Harry ne put
s’empêcher d’éprouver une profonde déception.
— Pourquoi Dumbledore vous a-t-il fait don de
ce Vif d’or ? demanda Scrimgeour.
— Aucune idée, répondit Harry. Pour les
raisons que vous venez de lire, je suppose… Pour

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 210 / 1250
me rappeler ce qu’on peut obtenir quand on…
persévère… enfin, ce qu’il a écrit…
— Alors, vous pensez qu’il s’agit d’un simple
symbole ?
— J’imagine, dit Harry. Qu’est-ce que vous
voulez que ce soit d’autre ?
— C’est moi qui pose les questions, déclara
Scrimgeour en rapprochant un peu son fauteuil du
canapé.
Au-dehors, c’était vraiment le crépuscule. Par
les fenêtres, on apercevait les contours du
chapiteau qui se dressait comme un fantôme blanc
au-dessus de la haie.
— J’ai remarqué que votre gâteau
d’anniversaire avait la forme d’un Vif d’or, dit
Scrimgeour à Harry. Pour quelle raison ?
Hermione eut un rire moqueur.
— Ça ne peut certainement pas être une
allusion au fait que Harry est un remarquable
attrapeur, ce serait trop évident, lança-t-elle. Il
doit sûrement y avoir un message secret de
Dumbledore caché dans la crème Chantilly.
— Je ne crois pas qu’il y ait quoi que ce soit
caché dans la crème, répliqua Scrimgeour, mais un
Vif d’or serait certainement une bonne cachette
pour dissimuler un petit objet. Vous savez

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 211 / 1250
sûrement pourquoi ?
Harry haussa les épaules. Ce fut Hermione qui
répondit. Harry pensa que l’habitude de donner
les bonnes réponses aux questions était tellement
ancrée en elle qu’elle s’était transformée en un
besoin irrépressible.
— Parce que les Vifs d’or ont une mémoire
tactile, dit-elle.
— Quoi ? s’exclamèrent Harry et Ron d’une
même voix.
Tous deux avaient toujours considéré comme
négligeables les connaissances d’Hermione en
matière de Quidditch.
— Exact, répondit Scrimgeour. Avant d’être
lâché, un Vif d’or n’est jamais touché à mains
nues, pas même par le fabricant, qui porte
toujours des gants. Il est doté d’un enchantement
lui permettant d’identifier le premier humain qui
pose la main sur lui, au cas où sa capture
donnerait lieu à contestation. Ce Vif d’or – il leva
devant lui la petite balle dorée – se souviendra de
votre toucher, Potter. L’idée m’est venue que
Dumbledore, qui possédait des dons magiques
prodigieux quels qu’aient été par ailleurs ses
défauts, a peut-être ensorcelé ce Vif afin qu’il ne
puisse s’ouvrir que pour vous.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 212 / 1250
Le cœur de Harry se mit à battre plus fort. Il
était persuadé que Scrimgeour avait raison. Mais
comment éviter de prendre le Vif d’or à mains
nues devant le ministre ?
— Vous restez silencieux, remarqua
Scrimgeour. Peut-être savez-vous déjà ce que
contient ce Vif ?
— Non, affirma Harry qui se demandait
toujours comment faire semblant de prendre
l’objet sans le toucher véritablement.
Si seulement il avait su pratiquer la
legilimancie, la pratiquer vraiment, il aurait pu lire
les pensées d’Hermione. Il avait presque
l’impression d’entendre son cerveau vibrer à côté
de lui.
— Prenez-le, dit Scrimgeour à voix basse.
Harry croisa le regard aux reflets jaunes du
ministre et comprit qu’il n’avait d’autre possibilité
que d’obéir. Il tendit la main. Scrimgeour se
pencha à nouveau et posa le Vif d’or, lentement,
délibérément, dans la paume de Harry.
Rien ne se produisit. Lorsque Harry referma les
doigts sur le Vif, ses ailes fatiguées battirent un
instant puis s’immobilisèrent. Scrimgeour, Ron et
Hermione observaient avec des yeux avides la
petite balle à moitié cachée, comme s’ils espéraient

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 213 / 1250
qu’elle allait se transformer en quelque chose
d’autre.
— Voilà qui est spectaculaire, dit froidement
Harry.
Ron et Hermione éclatèrent de rire.
— C’est tout, maintenant ? demanda Hermione
qui esquissa un geste pour s’arracher du canapé.
— Pas tout à fait, répondit Scrimgeour, avec un
air de mauvaise humeur. Dumbledore vous a légué
autre chose, Potter.
— Quoi ? interrogea Harry, son excitation
ravivée.
Cette fois, Scrimgeour ne prit plus la peine de
lire le testament.
— L’épée de Godric Gryffondor, dit-il.
Hermione et Ron se raidirent. Harry regarda,
s’attendant à voir apparaître la poignée incrustée
de rubis, mais Scrimgeour ne sortit pas l’épée du
sac de cuir qui, d’ailleurs, ne paraissait pas assez
grand pour la contenir.
— Alors, où est-elle ? demanda Harry d’un ton
soupçonneux.
— Malheureusement, répondit Scrimgeour, il
n’appartenait pas à Dumbledore de faire don de
cette épée. L’épée de Godric Gryffondor est un

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 214 / 1250
objet d’une grande importance historique et, en
tant que tel, elle appartient à…
— Elle appartient à Harry ! s’enflamma
Hermione. L’épée l’a choisi, c’est lui qui l’a
trouvée, elle est sortie du Choixpeau magique pour
venir à lui…
— Selon des sources historiques dignes de foi,
l’épée se présente parfois à tout élève de
Gryffondor qui s’en montre digne, expliqua
Scrimgeour. Cela n’en fait pas la propriété
exclusive de Mr Potter, quelle que soit la décision
de Dumbledore.
Scrimgeour gratta sa joue mal rasée en scrutant
le visage de Harry.
— Pourquoi pensez-vous que…
— Dumbledore ait voulu me donner l’épée ?
acheva Harry, qui s’efforçait de rester calme. Peut-
être pensait-il qu’elle irait bien sur le mur de mon
salon ?
— Ce n’est pas une plaisanterie, Potter ! grogna
Scrimgeour. Était-ce parce que Dumbledore
croyait que seule l’épée de Gryffondor pouvait
vaincre l’héritier de Serpentard ? Souhaitait-il
vous la confier parce qu’il était convaincu, comme
beaucoup d’autres, que vous êtes destiné à
anéantir Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 215 / 1250
Le-Nom ?
— Intéressante théorie, commenta Harry.
Quelqu’un a-t-il déjà tenté de passer une épée au
travers du corps de Voldemort ? Le ministère
devrait peut-être envoyer quelques-uns de ses
employés étudier la question plutôt que de leur
faire perdre leur temps à démonter des
Déluminateurs ou à cacher au public les évasions
d’Azkaban. C’est donc ainsi que vous occupez vos
journées, monsieur le ministre, enfermé dans
votre bureau à essayer d’ouvrir un Vif d’or ? Des
gens meurent, c’est ce qui a failli m’arriver,
Voldemort m’a poursuivi à travers trois comtés, il
a tué Maugrey Fol Œil, mais le ministère n’en a
pas dit un mot, n’est-ce pas ? Et vous pensez
toujours que nous allons coopérer avec vous ?
— Vous allez trop loin ! s’écria Scrimgeour en se
levant.
D’un bond, Harry se leva à son tour.
Scrimgeour s’avança vers lui d’un pas claudicant et
lui enfonça brutalement dans la poitrine le bout de
sa baguette magique. Elle perça un trou dans le T-
shirt de Harry à la manière d’une brûlure de
cigarette.
— Holà ! s’exclama Ron qui avait bondi, sa
baguette levée. Mais Harry l’arrêta d’un geste.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 216 / 1250
— Non ! lança-t-il. Tu veux lui donner un
prétexte pour nous arrêter ?
— Je vous rappelle que vous n’êtes pas retourné
à l’école, reprit Scrimgeour, en respirant
bruyamment à quelques centimètres du visage de
Harry. Je vous rappelle aussi que je ne suis pas
Dumbledore, qui pardonnait votre insolence et
votre insubordination. Vous portez peut-être cette
cicatrice comme une couronne, Potter, mais il
n’appartient pas à un garçon de dix-sept ans de me
dire comment je dois faire mon travail ! Il serait
temps que vous appreniez à manifester un peu de
respect !
— Il serait temps que vous le méritiez, répliqua
Harry.
Le sol vibra. Il y eut des bruits de pas précipités
puis la porte du salon s’ouvrit à la volée et Mr et
Mrs Weasley entrèrent en courant.
— Nous… nous avons cru entendre…,
commença Mr Weasley, l’air très inquiet en voyant
Harry et le ministre pratiquement nez à nez.
— … des éclats de voix, acheva Mrs Weasley,
haletante.
Scrimgeour recula de deux pas et jeta un coup
d’œil au trou qu’il avait fait dans le T-shirt de
Harry. Il semblait regretter d’avoir perdu son

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 217 / 1250
calme.
— Ce… ce n’était rien, grogna-t-il. Je… je
regrette votre attitude, ajouta-t-il en regardant à
nouveau Harry dans les yeux. Vous avez l’air de
penser que le ministère ne désire pas la même
chose que vous – que Dumbledore. Nous devrions
travailler ensemble.
— Je n’aime pas vos méthodes, monsieur le
ministre, répondit Harry. Vous vous souvenez ?
Il leva son poing droit et montra pour la
deuxième fois à Scrimgeour les cicatrices
blanchâtres qu’avaient laissées sur le dos de sa
main les mots : « Je ne dois pas dire de
mensonges. » Les traits de Scrimgeour se
durcirent. Il se tourna sans ajouter un mot et sortit
de la pièce en boitant. Mrs Weasley se hâta
derrière lui. Harry l’entendit s’arrêter à la porte de
derrière. Une minute plus tard, elle leur cria :
— Il est parti !
— Qu’est-ce qu’il voulait ? demanda
Mr Weasley. Il regarda tour à tour Harry, Ron et
Hermione, tandis que Mrs Weasley revenait
précipitamment dans le salon.
— Nous donner l’héritage que Dumbledore
nous a laissé, répondit Harry. Ils viennent
seulement d’autoriser à sortir du ministère ce qu’il

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 218 / 1250
nous léguait dans son testament.
Dehors, dans le jardin, les trois objets que
Scrimgeour leur avait apportés passèrent de main
en main autour des tables. Tout le monde admira
à grands cris le Déluminateur et Les Contes de
Beedle le Barde, en déplorant que Scrimgeour ait
refusé de donner l’épée de Gryffondor, mais
personne ne sut expliquer pourquoi Dumbledore
avait légué à Harry un vieux Vif d’or. Pendant que
Mr Weasley examinait le Déluminateur pour la
troisième ou quatrième fois, Mrs Weasley dit à
Harry d’une voix timide :
— Harry, mon chéri, nous avons tous
horriblement faim, nous ne voulions pas
commencer sans toi… Je peux servir à dîner,
maintenant ?
Les invités mangèrent assez vite et, après qu’ils
eurent précipitamment chanté en chœur « Joyeux
anniversaire ! » et englouti de grandes parts de
gâteau, la fête prit fin. Hagrid, qui était invité au
mariage le lendemain mais dont la corpulence lui
interdisait de dormir dans le Terrier surpeuplé,
partit se dresser une tente dans un champ voisin.
— Viens nous retrouver là-haut, murmura
Harry à Hermione tandis qu’ils aidaient
Mrs Weasley à remettre le jardin dans son état

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 219 / 1250
habituel. Quand tout le monde sera couché.
Lorsqu’ils furent remontés dans la chambre,
sous les toits, Ron examina le Déluminateur et
Harry remplit la bourse en peau de Moke de
Hagrid, non pas avec de l’or, mais avec les objets
qui avaient le plus de prix à ses yeux, bien que
certains n’aient apparemment aucune valeur : la
carte du Maraudeur, le fragment du miroir
magique de Sirius et le médaillon de R.A.B. Il
serra étroitement les cordons et passa la bourse
autour de son cou. Puis il s’assit en tenant au creux
de sa main le vieux Vif d’or dont il regarda les ailes
s’agiter faiblement. Enfin, Hermione frappa à la
porte et entra sur la pointe des pieds.
— Assurdiato , murmura-t-elle, sa baguette
pointée vers l’escalier.
— Je croyais que tu n’approuvais pas ce
sortilège ? dit Ron.
— Les temps changent, répondit Hermione.
Montre-nous un peu le Déluminateur.
Ron ne se fit pas prier. Il l’actionna en le tenant
devant lui et l’unique lampe qui éclairait la pièce
s’éteignit aussitôt.
— En fait, chuchota Hermione dans l’obscurité,
on aurait pu obtenir le même résultat avec la
poudre d’Obscurité Instantanée du Pérou.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 220 / 1250
Il y eut un petit clic et la boule de lumière de la
lampe remonta au plafond, les éclairant à
nouveau.
— C’est quand même plus cool, répliqua Ron,
un peu sur la défensive. Et d’après ce qu’ils disent,
Dumbledore l’a inventé lui-même !
— Je sais, mais je ne pense pas qu’il t’aurait
couché dans son testament simplement pour nous
aider à éteindre la lumière !
— Tu crois qu’il savait que le ministère
confisquerait pour analyse tous les objets qu’il
nous a légués ? demanda Harry.
— Certainement, répondit Hermione. Il ne
pouvait nous indiquer dans son testament
pourquoi il nous les laissait mais cela n’explique
toujours pas…
— Pourquoi il ne nous a pas donné un indice
quand il était encore vivant ? acheva Ron.
— Exactement, approuva Hermione qui
feuilletait à présent Les Contes de Beedle le Barde.
Si ces choses-là sont suffisamment importantes
pour passer sous le nez du ministère, on pourrait
penser qu’il nous aurait révélé pourquoi… à moins
qu’à ses yeux, ce n’ait été évident ?
— Et dans ce cas, il avait tort, fit remarquer
Ron. J’ai toujours dit qu’il était fou. Brillant et tout

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 221 / 1250
ce qu’on voudra, mais cinglé. Léguer à Harry un
vieux Vif d’or… À quoi ça rime ?
— Je n’en ai aucune idée, répliqua Hermione.
Quand Scrimgeour t’a obligé à le prendre, j’étais
sûre qu’il allait se passer quelque chose !
— Ouais, dit Harry, son pouls s’accélérant
lorsqu’il leva le Vif d’or devant lui. Mais je n’allais
pas trop essayer devant Scrimgeour, non ?
— Que veux-tu dire ? interrogea Hermione.
— Le Vif que j’ai attrapé dans mon tout premier
match de Quidditch. Tu te souviens ?
Hermione parut ne rien comprendre. Ron, en
revanche, le souffle coupé, montra frénétiquement
du doigt Harry puis le Vif d’or, puis Harry à
nouveau, jusqu’à ce qu’il ait retrouvé l’usage de sa
voix.
— Celui que tu as failli avaler ?
— Exactement, répondit Harry.
Le cœur battant, il colla le Vif d’or contre sa
bouche. Mais rien ne se produisit et il fut
brusquement envahi d’un sentiment de
frustration, de déception arrière. Lorsqu’il ôta la
petite sphère d’or de sa bouche, cependant,
Hermione s’écria :
— Des lettres ! Quelque chose est écrit dessus,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 222 / 1250
vite, regarde !
La surprise et une excitation soudaine lui firent
presque lâcher le Vif d’or. Hermione avait raison.
Gravés à la surface lisse de l’or, là où quelques
secondes auparavant il n’y avait strictement rien,
cinq mots étaient tracés d’une fine écriture
penchée que Harry reconnut aussitôt celle de
Dumbledore.
« Je m’ouvre au terme. »
À peine avait-il eu le temps de la lire que
l’inscription disparut.
— Je m’ouvre au terme… Qu’est-ce que ça peut
bien vouloir dire ?
Hermione et Ron hochèrent la tête,
déconcertés.
— Je m’ouvre au terme… au terme… Je m’ouvre
au terme…
Mais ils eurent beau se répéter ces mots sur
tous les tons possibles, ils furent incapables d’en
tirer la moindre signification.
— Et l’épée ? dit enfin Ron, lorsqu’ils eurent
renoncé à toute tentative de comprendre le sens de
l’inscription. Pourquoi Dumbledore voulait-il que
Harry reçoive l’épée ?
— Et pourquoi ne pouvait-il pas m’en parler,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 223 / 1250
tout simplement ? demanda Harry à voix basse.
Elle était là, à côté de lui, dans une vitrine de son
bureau, pendant tout le temps qu’ont duré nos
conversations l’année dernière ! S’il voulait que ce
soit moi qui l’aie, pourquoi ne me l’a-t-il pas
donnée à ce moment-là ?
Il avait l’impression d’être dans une salle
d’examen avec, devant lui, une question à laquelle
il aurait dû savoir répondre. Mais son cerveau était
lent, incapable de réagir. Quelque chose lui avait-il
échappé au cours des longs tête-à-tête qu’il avait
eus avec Dumbledore l’année précédente ? Aurait-
il dû savoir tout ce que cela signifiait ?
Dumbledore s’était-il attendu à ce qu’il
comprenne ?
— Et ce livre, dit Hermione, Les Contes de
Beedle le Barde … Je n’en avais jamais entendu
parler !
— Tu n’avais jamais entendu parler des Contes
de Beedle le Barde ? s’exclama Ron, incrédule. Tu
plaisantes, ou quoi ?
— Pas du tout ! répondit Hermione, surprise.
Tu les connais, toi ?
— Bien sûr que oui !
Harry leva la tête, son attention soudain
détournée. Que Ron ait lu un livre inconnu

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 224 / 1250
d’Hermione constituait une situation sans
précédent. Ron, cependant, n’en revenait pas de
les voir si étonnés.
— Allons, voyons ! Toutes les histoires pour
enfants viennent du livre de Beedle , non ? La
Fontaine de la bonne fortune… Le Sorcier et la
Marmite sauteuse… Lapina la Babille et sa queue
qui caquetait…
— Pardon ? dit Hermione avec un petit rire.
C’était quoi, le dernier ?
— Arrêtez ! s’écria Ron en regardant
alternativement Harry et Hermione d’un air
stupéfait. Vous avez sûrement entendu parler de
Lapina la Babille…
— Ron, tu sais parfaitement que Harry et moi
avons été élevés par des Moldus ! répliqua
Hermione. Nous n’avons pas connu ce genre
d’histoires quand nous étions petits. Nous, on
nous racontait Blanche-Neige et les sept nains ou
Cendrillon…
— Qu’est-ce que c’est que ça, une maladie ?
s’étonna Ron.
— Il s’agit donc de contes pour enfants ? reprit
Hermione en se penchant à nouveau sur les runes.
— Ouais, répliqua Ron d’un air incertain. En
tout cas, c’est ce qu’on nous dit, que toutes ces

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 225 / 1250
vieilles histoires viennent de Beedle . Je ne sais pas
à quoi elles ressemblent dans leur version
originale.
— Je me demande pourquoi Dumbledore
voulait me les faire lire ?
Il y eut un craquement au bas de l’escalier.
— C’est sans doute Charlie qui va se faire
repousser les cheveux en douce, maintenant que
maman dort, dit Ron, un peu nerveux.
— On devrait quand même aller se coucher,
murmura Hermione. Il ne faudrait pas qu’on se
lève trop tard demain matin.
— Tu as raison, approuva Ron. Un triple
meurtre sanglant par la mère du marié jetterait un
froid sur les noces. Je m’occupe d’éteindre.
Et il actionna à nouveau son Déluminateur
tandis qu’Hermione quittait la chambre.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 226 / 1250
8
L E MARIAGE
e lendemain, à trois heures de l’après-midi,
Harry, Ron, Fred et George, rassemblés à
côté du grand chapiteau blanc dressé dans le
verger, attendaient l’arrivée des invités. Après
avoir pris une bonne dose de Polynectar, Harry
était devenu à présent le sosie d’un jeune Moldu
aux cheveux roux qui habitait le village voisin de
Loutry Ste Chaspoule. Fred s’était chargé de lui
voler quelques cheveux à l’aide d’un sortilège
d’Attraction. Le plan consistait à présenter Harry
comme le cousin Barny. La famille Weasley était
tellement étendue qu’il passerait inaperçu. L
Tous les quatre avaient à la main la liste des
invités et des sièges qui leur étaient réservés afin
qu’ils puissent amener chacun à sa place. Une
foule de serveurs en robe blanche étaient arrivés
une heure plus tôt, en même temps que des
musiciens en veste dorée. Pour l’instant, ils
s’étaient tous assis un peu plus loin sous un arbre

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 227 / 1250
et Harry voyait un nuage bleuâtre de fumée de
pipe s’élever de leur groupe.
Derrière Harry, l’entrée du chapiteau laissait
voir d’innombrables rangées de chaises dorées,
élégantes et fragiles, disposées de chaque côté d’un
long tapis pourpre. Les mâts qui soutenaient la
toile étaient entourés de guirlandes de fleurs blanc
et or entrelacées. Fred et George avaient attaché
une énorme gerbe de ballons dorés au-dessus de
l’endroit précis où Bill et Fleur deviendraient
bientôt mari et femme. Au-dehors, des papillons et
des abeilles voletaient paresseusement sur la
pelouse et sur les haies. Harry, lui, n’était pas très
à son aise. Le Moldu dont il avait pris l’apparence
était légèrement plus gros que lui et sa robe de
soirée devenue trop serrée lui donnait chaud sous
le plein soleil de cette journée d’été.
— Quand je me marierai, dit Fred en tirant sur
le col de sa propre robe, je ne m’encombrerai pas
de toutes ces idioties. Vous pourrez vous habiller
comme vous voudrez et je ferai subir à maman le
maléfice du Saucisson jusqu’à ce que tout soit
terminé.
— Finalement, elle n’a pas été trop terrible, ce
matin, dit George. Elle a un peu pleuré parce que
Percy ne sera pas là, mais qui a envie de le voir ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 228 / 1250
Oh, nom d’une baguette, préparez-vous… les voilà,
regardez.
Des silhouettes aux couleurs vives
apparaissaient une par une, surgies de nulle part,
derrière la lointaine clôture de la cour. En
quelques minutes, une procession s’était formée,
qui s’avança en serpentant à travers le jardin, en
direction du chapiteau. Des fleurs exotiques et des
oiseaux ensorcelés frétillaient sur les chapeaux des
sorcières tandis que des pierres précieuses
étincelaient sur les foulards des sorciers. On
entendait s’élever, de plus en plus sonore, la
rumeur joyeuse des conversations qui noyait le
bourdonnement des abeilles à mesure que la foule
s’approchait.
— Très bien, il me semble apercevoir quelques
cousines Vélanes, dit George en tendant le cou
pour mieux voir. Elles auront besoin d’aide pour
comprendre les coutumes anglaises. Je vais
m’occuper d’elles…
— Pas si vite, l’Oreille-Coupée, répliqua Fred.
Il se précipita, passa en trombe devant le
groupe de sorcières d’âge mûr qui menaient la
procession et s’approcha de deux jolies Françaises.
— Permettez-moi to assister vous, dit-il dans un
français approximatif.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 229 / 1250
Les deux jeunes filles gloussèrent et acceptèrent
de se laisser entraîner par lui à l’intérieur du
chapiteau. George dut s’occuper des sorcières
d’âge mûr et Ron prit en charge un vieux collègue
de Mr Weasley, du nom de Perkins, pendant que
Harry héritait d’un couple âgé et un peu sourd.
— Salut ! lança une voix familière quand il
ressortit du chapiteau.
Il tomba sur Tonks et Lupin qui étaient les
premiers de la file d’attente. Tonks s’était colorée
en blonde pour l’occasion.
— Arthur nous a dit que tu étais celui avec les
cheveux bouclés. Désolée pour hier soir, ajouta-t-
elle dans un murmure lorsque Harry les conduisit
à leur place. Le ministère est très anti-loup-garou
en ce moment et nous avons pensé que notre
présence ne te rendrait pas service.
— Bien sûr, je comprends, répondit Harry qui
parlait plus à Lupin qu’à Tonks.
Lupin lui adressa un bref sourire mais quand ils
s’éloignèrent pour aller s’installer, Harry vit ses
traits s’affaisser à nouveau dans une expression de
profonde tristesse. Il ne comprenait pas pourquoi
mais il n’eut pas le temps de s’attarder sur le sujet
car Hagrid était en train de provoquer un certain
désordre. Ayant mal compris les instructions de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 230 / 1250
Fred, il s’était assis non pas sur le siège magique,
agrandi et renforcé, qu’on avait prévu pour lui au
dernier rang, mais sur cinq chaises qui
ressemblaient à présent à un gros tas d’allumettes
dorées.
Tandis que Mr Weasley réparait les dégâts et
que Hagrid se répandait en excuses auprès de qui
voulait l’entendre, Harry se hâta de retourner à
l’entrée du chapiteau où il trouva Ron face à face
avec un sorcier à l’apparence singulière. Louchant
légèrement, ses cheveux blancs semblables à de la
barbe à papa lui tombant sur les épaules, il portait
une casquette avec un pompon qui pendait devant
son nez et une robe d’une couleur jaune d’œuf si
vive qu’on en avait les larmes aux yeux. Un
étrange symbole semblable à un œil triangulaire
luisait au bout d’une chaîne d’or, autour de son
cou.
— Xenophilius Lovegood, dit-il en tendant la
main à Harry. Ma fille et moi habitons de l’autre
côté de la colline. C’est si gentil de la part de ces
bons vieux Weasley de nous avoir invités. Mais je
crois que vous connaissez déjà ma petite Luna ?
ajouta-t-il à l’adresse de Ron.
— Oui, répondit celui-ci. Elle n’est pas avec
vous ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 231 / 1250
— Elle s’est attardée dans ce charmant petit
jardin pour dire bonjour aux gnomes. Leur
invasion est une bénédiction ! Combien sont rares
les sorciers qui se rendent compte de tout ce qu’on
peut apprendre grâce à ces petits gnomes pleins de
sagesse – ou plutôt, pour leur donner leur vrai
nom, ces Gemumbli jardinsi .
— Les nôtres connaissent d’excellents jurons,
dit Ron, mais je crois que ce sont Fred et George
qui les leur ont appris.
Pendant qu’il conduisait un groupe de sorciers
sous le chapiteau, Luna accourut.
— Bonjour, Harry ! lança-t-elle.
— Heu… je m’appelle Barny, répondit Harry,
désarçonné.
— Ah bon, ça aussi, tu l’as changé ? demanda-t-
elle d’une voix joyeuse.
— Comment sais-tu que… ?
— Oh, c’est simplement ton expression,
répondit-elle.
Comme son père, Luna portait une robe jaune
vif qu’elle avait accompagnée d’un grand tournesol
fixé dans ses cheveux. Une fois habitué à l’éclat
aveuglant de l’ensemble, l’effet général était plutôt
agréable. Au moins, il n’y avait pas de radis
accrochés à ses oreilles.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 232 / 1250
Xenophilius, qui était en grande conversation
avec une de ses connaissances, n’avait pas entendu
l’échange entre Luna et Harry. Prenant congé du
sorcier, il se tourna vers sa fille qui leva alors un
doigt devant elle et dit :
— Regarde, papa… un des gnomes m’a
mordue !
— C’est merveilleux ! La salive de gnome a des
propriétés extraordinairement bénéfiques ! assura
Mr Lovegood en prenant le doigt tendu de Luna
pour examiner les traces de dents ensanglantées.
Luna, ma chérie, si aujourd’hui tu sens un
nouveau talent naître en toi – par exemple une
irrépressible envie de chanter des airs d’opéra ou
de déclamer des poèmes en langue aquatique –,
surtout ne le réprime pas ! Tu as peut-être reçu un
don de gernumblie !
Ron, qui allait dans la direction opposée, laissa
échapper un ricanement sonore en les croisant.
— Ron peut bien rire, dit Luna d’un air serein
tandis que Harry les amenait à leurs places, elle et
Xenophilius, mais mon père a fait beaucoup de
recherches sur la magie des Gemumbli .
— Vraiment ? répondit Harry, qui avait décidé
depuis longtemps de ne jamais contester les vues
un peu particulières de Luna ou de son père. Mais

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 233 / 1250
tu ne crois pas que tu devrais quand même mettre
quelque chose sur cette morsure ?
— Non, c’est très bien comme ça, assura Luna.
Suçant son doigt d’un air rêveur, elle regarda
Harry des pieds à la tête.
— Tu es très élégant. J’avais dit à papa que la
plupart des invités auraient sans doute des robes
de soirée mais il pense que dans les mariages, il
faut s’habiller avec des couleurs solaires, pour
porter bonheur, tu comprends ?
Elle suivit son père d’un pas nonchalant
pendant que Ron réapparaissait avec une vieille
sorcière accrochée à son bras. Son nez en forme de
bec, ses yeux bordés de rouge et son chapeau à
plumes roses lui donnaient l’air d’un flamant
grincheux.
— … et tes cheveux sont beaucoup trop longs,
Ronald. Au début, je t’ai pris pour ta sœur
Ginevra. Par la barbe de Merlin, comment
Xenophilius Lovegood s’est-il accoutré ? On dirait
une omelette. Et vous, qui êtes-vous ? aboya-t-elle
à l’adresse de Harry.
— Ah oui, tante Muriel, voici notre cousin
Barny.
— Un autre Weasley ? Ma parole, vous vous
reproduisez comme des gnomes. Harry Potter

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 234 / 1250
n’est pas là ? J’espérais le rencontrer. Je croyais
que c’était un de tes amis, Ronald, à moins que tu
ne te sois vanté ?
— Non, il n’est pas là… Il n’a pas pu venir…
— Mmmmh . Il a trouvé une excuse, hein ? Il
n’est donc pas si niais qu’il en a l’air sur ses
photos. Je viens d’expliquer à la mariée comment
il convient de porter ma tiare, cria-t-elle à Harry.
Elle a été fabriquée par des gobelins, figurez-vous,
et ça fait des siècles qu’elle est dans ma famille.
C’est une jolie fille mais il n’empêche qu’elle est…
française. Voyons, voyons, trouve-moi un bon
siège, Ronald, j’ai cent sept ans et il ne faut pas
que je reste debout trop longtemps.
Ron passa devant Harry en lui lançant un
regard éloquent et ne se montra plus pendant un
certain temps. Lorsqu’ils se croisèrent à nouveau à
l’entrée, Harry avait conduit une douzaine d’autres
personnes à leurs places. Le chapiteau était
maintenant presque plein et, pour la première fois,
il n’y avait plus de file d’attente au-dehors.
— Un vrai cauchemar, cette tante Muriel, dit
Ron qui s’épongea le front avec sa manche. Elle
venait chaque année à Noël et puis heureusement,
elle s’est fâchée parce que Fred et George ont fait
éclater une Bombabouse sous sa chaise pendant le

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 235 / 1250
réveillon. Papa dit toujours qu’elle a dû les rayer
de son testament – comme s’ils en avaient quelque
chose à faire, ils vont devenir les plus riches de la
famille, au rythme où ça va… Waow , ajouta-t-il
avec des battements de paupières précipités en
voyant Hermione s’approcher d’eux à grands pas.
Tu es superbe !
— Ça te surprend toujours, on dirait, répliqua
Hermione qui ne put s’empêcher de sourire.
Elle était vêtue d’une robe fluide couleur lilas et
portait des chaussures à talons hauts assorties. Ses
cheveux étaient lisses et brillants.
— Ta grand-tante Muriel n’est pas d’accord avec
toi ; je l’ai rencontrée là-haut pendant qu’elle
donnait sa tiare à Fleur. Elle a dit : « Oh, mon
Dieu, c’est celle qui est née moldue ? » et tout de
suite après : « Mauvais maintien et chevilles trop
maigres. »
— Ne le prends pas mal, elle est odieuse avec
tout le monde, répondit Ron.
— Vous parlez de Muriel ? demanda George qui
émergeait du chapiteau en compagnie de Fred.
Elle vient de me faire remarquer que mes oreilles
ne sont pas symétriques. Quelle vieille toupie ! En
revanche, j’aurais bien voulu que l’oncle Bilius soit
encore parmi nous. On rigolait bien, avec lui, aux

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 236 / 1250
mariages.
— Ce ne serait pas celui qui est mort vingt-
quatre heures après avoir vu un Sinistros ?
interrogea Hermione.
— Oui, il faut dire qu’il était un peu bizarre,
vers la fin, admit George.
— Mais avant qu’il devienne dingue, c’était un
vrai boute-en-train, dit Fred. Il vidait toute une
bouteille de whisky Pur Feu puis se précipitait sur
la piste de danse, soulevait sa robe et faisait sortir
des bouquets de fleurs de son…
— Un vrai charmeur, coupa Hermione tandis
que Harry éclatait d’un grand rire.
— Il ne s’est jamais marié, je ne sais pas
pourquoi, ajouta Ron.
— Tu m’étonnes, répliqua Hermione.
Ils riaient tellement qu’aucun d’eux ne
remarqua le dernier arrivé, un jeune homme aux
cheveux bruns avec un grand nez arrondi et
d’épais sourcils noirs, jusqu’à ce qu’il tende son
invitation à Ron et dise à Hermione, les yeux fixés
sur elle :
— Tu es merrrveilleuse .
— Viktor ! s’écria-t-elle d’une voix perçante.
Elle lâcha son petit sac en perles qui tomba sur

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 237 / 1250
le sol avec un grand bruit sourd disproportionné à
sa taille. Les joues en feu, elle se précipita pour le
ramasser.
— Je ne savais pas que tu…, balbutia-t-elle.
Mon Dieu… C’est formidable de te voir…
Comment vas-tu ?
Une fois de plus, les oreilles de Ron étaient
devenues rouge vif. Après avoir jeté un coup d’œil
à l’invitation de Krum comme s’il ne croyait pas un
mot de ce qui y était écrit, il lança d’une voix
beaucoup trop forte :
— Comment se fait-il que tu sois là ?
— Fleurrr m’a invité, répondit-il, les sourcils
levés.
Harry, qui n’avait rien contre Krum, lui serra la
main. Puis, sentant qu’il valait mieux l’éloigner de
Ron, il lui proposa de le conduire à sa place.
— Ton ami n’est pas content de me voir, dit
Krum lorsqu’ils pénétrèrent sous le chapiteau à
présent bondé. Ou peut-être es-tu de la famille ?
ajouta-t-il en jetant un coup d’œil aux cheveux
roux et bouclés de Harry.
— Un cousin, marmonna Harry, mais Krum ne
l’écoutait pas vraiment.
Son apparition fit sensation, surtout parmi les
Vélanes. Après tout, c’était un célèbre joueur de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 238 / 1250
Quidditch ! Alors que les invités continuaient de
tendre le cou pour mieux le voir, Ron, Hermione,
Fred et George accoururent le long de l’allée
centrale.
— Il est temps de s’asseoir, dit Fred à Harry. Si
on reste dans le chemin, on va se faire écraser par
la mariée.
Harry, Ron et Hermione allèrent prendre leurs
places au deuxième rang, derrière Fred et George.
Hermione avait le teint d’un rose soutenu et les
oreilles de Ron étaient toujours écarlates. Au bout
d’un moment, il se pencha vers Harry et
marmonna :
— Tu as vu cette stupide petite barbe qu’il s’est
fait pousser ?
Harry répondit d’un grognement neutre.
Une atmosphère d’attente fébrile se répandait
dans la chaleur du chapiteau, le brouhaha des
conversations interrompu de temps à autre par
des éclats de rire surexcités. Mr et Mrs Weasley
remontèrent l’allée centrale d’un pas tranquille,
souriant et adressant des signes de la main à des
membres de la famille. Mrs Weasley portait une
robe toute neuve, couleur d’améthyste, et un
chapeau assorti.
Un instant plus tard, Bill et Charlie se levèrent,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 239 / 1250
à l’avant du chapiteau, tous deux vêtus de robes de
cérémonie, de grandes roses blanches à la
boutonnière. Fred siffla comme s’il avait vu passer
une jolie fille et des gloussements retentirent
parmi les cousines Vélanes. Puis l’assistance
devint silencieuse lorsqu’une musique s’éleva,
provenant apparemment des ballons dorés.
— Ooooh ! s’exclama Hermione en pivotant sur
sa chaise pour regarder l’entrée du chapiteau.
Un immense soupir collectif monta de la foule
des sorcières et des sorciers quand Monsieur
Delacour et Fleur s’avancèrent dans l’allée
centrale, Fleur d’un pas aérien, Monsieur Delacour
d’une démarche bondissante, le visage rayonnant.
Fleur portait une robe blanche très simple et
semblait émettre autour d’elle un puissant halo de
lumière argentée. Alors qu’habituellement, son
éclat éclipsait tous les autres, aujourd’hui en
revanche, il embellissait quiconque s’en
approchait. Ginny et Gabrielle, toutes deux vêtues
de robes dorées, paraissaient encore plus belles
qu’à l’ordinaire et lorsque Fleur fut arrivée à sa
hauteur, Bill semblait n’avoir jamais rencontré
Fenrir Greyback sur son chemin.
— Mesdames et messieurs, dit une voix
légèrement chantante.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 240 / 1250
Avec une certaine surprise, Harry vit le même
petit sorcier aux cheveux en épis qui avait présidé
aux funérailles de Dumbledore. Il se tenait à
présent devant Bill et Fleur.
— Nous sommes aujourd’hui réunis pour
célébrer l’union de deux âmes fidèles…,
poursuivit-il.
— Ma tiare fait très joliment ressortir
l’ensemble, remarqua la tante Muriel, dans un
murmure très audible. Mais je dois dire que la
robe de Ginevra est beaucoup trop décolletée.
Ginny se retourna en souriant, adressa un clin
d’œil à Harry puis regarda à nouveau devant elle.
Harry laissa ses pensées vagabonder bien loin du
chapiteau, se rappelant les après-midi où il était
seul avec Ginny dans des coins isolés de Poudlard.
Ces moments-là lui semblaient appartenir à un
passé très lointain. Ils lui avaient toujours paru
trop beaux pour être vrais, comme s’il avait volé
des heures merveilleuses à la vie d’une autre
personne, de quelqu’un qui n’aurait pas eu sur le
front une cicatrice en forme d’éclair…
— William Arthur, voulez-vous prendre pour
épouse Fleur Isabelle…
Au premier rang, Mrs Weasley et Madame
Delacour sanglotaient en silence dans de petits

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 241 / 1250
mouchoirs de dentelle. Des bruits de trompette, au
fond du chapiteau, indiquèrent que Hagrid avait
également sorti l’un de ses propres mouchoirs, de
la taille d’une nappe. Hermione tourna vers Harry
un visage rayonnant. Elle aussi avait les yeux
baignés de larmes.
— Je vous déclare donc unis pour la vie.
Le sorcier aux cheveux en épis leva haut sa
baguette au-dessus des têtes de Bill et de Fleur et
une pluie d’étoiles d’argent tomba sur eux,
tournoyant autour de leurs silhouettes à présent
enlacées. Fred et George entraînèrent les invités
dans une salve d’applaudissements, en même
temps que les ballons dorés éclataient au-dessus
d’eux. Des oiseaux de paradis et de minuscules
cloches d’or en jaillirent et se mirent à voleter ou à
flotter dans les airs, ajoutant leurs chants et leurs
carillons au vacarme des acclamations.
— Mesdames et messieurs ! s’écria le sorcier
aux cheveux en épis. Si vous voulez bien vous
lever !
Tout le monde s’exécuta, la tante Muriel
ronchonnant à haute voix, et le sorcier agita sa
baguette. Les chaises sur lesquelles les invités
s’étaient assis s’envolèrent avec grâce tandis que
les parois de toile du chapiteau disparaissaient. Ils

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 242 / 1250
se retrouvèrent sous un dais soutenu par des
colonnes dorées, avec une vue magnifique sur le
verger et la campagne environnante, illuminés de
soleil. Puis un bassin d’or fondu se répandit au
centre de la tente pour former une piste de danse à
la surface scintillante. Les chaises suspendues en
l’air se regroupèrent devant de petites tables aux
nappes blanches qui retombèrent sur le sol avec la
même grâce en se disposant d’elles-mêmes autour
de la piste. Les musiciens vêtus de vestes dorées se
dirigèrent alors vers un podium.
— Belle réussite, dit Ron d’un ton approbateur,
pendant que des serveurs surgissaient de tous
côtés, certains portant des plateaux d’argent
chargés de jus de citrouille, de Bièraubeurre et de
whisky Pur Feu, d’autres tenant en équilibre des
piles vacillantes de tartelettes et de sandwiches.
— Nous devrions aller les féliciter ! proposa
Hermione, dressée sur la pointe des pieds pour
voir l’endroit où Bill et Fleur disparaissaient au
centre d’une foule de gens qui leur adressaient des
vœux de bonheur.
— On aura bien le temps plus tard, répondit
Ron avec un haussement d’épaules.
Il prit trois Bièraubeurres sur un plateau qui
passait et en tendit une à Harry.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 243 / 1250
— Tiens, Hermione, attrape. On va se trouver
une table… Pas là ! Le plus loin possible de
Muriel…
Suivi d’Hermione et de Harry, Ron traversa la
piste de danse vide en jetant des regards à droite
et à gauche. Harry était sûr qu’il surveillait Krum
du coin de l’œil. Lorsqu’ils furent arrivés de l’autre
côté, la plupart des tables étaient prises. Celle où il
y avait le moins de monde était occupée par Luna,
assise seule.
— On peut se mettre à côté de toi ? demanda
Ron.
— Bien sûr, répondit-elle d’un ton joyeux. Papa
est allé donner notre cadeau à Bill et à Fleur.
— Qu’est-ce que c’est, une provision à vie de
Ravegourdes ? dit Ron.
Hermione voulut lui lancer un coup de pied
sous la table mais elle atteignit Harry à sa place.
La douleur lui fit monter les larmes aux yeux et il
perdit le fil de la conversation pendant quelques
instants.
L’orchestre avait commencé à jouer. Bill et
Fleur s’avancèrent sur la piste et ouvrirent le bal
sous les applaudissements. Au bout d’un moment,
Mr Weasley entraîna Madame Delacour, suivi par
Mrs Weasley et le père de Fleur.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 244 / 1250
— J’aime cette chanson, dit Luna en se
balançant au rythme d’un air de valse.
Quelques secondes plus tard, elle se leva et,
d’un pas léger, se rendit sur la piste où elle tourna
sur elle-même, seule, les yeux fermés, en agitant
les bras.
— Elle est formidable, non ? commenta Ron
avec admiration. Toujours aussi drôle.
Mais son sourire s’effaça aussitôt : Viktor Krum
venait de se laisser tomber sur la chaise vide de
Luna. Hermione se trémoussa d’un air ravi mais
cette fois, Krum n’était pas venu lui adresser des
compliments. Le visage renfrogné, il demanda :
— Qui est cet homme en jaune ?
— C’est Xenophilius Lovegood, le père d’une de
nos amies, répondit Ron.
Son ton belliqueux laissait clairement entendre
qu’ils n’étaient pas disposés à se moquer de
Xenophilius, en dépit de cette provocation
délibérée.
— Viens danser, lança-t-il à Hermione d’un ton
brusque.
Prise au dépourvu, mais finalement contente,
elle se leva et ils disparurent tous deux au milieu
de la foule grandissante des danseurs.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 245 / 1250
— Ah, ils sont ensemble, maintenant ? dit
Krum, son attention momentanément détournée.
— Heu… d’une certaine manière, répondit
Harry.
— Et toi, qui es-tu ? interrogea Krum.
— Barny Weasley.
Ils se serrèrent la main.
— Toi, Barrrny … Tu connais bien cet homme,
Lovegood ?
— Non, je l’ai rencontré aujourd’hui pour la
première fois. Pourquoi ?
Le regard noir au-dessus de son verre, Krum
observait Xenophilius qui bavardait avec d’autres
sorciers, de l’autre côté de la piste de danse.
— Parrrce que, dit Krum, s’il n’était pas un
invité de Fleurrr, je le prrrovoquerrrais en duel, ici
même, à cause de ce signe ignoble qu’il porrrte
autourrr du cou.
— Un signe ? s’étonna Harry en se tournant à
son tour vers Xenophilius.
L’étrange œil triangulaire brillait sur sa
poitrine.
— Pourquoi, qu’est-ce qu’il a de spécial ?
— Grrrindelwald. C’est le signe de
Grrrindelwald.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 246 / 1250
— Grindelwald… le mage noir que Dumbledore
a vaincu ?
— Exactement.
Les muscles de la mâchoire de Krum remuèrent
comme s’il était en train de mâcher, puis il
poursuivit :
— Grrrindelwald a tué beaucoup de gens, mon
grrrand-pèrrre, parrr exemple. Bien sûrrr, il n’a
jamais été puissant dans ce pays, on disait qu’il
avait peurrr de Dumbledorrre – et il avait rrraison
quand on voit comment il a fini. Mais ça – il
montra Xenophilius du doigt –, ça, c’est son
symbole, je l’ai tout de suite reconnu :
Grrrindelwald l’a grrravé dans un murrr à
Durrrmstrrrang quand il était élève là-bas. Des
idiots l’ont rrrecopié dans leurrrs livrrres ou sur
leurrrs vêtements, simplement pourrr choquer, se
donner l’airrr imprrressionnant, jusqu’à ce que
ceux d’entrrre nous qui avions perrrdu des
membrrres de nos familles à cause de
Grrindelwald leurrr donnent une leçon.
Krum fit craquer ses jointures d’un geste
menaçant et fusilla Xenophilius du regard. Harry
était perplexe. Il semblait tout à fait improbable,
incroyable même, que le père de Luna soit un
adepte des forces du Mal et d’ailleurs, personne

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 247 / 1250
d’autre, sous le chapiteau, ne paraissait avoir
reconnu le symbole triangulaire en forme de rune.
— Et tu es… heu… absolument sûr que c’est
bien celui de Grindelwald… ?
— Je ne me trrrompe pas, répliqua froidement
Krum. Je suis passé devant ce signe pendant des
années, je le connais bien.
— Dans ce cas, reprit Harry, il est possible que
Xenophilius ne sache pas vraiment ce que
représente ce symbole. Les Lovegood sont un
peu… particuliers. Il l’a peut-être trouvé quelque
part et pense que c’est la coupe transversale d’une
tête de Ronflak Cornu ou quelque chose comme
ça.
— La coupe trrransverrrsale de quoi ?
— Je ne sais pas vraiment ce que sont les
Ronflaks Cornus, mais apparemment, sa fille et lui
essayent d’en attraper pendant leurs vacances…
Harry sentit qu’il s’y prenait mal pour expliquer
qui étaient Luna et son père.
— La voici, là-bas, dit-il en montrant Luna qui
dansait toujours toute seule, remuant les bras
autour de sa tête comme si elle chassait des
moucherons.
— Pourrrquoi fait-elle ça ? demanda Krum.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 248 / 1250
— Elle essaye sans doute de se débarrasser d’un
Joncheruine, répondit Harry qui reconnaissait les
symptômes.
Apparemment, Krum n’arrivait pas à savoir si
Harry se moquait de lui ou pas. Il sortit sa
baguette magique de sa robe et tapota sa cuisse
d’un air menaçant. Des étincelles jaillirent à son
extrémité.
— Gregorovitch ! s’écria soudain Harry.
Krum sursauta mais Harry était trop excité
pour s’en soucier. La mémoire lui était revenue en
regardant sa baguette : il revoyait Ollivander la
prendre et l’examiner minutieusement avant le
Tournoi des Trois Sorciers.
— Et alorrrs, pourrrquoi parrles-tu de lui ?
interrogea Krum d’un ton soupçonneux.
— C’est un fabricant de baguettes !
— Je sais, dit Krum.
— Ta baguette vient de chez lui ! Voilà pourquoi
je pensais… au Quidditch. Krum paraissait de plus
en plus méfiant.
— Comment sais-tu que Grrregorrrovitch a
fabrrriqué ma baguette ?
— Je… je l’ai lu quelque part, je crois, répondit
Harry. Dans un… un magazine de fans, ajouta-t-il,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 249 / 1250
improvisant comme il pouvait.
Krum sembla se calmer.
— Je ne m’étais même pas rrrendu compte que
j’avais parrrlé de ma baguette à mes fans, dit-il.
— Et… heu… comment va Gregorovitch, ces
temps-ci ?
Krum eut l’air déconcerté.
— Il a prrris sa rrretrrraite il y a quelques
années. J’ai été un des derrrniers à acheter une
baguette chez lui. Ce sont les meilleurrres – mais
je sais que vous, les Brrritanniques, vous tenez
beaucoup à Ollivanderrr.
Harry ne répondit pas. Il fit semblant de
regarder les danseurs, comme Krum, mais il
réfléchissait. Ainsi donc, Voldemort voulait
retrouver un fabricant de baguettes réputé. Harry
n’avait pas besoin d’en chercher très loin la
raison : c’était sûrement à cause de ce que sa
baguette avait fait la nuit où Voldemort le
poursuivait en plein ciel. La baguette en bois de
houx avec une plume de phénix avait vaincu la
baguette empruntée, un phénomène qu’Ollivander
n’avait pas prévu ni compris. Gregorovitch en
saurait-il plus ? Était-il véritablement un plus
grand expert qu’Ollivander ? Connaissait-il sur les
baguettes magiques des secrets ignorés

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 250 / 1250
d’Ollivander ?
— Cette fille est trrrès jolie, remarqua Krum,
ramenant Harry à l’instant présent. Krum
montrait Ginny qui venait de rejoindre Luna.
— Elle est aussi de ta famille ?
— Oui, répondit Harry, soudain irrité. Et elle a
quelqu’un dans sa vie, du genre très jaloux. Un
grand type costaud. Il vaut mieux ne pas se
trouver sur son chemin.
Krum poussa un grognement.
— À quoi serrrt-il d’êtrrre un joueurrr de
Quidditch interrrnational si toutes les jolies filles
sont déjà prrrises ?
Il vida sa coupe, se leva et s’éloigna à grands
pas, pendant que Harry prenait un sandwich sur le
plateau d’un serveur qui passait devant lui. Harry
contourna la piste de danse bondée. Il voulait
retrouver Ron, lui parler de Gregorovitch, mais
Ron dansait avec Hermione au milieu de la foule.
Harry s’adossa contre l’une des colonnes dorées et
regarda Ginny qui dansait à présent avec Lee
Jordan, l’ami de Fred et de George. Il s’efforça de
chasser son amertume en songeant à la promesse
qu’il avait faite à Ron.
Jamais encore il n’avait assisté à un mariage, il
ne pouvait donc pas savoir en quoi les célébrations

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 251 / 1250
des sorciers différaient de celles des Moldus mais
il était quasiment sûr que, chez ces derniers, on ne
voyait pas de pièce montée ornée de deux petits
phénix qui s’envolaient lorsqu’on coupait le
gâteau, ni de bouteilles de champagne passant
toutes seules parmi la foule des invités. À mesure
que le soir tombait et que les papillons de nuit
commençaient à s’engouffrer sous le dais, éclairé à
présent par des lanternes flottantes, les
réjouissances devenaient de plus en plus
débridées. Fred et George avaient disparu depuis
longtemps dans l’obscurité en compagnie de deux
cousines de Fleur. Charlie, Hagrid et un petit
sorcier trapu coiffé d’un canotier violet chantaient
Odo le héros dans un coin.
Se faufilant dans la foule pour échapper à un
oncle de Ron, manifestement ivre, qui se
demandait s’il n’était pas son fils, Harry aperçut
un vieux sorcier assis seul à une table.
Son nuage de cheveux blancs le faisait
ressembler à une aigrette de pissenlit et il était
coiffé d’un fez mangé aux mites. Son visage lui
paraissait vaguement familier : fouillant dans sa
mémoire, Harry se rappela soudain qu’il s’agissait
d’Elphias Doge, membre de l’Ordre du Phénix, et
auteur de la nécrologie de Dumbledore.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 252 / 1250
Il s’approcha de lui.
— Puis-je m’asseoir ?
— Bien sûr, bien sûr, répondit Doge.
Il avait une voix sifflante, plutôt aiguë.
Harry se pencha en avant.
— Mr Doge, je suis Harry Potter.
Doge étouffa une exclamation.
— Cher ami ! Arthur m’a dit que vous étiez
déguisé… Je suis si heureux, si honoré !
Avec une émotion ravie, Doge versa
précipitamment à Harry une coupe de champagne.
— J’ai pensé à vous écrire, murmura-t-il, après
Dumbledore… le choc… et pour vous, je suis sûr
que…
Ses yeux minuscules se remplirent soudain de
larmes.
— J’ai lu la nécrologie que vous avez écrite pour
La Gazette du sorcier, dit Harry. Je ne savais pas
que vous connaissiez si bien le professeur
Dumbledore.
— Aussi bien que n’importe qui d’autre,
répondit Doge en s’essuyant les yeux avec une
serviette. En tout cas, je suis celui qui l’a connu le
plus longtemps, si l’on excepte Abelforth – et pour
des raisons que j’ignore, les gens ne tiennent

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 253 / 1250
jamais compte d’Abelforth.
— Puisqu’on parle de La Gazette du sorcier… Je
ne sais pas, Mr Doge, si vous avez vu…
— Oh, s’il vous plaît, appelez-moi Elphias, cher
ami.
— Elphias, je ne sais pas si vous avez vu
l’interview qu’a donnée Rita Skeeter au sujet de
Dumbledore.
La fureur colora soudain le visage de Doge.
— Oh, oui, Harry, je l’ai vue. Cette femme, ou
plutôt ce vautour devrait-on dire, m’a
littéralement harcelé pour que j’accepte de lui
parler. J’ai honte de vous avouer que je suis
devenu assez discourtois, je l’ai traitée de vieille
truite fouineuse, ce qui s’est traduit, comme vous
l’avez lu, par des calomnies concernant ma santé
mentale.
— En tout cas, dans cette interview, poursuivit
Harry, Rita Skeeter insinue que le professeur
Dumbledore aurait pratiqué la magie noire quand
il était jeune.
— N’en croyez pas un mot ! répliqua aussitôt
Doge. Pas un mot, Harry ! Ne laissez pas ternir la
mémoire d’Albus Dumbledore !
Harry observa le visage grave, douloureux, de
Doge et ne se sentit pas rassuré pour autant, mais

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 254 / 1250
plutôt contrarié. Doge pensait-il donc que c’était si
facile, que Harry pouvait simplement choisir de ne
pas croire ce qu’il lisait ? Ne comprenait-il pas le
besoin qu’il éprouvait d’être sûr, de tout savoir ?
Doge se doutait peut-être de ce que ressentait
Harry car il parut inquiet et se hâta d’ajouter :
— Harry, Rita Skeeter est une horrible…
Mais il fut interrompu par un caquètement
suraigu :
— Rita Skeeter ? Je l’adore, je lis toujours ses
articles !
Harry et Doge levèrent la tête et virent devant
eux la tante Muriel, des plumes dansant sur son
chapeau, une coupe de champagne à la main.
— Figurez-vous qu’elle a écrit un livre sur
Dumbledore !
— Bonjour, Muriel, dit Doge. Oui, nous parlions
justement…
— Toi, là ! Donne-moi ta chaise, j’ai cent sept
ans !
Un autre cousin Weasley, les cheveux roux, l’air
effaré, bondit aussitôt de sa chaise que la tante
Muriel fit pivoter avec une force surprenante avant
de s’y laisser tomber lourdement, entre Doge et
Harry.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 255 / 1250
— Rebonjour , Barry, ou je ne sais quoi, dit-elle
à Harry. Alors, qu’est-ce que vous disiez à propos
de Rita Skeeter, Elphias ? Vous saviez qu’elle a
écrit une biographie de Dumbledore ? J’ai hâte de
la lire, il faut que je pense à la commander chez
Fleury et Bott !
Doge eut un air pincé, solennel, mais la tante
Muriel vida sa coupe et claqua ses doigts osseux
vers un serveur qui passait par là pour qu’il lui en
apporte une autre. Après avoir bu une nouvelle et
longue gorgée de champagne, elle laissa échapper
un rot et poursuivit :
— Qu’est-ce qui vous arrive ? Vous avez l’air de
deux grenouilles empaillées ! Avant qu’il devienne
si respectable et respecté, et toutes ces fadaises, il
y avait de sacrées rumeurs qui circulaient sur
Albus !
— Des insinuations d’ignorants, répliqua Doge,
son teint reprenant une couleur de radis.
— Je savais que vous diriez ça, Elphias, gloussa
la tante Muriel. J’ai remarqué comment vous avez
glissé sur les zones d’ombre dans votre
nécrologie !
— Je suis navré que vous ayez cette opinion,
répondit Doge, d’un ton encore plus froid. Je puis
vous assurer que j’ai parlé avec mon cœur en

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 256 / 1250
écrivant cet article.
— Oh, tout le monde sait que vous aviez une
véritable vénération pour Dumbledore. J’imagine
que vous le considérez toujours comme un saint
même s’il apparaît qu’il s’est débarrassé de sa
sœur Cracmolle.
— Muriel ! s’exclama Doge.
Une sensation glacée qui n’avait rien à voir avec
le champagne se répandit dans la poitrine de
Harry.
— Qu’est-ce que vous entendez par là ?
demanda-t-il à Muriel. Qui a dit que sa sœur était
une Cracmolle ? Je pensais qu’elle était malade ?
— Eh bien, vous pensiez de travers, Barry !
lança la tante Muriel, visiblement enchantée de
l’effet qu’elle avait produit. D’ailleurs, comment
auriez-vous pu le savoir ? Ça s’est passé à un
moment où vous n’étiez même pas à l’état de
projet, mon jeune ami, et la vérité, c’est que nous
qui étions là à l’époque n’avons jamais su ce qui
était vraiment arrivé. Voilà pourquoi je brûle de
découvrir les révélations de Skeeter ! Dumbledore
a si longtemps gardé le silence sur sa sœur !
— Faux ! protesta Doge de sa voix sifflante.
Absolument faux !
— Il ne m’a jamais dit que sa sœur était une

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 257 / 1250
Cracmolle, lança Harry sans y penser, la sensation
glacée persistant en lui.
— Et pourquoi donc vous l’aurait-il dit ? couina
Muriel qui se balança un peu sur sa chaise dans un
effort pour voir plus nettement Harry.
— La raison pour laquelle Albus ne parlait
jamais d’Ariana, commença Elphias d’une voix
tendue par l’émotion, me paraît tout à fait
évidente. Il a été si bouleversé par sa mort…
— Pourquoi personne ne l’a jamais vue,
Elphias ? s’écria la tante Muriel. Pourquoi une
bonne moitié d’entre nous n’ont-ils jamais
soupçonné son existence, avant qu’on sorte son
cercueil de la maison et qu’on célèbre ses
funérailles ? Où était donc le très saint Albus
pendant qu’Ariana se trouvait enfermée dans la
cave ? Il brillait de tous ses feux à Poudlard et peu
importe ce qui se passait dans sa propre maison !
— Que voulez-vous dire par « enfermée dans la
cave » ? interrogea Harry. Qu’est-ce que ça
signifie ?
Doge semblait anéanti. La tante Muriel poussa
un nouveau caquètement et répondit à Harry.
— La mère de Dumbledore était une femme
terrifiante, tout simplement terrifiante. Née dans
une famille moldue, bien qu’elle ait, paraît-il,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 258 / 1250
prétendu le contraire…
— Elle n’a jamais prétendu cela ! Kendra était
une femme remarquable, murmura Doge, l’air
accablé.
Mais la tante Muriel ne lui prêta aucune
attention.
— Fière et très dominatrice, le genre de sorcière
qui aurait été mortifiée à l’idée de donner
naissance à une Cracmolle…
— Ariana n’était pas une Cracmolle ! affirma
Doge de sa voix sifflante.
— C’est ce que vous dites, Elphias, mais
expliquez-moi dans ce cas pourquoi elle n’est
jamais allée à Poudlard ! répliqua la tante Muriel.
Elle se tourna à nouveau vers Harry.
— De notre temps, quand on avait un Cracmol
dans la famille, on n’en parlait pas. Mais de là à
séquestrer une petite fille dans la maison en
faisant comme si elle n’existait pas…
— Je vous dis que ça ne s’est pas passé ainsi !
protesta Doge, mais la tante Muriel poursuivit sur
sa lancée comme un rouleau compresseur,
s’adressant toujours à Harry.
— Les Cracmols étaient habituellement envoyés
dans des écoles de Moldus et on les encourageait à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 259 / 1250
intégrer leur communauté… C’était beaucoup plus
charitable que d’essayer de leur trouver une place
dans le monde des sorciers où ils auraient toujours
été relégués au second rang. Mais naturellement,
Kendra Dumbledore n’aurait jamais songé à
laisser sa fille fréquenter une école de Moldus…
— Ariana était fragile, déclara Doge en
désespoir de cause. Sa santé a toujours été trop
précaire pour lui permettre de…
— Pour lui permettre de quitter la maison ?
couina Muriel. Et pourtant, on ne l’a jamais
envoyée à Ste Mangouste et on n’a jamais appelé
de guérisseur à son chevet !
— Muriel, voyons, comment pouvez-vous savoir
si…
— Pour votre information, Elphias, mon cousin
Lancelot était guérisseur à Ste Mangouste, à
l’époque, et il a raconté à ma famille, en toute
confidentialité, qu’on n’avait jamais vu Ariana là-
bas. Très louche, pensait Lancelot !
Doge paraissait sur le point d’éclater en
sanglots. La tante Muriel, qui semblait s’amuser
beaucoup, claqua des doigts pour obtenir une
nouvelle coupe de champagne. Hébété, Harry
repensa à la façon dont les Dursley l’avaient
enfermé, bouclé dans un placard, caché à la vue

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 260 / 1250
des autres, pour avoir commis le seul crime d’être
un sorcier. La sœur de Dumbledore avait-elle subi
le même traitement pour la raison inverse ?
L’avait-on séquestrée parce qu’elle n’était pas
suffisamment douée pour la magie ? Et
Dumbledore l’avait-il véritablement abandonnée à
son sort, pendant que lui-même allait à Poudlard
où il se montrait brillant et talentueux ?
— Si Kendra n’était pas morte la première,
reprit Muriel, j’aurais dit que c’était elle qui en
avait fini avec Ariana…
— Comment osez-vous, Muriel ? gémit Doge.
Une mère tuer sa propre fille ? Réfléchissez à ce
que vous dites !
— Pourquoi pas, si cette même mère a été
capable d’emprisonner sa fille pendant des années
entières, répliqua la tante Muriel avec un
haussement d’épaules. Mais comme je l’ai déjà dit,
ça ne cadre pas, car Kendra est morte avant
Ariana. De quoi ? Personne ne semble pouvoir
l’affirmer avec certitude.
— Oh, il ne fait aucun doute qu’Ariana l’a
assassinée, lança Doge, essayant courageusement
de se montrer ironique. Pourquoi pas, pendant
qu’on y est ?
— Oui, peut-être qu’Ariana, dans une tentative

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 261 / 1250
désespérée pour conquérir sa liberté, a tué Kendra
au cours de la bagarre, suggéra la tante Muriel
d’un air songeur. Vous pouvez hocher la tête
autant que vous voulez, Elphias ! Vous étiez à
l’enterrement d’Ariana, non ?
— En effet, j’y étais, répondit Doge, les lèvres
tremblantes. Et je ne pense pas avoir jamais vécu
un moment de plus grande tristesse. Albus avait le
cœur brisé…
— Il n’y a pas eu que son cœur. Abelforth n’a-t-
il pas aussi brisé le nez d’Albus en plein milieu de
la cérémonie ?
Si Doge avait pu paraître horrifié auparavant,
ce n’était rien comparé à l’expression qu’il affichait
à présent. Il aurait sans doute eu la même tête si
Muriel lui avait enfoncé un poignard dans le
ventre. Elle laissa échapper un gloussement
sonore, puis but à nouveau du champagne qui
dégoulina sur son menton.
— Comment osez-vous… ? croassa Doge.
— Ma mère était amie avec la vieille Bathilda
Tourdesac, reprit la tante Muriel d’un air joyeux.
Bathilda a raconté toute l’histoire à maman
pendant que j’écoutais à la porte. Une bagarre
devant un cercueil ! D’après le récit de Bathilda,
Abelforth a hurlé que c’était la faute d’Albus si

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 262 / 1250
Ariana était morte, puis il lui a donné un coup de
poing dans la figure. À en croire Bathilda, Albus
n’a même pas cherché à se défendre, ce qui est
déjà étrange en soi, car s’il s’était battu en duel
avec lui, il n’aurait eu aucun mal à écraser
Abelforth avec les deux mains liées derrière le dos.
Muriel avala encore un peu de champagne.
L’évocation de ces anciens scandales semblait la
réjouir autant qu’elle horrifiait Doge. Harry ne
savait plus ce qu’il fallait penser, ce qu’il fallait
croire : il voulait la vérité mais Doge ne trouvait
rien d’autre à faire que de rester assis là à
chevroter d’une voix faible qu’Ariana avait été
malade. Harry avait peine à imaginer que
Dumbledore ne soit pas intervenu si une telle
cruauté avait été véritablement exercée sous son
toit. Pourtant, il était indiscutable qu’il y avait
quelque chose d’étrange dans cette histoire.
— Et j’ajouterai encore un détail, poursuivit
Muriel qui éloigna la coupe de ses lèvres en
laissant échapper un léger hoquet. Je crois que
Bathilda a tout raconté à Rita Skeeter. Ces
allusions, dans l’interview de Skeeter, à une source
bien informée, proche des Dumbledore… Dieu sait
que Bathilda était présente, d’un bout à l’autre de
cette histoire d’Ariana… Tout cela cadre
parfaitement !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 263 / 1250
— Bathilda n’aurait jamais parlé à Rita Skeeter,
murmura Doge.
— Bathilda Tourdesac ? répéta Harry. L’auteur
d’ Histoire de la magie !
Ce nom était imprimé sur la couverture de l’un
de ses livres de classe, mais il fallait admettre que
ce n’était pas celui auquel il avait accordé le plus
d’attention.
— Oui, répondit Doge, s’accrochant à la
question de Harry comme un homme qui se noie à
une bouée. Une historienne de la magie
particulièrement douée et une vieille amie d’Albus.
— Complètement gaga depuis quelque temps,
d’après ce qu’on m’a dit, ajouta joyeusement la
tante Muriel.
— Si c’est vrai, c’est encore plus déshonorant de
la part de Skeeter d’en avoir profité, trancha Doge,
et on ne peut accorder aucun crédit à ce que
Bathilda a pu déclarer !
— Oh, il existe des moyens de ramener les
souvenirs à la surface et je suis persuadée que Rita
Skeeter les connaît tous, déclara la tante Muriel.
Mais même si Bathilda a totalement perdu la
boule, je suis sûre qu’elle a toujours de vieilles
photos, peut-être même des lettres. Elle a
fréquenté les Dumbledore pendant des années…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 264 / 1250
Ça vaut bien un petit voyage à Godric’s Hollow, me
semble-t-il.
Harry, qui avait bu une gorgée de Bièraubeurre,
s’étrangla et se mit à tousser. Tandis que Doge lui
donnait des tapes dans le dos, il regarda la tante
Muriel à travers les larmes qui lui montaient aux
yeux. Lorsqu’il eut retrouvé le contrôle de sa voix,
il demanda :
— Bathilda Tourdesac habite à Godric’s
Hollow ?
— Oh, oui, elle a toujours vécu là ! Les
Dumbledore sont venus s’y installer après
l’arrestation de Perceval et ils étaient voisins.
— Les Dumbledore vivaient à Godric’s Hollow ?
— Oui, Barry, c’est ce que je viens de dire,
répliqua la tante Muriel avec mauvaise humeur.
Harry se sentait épuisé, vidé. Pas une seule fois
en six ans Dumbledore ne lui avait dit qu’ils
avaient tous les deux vécu et perdu des êtres chers
à Godric’s Hollow. Pourquoi ? Lily et James
étaient-ils enterrés près de la mère et de la sœur
de Dumbledore ? Dumbledore était-il allé se
recueillir sur leurs tombes, était-il passé, à cette
occasion, devant celles de Lily et de James ? Il n’en
avait jamais parlé à Harry… ne s’était jamais
soucié de le lui dire…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 265 / 1250
Pourquoi était-ce si important ? Harry n’aurait
su l’expliquer, même pas à lui-même, pourtant, il
ressentait comme l’équivalent d’un mensonge le
fait de ne pas lui avoir révélé qu’ils avaient en
commun cet endroit et ces deuils. Les yeux dans le
vague, il remarquait à peine ce qui se passait tout
autour, et ne vit pas qu’Hermione était sortie de la
foule des danseurs, jusqu’au moment où elle tira
une chaise pour s’asseoir auprès de lui.
— Je n’en peux plus de danser, dit-elle d’une
voix haletante.
Elle ôta une de ses chaussures et se massa la
plante du pied.
— Ron est allé chercher d’autres Bièraubeurres.
C’est bizarre, je viens de voir Viktor quitter le père
de Luna d’un air furieux. On dirait qu’ils se sont
disputés.
Elle observa Harry et baissa la voix :
— Harry, tu te sens bien ?
Il ne savait par où commencer, mais cela n’avait
pas d’importance car au même instant, une longue
forme argentée tomba à travers le dais, au-dessus
de la piste. Gracieux et luisant, un lynx atterrit
avec légèreté au milieu des danseurs surpris. Des
têtes se tournèrent tandis que ceux qui se
trouvaient le plus près de lui se figeaient en plein

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 266 / 1250
mouvement, dans une pose absurde. Le Patronus
ouvrit alors largement sa gueule et parla avec la
voix lente, forte, profonde, de Kingsley
Shacklebolt :
— Le ministère est tombé. Scrimgeour est
mort. Ils arrivent !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 267 / 1250
9
U N ENDROIT OÙ SE CACHER
out sembla flou, lent. Harry et Hermione se
levèrent d’un bond et tirèrent leurs
baguettes. De nombreux invités commençaient
tout juste à comprendre qu’il s’était passé quelque
chose d’étrange. Des têtes étaient encore tournées
vers le félin argenté lorsqu’il disparut. Le silence
se répandit comme une onde glacée, prenant sa
source à l’endroit où le Patronus avait atterri. Puis
quelqu’un cria. T
Harry et Hermione se précipitèrent dans la
foule saisie de panique. Des invités couraient en
tous sens. Beaucoup transplanaient. Les sortilèges
de Protection disposés autour du Terrier avaient
été brisés.
— Ron ! s’écria Hermione. Ron, où es-tu ?
Alors qu’ils se frayaient un chemin à travers la
piste de danse, Harry vit des silhouettes
enveloppées de capes, le visage masqué,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 268 / 1250
apparaître dans la cohue. Puis il aperçut Lupin et
Tonks, leurs baguettes brandies, et les entendit
s’exclamer tous les deux :
— Protego !
Le cri fut repris en écho de tous côtés.
— Ron ! Ron ! appela Hermione, sanglotant à
moitié.
Harry et elle furent violemment bousculés par
des invités terrifiés. Au moment où Harry lui
saisissait la main pour être sûr qu’ils ne seraient
pas séparés, un trait de lumière siffla au-dessus de
leurs têtes. S’agissait-il d’un sortilège de
Protection ou d’un signal plus sinistre, il
l’ignorait…
Ron apparut alors. Il attrapa le bras libre
d’Hermione et Harry la sentit pivoter sur place.
Les images et les bruits s’évanouirent, effacés par
l’obscurité qui s’abattait sur lui. Il ne sentait plus
que la main d’Hermione tandis qu’il était aspiré
dans l’espace et le temps, loin du Terrier, loin des
Mangemorts qui surgissaient de partout, loin,
peut-être, de Voldemort lui-même…
— Où sommes-nous ? demanda la voix de Ron.
Harry ouvrit les yeux. Pendant un instant, il eut
l’impression qu’ils n’avaient pas quitté le mariage :
ils étaient toujours au milieu d’une foule.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 269 / 1250
— Tottenham Court Road, à Londres, répondit
Hermione d’une voix essoufflée. Marchez,
marchez droit devant vous, il faut trouver un
endroit où se changer.
Harry fit ce qu’elle disait. Ils marchèrent,
courant à moitié, le long de la large rue sombre,
grouillante de noctambules, bordée de magasins
fermés, sous un ciel scintillant d’étoiles. Un bus à
impériale passa près d’eux dans un grondement de
moteur et un groupe de joyeux fêtards qui
faisaient la tournée des pubs les contemplèrent
avec des yeux ronds : Harry et Ron portaient
toujours leurs robes de soirée.
— Hermione, nous n’avons rien pour nous
changer, lui répondit Ron alors qu’une jeune
femme éclatait d’un rire éraillé en le voyant.
— Pourquoi n’ai-je pas emporté la cape
d’invisibilité ? se lamenta Harry, maudissant
intérieurement sa propre stupidité. L’année
dernière, je ne m’en séparais jamais et…
— Je l’ai, la cape, j’ai aussi des vêtements pour
vous, annonça Hermione. Essayez simplement
d’avoir l’air naturel jusqu’à ce que… Ici, ça ira.
Elle les entraîna dans une rue adjacente puis à
l’abri d’une ruelle plongée dans la pénombre.
— Quand tu dis que tu as la cape et des

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 270 / 1250
vêtements…, commença Harry, en regardant
Hermione les sourcils froncés.
Elle ne portait rien dans les mains à part son
petit sac en perles dans lequel elle s’était mise à
fouiller.
— Ils sont là-dedans, répondit-elle.
À la grande stupéfaction de Harry et de Ron,
elle sortit de son sac un jean, un sweat-shirt, des
chaussettes violettes et enfin la cape argentée.
— Comment as-tu fait pour…
— Un sortilège d’Extension indétectable,
expliqua Hermione. Difficile, mais je crois que je
l’ai réussi. En tout cas, j’ai pu y mettre tout ce dont
nous avions besoin.
Elle secoua un peu le petit sac d’apparence
fragile et l’écho d’objets pesants qui roulaient les
uns sur les autres résonna à l’intérieur comme
dans la cale d’un navire.
— Ah, mince, ce sont les livres, dit-elle en jetant
un coup d’œil dans le sac. C’est bête, je les avais
classés par sujets… Tant pis… Harry, prends la
cape d’invisibilité. Ron, dépêche-toi de te
changer…
— Quand as-tu fait tout ça ? s’étonna Harry
pendant que Ron se débarrassait de sa robe de
sorcier.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 271 / 1250
— Je vous l’ai dit au Terrier, j’avais préparé les
bagages depuis des jours, au cas où nous aurions à
partir précipitamment. J’ai rempli ton sac à dos ce
matin, Harry, une fois que tu t’étais changé, et je
l’ai mis là-dedans… j’avais une intuition…
— Tu es vraiment étonnante, toi, dit Ron en lui
tendant sa robe roulée en boule.
— Merci, répondit Hermione.
Elle parvint à esquisser un sourire et fourra la
robe dans le sac.
— Harry, s’il te plaît, mets cette cape !
Harry jeta la cape d’invisibilité sur ses épaules
et la remonta sur sa tête, disparaissant à la vue. Il
commençait seulement à prendre la mesure de ce
qui s’était passé.
— Les autres… les invités du mariage…
— Nous n’avons pas le temps de nous en
soucier pour l’instant, murmura Hermione. C’est
toi qu’ils cherchent, Harry, et nous mettrions tout
le monde encore plus en danger si nous
retournions là-bas.
— Elle a raison, approuva Ron, qui n’avait pas
besoin de voir le visage de Harry pour savoir qu’il
s’apprêtait à discuter. La plupart des membres de
l’Ordre étaient présents, ils s’occuperont des
autres.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 272 / 1250
Harry hocha la tête mais se rappela qu’il était
invisible et répondit simplement :
— Ouais…
Il pensait à Ginny et sentait la peur bouillonner
en lui comme un acide.
— Venez, il faut que nous partions d’ici, dit
Hermione.
Ils reprirent la rue adjacente en sens inverse et
revinrent dans la grande artère où un groupe
d’hommes, sur le trottoir opposé, chantaient en
titubant.
— Par simple curiosité, pourquoi as-tu choisi
Tottenham Court Road ? demanda Ron à
Hermione.
— Aucune idée, ça m’est venu en tête mais je
suis sûre que nous sommes en sécurité dans le
monde des Moldus, ce n’est pas là qu’ils penseront
à nous chercher.
— Exact, admit Ron en regardant autour de lui.
Mais tu ne te sens pas un peu… exposée ?
— Sinon, où aller ? dit Hermione avec un
mouvement de recul en entendant le groupe des
fêtards, de l’autre côté de la rue, lui lancer des
sifflets appréciateurs. Nous ne pouvons quand
même pas louer des chambres au Chaudron
Baveur ? Et la maison du square Grimmaurd est

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 273 / 1250
exclue si Rogue peut y entrer… J’imagine qu’on
pourrait essayer la maison de mes parents, mais il
y a un risque que les Mangemorts aillent y faire un
tour… Oh, si seulement ils pouvaient se taire,
ceux-là !
— Ça va, chérie ? criait le plus ivre des fêtards
sur le trottoir d’en face. Je t’offre un verre ? Laisse
tomber le rouquin et viens boire une pinte de bière
avec moi !
— Allons nous asseoir quelque part, dit
précipitamment Hermione, alors que Ron ouvrait
la bouche pour répliquer. Regardez, là-bas, ça
devrait nous convenir.
C’était un petit café miteux ouvert toute la nuit.
Une mince couche de graisse recouvrait les tables
en Formica, mais au moins l’endroit était vide.
Harry se glissa le premier dans un box et Ron
s’assit à côté de lui, face à Hermione qui tournait
le dos à l’entrée et n’aimait pas ça : elle jetait si
souvent des regards derrière elle qu’elle avait l’air
d’avoir un tic. Harry n’avait pas envie de rester
immobile. Marcher dans la rue lui avait donné
l’illusion qu’ils avaient une destination. Sous la
cape, il sentait se dissiper les derniers effets du
Polynectar, ses mains reprenant leur taille et leur
forme habituelles. Il sortit ses lunettes de sa poche

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 274 / 1250
et les remit sur son nez.
— Vous savez qu’on n’est pas loin du Chaudron
Baveur , ici, fit remarquer Ron, une minute plus
tard. Il suffit d’aller à Charing Cross…
— Ron, on ne peut pas ! l’interrompit
Hermione.
— Pas pour y rester, simplement pour savoir ce
qui se passe !
— Nous savons très bien ce qui se passe !
Voldemort s’est emparé du ministère, qu’est-ce
que tu as besoin de savoir d’autre ?
— D’accord, d’accord, c’était simplement une
idée en l’air !
Ils retombèrent dans un silence crispé. La
serveuse, qui mâchait du chewing-gum, s’avança
d’un pas traînant et Hermione demanda deux
cappuccinos : Harry étant invisible, il aurait
semblé étrange de lui en commander un
également. Deux ouvriers à la silhouette massive
entrèrent dans le café et se glissèrent dans le box
voisin. Hermione baissa la voix dans un murmure.
— Je propose qu’on trouve un endroit
tranquille pour transplaner et qu’on aille quelque
part à la campagne. De là, on pourra envoyer un
message à l’Ordre.
— Tu sais faire le coup du Patronus qui parle ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 275 / 1250
demanda Ron.
— Je me suis entraînée et je crois que oui,
répondit Hermione.
— Très bien, du moment que ça ne leur attire
pas d’ennuis, mais ils ont peut-être été arrêtés à
l’heure qu’il est. Beurk, ce truc est dégoûtant,
ajouta Ron, après avoir avalé une gorgée de café
grisâtre et mousseux.
La serveuse l’avait entendu. Elle le fusilla du
regard en traînant les pieds pour aller prendre la
commande des nouveaux clients. Harry vit que le
plus grand des deux ouvriers – un blond d’une
taille colossale – renvoyait la serveuse d’un geste
de la main. Vexée, elle le dévisagea d’un air glacial.
— Bon, allons-y, je ne veux pas boire cette boue,
dit Ron. Hermione, tu as de l’argent moldu pour
payer ça ?
— Oui, j’ai pris tout ce que j’avais sur mon
compte d’épargne logement avant de partir pour le
Terrier. Je parie que la monnaie doit se trouver
tout au fond, soupira-t-elle, la main tendue vers
son sac en perles.
Les deux ouvriers firent simultanément le
même geste et Harry les imita sans y penser : tous
trois tirèrent en même temps leurs baguettes
magiques. Ron mit quelques secondes à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 276 / 1250
comprendre ce qui se passait puis plongea par-
dessus la table et poussa Hermione de côté sur la
banquette. La puissance des sortilèges lancés par
les Mangemorts fracassa le mur recouvert de
carreaux, là où la tête de Ron s’était trouvée un
instant auparavant. Au même moment, Harry
s’écria :
— Stupéfix !
Le grand Mangemort blond fut frappé en pleine
tête par un jet de lumière rouge et s’affaissa sur le
côté, inconscient. Son compagnon, incapable de
voir qui avait jeté le sort, en lança un autre à Ron :
des cordelettes noires et brillantes s’échappèrent
de l’extrémité de sa baguette et ligotèrent Ron de
la tête aux pieds. La serveuse poussa un hurlement
et se rua vers la porte. Harry envoya un nouveau
sortilège de Stupéfixion, visant le Mangemort au
visage tordu qui avait ligoté Ron, mais il rata son
coup et le maléfice, après avoir ricoché sur une
fenêtre, frappa la serveuse qui s’effondra devant la
porte.
— Expulso ! s’écria le Mangemort.
La table derrière laquelle se trouvait Harry
explosa. L’onde de choc le projeta violemment
contre le mur et il sentit sa baguette lui échapper
des mains tandis que la cape glissait de ses

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 277 / 1250
épaules.
— Petrificus totalus ! hurla Hermione, qui était
restée hors de vue.
Le Mangemort tomba en avant comme une
statue et atterrit dans un bruit de verre brisé sur
l’amas de tasses cassées, de débris de table, et de
café. Tremblante, Hermione sortit en rampant de
sous la banquette, secouant la tête pour
débarrasser ses cheveux des éclats d’un cendrier
fracassé.
— D … Diffindo , dit-elle, sa baguette pointée sur
Ron qui poussa un rugissement de douleur lorsque
le sortilège déchira la toile de son jean et lui
entailla profondément le genou. Je… Je suis
vraiment désolée, Ron, j’ai la main qui tremble !
Diffindo !
Les cordes tranchées tombèrent sur le sol et
Ron se releva, secouant ses bras engourdis pour
rétablir la circulation. Harry ramassa sa baguette,
enjamba le tas de ruines, et s’approcha du grand
Mangemort blond étalé en travers de la banquette.
— J’aurais dû le reconnaître tout de suite, il
était là le soir de la mort de Dumbledore, dit-il.
Il retourna du pied l’autre Mangemort, qui
avait les cheveux plus foncés. D’un rapide coup
d’œil, l’homme regarda successivement Harry,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 278 / 1250
Ron et Hermione.
— Celui-là, c’est Dolohov, dit Ron. Je le
reconnais, sa tête était mise à prix sur de vieilles
affiches. Je pense que le grand type doit être
Thorfinn Rowle.
— Peu importe leurs noms ! s’écria Hermione
d’une voix un peu hystérique. Comment nous ont-
ils trouvés ? Qu’allons-nous faire ?
D’une certaine manière, son accès de panique
sembla éclaircir les idées de Harry.
— Ferme la porte à clé, lui dit-il, et toi, Ron,
éteins les lumières.
Il baissa les yeux vers Dolohov, toujours
paralysé, réfléchissant à toute vitesse pendant que
la serrure cliquetait et que Ron se servait du
Déluminateur pour plonger le café dans
l’obscurité. Harry entendit au loin les fêtards qui
avaient sifflé sur le passage d’Hermione lancer des
plaisanteries à une autre fille.
— Qu’est-ce qu’on va faire d’eux ? murmura
Ron dans le noir.
Puis, plus bas encore, il ajouta :
— Les tuer ? Eux aussi nous auraient tués. Ils
viennent d’essayer.
Hermione frémit et fit un pas en arrière. Harry

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 279 / 1250
hocha la tête.
— Il faut simplement effacer leurs souvenirs,
dit-il. C’est mieux. Comme ça ils perdront notre
piste. Si nous les tuons, il deviendra évident que
nous étions ici.
— C’est toi qui commandes, répondit Ron qui
avait l’air profondément soulagé. Mais je n’ai
jamais pratiqué de sortilège d’Amnésie.
— Moi non plus, dit Hermione, mais je connais
la théorie.
Elle respira profondément pour retrouver son
calme puis pointa sa baguette sur le front de
Dolohov et prononça la formule :
— Oubliettes.
Aussitôt, le regard de Dolohov se fit vague et
rêveur.
— Magnifique ! s’exclama Harry en lui donnant
une grande tape dans le dos. Occupe-toi de l’autre
Mangemort et de la serveuse pendant que Ron et
moi, on fait le ménage.
— Le ménage ? dit Ron, qui jeta un coup d’œil
sur la salle partiellement détruite. Pourquoi ?
— Tu ne crois pas qu’ils vont se demander ce
qui s’est passé s’ils se réveillent dans un endroit où
on dirait qu’une bombe vient d’exploser ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 280 / 1250
— Ah oui, d’accord…
Ron mit un bon moment avant de réussir à
extraire sa baguette de sa poche.
— Pas étonnant que je n’arrive pas à la sortir,
Hermione, tu as emporté mon vieux jean, il est
trop étroit.
— Oh, crois bien que j’en suis désolée, persifla
Hermione.
Tandis qu’elle tirait la serveuse à l’écart de la
vitrine, Harry l’entendit marmonner quelque
chose sur l’endroit où Ron pouvait enfoncer sa
baguette.
Lorsque le café eut retrouvé son état initial, ils
soulevèrent les Mangemorts et les remirent dans
leur box en les asseyant face à face.
— Mais comment nous ont-ils trouvés ?
demanda Hermione qui regardait alternativement
les deux hommes inertes. Comment ont-ils pu
savoir où nous étions ?
Elle se tourna vers Harry.
— Tu… Tu ne penses pas avoir toujours la Trace
sur toi, n’est-ce pas, Harry ?
— C’est impossible, répondit Ron. La Trace est
levée à dix-sept ans, c’est la loi des sorciers, on ne
peut pas la mettre sur un adulte.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 281 / 1250
— Pour autant que tu le saches, répliqua
Hermione. Et si les Mangemorts avaient trouvé le
moyen de la maintenir sur un sorcier de dix-sept
ans ?
— Mais Harry ne s’est pas approché d’un
Mangemort dans les dernières vingt-quatre
heures. Qui aurait pu rétablir sa Trace ?
Hermione ne répondit pas. Harry se sentit
souillé, sali : était-ce véritablement ainsi que les
Mangemorts les avaient retrouvés ?
— Si je ne peux pas utiliser la magie, ni vous
quand vous êtes près de moi, sans révéler l’endroit
où nous sommes…, commença-t-il.
— Pas question que nous nous séparions !
l’interrompit Hermione d’un ton sans réplique.
— Nous devons trouver un endroit sûr où nous
cacher, dit Ron. Pour nous donner le temps de
réfléchir.
— Le square Grimmaurd, suggéra Harry.
Les deux autres en restèrent bouche bée.
— Ne sois pas stupide, Harry, Rogue peut y
aller quand il veut !
— Le père de Ron a dit qu’ils y avaient jeté des
maléfices contre lui. Et même s’ils n’ont pas
marché, insista-t-il en voyant qu’Hermione voulait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 282 / 1250
discuter, quelle importance ? Je te jure que rien ne
me ferait plus plaisir que de me retrouver devant
Rogue !
— Mais…
— Hermione, où veux-tu aller, autrement ?
C’est la meilleure chance que nous ayons. Rogue
est tout seul, alors que si la Trace est toujours sur
moi, nous aurons une foule de Mangemorts à nos
trousses, où que nous allions.
Elle n’avait aucun argument à objecter, malgré
son désir manifeste d’en trouver un. Elle
déverrouilla la porte du café et Ron rétablit la
lumière en actionnant le Déluminateur. Puis,
lorsque Harry eut compté jusqu’à trois, ils
annulèrent les maléfices lancés sur leurs victimes.
À peine la serveuse et les Mangemorts avaient-ils
eu le temps d’émerger de leur sommeil que Ron,
Hermione et Harry pivotaient une fois de plus sur
eux-mêmes et disparaissaient dans des ténèbres
qui les comprimaient de toutes parts.
Quelques secondes plus tard, Harry sentit avec
soulagement ses poumons se dilater et ouvrit les
yeux : ils avaient atterri au beau milieu d’une
petite place sinistre et familière, entourée de
hautes maisons délabrées. Le numéro 12 était
visible à leurs yeux car ils avaient été informés de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 283 / 1250
son existence par Dumbledore, son Gardien du
Secret. Ils se précipitèrent, vérifiant tous les dix
mètres que personne ne les suivait ou ne les épiait,
et montèrent quatre à quatre les marches de pierre
du perron. Lorsque Harry donna un petit coup de
baguette magique sur la porte d’entrée, ils
entendirent une suite de cliquetis métalliques et le
tintement d’une chaîne, puis la porte pivota dans
un grincement et ils se hâtèrent d’en franchir le
seuil.
Dès que Harry referma le panneau, les vieilles
lampes à gaz d’un autre âge s’allumèrent, jetant
des lueurs vacillantes tout au long du hall.
L’endroit était tel qu’il se le rappelait : inquiétant,
rempli de toiles d’araignée, les têtes d’elfes de
maison accrochées au mur peuplant l’escalier
d’ombres étranges. De longs rideaux sombres
masquaient le portrait de la mère de Sirius. La
seule chose qui n’était pas exactement à sa place,
c’était le porte-parapluies en forme de jambe de
troll, couché par terre, comme si Tonks venait à
nouveau de le renverser.
— Je crois que quelqu’un est venu ici, murmura
Hermione en le montrant du doigt.
— C’est peut-être arrivé quand l’Ordre a quitté
la maison, chuchota Ron.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 284 / 1250
— Où sont donc ces maléfices jetés contre
Rogue ? interrogea Harry.
— Peut-être qu’ils ne sont activés qu’en sa
présence ? suggéra Ron.
Ils demeurèrent cependant regroupés à l’entrée,
le dos contre la porte, craignant d’avancer plus
loin à l’intérieur de la maison.
— On ne va quand même pas rester ici
indéfiniment, dit Harry qui s’avança d’un pas.
— Severus Rogue ?
La voix de Maugrey Fol Œil murmura dans la
pénombre, les faisant tous les trois sursauter de
peur.
— Nous ne sommes pas Rogue ! répondit Harry
d’une voix rauque.
Quelque chose siffla au-dessus de sa tête,
comme un courant d’air glacé, et sa langue
s’enroula sur elle-même, lui interdisant de parler.
Mais avant qu’il ait eu le temps de se passer le
doigt dans la bouche, sa langue se déroula.
Apparemment, les deux autres avaient éprouvé
la même sensation désagréable. Ron avait des
haut-le-cœur et Hermione bégaya :
— Ce… Ce doit ê… être un sor … sortilège de
Langue de Plomb que Fol Œil destinait à Rogue !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 285 / 1250
Avec précaution, Harry s’avança un peu plus
loin. Quelque chose remua dans l’ombre, à l’autre
bout du hall, et avant que l’un d’eux ait pu
prononcer un mot, une haute silhouette, couleur
de poussière, surgit du tapis, terrifiante :
Hermione poussa un hurlement, ainsi que
Mrs Black, dont les rideaux s’ouvrirent
brusquement. La silhouette grise glissa vers eux,
de plus en plus vite, ses cheveux tombant jusqu’à
la taille, sa barbe flottant derrière elle, le visage
émacié, décharné, ses orbites vides. Horriblement
familière, atrocement altérée, l’apparition leva un
bras squelettique et le tendit vers Harry.
— Non ! s’écria celui-ci.
Il brandit sa baguette, mais ne sut quel sortilège
lancer.
— Non ! Ce n’est pas nous ! Ce n’est pas nous
qui vous avons tué.
Au mot « tué », la silhouette explosa dans un
grand nuage de poussière. Toussant, les larmes
aux yeux, Harry regarda derrière lui et vit
Hermione accroupie par terre, près de la porte, les
bras sur la tête. Ron, tremblant de tout son corps,
lui tapotait maladroitement l’épaule en répétant :
— Tout va b… bien… C’est f… fini…
De la poussière tournoya autour de Harry,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 286 / 1250
scintillant à la lueur bleutée des lampes à gaz,
tandis que Mrs Black continuait de hurler :
— Sang-de-Bourbe, vermine, opprobre et
déshonneur, honteuses salissures dans la maison
de mes ancêtres…
— TAISEZ-VOUS ! s’écria Harry, sa baguette
pointée sur elle.
Il y eut une détonation, une gerbe d’étincelles et
les rideaux se refermèrent en la réduisant au
silence.
— Ce… C’était…, gémit Hermione. Ron l’aida à
se relever.
— Oui, répondit Harry, mais ce n’était pas
vraiment lui. Simplement quelque chose pour
effrayer Rogue.
Le sortilège avait-il eu l’effet recherché ou bien
Rogue avait-il foudroyé l’épouvantable apparition
avec la même désinvolture que lorsqu’il avait tué
le véritable Dumbledore ? Les nerfs toujours à vif,
Harry entraîna les deux autres à l’autre bout du
hall, s’attendant plus ou moins à voir surgir une
nouvelle horreur. Mais plus rien ne bougea, à part
une souris qui trottinait le long d’une plinthe.
— Avant d’aller plus loin, je pense qu’il vaudrait
mieux vérifier, murmura Hermione.
Elle leva sa baguette et prononça la formule :

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 287 / 1250
— Hominum revelio !
Rien ne se produisit.
— Tu viens d’avoir un grand choc, dit Ron avec
douceur. C’était censé faire quoi, ça ?
— Exactement ce que je voulais ! répliqua
Hermione, courroucée. Il s’agit d’un sortilège qui
révèle toute présence humaine et je peux te dire
qu’il n’y a personne ici en dehors de nous !
— Nous et le vieux poussiéreux, ajouta Ron en
regardant l’endroit d’où avait jailli la silhouette
cadavérique.
— Allons là-haut, reprit Hermione, après avoir
jeté à son tour un coup d’œil craintif au tapis.
Suivie des deux autres, elle monta l’escalier aux
marches grinçantes qui menait au salon du
premier étage.
Hermione donna un coup de baguette pour
allumer les vieilles lampes à gaz puis, frissonnant
légèrement dans la pièce traversée de courants
d’air, elle s’assit au bord du canapé, s’entourant de
ses bras étroitement serrés. Ron s’approcha de la
fenêtre et écarta de quelques centimètres l’épais
rideau de velours.
— Je ne vois personne dehors, annonça-t-il. Si
Harry avait toujours la Trace sur lui, j’imagine
qu’ils nous auraient suivis. Je sais bien qu’ils ne

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 288 / 1250
peuvent pas pénétrer dans la maison, mais…
Qu’est-ce qui se passe, Harry ?
Il avait poussé un cri de douleur : sa cicatrice le
brûlait à nouveau tandis que quelque chose
étincelait dans sa tête à la manière d’une lumière
vive reflétée à la surface de l’eau. Il distingua une
silhouette massive et sentit une fureur qui n’était
pas la sienne secouer tout son corps, brève et
violente comme une décharge électrique.
— Qu’est-ce que tu as vu ? demanda Ron en
s’avançant vers lui. Il est chez moi ?
— Non, j’ai juste éprouvé sa colère… Il est
vraiment fou de rage…
— Et il pourrait très bien être au Terrier, dit
Ron d’une voix forte. Quoi d’autre ? Tu n’as rien
vu ? Est-ce qu’il a lancé un maléfice à quelqu’un ?
— Non, c’est simplement de la colère… Je ne
pourrais pas préciser…
Harry se sentait harcelé, désorienté, et
Hermione ne l’aida pas lorsqu’elle lança d’une voix
effrayée :
— Encore ta cicatrice ? Mais qu’est-ce qui se
passe ? Je croyais que la connexion était rompue !
— Elle l’a été pendant un moment, marmonna
Harry.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 289 / 1250
Sa cicatrice lui faisait toujours mal, ce qui ne
facilitait pas sa concentration.
— Je… Je pense qu’elle se rétablit chaque fois
qu’il perd le contrôle de lui-même, c’est comme ça
que…
— Alors, il faut que tu fermes ton esprit ! coupa
Hermione d’une voix perçante. Harry,
Dumbledore ne voulait pas que tu utilises cette
connexion, il voulait que tu y mettes fin, c’est
pourquoi tu étais censé apprendre l’occlumancie !
Sinon, Voldemort peut introduire de fausses
images dans ton cerveau, souviens-toi…
— Oui, merci, je me souviens très bien, répliqua
Harry, les dents serrées.
Il n’avait pas besoin qu’Hermione lui rappelle
que Voldemort s’était servi de cette même
connexion pour l’attirer dans un piège, et que la
conséquence en avait été la mort de Sirius. Il
regrettait de leur avoir dit ce qu’il avait vu et senti.
Cela rendait Voldemort plus menaçant, comme s’il
était présent, le front contre la fenêtre du salon, et
pourtant la douleur de sa cicatrice augmentait, il
essayait de la combattre mais c’était aussi difficile
que de s’empêcher de vomir.
Il tourna le dos à Ron et à Hermione, faisant
semblant d’examiner la vieille tapisserie accrochée

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 290 / 1250
au mur, sur laquelle était représenté l’arbre
généalogique de la famille Black. Hermione
poussa alors un cri aigu. Harry tira à nouveau sa
baguette et pivota sur ses talons : un Patronus
argenté venait de traverser la fenêtre et atterrit sur
le sol où il se matérialisa sous la forme d’une
belette qui leur parla avec la voix du père de Ron :
— Famille saine et sauve, ne répondez pas,
nous sommes surveillés.
Le Patronus se volatilisa. Ron laissa échapper
un son indistinct, entre gémissement et
grognement, puis s’affala sur le canapé. Hermione
s’approcha et lui prit le bras.
— Ils vont bien, murmura-t-elle, ils vont bien.
Ron la serra contre lui, riant à moitié.
— Harry, dit-il, par-dessus l’épaule
d’Hermione, je…
— Je comprends, répondit Harry que la douleur
de son front rendait malade. C’est ta famille,
normal que tu t’inquiètes, je ressentirais la même
chose, à ta place.
Il pensa à Ginny.
— Je ressens la même chose.
La douleur de sa cicatrice atteignit un pic, le
brûlant avec la même intensité que dans le jardin

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 291 / 1250
du Terrier. Il perçut faiblement la voix d’Hermione
qui disait :
— Je ne veux pas dormir toute seule. On ne
pourrait pas camper ici, cette nuit, dans les sacs de
couchage ?
Harry entendit Ron l’approuver. Il ne pouvait
combattre plus longtemps la douleur : il devait lui
céder.
— La salle de bains, marmonna-t-il.
Il quitta la pièce aussi vite qu’il le put sans
courir.
Il arriva juste à temps. Verrouillant la porte
derrière lui d’un geste tremblant, il se prit la tête
entre les mains, les tempes battantes, et s’effondra
sur le sol. Puis, dans une explosion de souffrance,
il ressentit la rage qui n’était pas la sienne
s’emparer de son âme. Il vit une longue pièce,
éclairée par un simple feu de cheminée, et le grand
Mangemort blond qui hurlait, se tordait par terre.
Il vit aussi une silhouette plus mince penchée sur
lui, la baguette tendue. Harry se mit alors à parler
d’une voix aiguë, glacée, impitoyable :
— Tu en veux davantage, Rowle, ou bien on en
reste là et on te donne à manger à Nagini ? Lord
Voldemort n’est pas sûr de pardonner, cette fois…
Tu m’as rappelé pour ça, pour m’annoncer que

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 292 / 1250
Harry Potter s’était à nouveau échappé ? Drago,
fais sentir encore une fois à Rowle l’intensité de
notre déplaisir… Vas-y ou c’est toi qui subiras ma
colère !
Une bûche tomba dans la cheminée. Les
flammes se dressèrent, projetant leur clarté sur un
visage blanc et pointu, au regard terrifié. Avec
l’impression d’émerger d’une eau profonde, Harry
respira longuement à plusieurs reprises et rouvrit
les yeux.
Il était étendu les bras en croix sur le sol de
marbre noir et froid, le nez à quelques centimètres
de l’une des queues de serpent en argent qui
servaient de pieds à la grande baignoire. Il se
redressa. Le visage émacié, pétrifié, de Malefoy
semblait gravé sur sa rétine. Harry était dégoûté
par ce qu’il avait vu, par la façon dont Voldemort
se servait à présent de Drago.
De petits coups secs furent frappés à la porte et
Harry sursauta lorsqu’il entendit retentir la voix
d’Hermione :
— Harry, tu veux ta brosse à dents ? Je te l’ai
apportée.
— Ah, très bien, merci, répondit-il en
s’efforçant d’adopter un ton détendu tandis qu’il se
relevait pour lui ouvrir la porte.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 293 / 1250
10
L E RÉCIT DE K REATTUR
e lendemain matin, Harry s’éveilla de
bonne heure, pelotonné dans un sac de
couchage, sur le sol du salon. Un éclat de ciel était
visible entre les lourds rideaux : une fente d’un
bleu clair et froid, comme de l’encre diluée,
quelque part entre la nuit et l’aube. À part la
respiration lente et régulière d’Hermione et de
Ron, tout était silencieux. Harry jeta un coup d’œil
à leurs formes sombres allongées à côté de lui.
Dans un accès de galanterie, Ron avait insisté pour
qu’Hermione dorme sur les coussins du canapé, si
bien que sa silhouette était un peu surélevée par
rapport à lui. Le bras arrondi d’Hermione reposait
sur le sol, ses doigts à quelques centimètres de
ceux de Ron. Harry se demanda s’ils s’étaient
endormis en se tenant la main. Cette idée lui
donna un sentiment d’étrange solitude. L
Il leva les yeux vers le plafond obscur, au lustre
recouvert de toiles d’araignée. Moins de vingt-

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 294 / 1250
quatre heures plus tôt, il était en plein soleil, à
l’entrée du chapiteau, attendant les invités pour
les conduire à leurs places. Il lui semblait qu’une
vie entière s’était déroulée entre-temps. Qu’allait-
il arriver, maintenant ? Étendu par terre, il pensa
aux Horcruxes, à la mission complexe, redoutable,
que Dumbledore lui avait confiée… Dumbledore…
Il ressentait différemment, désormais, le
chagrin qui l’avait habité depuis sa mort. Les
accusations portées par Muriel pendant le mariage
s’étaient nichées dans son cerveau, tels les germes
d’une maladie dont la contagion infectait les
souvenirs du sorcier qu’il avait idolâtré.
Dumbledore avait-il pu laisser de telles choses se
produire ? S’était-il comporté à la manière de
Dudley, satisfait de voir quelqu’un négligé,
maltraité, du moment qu’il n’en était pas affecté ?
Avait-il pu tourner le dos à une sœur que l’on
cachait, que l’on séquestrait ?
Harry pensa à Godric’s Hollow, aux tombes qui
s’y trouvaient et dont Dumbledore n’avait jamais
parlé. Il pensa aux mystérieux objets légués sans
explication dans son testament et le ressentiment
qu’il éprouvait enfla dans la pénombre. Pourquoi
Dumbledore ne lui avait-il rien dit ? Pourquoi ne
lui avait-il donné aucune explication ? Au fond,
s’était-il véritablement soucié de Harry ? Ou bien

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 295 / 1250
n’avait-il été pour lui qu’une sorte d’outil qu’il
avait poli, aiguisé, mais ne considérait pas digne
de sa confiance, de ses confidences ?
Harry ne supportait plus d’être allongé dans ce
salon sans autre compagnie que ses pensées
arrières. Cherchant désespérément quelque chose
à faire pour se changer les idées, il se glissa hors
de son sac de couchage, prit sa baguette magique
et sortit silencieusement de la pièce. Dans le
couloir, il murmura : « Lumos » et monta l’escalier
à la lueur que projetait la baguette.
Au deuxième étage se trouvait la chambre dans
laquelle Ron et lui avaient dormi la dernière fois
qu’ils étaient venus. Il y jeta un coup d’œil. La
porte de la penderie était ouverte et les draps du lit
arrachés. Harry se rappela la jambe de troll
renversée au rez-de-chaussée. Quelqu’un avait
fouillé la maison depuis le départ de l’Ordre.
Rogue ? Ou peut-être Mondingus qui avait
subtilisé beaucoup de choses ici, du vivant de
Sirius et aussi après sa mort ? Le regard de Harry
s’attarda sur le tableau qui représentait parfois le
portrait de Phineas Nigellus Black, l’arrière-
arrière-grand-père de Sirius, mais le cadre était
vide, ne montrant qu’une toile de fond d’un brun
terreux. De toute évidence, Phineas Nigellus
passait la nuit dans le bureau directorial de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 296 / 1250
Poudlard.
Harry continua à monter l’escalier jusqu’au
dernier palier où il n’y avait que deux portes. Celle
d’en face portait une plaque sur laquelle était
gravé le nom « Sirius ». Harry n’était encore
jamais entré dans la chambre de son parrain. Il
poussa la porte, tenant haut sa baguette pour
diffuser la plus grande lumière possible.
La pièce était spacieuse et avait dû être belle,
autrefois. Il y avait un grand lit au cadre de bois
sculpté, une haute fenêtre masquée par de longs
rideaux de velours et un lustre, recouvert d’une
épaisse couche de poussière, qui portait encore des
restes de chandelles d’où pendaient des coulées de
cire figée, semblables à du givre. Une fine pellicule
poussiéreuse s’étalait sur la tête de lit et sur les
tableaux exposés aux murs. Une toile d’araignée
s’étirait entre le lustre et le haut de la grande
armoire en bois et lorsque Harry s’avança un peu
plus dans la pièce, il entendit s’enfuir des souris
qu’il avait dérangées.
Sirius adolescent avait accroché tant d’affiches
et de photos qu’on ne voyait plus grand-chose de
la soie gris-argent qui tapissait les murs. Harry
présumait que ses parents avaient dû être
incapables d’annuler le maléfice de Glu

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 297 / 1250
Perpétuelle qui maintenait toutes ces images en
place, car il était certain qu’ils n’auraient guère
apprécié les goûts de leur fils aîné en matière de
décoration. Visiblement, Sirius s’était donné
beaucoup de mal pour exaspérer ses parents. De
grandes bannières de Gryffondor, aux couleurs
rouge et or délavées, soulignaient une volonté de
marquer sa différence avec sa famille, fidèle à
Serpentard. On voyait de nombreuses photos de
motos moldues, et aussi (Harry ne put qu’admirer
l’audace de Sirius) des affiches représentant de
jeunes Moldues en bikini. Harry savait qu’il
s’agissait de Moldues car elles demeuraient
immobiles, leurs sourires défraîchis et leurs
regards ternis figés sur le papier. Ce qui faisait
mieux ressortir par contraste l’unique photo de
sorcier sur laquelle quatre élèves de Poudlard,
debout côte à côte, bras dessus bras dessous,
riaient devant l’objectif.
Avec un tressaillement de joie, Harry reconnut
son père. Ses cheveux noirs mal coiffés se
dressaient en épis à l’arrière de sa tête, comme
ceux de Harry, et lui aussi portait des lunettes. À
côté se tenait Sirius, d’une beauté désinvolte, son
visage, légèrement arrogant, beaucoup plus jeune
et plus heureux que Harry ne l’avait jamais vu de
son vivant. À la droite de Sirius, on reconnaissait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 298 / 1250
Pettigrow, d’une tête plus petit, grassouillet, les
yeux humides, savourant le plaisir de faire partie
d’une bande aussi cool, aux côtés de ces rebelles
tant admirés qu’étaient James et Sirius. À la
gauche de James, il y avait Lupin qui paraissait
déjà un peu miteux et affichait le même air de
surprise ravie, à l’idée de se trouver ainsi aimé,
admis… Ou bien était-ce simplement parce que
Harry connaissait leur histoire qu’il voyait tout
cela sur la photo ? Il essaya de la décrocher du
mur. Après tout, elle lui appartenait, à présent –
son parrain lui avait tout légué – mais elle ne
bougea pas. Sirius avait pris toutes les précautions
pour empêcher ses parents de changer la
décoration de sa chambre.
Harry jeta un coup d’œil par terre. Au-dehors,
le ciel s’éclaircissait et un rayon de lumière révéla
des papiers, des livres et de petits objets éparpillés
sur le tapis. De toute évidence, la chambre de
Sirius avait également été fouillée mais son
contenu avait dû être jugé sans valeur, dans sa
plus grande partie tout au moins. Quelques-uns
des livres avaient été secoués sans ménagement,
au point que leurs couvertures s’étaient décollées
et que des pages détachées jonchaient le sol.
Harry se pencha, ramassa des morceaux de
papier et les examina. Il reconnut une page d’une

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 299 / 1250
ancienne édition d’ Histoire de la magie , par
Bathilda Tourdesac, une autre appartenait à un
manuel d’entretien de moto. Un troisième papier
était froissé et écrit à la main. Il le lissa pour le
lire.
Cher Patmol,
Merci, merci, pour le cadeau d’anniversaire de
Harry ! C’est de très loin celui qu’il a préféré. Un
an et il file déjà sur son balai-jouet ! Tu ne peux
pas savoir comme il était content, je te joins une
photo pour que tu le voies toi-même. Comme tu le
sais, le balai ne vole qu’à soixante centimètres de
hauteur mais Harry a failli tuer le chat et il a
pulvérisé un horrible vase que Pétunia m’avait
offert pour Noël (ce dont je ne me plains pas).
Bien entendu, James a trouvé ça très drôle, il a
dit qu’il deviendrait sûrement un grand joueur de
Quidditch, mais nous avons dû enlever tous les
bibelots et nous le surveillons de près chaque fois
qu’il fait un tour avec.
Nous avons eu un dîner d’anniversaire très
tranquille, simplement nous et Bathilda qui a
toujours été charmante avec nous et qui adore
Harry. Nous étions désolés que tu ne puisses pas
venir, mais l’Ordre passe avant tout le reste et

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 300 / 1250
d’ailleurs, Harry n’est même pas assez grand
pour savoir que c’est son anniversaire ! James
commence à en avoir assez d’être enfermé ici, il
essaye de ne pas le montrer, mais je le vois bien.
De plus, Dumbledore a toujours sa cape
d’invisibilité, toute escapade lui est donc interdite.
Si tu pouvais venir nous voir, il serait ravi. Le
petit Queudver était là le week-end dernier, j’ai
trouvé qu’il n’avait pas le moral, mais c’était sans
doute à cause de ce qui est arrivé aux McKinnon.
J’ai pleuré toute la soirée quand j’ai appris la
nouvelle.
Bathilda vient nous voir presque tous les jours,
cette petite vieille est fascinante, elle raconte des
histoires absolument extraordinaires sur
Dumbledore, mais je ne suis pas sûre qu’il en
serait ravi s’il le savait ! J’ignore ce qu’il y a de
vrai dans tout cela, car il semble incroyable que
Dumbledore
Harry sentait ses extrémités engourdies. Il resta
immobile, tenant entre ses doigts insensibles la
lettre miraculeuse tandis qu’une sorte d’explosion
silencieuse répandait joie et chagrin à parts égales
le long de ses veines. Titubant jusqu’au lit, il alla
s’asseoir.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 301 / 1250
Il relut la lettre mais ne put rien y découvrir de
plus que la première fois et en fut réduit à
examiner l’écriture elle-même. Elle formait ses g
comme les siens. Il regarda chacun d’eux, et
chacun lui apparut comme un petit signe amical
aperçu derrière un voile. Ces lignes constituaient
un trésor inestimable, la preuve que Lily Potter
avait été une personne vivante, vraiment vivante,
que sa main tiède avait un jour parcouru ce
parchemin, traçant à l’encre ces lettres, ces mots,
des mots qui parlaient de lui, Harry, son fils.
Il essuya d’un geste impatient ses yeux devenus
humides et relut à nouveau la lettre, se
concentrant cette fois sur sa signification. Il avait
l’impression d’entendre une voix à demi oubliée.
Ils avaient donc un chat… peut-être avait-il été
tué, comme ses parents, à Godric’s Hollow… Ou
alors, il s’était enfui lorsque plus personne n’était
là pour le nourrir… Sirius lui avait offert son
premier balai… Ses parents connaissaient Bathilda
Tourdesac. Était-ce Dumbledore qui les avait
présentés ? « Dumbledore a toujours sa cape
d’invisibilité…» Il y avait là quelque chose de
bizarre…
Harry réfléchit à ce qu’avait écrit sa mère.
Pourquoi Dumbledore avait-il pris la cape

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 302 / 1250
d’invisibilité de James ? Harry se souvenait avec
précision de ce que le directeur de Poudlard lui
avait dit, des années auparavant : « Moi, je n’ai
pas besoin de cape pour devenir invisible. » Peut-
être que quelqu’un de moins doué, au sein de
l’Ordre, en avait eu l’utilité et que Dumbledore
s’était chargé de la lui apporter ? Harry poursuivit
sa lecture…
« Le petit Queudver était là…» Pettigrow, le
traître, « n’avait pas le moral », semblait-il…
Savait-il qu’il voyait James et Lily vivants pour la
dernière fois ?
Et enfin, encore une fois, Bathilda, qui
racontait des histoires extraordinaires sur
Dumbledore : « Il semble incroyable que
Dumbledore…»
Que Dumbledore quoi ? Il y avait tellement de
choses qui semblaient incroyables dans la vie de
Dumbledore. Par exemple, qu’il ait eu un jour la
plus mauvaise note à un examen de
métamorphose, ou qu’il ait choisi les cours de
charmeur de chèvre, comme Abelforth…
Harry se leva et scruta le sol. Peut-être la suite
de la lettre s’y trouvait-elle. Il ramassa avidement
plusieurs papiers qu’il ne traita pas avec plus de
considération que la personne qui avait fouillé la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 303 / 1250
chambre avant lui. Il ouvrit des tiroirs, secoua des
livres, monta sur une chaise pour passer la main
au sommet de l’armoire et rampa sous le lit et le
fauteuil.
Enfin, face contre terre, il aperçut un morceau
de papier déchiré sous la commode. Lorsqu’il eut
réussi à l’attraper, il s’aperçut qu’il s’agissait de la
photo – pas tout à fait entière – dont Lily parlait
dans sa lettre. Un bébé aux cheveux noirs fonçait
sur un balai, sortant de l’image puis y entrant à
nouveau avec de grands éclats de rire, poursuivi
par une paire de jambes qui appartenaient sans
doute à James. Harry glissa la photo dans sa
poche, avec la lettre de Lily et continua à chercher
la suite.
Mais un quart d’heure plus tard, il fut bien
forcé de conclure que la deuxième partie de la
lettre avait disparu. Avait-elle simplement été
perdue au cours des seize années écoulées depuis
que sa mère l’avait écrite, ou bien la personne qui
avait fouillé la pièce avant lui l’avait-elle
emportée ? Harry lut à nouveau la première page.
Cette fois, il cherchait des indices sur ce que la
deuxième page pouvait contenir d’important. Son
balai-jouet n’avait sans doute pas grand intérêt
pour les Mangemorts… La seule chose
potentiellement utile, c’était une éventuelle

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 304 / 1250
information sur Dumbledore. « Il semble
incroyable que Dumbledore…» que Dumbledore
quoi ?
— Harry ? Harry ? Harry ?
— Je suis là, s’exclama-t-il. Qu’est-ce qui se
passe ?
Il y eut des bruits de pas précipités de l’autre
côté de la porte et Hermione fit irruption dans la
pièce.
— On s’est réveillés et on ne savait pas où tu
étais ! dit-elle, le souffle court.
Elle se retourna et cria par-dessus son épaule :
— Ron ! Je l’ai trouvé !
La voix irritée de Ron résonna au loin, quelques
étages plus bas :
— Très bien. Dis-lui de ma part que c’est un
crétin !
— Harry, s’il te plaît, ne disparais pas comme
ça, on a eu une peur bleue ! Et d’abord, pourquoi
es-tu monté ici ?
Elle jeta un coup d’œil dans la pièce sens dessus
dessous.
— Qu’est-ce que tu as fabriqué ?
— Regarde ce que je viens de trouver.
Il lui donna la lettre de sa mère. Hermione la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 305 / 1250
prit et la lut sous le regard de Harry. Lorsqu’elle
fut arrivée au bas de la page, elle leva les yeux vers
lui.
— Oh, Harry…
— Et il y a ça, aussi.
Il lui tendit la photo déchirée et Hermione
sourit lorsqu’elle vit le bébé sortir de l’image puis y
entrer à nouveau en filant sur son balai-jouet.
— J’ai cherché la suite de la lettre, expliqua
Harry, mais elle n’est pas là.
Hermione regarda autour d’elle.
— C’est toi qui as tout mis dans cet état ou bien
c’était déjà comme ça quand tu es arrivé ?
— Quelqu’un est venu fouiller avant moi,
répondit Harry.
— Ça ne m’étonne pas. Toutes les pièces dans
lesquelles je t’ai cherché sont en désordre. Qu’est-
ce qu’ils voulaient, à ton avis ?
— Des informations sur l’Ordre, si c’était
Rogue.
— On pourrait penser qu’il a déjà tout ce qu’il
lui faut. Lui-même en était membre, non ?
— Dans ce cas, reprit Harry, impatient de lui
soumettre son hypothèse, ils voulaient peut-être
des informations sur Dumbledore ? La deuxième

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 306 / 1250
page de cette lettre, par exemple. Cette Bathilda
dont parle ma mère, tu sais qui c’est ?
— Qui ?
— Bathilda Tourdesac, l’auteur de…
— Histoire de la magie , coupa Hermione,
intéressée. Tes parents la connaissaient ? C’était
une extraordinaire historienne de la magie.
— Et elle vit toujours, dit Harry. Elle habite
Godric’s Hollow. Muriel, la tante de Ron, en
parlait au mariage. Elle connaissait aussi la famille
de Dumbledore. Ce serait assez intéressant d’aller
la voir, non ?
Hermione lui sourit avec un air un peu trop
entendu au goût de Harry. Il reprit la lettre et la
photo puis les fourra dans la bourse accrochée à
son cou pour éviter de la regarder et de trahir ses
pensées.
— Je comprends que tu aies très envie de lui
parler de ta mère et de ton père – et aussi de
Dumbledore, répondit Hermione. Mais ça ne nous
aiderait pas vraiment à trouver les Horcruxes, tu
ne crois pas ?
Harry demeura silencieux et elle poursuivit :
— Harry, je sais que tu veux absolument aller à
Godric’s Hollow, mais j’ai peur… J’ai peur quand
je vois avec quelle facilité ces Mangemorts nous

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 307 / 1250
ont retrouvés, hier. Je sens plus que jamais que
nous devrions éviter l’endroit où tes parents sont
enterrés. Ils s’attendent à ce que tu te rendes là-
bas, j’en suis sûre.
— Ce n’est pas seulement ça, assura Harry, qui
évitait toujours de la regarder. Muriel a raconté
des choses sur Dumbledore, au mariage. Je veux
connaitre la vérité…
Il lui répéta les paroles de Muriel. Lorsqu’il eut
terminé, Hermione dit :
— Je comprends que tu sois bouleversé…
— Je ne suis pas bouleversé, mentit Harry. Je
dois simplement savoir si c’est vrai ou pas…
— Harry, tu penses vraiment obtenir la vérité
d’une vieille femme méchante comme Muriel, ou
de Rita Skeeter ? Comment peux-tu les croire ? Tu
connaissais Dumbledore !
— Je croyais le connaître, marmonna-t-il.
— Tu es bien placé pour savoir ce qu’il y avait
de vrai dans tout ce que Rita Skeeter a écrit sur
toi ! Doge a raison, comment peux-tu laisser ces
gens-là ternir les souvenirs que tu gardes de
Dumbledore ?
Il regarda ailleurs, s’efforçant de ne pas trahir
son amertume. C’était la même chose, encore une
fois : il fallait choisir ce qu’on allait croire. Il

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 308 / 1250
voulait la vérité. Pourquoi tout le monde
s’acharnait-il à l’en détourner ?
— Si on descendait à la cuisine ? suggéra
Hermione au bout d’un moment. Pour trouver de
quoi faire un petit déjeuner ?
Il acquiesça, mais à contrecœur, et sortit
derrière elle. Ils passèrent devant la deuxième
porte du palier. La peinture qui la recouvrait
portait la trace d’éraflures profondes, sous un petit
écriteau qu’il n’avait pas remarqué dans
l’obscurité. Il s’arrêta en haut des marches pour le
lire. C’était une plaque prétentieuse, écrite à la
main en lettres soigneusement tracées, le genre de
chose que Percy Weasley aurait pu coller sur la
porte de sa chambre :
DÉFENSE D’ENTRER
SANS L’AUTORISATION EXPRESSE
DE REGULUS ARCTURUS BLACK
Un sentiment d’excitation s’insinua en lui, mais
Harry n’en comprit pas tout de suite la raison. Il
lut à nouveau l’écriteau. Hermione avait déjà
descendu une volée de marches.
— Hermione, dit-il, surpris de pouvoir parler

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 309 / 1250
d’une voix si calme. Viens voir.
— Qu’est-ce qu’il y a ?
— R.A.B. Je crois que je l’ai trouvé.
Hermione étouffa une exclamation et remonta
l’escalier.
— Dans la lettre de ta mère ? Mais je n’ai pas
vu…
Harry l’interrompit d’un hochement de tête et
lui montra la plaque de Regulus. Elle la lut, puis
serra si fort le bras de Harry qu’il fit une grimace.
— Le frère de Sirius ? murmura-t-elle.
— C’était un Mangemort, dit Harry. Sirius m’a
raconté son histoire. Il est devenu un Mangemort
quand il était très jeune, ensuite il a eu peur et a
essayé de les quitter… Alors, ils l’ont tué.
— Tout concorde ! s’exclama Hermione. Si
c’était un Mangemort, il pouvait approcher leur
chef et s’il a été déçu, il a dû vouloir abattre
Voldemort !
Elle relâcha le bras de Harry, se pencha par-
dessus la rampe et cria :
— Ron ! RON ! Viens ici, vite !
Une minute plus tard, Ron apparut, essoufflé,
sa baguette à la main.
— Qu’est-ce qui se passe ? S’il y a encore des

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 310 / 1250
araignées géantes, je veux d’abord un petit
déjeuner avant de…
Il fronça les sourcils en voyant sur la porte de
Regulus l’écriteau qu’Hermione lui montrait.
— Quoi ? C’était le frère de Sirius, non ?
Regulus Arcturus… Regulus… R.A.B. ! Le
médaillon… Tu crois que…
— On va essayer de le savoir, dit Harry.
Il poussa la porte. Elle était verrouillée.
Hermione pointa sa baguette sur la poignée et
prononça la formule :
— Alohomora .
Il y eut un déclic et la porte s’ouvrit.
Ils franchirent le seuil ensemble, jetant des
coups d’œil autour d’eux. La chambre de Regulus
était légèrement plus petite que celle de Sirius
mais il en émanait la même atmosphère de
grandeur passée. Alors que Sirius avait cherché à
afficher sa différence d’avec le reste de la famille,
Regulus affirmait clairement le contraire. Les
couleurs vert émeraude et argent de Serpentard
étaient partout, drapant le lit, les murs et les
fenêtres. Les armoiries des Black avaient été
peintes avec soin au-dessus du lit, avec leur devise,
« Toujours pur ». Au-dessous, des coupures de
journaux jaunies étaient fixées au mur, en un

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 311 / 1250
collage hétéroclite. Hermione traversa la pièce
pour les examiner de plus près.
— Elles parlent toutes de Voldemort, dit-elle. Il
semble que Regulus ait été un de ses admirateurs
plusieurs années avant de s’enrôler dans les
Mangemorts…
Un petit nuage de poussière s’éleva du couvre-
lit lorsqu’elle s’assit pour lire les coupures.
Pendant ce temps, Harry avait remarqué une autre
photo. Les joueurs d’une équipe de Quidditch de
Poudlard souriaient en agitant la main. Il
s’approcha et vit les serpents qui ornaient leurs
poitrines : des Serpentard. Regulus était
immédiatement reconnaissable, assis au milieu du
premier rang. Il avait les cheveux bruns et l’air
légèrement hautain de son frère mais il était plus
petit, moins athlétique et moins beau que Sirius.
— Il était attrapeur, dit Harry.
— Quoi ? demanda Hermione d’un ton vague.
Elle était toujours plongée dans les coupures de
journaux sur Voldemort.
— Il est assis au milieu du premier rang, c’est là
que l’attrapeur… peu importe, répondit Harry,
s’apercevant que personne ne l’écoutait.
Ron, à quatre pattes, fouillait sous l’armoire.
Harry regarda autour de la pièce, à la recherche de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 312 / 1250
possibles cachettes et s’avança vers le bureau. Là
encore, quelqu’un était passé avant lui. Dans les
tiroirs, tout avait été retourné récemment, la
poussière remuée, mais il n’y avait aucun objet de
valeur : de vieilles plumes, des manuels scolaires
dépassés qui, là encore, avaient été traités sans
ménagement, une bouteille d’encre fracassée, dont
le résidu gluant avait coulé sur le contenu du
tiroir.
— Il y a un meilleur moyen, dit Hermione
tandis que Harry essuyait sur son jean ses doigts
tachés d’encre.
Elle leva sa baguette et lança :
— Accio médaillon !
Rien ne se produisit. Ron, qui fouillait à présent
les plis des rideaux délavés, sembla déçu.
— Alors, c’est fini ? Il n’est pas là ?
— Oh, si, il pourrait y être, répondit Hermione,
mais protégé par des contre-sorts. Des
enchantements qui empêchent de le faire venir par
magie.
— Comme ceux que Voldemort a jetés sur le
bassin de la caverne, dit Harry, en se souvenant
que le faux médaillon avait résisté à son sortilège
d’Attraction.
— Alors, comment allons-nous le retrouver ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 313 / 1250
interrogea Ron.
— On va le chercher à la main, répliqua
Hermione.
— Très bonne idée, dit Ron, les yeux au ciel, en
examinant à nouveau les rideaux.
Pendant plus d’une heure, ils passèrent la pièce
au peigne fin mais finalement, ils durent admettre
que le médaillon n’était pas là.
Le soleil s’était élevé dans le ciel, à présent, et
ils furent éblouis par son éclat, même à travers les
fenêtres crasseuses du palier.
— Il pourrait être quelque part ailleurs dans la
maison, dit Hermione d’un ton optimiste, alors
qu’ils redescendaient l’escalier.
Harry et Ron s’étaient laissé gagner par le
découragement, mais elle paraissait plus décidée
que jamais.
— Qu’il ait ou non réussi à le détruire, il aurait
voulu, de toute façon, le cacher à Voldemort, non ?
Vous vous souvenez de toutes les horreurs dont
nous nous sommes débarrassés, la dernière fois
que nous étions ici ? Cette horloge qui jetait des
boulons sur tout le monde et ces vieilles robes qui
avaient essayé d’étrangler Ron. Regulus les avait
peut-être placées là pour protéger l’endroit où il
cachait le médaillon, même si on ne s’en est pas

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 314 / 1250
rendu compte sur le… sur le.
Harry et Ron la regardèrent. Debout sur un
pied, l’autre suspendu en l’air, elle avait
l’expression hébétée de quelqu’un qui vient de
subir un sortilège d’Amnésie. Ses yeux étaient
même devenus vitreux.
— … sur le moment, acheva-t-elle dans un
murmure.
— Quelque chose qui ne va pas ? s’inquiéta Ron.
— Il y avait un médaillon.
— Quoi ? s’exclamèrent Harry et Ron d’une
même voix.
— Dans l’armoire vitrée du salon. Personne
n’arrivait à l’ouvrir. Et nous… nous…
Harry eut l’impression d’avoir avalé une brique
qui lui tombait dans l’estomac. Il se souvint qu’il
avait retourné le médaillon entre ses doigts quand
ils se l’étaient passé de main en main, chacun
essayant de l’ouvrir de force. Ils avaient fini par le
jeter dans un sac de vieilleries, avec la tabatière
pleine de poudre à Verrue et la boîte à musique
qui avait failli endormir tout le monde…
— Kreattur a récupéré plein de choses derrière
notre dos, dit Harry.
C’était la seule chance, le seul petit espoir qui

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 315 / 1250
leur restait et il était bien décidé à s’y cramponner
jusqu’à ce qu’il soit forcé de lâcher prise.
— Il avait gardé tout un tas d’objets dans son
placard de la cuisine. Venez.
Il dévala l’escalier quatre à quatre, les deux
autres se précipitant à sa suite dans un
martèlement de pas semblable à un tonnerre. Ils
firent tant de bruit qu’ils réveillèrent le portrait de
la mère de Sirius quand ils traversèrent le hall.
— Vermine ! Sang-de-Bourbe ! Souillures !
hurla-t-elle tandis qu’ils se ruaient au sous-sol en
claquant la porte derrière eux.
Harry traversa la cuisine au pas de course et
s’arrêta dans une glissade devant la porte du
placard qu’il ouvrit à la volée. Il y avait toujours le
nid de vieilles couvertures crasseuses dans lequel
Kreattur dormait autrefois mais on ne voyait plus
briller les bibelots que l’elfe de maison avait
récupérés dans les poubelles. Il restait simplement
un exemplaire de Nobles par nature : une
généalogie des sorciers. Refusant d’en croire ses
yeux, Harry arracha les couvertures et les secoua.
Une souris morte en tomba et roula sur le sol dans
une vision d’horreur. Ron poussa un grognement
en se jetant sur une chaise et Hermione ferma les
paupières.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 316 / 1250
— Ce n’est pas fini, dit Harry.
Il éleva la voix et appela :
— Kreattur !
Il y eut un clac ! sonore et l’elfe de maison que
Harry avait, bien malgré lui, hérité de Sirius surgit
de nulle part, devant la cheminée vide et froide.
Minuscule, d’une taille de moitié inférieure à celle
d’un être humain, il avait une peau blanchâtre,
dont les plis pendaient de toutes parts, et des poils
blancs qui sortaient en grosses touffes de ses
oreilles semblables à celles d’une chauve-souris. Il
portait toujours le chiffon crasseux dans lequel ils
l’avaient vu pour la première fois et le regard
méprisant qu’il posa sur Harry montrait que son
attitude à l’égard de son nouveau maître n’avait
pas plus changé que sa façon de s’habiller.
— Maître, coassa-t-il de sa voix de crapaud.
Il s’inclina et marmonna, comme s’il s’adressait
à ses genoux :
— De retour dans l’ancienne maison de ma
maîtresse avec Weasley, le traître à son sang, et la
Sang-de-Bourbe.
— Je t’interdis de traiter quiconque de traître à
son sang ou de Sang-de-Bourbe, grogna Harry.
Avec son nez en forme de groin et ses yeux
injectés de sang, Kreattur lui aurait inspiré bien

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 317 / 1250
peu d’affection, même si l’elfe n’avait pas trahi
Sirius auprès de Voldemort.
— J’ai une question à te poser, dit Harry.
Son cœur se mit à battre plus fort lorsqu’il
baissa les yeux sur l’elfe.
— Et je t’ordonne de répondre la vérité.
Compris ?
— Oui, maître, répliqua Kreattur en s’inclinant
profondément une fois de plus.
Harry vit ses lèvres remuer sans bruit, formant
sans aucun doute les insultes qu’il n’avait plus le
droit de proférer.
— Il y a deux ans, reprit Harry, son cœur
martelant à présent sa poitrine, il y avait un gros
médaillon en or dans le salon du premier étage.
Nous l’avons jeté. Est-ce que tu l’as récupéré ?
Il y eut un instant de silence pendant lequel
Kreattur se redressa de toute sa hauteur pour
regarder Harry en face. Puis il répondit :
— Oui.
— Où est-il, maintenant ? demanda Harry sur
un ton de jubilation, tandis que Ron et Hermione
affichaient une expression réjouie.
Kreattur ferma les yeux, comme s’il ne pouvait
supporter de voir leur réaction au prochain mot

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 318 / 1250
qu’il prononcerait.
— Disparu.
— Disparu ? répéta Harry comme en écho, sa
joie le quittant brusquement. Que veux-tu dire par
« disparu » ?
L’elfe frissonna. Il vacilla sur place.
— Kreattur, reprit Harry d’un ton féroce, je
t’ordonne…
— Mondingus Fletcher, coassa l’elfe, les yeux
toujours fermés. Mondingus Fletcher a tout volé :
les photos de Miss Bella et de Miss Cissy, les gants
de ma maîtresse, la médaille de l’Ordre de Merlin,
première classe, les coupes gravées aux armoiries
de la famille, et, et…
Kreattur haletait, cherchant son souffle. Sa
poitrine creuse enflait et se dégonflait rapidement,
puis ses yeux s’ouvrirent et il laissa échapper un
cri à glacer le sang :
— … et le médaillon, le médaillon de monsieur
Regulus, Kreattur a mal fait, Kreattur n’a pas su
exécuter les ordres !
Harry réagit instinctivement : lorsque Kreattur
se précipita sur le tisonnier posé contre la grille du
foyer, il se jeta sur l’elfe, l’aplatissant au sol. Le cri
d’Hermione se mêla à celui de Kreattur mais
Harry hurla plus fort qu’eux :

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 319 / 1250
— Kreattur, je t’ordonne de rester tranquille !
Il sentit l’elfe s’immobiliser et le relâcha.
Kreattur resta étendu sur le sol de pierre glacé, des
larmes ruisselant de ses yeux aux paupières
tombantes.
— Harry, laisse-le se relever ! murmura
Hermione.
— Pour qu’il puisse se donner des coups de
tisonnier ? ricana Harry en s’agenouillant à côté de
l’elfe. Sûrement pas. Maintenant, Kreattur, je veux
la vérité : comment sais-tu que Mondingus
Fletcher a volé le médaillon ?
— Kreattur l’a vu ! s’étrangla l’elfe, des larmes
coulant sur son groin et sa bouche aux dents
grises. Kreattur l’a vu sortir du placard de
Kreattur, les mains pleines des trésors de Kreattur.
Kreattur a dit au voleur d’arrêter mais Mondingus
Fletcher a ri et s’est en… enfui…
— Tu as déclaré que le médaillon était celui de
M. Regulus, reprit Harry. Pourquoi ? D’où venait-
il ? Qu’est-ce que Regulus avait à voir avec ça ?
Kreattur, redresse-toi et raconte-moi tout ce que
tu sais sur ce médaillon, et tout ce que Regulus
avait à faire avec cet objet !
L’elfe, assis par terre, se pelotonna en boule,
appuya son visage plein de larmes contre ses

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 320 / 1250
genoux et commença à se balancer d’avant en
arrière. Lorsqu’il parla à nouveau, sa voix était
étouffée mais on l’entendait distinctement dans la
cuisine silencieuse où ses paroles résonnaient en
écho :
— M. Sirius est parti de la maison, bon
débarras, car c’était un méchant garçon qui a brisé
le cœur de ma maîtresse avec ses manières de
voyou. Mais M. Regulus, lui, avait le sens de
l’honneur. Il savait ce qui était dû au nom des
Black et à la dignité de son sang pur. Pendant des
années, il a parlé du Seigneur des Ténèbres qui
allait sortir les sorciers de la clandestinité pour
qu’ils règnent sur les Moldus et les nés-Moldus …
Quand il a eu seize ans, M. Regulus a rejoint les
rangs du Seigneur des Ténèbres. Si fier, si fier, si
heureux de servir…
« Et un jour, un an après, M. Regulus est
descendu dans la cuisine pour voir Kreattur.
M. Regulus a toujours aimé Kreattur. Et
M. Regulus a dit… il a dit…
Le vieil elfe se balança de plus en plus vite.
— … il a dit que le Seigneur des Ténèbres avait
besoin d’un elfe.
— Voldemort avait besoin d’un elfe ? répéta
Harry en se tournant vers Ron et Hermione, aussi

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 321 / 1250
stupéfaits que lui.
— Oh, oui, gémit Kreattur. Et M. Regulus avait
proposé Kreattur. C’était un honneur, disait
M. Regulus, un honneur pour lui et pour Kreattur
qui devait veiller à bien obéir aux ordres du
Seigneur des Ténèbres… et ensuite revenir à la
maison.
Kreattur se balança encore plus vite, sa
respiration se transformant en sanglots.
— Alors, Kreattur s’est rendu auprès du
Seigneur des Ténèbres. Le Seigneur des Ténèbres
n’a pas dit à Kreattur ce qu’ils allaient faire, mais il
a emmené Kreattur dans une grotte à côté de la
mer. Et tout au fond de la grotte, il y avait une
caverne et dans la caverne un grand lac noir…
Harry sentit ses cheveux se hérisser sur sa
nuque. Il avait l’impression que la voix éraillée de
Kreattur provenait de l’autre rive de cette eau
sombre. Il voyait ce qui s’était passé aussi
clairement que s’il avait été présent.
— … il y avait aussi un bateau…
Bien sûr qu’il y avait un bateau. Harry le
connaissait, ce bateau minuscule, d’un vert
fantomatique, ensorcelé pour ne pouvoir
transporter qu’un seul sorcier et sa victime jusqu’à
l’île située au centre du lac. C’était donc ainsi que

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 322 / 1250
Voldemort avait vérifié si les défenses qui
protégeaient l’Horcruxe étaient efficaces : en
empruntant une créature qu’il pouvait aisément
sacrifier, un elfe de maison…
— Sur l’île, il y avait un b… bassin rempli de
potion. Le S… Seigneur des Ténèbres a fait boire la
potion à Kreattur…
L’elfe trembla de la tête aux pieds.
— Kreattur a bu et, en buvant, il a vu des choses
terribles… Les entrailles de Kreattur étaient en
feu… Kreattur a pleuré, supplié pour que
M. Regulus vienne le sauver, il a supplié sa
maîtresse, Mrs Black, mais le Seigneur des
Ténèbres a éclaté de rire… Il a obligé Kreattur à
boire toute la potion… Ensuite, il a laissé tomber
un médaillon dans le bassin vide… Et il l’a de
nouveau rempli de potion. Puis le Seigneur des
Ténèbres est reparti dans le bateau en
abandonnant Kreattur sur l’île…
Harry voyait se dérouler la scène. Il voyait le
visage blanc, telle une tête de serpent, disparaître
dans l’obscurité, les yeux rouges impitoyables
fixant l’elfe qui se débattait dans les souffrances et
dont la mort se produirait dans quelques minutes,
lorsqu’il succomberait à la soif atroce que la potion
brûlante provoquait chez ses victimes… Mais son

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 323 / 1250
imagination ne pouvait aller plus loin, car il ne
comprenait pas comment Kreattur avait réussi à
s’échapper.
— Kreattur avait besoin d’eau, il a rampé
jusqu’au bord de l’île et il a bu dans le lac noir…
mais des mains, des mains mortes, sont sorties de
l’eau et ont entraîné Kreattur au fond…
— Comment as-tu fait pour te sortir de là ?
demanda Harry.
Il s’entendit parler dans un murmure et n’en fut
pas surpris.
Kreattur releva sa tête repoussante et regarda
Harry de ses grands yeux injectés de sang.
— M. Regulus a dit à Kreattur de revenir,
répondit-il.
— Je sais, mais comment as-tu échappé aux
Inferi ?
Kreattur ne sembla pas comprendre.
— M. Regulus a dit à Kreattur de revenir,
répéta-t-il.
— Je sais, mais…
— Enfin, quoi, Harry, c’est évident, non ?
intervint Ron. Il a transplané !
— Mais… le transplanage était impossible dans
cette caverne, objecta Harry, sinon Dumbledore…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 324 / 1250
— La magie des elfes n’est pas la même que
celle des humains, fit remarquer Ron. Par
exemple, ils peuvent entrer à Poudlard ou en sortir
en transplanant alors que nous ne le pouvons pas.
Il y eut un silence pendant lequel Harry
réfléchit à ce qu’il venait d’entendre. Comment
Voldemort avait-il pu commettre une telle erreur ?
Mais au moment même où il se posait cette
question, Hermione parla à son tour, d’une voix
glaciale :
— Bien entendu, Voldemort a toujours
considéré la vie des elfes de maison indigne de son
attention, à la manière des Sang-Pur qui les
traitent comme des animaux… Il ne lui serait
jamais venu à l’esprit qu’ils puissent posséder des
pouvoirs magiques dont il ne disposait pas lui-
même.
— Un elfe de maison ne connaît d’autre loi que
les ordres de son maître, récita Kreattur. Kreattur
a reçu l’ordre de rentrer à la maison, Kreattur est
donc rentré à la maison…
— Dans ce cas, tu as fait ce qu’on te disait, n’est-
ce pas ? conclut Hermione avec douceur. Tu n’as
donc pas désobéi aux ordres !
Kreattur hocha la tête, se balançant plus vite
que jamais.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 325 / 1250
— Et que s’est-il passé quand tu es revenu ?
demanda Harry. Comment a réagi Regulus quand
tu lui as raconté ce qui était arrivé ?
— M. Regulus était très inquiet, très inquiet,
coassa Kreattur. M. Regulus a ordonné à Kreattur
de rester caché et de ne pas quitter la maison. Et
ensuite… quelque temps plus tard… M . Regulus
est venu une nuit chercher Kreattur dans son
placard. M . Regulus était étrange, pas comme
d’habitude, Kreattur voyait qu’il avait l’esprit
troublé… Et il a dit à Kreattur de l’emmener dans
la caverne, la caverne où Kreattur était allé avec le
Seigneur des Ténèbres…
Ils étaient donc partis là-bas. Harry les voyait
clairement, l’elfe terrorisé et le jeune homme aux
cheveux bruns, l’attrapeur à la silhouette mince,
qui ressemblait tant à Sirius… Kreattur savait
comment ouvrir l’entrée secrète qui menait à la
caverne souterraine, il savait comment faire
émerger le minuscule bateau. Et cette fois, c’était
Regulus, son maître adoré, qui traversait le lac
avec lui jusqu’à l’île où se trouvait le bassin rempli
de poison…
— Il t’a fait boire la potion ? interrogea Harry,
dégoûté.
Kreattur fit non de la tête et fondit en larmes.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 326 / 1250
Hermione plaqua soudain ses mains contre sa
bouche : elle semblait avoir compris quelque
chose.
— M… M . Regulus a sorti de sa poche un
médaillon semblable à celui du Seigneur des
Ténèbres, expliqua Kreattur, des larmes ruisselant
de chaque côté de son nez en forme de groin. Et il
a donné l’ordre à Kreattur de le prendre et
d’échanger les deux médaillons quand le bassin
serait vide…
Les sanglots de Kreattur se transformèrent en
grincements rauques. Harry devait se concentrer
pour comprendre ses paroles.
— Et il a dit… à Kreattur de partir… sans lui…
de rentrer à la maison… et de ne jamais raconter à
la maîtresse… ce qu’il avait fait… mais de
détruire… le premier médaillon. Ensuite, il a bu…
toute la potion… et Kreattur a échangé les
médaillons… et il a regardé… quand M . Regulus…
a été entraîné sous l’eau… et…
— Oh, Kreattur ! gémit Hermione qui pleurait à
présent.
Elle se laissa tomber à genoux à côté de l’elfe et
essaya de le serrer contre elle. Mais il se releva
aussitôt avec un mouvement de recul, visiblement
dégoûté.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 327 / 1250
— La Sang-de-Bourbe a touché Kreattur, il ne le
permettra pas, que dirait sa maîtresse ?
— Je t’ai interdit de l’appeler Sang-de-Bourbe !
gronda Harry.
Mais l’elfe était déjà en train de se punir : il
s’était jeté par terre et se frappait le front contre le
sol.
— Arrête-le… Arrête-le ! s’exclama Hermione.
Tu vois maintenant comme c’est affreux, la façon
dont ils sont obligés d’obéir ?
— Kreattur… Arrête, arrête ! cria Harry.
L’elfe resta allongé, tremblant, pantelant, un
mucus verdâtre luisant autour de son groin, un
hématome s’épanouissant déjà sur son front
blafard, là où il s’était cogné la tête, les yeux
gonflés, rouges et baignés de larmes. Harry n’avait
jamais rien vu d’aussi pitoyable.
— Tu as donc rapporté le médaillon à la
maison, reprit-il, implacable, car il était bien
décidé à entendre toute l’histoire. Et tu as essayé
de le détruire ?
— Rien de ce que faisait Kreattur n’arrivait à
l’abîmer, gémit l’elfe. Kreattur a tout essayé, tous
les moyens qu’il connaissait, mais rien, rien ne
marchait… Il était protégé par des maléfices si
puissants que Kreattur était certain qu’il fallait le

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 328 / 1250
détruire de l’intérieur mais il refusait de s’ouvrir…
Kreattur s’est puni, il a essayé de nouveau, il s’est
de nouveau puni, il a encore essayé. Kreattur n’a
pas su exécuter les ordres, Kreattur n’a pas pu
détruire le médaillon ! Et sa maîtresse était folle
de chagrin car M . Regulus avait disparu et
Kreattur ne pouvait pas lui dire ce qui était arrivé,
oh non, parce que M. Regulus avait in… int …
interdit de raconter à sa famille ce qui s’était passé
dans la ca… caverne…
Kreattur se mit à sangloter si fort qu’il n’arrivait
plus à articuler de paroles cohérentes. Des larmes
coulaient sur les joues d’Hermione tandis qu’elle
regardait l’elfe mais elle n’osa pas le toucher à
nouveau. Même Ron, qui n’était pas un grand
admirateur de Kreattur, paraissait troublé. Harry
s’assit sur ses talons et secoua la tête pour essayer
d’éclaircir ses pensées.
— Je ne te comprends pas, Kreattur, dit-il
enfin. Voldemort a tenté de te tuer, Regulus est
mort en voulant faire tomber Voldemort, mais toi,
tu étais très content de trahir Sirius au profit de
Voldemort. Tu étais très content d’aller voir
Narcissa et Bellatrix et de leur confier des
informations pour qu’elles les transmettent à
Voldemort…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 329 / 1250
— Harry, Kreattur ne pense pas de cette
manière, expliqua Hermione en s’essuyant les
yeux d’un revers de main. C’est un esclave. Les
elfes de maison sont habitués à être maltraités,
brutalisés, même. Ce que Voldemort a fait à
Kreattur n’était pas si différent de ce qu’ils
subissent ordinairement. Qu’est-ce que les guerres
entre sorciers peuvent bien signifier pour un elfe
comme Kreattur ? Il est loyal envers des gens qui
sont gentils avec lui, Mrs Black l’était sans doute,
et Regulus sûrement, il les servait donc volontiers
et singeait leur façon de penser. Je sais ce que tu
vas me répondre, poursuivit-elle en voyant que
Harry s’apprêtait à protester, tu vas me dire que
Regulus avait changé d’avis… mais il ne semblait
pas l’avoir expliqué à Kreattur. Et je crois savoir
pourquoi. Kreattur et la famille de Regulus étaient
beaucoup plus en sécurité s’ils restaient fidèles à
leur ancienne lignée au sang pur. Regulus essayait
de les protéger tous.
— Sirius…
— Sirius était odieux avec Kreattur, Harry, et ce
n’est pas la peine de faire cette tête, tu sais très
bien que c’est vrai. Kreattur avait longtemps vécu
seul avant que Sirius ne vienne habiter ici et il
avait sans doute grand besoin d’un peu d’affection.
Je suis sûre que « Miss Cissy » et « Miss Bella »

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 330 / 1250
ont été absolument adorables avec Kreattur quand
il est revenu les voir, il leur a donc rendu service
en leur révélant tout ce qu’elles voulaient
connaître. J’ai toujours affirmé que les sorciers
payeraient un jour la façon dont ils traitent les
elfes de maison. Eh bien, c’est ce qui est arrivé à
Voldemort… Et aussi à Sirius.
Harry ne répliqua rien. En regardant Kreattur
sangloter par terre, il se souvint de ce que
Dumbledore lui avait dit quelques heures
seulement après la mort de Sirius : « Je ne crois
pas que Sirius ait considéré Kreattur comme un
être doué des mêmes sentiments qu’un homme. »
— Kreattur, dit Harry au bout d’un moment,
quand tu te sentiras prêt, tu voudras bien t’asseoir,
s’il te plaît ?
Il fallut plusieurs minutes avant que l’elfe
parvienne à étouffer ses hoquets et retrouve le
silence. Il se redressa à nouveau, se frottant les
yeux de ses poings, à la manière d’un enfant.
— Kreattur, je vais te demander quelque chose,
reprit Harry.
Il jeta un regard à Hermione pour solliciter son
aide : il voulait lui donner un ordre avec une
certaine douceur mais ne pouvait cacher qu’il
s’agissait bel et bien d’un ordre. Son changement

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 331 / 1250
de ton, cependant, semblait lui avoir gagné
l’approbation d’Hermione. Elle lui adressa un
sourire encourageant.
— Kreattur, je voudrais, s’il te plaît, que tu ailles
chercher Mondingus Fletcher. Nous devons
absolument savoir où se trouve le médaillon – le
médaillon de M. Regulus. C’est très important.
Nous voulons terminer le travail entrepris par
M. Regulus, nous voulons… heu… faire en sorte
qu’il ne soit pas mort en vain.
Kreattur laissa tomber ses poings et leva les
yeux vers Harry.
— Trouver Mondingus Fletcher ? coassa-t-il.
— Et l’amener ici, square Grimmaurd, ajouta
Harry. Tu crois que tu pourrais t’en charger ?
Lorsque Kreattur se releva en acquiesçant d’un
signe de tête, Harry eut une soudaine inspiration.
Il sortit la bourse de Hagrid et en retira le faux
Horcruxe, le médaillon de substitution dans lequel
Regulus avait placé le mot à destination de
Voldemort.
— Kreattur, je… heu… voudrais te donner ceci,
dit-il en glissant le médaillon dans la main de
l’elfe. Il appartenait à Regulus et je suis sûr qu’il
aurait voulu te le léguer en signe de gratitude pour
ce que tu…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 332 / 1250
— Tu en fais trop, mon vieux, coupa Ron.
L’elfe avait pris le médaillon. Il laissa alors
échapper un hurlement qui exprimait à la fois la
stupéfaction et la détresse, puis se jeta à nouveau
par terre.
Il leur fallut près d’une demi-heure pour calmer
l’elfe, si bouleversé de recevoir pour lui seul un
héritage de la famille Black que ses jambes
n’avaient plus la force de le soutenir. Quand il fut
enfin capable de faire quelques pas en vacillant, ils
l’accompagnèrent tous les trois jusqu’à son
placard, le regardèrent ranger soigneusement son
médaillon dans ses couvertures crasseuses et lui
assurèrent qu’ils n’auraient d’autre priorité que de
protéger le précieux objet pendant son absence. Il
s’inclina alors profondément devant Harry et Ron
puis alla même jusqu’à esquisser en direction
d’Hermione un drôle de petit mouvement,
semblable à un spasme, qui aurait pu passer pour
une tentative de salut respectueux. Enfin, il
transplana, accompagné du crac ! habituel.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 333 / 1250
11
C ORRUPTION
i Kreattur avait pu échapper à un lac rempli
d’Inferi, Harry ne doutait pas que la capture
de Mondingus ne lui prendrait que quelques
heures et il passa toute la matinée à rôder dans la
maison dans un état d’extrême impatience.
Kreattur, cependant, ne revint pas ce matin-là, ni
même l’après-midi. Vers le soir, Harry se sentait
découragé, anxieux, et un dîner composé
essentiellement de pain moisi qu’Hermione avait
soumis sans succès à diverses tentatives de
métamorphose ne fit rien pour l’aider. S
Kreattur ne revint pas non plus le lendemain, ni
le jour suivant. En revanche, deux hommes vêtus
de capes étaient apparus au-dehors, devant le
numéro 12, et restèrent là jusqu’à la nuit, les yeux
fixés en direction de la maison qu’ils ne pouvaient
voir.
— Des Mangemorts, sans aucun doute, dit Ron,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 334 / 1250
tandis que Harry, Hermione et lui regardaient par
la fenêtre du salon. J’imagine qu’ils doivent savoir
qu’on est là.
— Je ne pense pas, répondit Hermione, bien
qu’elle eût l’air effrayée, ou alors, ils auraient
envoyé Rogue nous chercher, vous ne croyez pas ?
— Tu crois qu’il est venu ici et qu’il n’a pas pu
parler à cause du sortilège de Langue de Plomb
jeté par Maugrey ? demanda Ron.
— Oui, répondit Hermione, sinon, il aurait
expliqué à ces deux-là comment faire pour entrer.
Ils doivent simplement surveiller pour voir si on
va venir. Après tout, ils savent que la maison
appartient à Harry.
— Comment ont-ils pu… ? commença Harry.
— Les testaments des sorciers sont examinés
par le ministère, tu te souviens ? Ils savent donc
que tu es le propriétaire des lieux.
La présence des Mangemorts au-dehors rendait
l’atmosphère de la maison plus menaçante encore.
Ils n’avaient pas eu la moindre nouvelle de
l’extérieur depuis le Patronus de Mr Weasley et la
tension commençait à se faire sentir. Agité et
irritable, Ron avait contracté une manie agaçante
qui consistait à jouer dans sa poche avec le
Déluminateur. Hermione en était particulièrement

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 335 / 1250
exaspérée car, pour passer le temps en attendant
le retour de Kreattur, elle étudiait Les Contes de
Beedle le Barde et n’appréciait guère que les
lumières ne cessent de s’éteindre et de se rallumer.
— Tu vas arrêter ça, oui s’écria-t-elle.
C’était la troisième soirée d’absence de Kreattur
et les lumières venaient à nouveau de s’éteindre
dans le salon.
— Désolé, désolé ! répondit Ron en actionnant
le Déluminateur pour rallumer les lampes. Je le
fais sans y penser.
— Tu ne pourrais pas trouver quelque chose de
plus utile pour t’occuper ?
— Quoi, par exemple ? Lire des contes pour les
mômes ?
— Dumbledore m’a légué ce livre, Ron…
— Et moi, il m’a légué le Déluminateur. C’était
peut-être pour que je m’en serve !
Incapable de supporter plus longtemps ces
disputes, Harry se glissa hors de la pièce à l’insu
des deux autres et descendit en direction de la
cuisine où il se rendait régulièrement, certain que
Kreattur choisirait cet endroit pour réapparaître.
Mais à mi-chemin de l’escalier qui menait dans le
hall, il entendit un petit coup frappé à la porte
d’entrée, suivi d’un cliquetis métallique et du

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 336 / 1250
grincement de la chaîne.
Tous les nerfs de son corps se tendirent à
craquer. Il sortit sa baguette, se dissimula à
l’ombre des têtes d’elfes décapités et attendit. La
porte s’ouvrit. Il eut une brève vision de la place
éclairée par les réverbères, puis une silhouette
vêtue d’une cape se faufila dans le hall et referma
la porte. Lorsque l’intrus se fut avancé d’un pas, la
voix de Maugrey demanda :
— Severus Rogue ?
L’être de poussière se dressa à l’extrémité du
hall et se précipita en levant sa main morte.
— Ce n’est pas moi qui vous ai tué, Albus, dit
une voix douce.
Le maléfice se brisa. L’apparition explosa une
nouvelle fois et il fut impossible de distinguer le
visiteur à travers l’épais nuage de poussière grise
qu’elle avait laissé derrière elle.
Harry pointa sa baguette vers le centre du
nuage.
— Ne bougez pas !
Il avait oublié le portrait de Mrs Black. Au son
de sa voix, les rideaux qui la cachaient s’ouvrirent
à la volée et elle se mit à crier :
— Sang-de-Bourbe et vermine qui déshonorez

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 337 / 1250
ma maison…
Ron et Hermione dévalèrent l’escalier à grand
bruit derrière Harry, leurs baguettes pointées,
comme la sienne, vers l’inconnu qui se tenait à
présent dans le hall, les mains levées.
— Ne tirez pas, c’est moi, Remus !
— Oh, Dieu merci, dit Hermione d’une voix
faible, en dirigeant sa baguette vers Mrs Black.
Les rideaux se refermèrent avec un grand
bang ! et le silence tomba. Ron abaissa lui aussi sa
baguette, mais pas Harry.
— Montrez-vous ! ordonna-t-il.
Lupin s’avança à la lumière, les mains toujours
levées en signe de reddition.
— Je suis Remus John Lupin, loup-garou,
connu parfois sous le nom de Lunard, l’un des
quatre créateurs de la carte du Maraudeur, marié à
Nymphadora, qu’on appelle généralement Tonks
et je t’ai appris, Harry, comment produire un
Patronus qui prend la forme d’un cerf.
— Bon, d’accord, dit Harry en détournant sa
baguette, mais il fallait bien que je vérifie, non ?
— Ayant été ton professeur de défense contre
les forces du Mal, je ne peux qu’être d’accord avec
toi. Ron, Hermione, vous ne devriez pas baisser

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 338 / 1250
vos défenses si rapidement.
Descendant quatre à quatre les dernières
marches, ils coururent vers lui. Enveloppé d’une
épaisse cape de voyage, il paraissait épuisé, mais
content de les voir.
— Alors, pas de signe de Severus ? demanda-t-
il.
— Non, répondit Harry. Qu’est-ce qui se passe ?
Tout le monde va bien ?
— Oui, assura Lupin, mais vous êtes tous
surveillés. Il y a deux Mangemorts sur la place,
dehors.
— On sait…
— Il a fallu que je transplane sur la marche
supérieure du perron, juste devant la porte pour
être sûr qu’ils ne me voient pas. Ils ne savent
sûrement pas que vous êtes là, sinon ils seraient
venus en plus grand nombre. Ils vérifient tous les
endroits qui ont un rapport avec toi, Harry.
Descendons au sous-sol, j’ai beaucoup de choses à
vous raconter et je veux savoir ce qui vous est
arrivé après votre départ du Terrier.
Ils l’accompagnèrent dans la cuisine où
Hermione pointa sa baguette vers la grille du
foyer. Des flammes jaillirent aussitôt, qui se
reflétèrent le long de la table de bois et donnèrent

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 339 / 1250
aux murs de pierre nue l’illusion d’une
atmosphère douillette. Lupin sortit quelques
Bièraubeurres de sous sa cape et ils s’assirent.
— J’aurais pu être là il y a trois jours mais il a
d’abord fallu que je me débarrasse des
Mangemorts qui me suivaient, expliqua Lupin. Et
vous, vous êtes venus directement ici après le
mariage ?
— Non, répondit Harry, nous sommes d’abord
tombés sur deux Mangemorts dans un café de
Tottenham Court Road.
Lupin renversa sur lui une bonne partie de sa
Bièraubeurre.
— Quoi ?
Ils lui expliquèrent ce qui était arrivé. Lorsqu’ils
eurent terminé, Lupin paraissait atterré.
— Mais comment vous ont-ils trouvés si vite ?
On ne peut pas suivre quelqu’un qui transplane à
moins de s’accrocher à lui quand il disparaît !
— Et il est peu probable qu’ils se soient
simplement promenés dans Tottenham Court
Road juste à ce moment-là, non ? ajouta Harry.
— Nous nous sommes demandé, risqua
Hermione, si Harry n’avait pas toujours la Trace
sur lui.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 340 / 1250
— Impossible, répliqua Lupin.
Ron eut un petit air satisfait et Harry éprouva
un immense soulagement.
— Pour commencer, si Harry avait toujours la
Trace sur lui, ils sauraient qu’il est ici. Mais je ne
vois pas comment ils ont pu vous suivre dans
Tottenham Court Road, c’est inquiétant, très
inquiétant.
Il paraissait troublé mais, aux yeux de Harry,
cette question n’était pas prioritaire.
— Racontez-nous ce qui s’est passé après notre
départ, nous n’avons plus eu aucune nouvelle
depuis que le père de Ron nous a fait savoir que la
famille était en sécurité.
— Eh bien, Kingsley nous a sauvés, répondit
Lupin. Grâce à son avertissement, la plupart des
invités ont pu transplaner avant l’arrivée des
autres.
— Étaient-ce des Mangemorts ou des gens du
ministère ? interrogea Hermione.
— Un mélange des deux. En fait, c’est la même
chose, maintenant, affirma Lupin. Ils étaient
environ une douzaine mais ils ignoraient que tu
étais là, Harry. Arthur a entendu une rumeur selon
laquelle ils auraient torturé Scrimgeour pour
essayer de lui faire dire où tu te trouvais avant de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 341 / 1250
le tuer. Si c’est vrai, il ne t’a pas trahi.
Harry regarda Ron et Hermione. Leur
expression reflétait l’effarement mêlé de gratitude
qu’il ressentait. Il n’avait jamais beaucoup aimé
Scrimgeour mais, si ce que Lupin disait était vrai,
sa dernière action avait été de protéger Harry.
— Les Mangemorts ont fouillé le Terrier de
fond en comble, poursuivit Lupin. Ils ont trouvé la
goule mais n’ont pas voulu trop s’en approcher.
Ensuite, ils ont interrogé pendant des heures ceux
d’entre nous qui étaient restés. Ils essayaient
d’obtenir des informations sur toi, Harry, mais
bien sûr, personne, en dehors des membres de
l’Ordre, ne savait que tu t’étais trouvé là.
« En même temps qu’ils fichaient le mariage en
l’air, d’autres Mangemorts entraient de force dans
toutes les maisons du pays liées à des membres de
l’Ordre. Aucune perte à déplorer, s’empressa-t-il
d’ajouter, anticipant la question, mais ils ont
commis des violences. Ils ont entièrement brûlé la
maison de Dedalus Diggle, qui n’était pas là,
comme tu le sais, et ils ont fait usage du sortilège
Doloris contre la famille Tonks. Cette fois encore,
ils essayaient de savoir où tu étais parti après les
avoir quittés. Les Tonks s’en sont bien remis, ils
ont été secoués, bien sûr, mais sinon, ça va.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 342 / 1250
— Les Mangemorts ont réussi à franchir tous
ces sortilèges de Protection ? s’étonna Harry, en se
souvenant à quel point ils avaient été efficaces la
nuit où il s’était écrasé dans le jardin des parents
de Tonks.
— Ce dont tu dois te rendre compte, Harry, c’est
que les Mangemorts bénéficient à présent de toute
la puissance du ministère, reprit Lupin. Ils ont le
pouvoir d’utiliser des maléfices violents sans avoir
peur d’être identifiés ou envoyés en prison. Ils ont
réussi à forcer tous les sortilèges de Défense que
nous avions jetés contre eux et, une fois entrés
dans les maisons, ils ne cachaient pas les raisons
pour lesquelles ils étaient venus.
— Est-ce qu’ils donnent des excuses pour
essayer d’arracher par la torture des informations
sur Harry ? demanda Hermione, d’un ton
tranchant.
— Eh bien, justement, répondit Lupin.
Il hésita un instant puis sortit un exemplaire
plié de La Gazette du sorcier.
— Regarde, dit-il en glissant le journal vers
Harry. De toute façon, tu l’aurais su à un moment
ou à un autre. C’est le prétexte qu’ils ont trouvé
pour te traquer.
Harry déplia le journal. Une immense photo de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 343 / 1250
lui s’étalait à la une. Il lut la manchette qui figurait
au-dessus :
RECHERCHÉ POUR INTERROGATOIRE
DANS L’ENQUÊTE SUR
LA MORT D’ALBUS DUMBLEDORE.
Ron et Hermione poussèrent des cris
scandalisés. Harry, lui, ne dit rien et écarta le
journal. Il ne voulait pas en lire davantage. Il
savait déjà ce que contenait l’article. Personne, en
dehors de ceux qui s’étaient trouvés au sommet de
la tour lorsque Dumbledore était mort, ne savait
qui l’avait véritablement tué et, ainsi que Rita
Skeeter l’avait déjà révélé au monde des sorciers,
des témoins avaient vu Harry quitter les lieux en
courant, quelques instants après que Dumbledore
fut tombé.
— Je suis désolé, Harry, dit Lupin.
— Alors, les Mangemorts se sont aussi emparés
de La Gazette du sorcier ? demanda Hermione
avec fureur.
Lupin acquiesça d’un signe de tête.
— Mais les gens doivent bien s’apercevoir de ce
qui se passe, non ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 344 / 1250
— Le coup de force s’est déroulé en douceur et
quasiment en silence, répondit Lupin. La version
officielle du meurtre de Scrimgeour, c’est qu’il a
démissionné. Il a été remplacé par Pius
Thicknesse, qui est soumis au sortilège de
l’Imperium.
— Pourquoi Voldemort ne s’est-il pas proclamé
lui-même ministre de la Magie ? interrogea Ron.
Lupin éclata de rire.
— Il n’en a pas besoin. En réalité, c’est lui le
ministre, mais pourquoi prendrait-il la peine
d’aller s’asseoir derrière un bureau ? Thicknesse,
sa marionnette, s’occupe des affaires courantes et
laisse à Voldemort toute liberté d’étendre son
pouvoir bien au-delà du ministère.
« Évidemment, beaucoup en ont tiré des
conclusions. Il y a eu un changement spectaculaire
dans la politique du ministère, ces derniers jours,
et ils sont nombreux à murmurer que Voldemort
doit être derrière tout ça. Mais justement, c’est
bien là le point essentiel : ils murmurent. Ils
n’osent pas se parler les uns aux autres, car ils ne
savent pas en qui ils peuvent avoir confiance. Ils
ont peur de dire les choses à voix haute, au cas où
leurs soupçons seraient fondés, et qu’on s’en
prenne à leurs familles. Voldemort joue un jeu très

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 345 / 1250
habile. Se déclarer officiellement aurait pu
provoquer une rébellion ouverte. En restant
masqué, il entretient la confusion, l’incertitude et
la peur.
— Et ce changement spectaculaire dans la
politique du ministère, dit Harry, consiste aussi à
mettre en garde le monde des sorciers contre moi
et non pas contre Voldemort ?
— Ça fait partie de l’ensemble, sans aucun
doute, répondit Lupin. Et c’est un coup de maître.
Maintenant que Dumbledore est mort, on pouvait
être certain que tu serais, toi le survivant, le
symbole et le point de ralliement de toute
résistance à Voldemort. Mais en laissant entendre
que tu as eu une responsabilité dans la mort du
vieux héros, Voldemort n’a pas seulement mis ta
tête à prix, il a aussi insinué le doute et la crainte
parmi ceux qui étaient prêts à te défendre. Dans le
même temps, le ministère a commencé à prendre
des mesures contre les sorciers nés moldus.
Lupin montra La Gazette.
— Regarde en page 2.
Hermione tourna les pages du journal avec la
même expression de dégoût que lorsqu’elle avait
eu entre les mains les Secrets les plus sombres des
forces du Mal.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 346 / 1250
— « Fichier des nés-Moldus, lut-elle à haute
voix . Le ministère de la Magie entreprend une
enquête sur ceux qu’on appelle communément les
« nés-Moldus », ce qui permettra de mieux
comprendre comment ces derniers en sont
arrivés à posséder des secrets magiques.
De récentes recherches menées par le
Département des mystères a révélé que la magie
ne peut être transmise que d’individu à individu
lorsque les sorciers se reproduisent. En
conséquence, quand il n’existe aucune ascendance
magique, il est probable que ceux qu’on appelle
les nés-Moldus ont acquis leurs pouvoirs par le
vol ou la force.
Le ministère est déterminé à éradiquer ces
usurpateurs de la puissance magique et invite
donc à cette fin tous ceux qui entrent dans la
catégorie des nés-Moldus à se présenter pour un
entretien devant la Commission d’enregistrement
des nés-Moldus, récemment nommée. »
— Ça ne peut pas se passer comme ça, les gens
ne les laisseront pas faire, dit Ron.
— Ça se passe comme ça, Ron, répondit Lupin.
À l’heure où nous parlons, il y a des rafles de nés-
Moldus.
— Mais comment sont-ils censés avoir « volé »

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 347 / 1250
de la magie ? s’étonna Ron. C’est complètement
dingue. Si on pouvait voler de la magie, il n’y
aurait plus de Cracmols, non ?
— Je sais, dit Lupin. Il n’empêche que
quiconque ne peut prouver qu’il a au moins un
sorcier parmi ses proches parents est considéré
comme ayant obtenu ses pouvoirs magiques
illégalement et doit en subir le châtiment.
Ron jeta un regard à Hermione puis demanda :
— Et si des Sang-Pur ou des Sang-Mêlé jurent
qu’un né Moldu appartient à leur famille ? Je n’ai
qu’à raconter à tout le monde qu’Hermione est ma
cousine…
Hermione posa sa main sur celle de Ron et la
serra.
— Merci, Ron, mais je ne peux pas te laisser…
— Tu n’auras pas le choix, répliqua Ron d’un
ton féroce en lui prenant la main à son tour. Je
vais t’apprendre l’arbre généalogique de ma
famille pour que tu puisses répondre aux
questions.
Hermione eut un petit rire tremblant.
— Ron, étant donné que nous sommes en fuite
en compagnie de la personne la plus recherchée
dans le pays, je ne crois pas que ça change grand-
chose. Si je retournais à l’école, ce serait différent.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 348 / 1250
Quelles sont les intentions de Voldemort au sujet
de Poudlard ? demanda-t-elle à Lupin.
— Tous les jeunes sorciers et sorcières sont
désormais obligés de s’y inscrire, répondit-il.
L’annonce en a été faite hier. Il s’agit d’un
changement, puisque ce n’était pas obligatoire
auparavant. Bien sûr, presque tous les sorciers et
sorcières de Grande-Bretagne ont fait leurs études
à Poudlard mais leurs parents avaient le droit
d’assurer leur éducation eux-mêmes ou de les
envoyer dans une école à l’étranger, s’ils le
jugeaient bon. Avec la nouvelle loi, Voldemort
pourra surveiller toute la population des sorciers
dès leur enfance. C’est aussi un autre moyen de se
débarrasser des nés-Moldus car, pour avoir le
droit d’assister aux cours, les élèves devront
recevoir un Statut du sang – signifiant que la
preuve a été apportée au ministère qu’ils étaient
bien issus d’une lignée de sorciers.
Harry était dégoûté et furieux. En ce moment
même, des jeunes de onze ans, surexcités à l’idée
d’entrer à l’école, devaient se plonger dans des
piles de grimoires récemment achetés, sans se
douter qu’ils ne verraient jamais Poudlard, et que,
peut-être, ils ne reverraient même plus leurs
familles.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 349 / 1250
— C’est… c’est…, marmonna-t-il, essayant de
trouver des mots assez forts pour exprimer
l’horreur qu’il éprouvait.
Mais Lupin l’interrompit :
— Je sais, dit-il à voix basse.
Il hésita.
— Je comprendrais très bien que tu ne veuilles
pas me le confirmer, Harry, mais l’Ordre a
l’impression que Dumbledore t’a confié une
mission.
— C’est vrai, répondit Harry. Ron et Hermione
sont au courant et ils vont venir avec moi.
— Peux-tu me confier en quoi consiste cette
mission ?
Harry scruta le visage prématurément ridé,
encadré de cheveux épais mais grisonnants, et
regretta de ne pouvoir donner une réponse
différente.
— C’est impossible, Remus, je suis désolé. Si
Dumbledore ne vous en a pas parlé, je ne pense
pas pouvoir le faire à sa place.
— Je m’attendais à ce que tu me dises ça,
soupira Lupin, l’air déçu. Mais peut-être pourrais-
je quand même me rendre utile ? Tu sais qui je
suis et ce que je sais faire, je pourrais

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 350 / 1250
t’accompagner pour te fournir une protection. Tu
n’aurais pas besoin de me révéler exactement ce
que tu fais.
Harry hésita. L’offre était tentante bien qu’il ne
pût imaginer comment il leur serait possible de
garder le secret sur leur mission, si Lupin les
accompagnait en permanence.
Hermione, cependant, parut perplexe.
— Et Tonks, alors ? demanda-t-elle.
— Quoi, Tonks ? s’étonna Lupin.
— Eh bien, reprit Hermione, les sourcils
froncés, vous êtes mariés ! Qu’est-ce qu’elle en
penserait si vous partiez avec nous ?
— Tonks sera en parfaite sécurité, assura Lupin.
Elle habitera dans la maison de ses parents.
Il y avait quelque chose d’étrange dans sa voix.
Elle était presque froide. L’idée que Tonks aille se
cacher dans la maison de ses parents paraissait
également bizarre. Après tout, elle était membre
de l’Ordre et, autant que Harry pouvait l’imaginer,
elle voudrait sûrement être au cœur de l’action.
— Remus, risqua Hermione d’une voix timide.
Est-ce que tout va bien… je veux dire… entre vous
et…
— Tout va parfaitement bien, merci, répondit

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 351 / 1250
Lupin d’un ton clair et net.
Les joues d’Hermione prirent une teinte rose. Il
y eut un nouveau silence, gênant, embarrassé, puis
Lupin ajouta, comme s’il se forçait à faire un aveu
déplaisant :
— Tonks va avoir un bébé.
— Oh ! C’est merveilleux ! s’écria Hermione.
— Excellente nouvelle ! lança Ron,
enthousiaste.
— Félicitations, dit Harry.
Lupin eut un sourire artificiel qui ressemblait
davantage à une grimace, puis reprit :
— Alors… vous acceptez ma proposition ? Vous
voulez bien être quatre au lieu de trois . Je ne peux
pas croire que Dumbledore aurait été contre, après
tout, c’est lui qui m’a nommé professeur de
défense contre les forces du Mal. Et je suis
convaincu, je dois vous le dire, qu’il nous faudra
affronter une forme de magie que beaucoup
d’entre nous n’ont jamais connue ou même
imaginée.
Ron et Hermione se tournèrent tous deux vers
Harry.
— Soyons… soyons clairs, dit-il. Vous voulez
laisser Tonks chez ses parents et venir avec nous ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 352 / 1250
— Elle sera parfaitement en sécurité là-bas, ils
s’occuperont d’elle, répondit Lupin.
Il avait un ton péremptoire, proche de
l’indifférence.
— Harry, je suis sûr que James aurait voulu que
je reste auprès de toi.
— Eh bien, moi, je n’en suis pas sûr du tout,
répliqua Harry avec lenteur. Je pense que mon
père aurait voulu savoir pourquoi vous ne voulez
pas rester auprès de votre enfant.
Le visage de Lupin perdit toute couleur. On
aurait dit que la température de la cuisine venait
de tomber de dix degrés. Ron regarda autour de la
pièce comme s’il s’était promis d’en graver chaque
détail dans sa mémoire tandis que les yeux
d’Hermione se posaient alternativement sur Lupin
et sur Harry.
— Tu ne comprends pas, dit enfin Lupin.
— Alors, expliquez-moi, rétorqua Harry.
Lupin déglutit.
— J’ai… j’ai fait une grave erreur en épousant
Tonks. J’aurais dû y réfléchir à deux fois et je l’ai
souvent regretté depuis.
— Je vois, dit Harry. Vous allez donc
l’abandonner avec son enfant et vous enfuir avec

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 353 / 1250
nous ?
Lupin se leva d’un bond. Sa chaise tomba en
arrière et il lança un regard si féroce à Harry que,
pour la première fois, celui-ci vit l’ombre du loup
sur son visage d’homme.
— Tu ne comprends donc pas ce que j’ai fait à
ma femme et à mon enfant à naître ? Je n’aurais
jamais dû épouser Tonks, j’ai fait d’elle une
réprouvée !
Lupin donna un coup de pied dans la chaise
qu’il avait renversée.
— Tu ne m’as jamais vu qu’au sein de l’Ordre,
ou sous la protection de Dumbledore, à Poudlard !
Tu ne sais pas comment la plupart des sorciers
considèrent les créatures telles que moi ! Quand ils
apprennent mon infortune, c’est tout juste s’ils
acceptent encore de me parler ! Tu ne te rends
donc pas compte de ce que j’ai fait ? Même à sa
propre famille, notre mariage n’inspire que du
dégoût, quels parents voudraient voir leur fille
unique épouser un loup-garou ? Et l’enfant…
l’enfant…
Lupin s’arrachait littéralement les cheveux ; il
paraissait en proie à une crise de folie.
— Habituellement, les gens de mon espèce
évitent de se reproduire ! Cet enfant sera comme

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 354 / 1250
moi, j’en suis convaincu… Comment pourrais-je
jamais me pardonner d’avoir en toute
connaissance de cause pris le risque de
transmettre mon propre mal à un être innocent ?
Et si, par un quelconque miracle, il n’est pas
comme moi, il sera alors beaucoup mieux, cent
fois mieux, sans la présence de son père dont il
devrait à tout jamais avoir honte !
— Remus ! murmura Hermione, les larmes aux
yeux. Ne dites pas cela… Comment un enfant
pourrait-il avoir honte de vous ?
— Oh, qui sait, Hermione, lança Harry. Moi,
j’aurais honte de lui.
Harry ne savait pas d’où lui venait sa rage, mais
elle l’avait poussé, lui aussi, à se lever d’un bond.
Lupin eut la même expression que si Harry l’avait
frappé.
— Si le nouveau régime pense que les sorciers
nés moldus sont condamnables, poursuivit Harry,
que penseront-ils d’un demi-loup-garou dont le
père est membre de l’Ordre ? Mon propre père est
mort en essayant de protéger ma mère et moi-
même et vous vous imaginez qu’il vous
recommanderait d’abandonner votre enfant pour
partir à l’aventure avec nous ?
— Comment… comment oses-tu ? s’indigna

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 355 / 1250
Lupin. Il ne s’agit pas pour moi de rechercher… le
danger ou une gloire personnelle… Comment oses-
tu laisser entendre quelque chose d’aussi… ?
— Je crois que vous vous sentez une vocation de
tête brûlée, répliqua Harry. Vous aimeriez bien
suivre les traces de Sirius…
— Harry, non ! le supplia Hermione, mais il
continua de fixer d’un regard flamboyant le visage
furieux de Lupin.
— Je n’aurais jamais cru cela, reprit Harry.
L’homme qui m’a appris à combattre les
Détraqueurs… un lâche.
Lupin sortit sa baguette si vite que Harry eut à
peine le temps de faire un geste pour saisir la
sienne. Une forte détonation retentit et il se sentit
projeté en arrière, comme si on lui avait donné un
coup de poing. Tandis qu’il s’écrasait contre le mur
de la cuisine et glissait sur le sol, il aperçut un pan
de la cape de Lupin qui disparaissait dans
l’embrasure de la porte.
— Remus, Remus, revenez ! s’écria Hermione,
mais Lupin ne répondit pas.
Un instant plus tard, ils entendirent claquer la
porte d’entrée.
— Harry ! se lamenta Hermione. Comment as-
tu pu faire une chose pareille ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 356 / 1250
— C’était facile, répliqua Harry.
Il se releva, sentant une bosse enfler là où sa
tête avait heurté le mur. Il ressentait encore une
telle colère qu’il en tremblait.
— Ne me regarde pas comme ça, lança-t-il
sèchement à Hermione.
— Ne commence pas à t’en prendre à elle !
gronda Ron.
— Non… non… nous ne devons pas nous
disputer ! s’exclama Hermione en se jetant entre
eux.
— Tu n’aurais pas dû dire ces choses-là à Lupin,
fit remarquer Ron à Harry.
— Il l’a cherché, répondit Harry.
Des images sans suite se bousculèrent dans sa
tête : Sirius tombant à travers le voile ;
Dumbledore suspendu dans les airs, le corps
brisé ; un éclair de lumière verte et la voix de sa
mère qui demandait grâce, suppliante…
— Les parents, dit Harry, ne devraient jamais
quitter leurs enfants, à moins… à moins qu’ils ne
puissent faire autrement.
— Harry…, commença Hermione.
Elle tendit vers lui une main consolante mais il

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 357 / 1250
se dégagea d’un mouvement d’épaule et s’éloigna,
les yeux fixés sur le feu qu’elle avait fait apparaître.
C’était devant cette même cheminée qu’il avait un
jour parlé à Lupin, lorsqu’il cherchait à être
rassuré au sujet de James, et Lupin l’avait consolé.
À présent, le visage blafard, torturé, de Lupin
semblait flotter dans les airs, devant ses yeux. Il
sentit monter en lui une vague de remords qui lui
donna la nausée. Ni Ron ni Hermione ne
prononçaient un mot, mais Harry était sûr que,
derrière son dos, ils communiquaient
silencieusement en échangeant des regards.
Il fit volte-face et les vit se détourner
précipitamment l’un de l’autre.
— Je sais bien que je n’aurais pas dû le traiter
de lâche.
— Non, tu n’aurais pas dû, dit aussitôt Ron.
— Mais il se conduit comme s’il l’était.
— Quand même…, soupira Hermione.
— Je sais, admit Harry. Mais si cela le fait
revenir auprès de Tonks, ça en valait la peine,
non ?
Sa voix avait un ton d’excuse qu’il n’était pas
parvenu à effacer. Hermione paraissait
compatissante, Ron incertain. Harry baissa les
yeux, en pensant à son père. James aurait-il

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 358 / 1250
approuvé ce qu’il avait dit à Lupin ou aurait-il été
en colère d’entendre son fils traiter ainsi son vieil
ami ?
La cuisine silencieuse semblait vibrer des échos
de la scène qui s’y était déroulée et des reproches
muets de Ron et d’Hermione. La Gazette du
sorcier apportée par Lupin se trouvait toujours sur
la table, le visage de Harry à la une fixant le
plafond. Il alla s’asseoir sur une chaise, ouvrit le
journal au hasard et fit semblant de le lire. Il
n’arrivait pas à comprendre les mots qui
s’étalaient sous ses yeux, son altercation avec
Lupin était encore trop présente dans son esprit.
De l’autre côté du journal, Ron et Hermione, il le
savait, avaient dû reprendre leurs communications
silencieuses. Il tourna bruyamment une page et le
nom de Dumbledore lui sauta alors aux yeux. Il lui
fallut un moment pour comprendre la signification
de la photo qui montrait une famille réunie. La
légende indiquait : « La famille de Dumbledore.
De gauche à droite : Albus, Perceval tenant dans
ses bras Ariana qui vient de naître, Kendra et
Abelforth. »
Son attention éveillée, Harry examina plus
attentivement l’image. Perceval, le père de
Dumbledore, était un bel homme dont les yeux
semblaient pétiller, même sur cette vieille photo

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 359 / 1250
défraîchie. Ariana, le bébé, n’était guère plus
grande qu’une miche de pain, sans traits
distinctifs. Kendra, la mère, avait des cheveux d’un
noir de jais coiffés en un épais chignon. On aurait
dit que son visage était sculpté. En dépit de la robe
de soie à col haut dont elle était vêtue, Harry
pensa à une Indienne d’Amérique quand il vit ses
yeux sombres, ses pommettes saillantes et son nez
droit. Albus et Abelforth portaient tous deux des
vestes assorties, à col de dentelle, et leurs cheveux
longs qui tombaient sur leurs épaules avaient la
même coupe. Albus paraissait plus âgé de
quelques années, sinon les deux garçons étaient
très semblables, car la photo avait été prise avant
qu’Albus ait le nez cassé et avant qu’il porte des
lunettes.
La famille avait l’air heureuse, normale,
souriant sereinement sur la page du journal. La
petite Ariana agitait vaguement le bras sous son
châle. Harry regarda au-dessus de la photo et vit le
titre de l’article :
EN EXCLUSIVITÉ UN EXTRAIT
DE LA BIOGRAPHIE
D’ALBUS DUMBLEDORE
À PARAÎTRE PROCHAINEMENT

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 360 / 1250
par Rita Skeeter
Pensant que rien ne pouvait aggraver l’état
dans lequel il se trouvait déjà, Harry commença à
lire :
Orgueilleuse et hautaine, Kendra Dumbledore
ne pouvait supporter de rester à Terre-en-Lande
après que l’arrestation et l’emprisonnement à
Azkaban de son mari Perceval eurent largement
défrayé la chronique. Elle décida par conséquent
de faire déménager sa famille et de l’installer à
Godric’s Hollow, le village qui devait par la suite
devenir célèbre pour avoir été le lieu où Harry
Potter échappa étrangement à Vous-Savez-Qui.
Tout comme Terre-en-Lande, Godric’s Hollow
était le lieu de résidence de nombreuses familles
de sorciers mais Kendra n’y connaissant
personne, elle n’aurait pas à y affronter la
curiosité que lui avait value le crime de son mari
dans son ancien village. Après avoir repoussé à
plusieurs reprises tous ceux qui tentaient d’établir
avec elle des relations de bon voisinage, elle fut
bientôt assurée que personne ne les dérangerait
plus, elle et sa famille.
« Elle m’a claqué la porte au nez quand je suis

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 361 / 1250
allée lui souhaiter la bienvenue en lui apportant
des fondants du chaudron que j’avais préparés
moi-même, raconte Bathilda Tourdesac. Au cours
de la première année, je n’ai vu que les deux
garçons. Je n’aurais jamais su qu’il y avait une
fille si je n’étais allée cueillir des Braillantines au
clair de lune, l’hiver qui a suivi leur
emménagement. J’ai vu alors Kendra emmener
Ariana se promener dans le jardin, à l’arrière de
la maison. Elle lui a fait faire une seule fois le
tour de la pelouse en lui tenant fermement la
main, puis elle l’a ramenée à l’intérieur. Je ne
savais pas quoi en penser. »
Il semble que Kendra ait vu dans le
déménagement à Godric’s Hollow une occasion
parfaite de cacher définitivement Ariana, un
projet qu’elle nourrissait sûrement depuis des
années. Le moment choisi était significatif.
Ariana avait à peine sept ans lorsqu’elle a
disparu. Or, selon la plupart des experts, c’est
précisément vers l’âge de sept ans que la magie se
révèle chez les enfants, si elle est présente.
Personne aujourd’hui ne se souvient d’avoir
jamais vu Ariana manifester le moindre signe
d’aptitude à la magie. Il apparaît donc
clairement que Kendra a pris la décision de
cacher sa fille plutôt que de subir la honte

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 362 / 1250
d’admettre qu’elle avait mis au monde une
Cracmolle. Déménager loin des amis et des
voisins qui avaient connu Ariana lui permettait
d’autant plus facilement de la dissimuler aux
regards. Elle pouvait être sûre que le très petit
nombre de ceux qui étaient au courant de son
existence garderaient le secret, notamment les
deux frères qui détournaient toujours les
questions embarrassantes en répétant ce que leur
avait dit leur mère : « Ma sœur est d’une santé
trop fragile pour aller à l’école. »
La semaine prochaine : Albus Dumbledore à
Poudlard – Récompenses et faux-semblants.
Harry avait eu tort. Ce qu’il venait de lire l’avait
plongé dans un état encore pire qu’auparavant. Il
regarda à nouveau la photo de la famille
apparemment heureuse. Était-ce vrai ? Comment
pourrait-il le savoir ? Il voulait se rendre à
Godric’s Hollow, même si Bathilda n’était pas en
mesure de lui parler. Il voulait voir l’endroit où
Dumbledore et lui avaient tous deux perdu des
êtres chers. Alors qu’il s’apprêtait à reposer le
journal et à demander leur opinion à Ron et à
Hermione, un crac ! assourdissant résonna dans la
cuisine.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 363 / 1250
Pour la première fois depuis trois jours, Harry
avait complètement oublié Kreattur. Sa première
pensée fut que Lupin avait à nouveau fait irruption
dans la maison et pendant une fraction de
seconde, il ne parvint pas à distinguer quoi que ce
soit dans l’enchevêtrement de membres
gesticulants qui était apparu juste à côté de lui. Il
se leva d’un bond tandis que Kreattur se dégageait
puis s’inclinait très bas devant Harry en
annonçant de sa voix rauque :
— Kreattur est revenu avec le voleur
Mondingus Fletcher, maître.
Mondingus se releva précipitamment et sortit
sa baguette. Mais Hermione fut trop rapide pour
lui.
— Expelliarmus !
La baguette de Mondingus fut projetée dans les
airs et Hermione la rattrapa. Le regard fou, il se
rua vers l’escalier.
Ron le plaqua comme au rugby et Mondingus
s’abattit sur le sol de pierre dans un craquement
étouffé.
— Quoi ? hurla-t-il en se tortillant pour essayer
de se libérer de la prise de Ron. Qu’est-ce que j’ai
fait ? Lancer sur moi un maudit elfe de maison, à
quoi vous jouez, qu’est-ce que j’ai fait, laissez-moi

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 364 / 1250
partir, laissez-moi ou alors…
— Vous n’êtes pas tellement en position de
proférer des menaces, répliqua Harry.
Il jeta le journal sur la table, traversa la cuisine
en quelques enjambées et se laissa tomber à
genoux à côté de Mondingus qui cessa aussitôt de
se débattre, l’air terrifié. Ron se releva, le souffle
court, et regarda Harry pointer délibérément sa
baguette sur le nez de Mondingus. Il empestait la
vieille sueur et la fumée de tabac. Ses cheveux
étaient emmêlés, sa robe tachée.
— Kreattur présente ses excuses pour avoir
tardé à ramener le voleur, maître, coassa l’elfe.
Fletcher s’y connaît pour échapper à la capture, il
dispose de nombreuses cachettes et de beaucoup
de complices. Mais Kreattur a fini par le coincer.
— Tu as fait un très bon travail, Kreattur,
répondit Harry et l’elfe s’inclina à nouveau. On a
quelques questions à vous poser, reprit-il à
l’adresse de Mondingus.
— J’ai paniqué, d’accord ? s’écria celui-ci.
Depuis le début, je ne voulais pas venir. Sans
vouloir t’offenser, mon bonhomme, je n’ai jamais
eu l’intention de mourir pour toi et tout d’un coup,
voilà que j’avais ce maudit Tu-Sais-Qui aux
trousses, n’importe qui aurait fichu le camp à ma

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 365 / 1250
place, j’avais toujours dit que je ne voulais pas y
aller…
— Pour votre information, répliqua Hermione,
sachez que personne d’autre parmi nous n’a
transplané.
— Eh bien, vous faites une jolie bande de héros
mais moi, je n’ai jamais prétendu que j’étais prêt à
me faire tuer…
— La raison pour laquelle vous avez abandonné
Fol Œil ne nous intéresse pas, coupa Harry qui
approcha sa baguette un peu plus près des yeux
cernés et injectés de sang de Mondingus. Nous
savions déjà que vous étiez une petite canaille
indigne de confiance.
— Alors pourquoi tu envoies des elfes à mes
basques ? C’est encore à cause de cette histoire de
coupes ? Il ne m’en reste plus une seule, sinon, tu
aurais pu les avoir…
— Il ne s’agit pas non plus des coupes, mais
vous chauffez, répondit Harry. Taisez-vous et
écoutez-moi.
C’était une sensation merveilleuse d’avoir
quelque chose à faire, de se trouver face à
quelqu’un à qui on pouvait arracher une parcelle
de vérité. La baguette de Harry était si près de
l’arête de son nez que Mondingus s’était mis à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 366 / 1250
loucher pour ne pas la perdre de vue.
— Lorsque vous avez vidé cette maison de tous
ses objets de valeur…, commença Harry.
Mais Mondingus l’interrompit à nouveau :
— Sirius se fichait bien de toute cette
camelote…
Il y eut un bruit de pas précipités, un éclat de
cuivre étincelant, un clang ! retentissant et un
hurlement de douleur : Kreattur s’était rué sur
Mondingus et lui avait abattu une casserole sur la
tête.
— Empêche-le, empêche-le, il faudrait
l’enfermer, celui-là ! s’écria Mondingus en se
recroquevillant lorsqu’il vit Kreattur lever à
nouveau la lourde casserole.
— Kreattur, non ! lança Harry.
Les bras frêles de l’elfe tremblaient sous le
poids de la casserole qu’il tenait toujours en l’air.
— Peut-être encore une fois, maître Harry, pour
porter bonheur ?
Ron éclata de rire.
— Il faut qu’il reste conscient, Kreattur, mais si
nous avons besoin d’arguments frappants, c’est toi
qui lui en feras l’honneur, répondit Harry.
— Merci beaucoup, maître, dit Kreattur.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 367 / 1250
Il salua et recula légèrement, fixant avec dégoût
ses grands yeux pâles sur Mondingus.
— Lorsque vous avez dépouillé cette maison de
tous les objets de valeur que vous pouviez y
trouver, reprit Harry, vous avez pris un tas de
choses dans le placard de la cuisine. Il y avait
notamment un médaillon.
Harry sentit brusquement sa bouche s’assécher.
Il percevait la tension mêlée d’excitation de Ron et
d’Hermione.
— Qu’avez-vous fait de ce médaillon ?
— Pourquoi ? demanda Mondingus. Il vaut
cher ?
— Vous l’avez toujours ! s’écria Hermione.
— Non, il ne l’a plus, dit Ron, perspicace. Il se
demande simplement s’il n’aurait pas pu en tirer
plus d’argent.
— Plus d’argent ? répliqua Mondingus. Ça, ce
n’aurait pas été difficile… Je l’ai laissé pour rien,
figurez-vous. Pas le choix.
— Qu’est-ce que vous voulez dire ?
— Je vendais des choses sur le Chemin de
Traverse et là-dessus, elle est arrivée en me
demandant si j’avais une licence pour le commerce
des objets magiques. Fichue fouineuse. Elle allait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 368 / 1250
me coller une amende mais le médaillon lui a tapé
dans l’œil et elle m’a dit qu’elle allait le prendre,
qu’elle me laisserait tranquille pour cette fois, et
que je pouvais m’estimer heureux.
— Qui était cette femme ? interrogea Harry.
— Sais pas, une quelconque harpie du
ministère.
Mondingus réfléchit un instant, le front plissé.
— Une petite bonne femme avec un nœud sur la
tête. Il fronça les sourcils et ajouta :
— Elle avait l’air d’un crapaud.
Harry abaissa sa baguette. Elle heurta au
passage le nez de Mondingus et projeta des
étincelles rouges sur ses sourcils qui prirent feu.
— Aguamenti ! s’écria Hermione.
Un jet d’eau jaillit de sa baguette, inondant
Mondingus qui se mit à tousser et à crachoter.
Harry leva les yeux et vit sur les visages de Ron
et d’Hermione le reflet de sa propre stupeur. Les
cicatrices de sa main droite semblaient le picoter à
nouveau.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 369 / 1250
12
L A MAGIE EST PUISSANCE
mesure qu’avançait le mois d’août, la
pelouse en friche, au milieu du square
Grimmaurd, s’était desséchée sous le soleil pour
n’être plus qu’un carré d’herbe roussie et
craquante. Dans les maisons environnantes,
personne n’avait jamais aperçu les habitants du
numéro 12. Les Moldus qui habitaient l’endroit
s’étaient depuis longtemps accoutumés à
l’amusante erreur de numérotation qui avait placé
le numéro 11 à côté du 13.À
À présent, cependant, le square Grimmaurd
attirait des visiteurs qui semblaient très intrigués
par cette anomalie. Il se passait rarement une
journée sans qu’une ou deux personnes arrivent
sur la place en n’ayant d’autre but, apparemment
tout au moins, que de s’appuyer contre les grilles
situées devant les numéros 11 et 13 pour
contempler la jointure entre les deux maisons. Ces
observateurs n’étaient jamais les mêmes deux

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 370 / 1250
jours de suite, mais tous avaient l’air d’éprouver la
même aversion pour les vêtements normaux. La
plupart des Londoniens qui les croisaient étaient
habitués aux tenues excentriques et n’y prêtaient
guère attention, mais parfois, l’un d’eux jetait un
regard en arrière en se demandant qui donc
pouvait bien porter d’aussi longues capes par une
chaleur pareille.
Ces visiteurs ne paraissaient pas tirer grande
satisfaction de leurs longues attentes. Il arrivait
que l’un d’eux fasse un pas en avant d’un air
surexcité, comme s’il avait enfin vu quelque chose
d’intéressant, mais il laissait aussitôt retomber son
élan, visiblement dépité.
Le premier jour de septembre, les curieux
vinrent plus nombreux que jamais. Une demi-
douzaine d’hommes vêtus de longues capes se
tenaient là, silencieux et attentifs, le regard
toujours fixé sur les maisons des numéros 11 et 13,
mais ce qu’ils étaient venus chercher continuait
apparemment de leur échapper. Alors que le soir
approchait, apportant avec lui, pour la première
fois depuis des semaines, une averse de pluie
froide très inattendue, survint l’un de ces
inexplicables moments où ils semblaient avoir
enfin aperçu quelque chose d’intéressant. Un
homme au visage tordu tendit le doigt et son

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 371 / 1250
compagnon le plus proche, un petit homme
grassouillet au visage blafard, se rua aussitôt en
avant, mais un instant plus tard, ils étaient tous
deux retombés dans leur habituelle passivité, l’air
déçus et contrariés.
Pendant ce temps, au numéro 12, Harry venait
de pénétrer dans le hall de la maison. Il avait failli
perdre l’équilibre en transplanant sur la dernière
marche du perron, juste devant la porte d’entrée,
et pensa que les Mangemorts avaient peut-être
aperçu son coude, brièvement exposé. Refermant
soigneusement la porte derrière lui, il ôta sa cape
d’invisibilité, la replia sur son bras et se hâta de
traverser le hall sinistre en direction de la porte
qui donnait accès au sous-sol. Il tenait à la main
un exemplaire volé de La Gazette du sorcier.
L’habituel murmure de « Severus Rogue ? »
l’accueillit, il sentit le courant d’air glacé souffler
sur lui et pendant un instant, sa langue s’enroula.
— Ce n’est pas moi qui vous ai tué, dit-il dès
qu’elle eut repris sa position normale.
Puis il retint son souffle pendant que la
silhouette du maléfice explosait. Parvenu au
milieu de l’escalier qui menait à la cuisine, à bonne
distance des oreilles de Mrs Black et à l’abri du
nuage de poussière, il annonça :

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 372 / 1250
— J’ai des nouvelles et elles ne vont pas vous
plaire.
La cuisine était presque méconnaissable. À
présent, la moindre petite surface brillait de tous
ses feux : les marmites et les casseroles de cuivre
avaient été astiquées et luisaient d’une teinte
rosée, la table de bois miroitait, les coupes et les
assiettes déjà disposées pour le dîner étincelaient à
la lumière du feu qui ronflait joyeusement dans la
cheminée et sur lequel bouillonnait un chaudron.
Mais le changement le plus spectaculaire était sans
nul doute celui de l’elfe de maison qui se
précipitait maintenant vers Harry, vêtu d’une
serviette d’un blanc de neige, les poils de ses
oreilles aussi propres et duveteux que du coton
hydrophile, le médaillon de Regulus sautillant sur
sa poitrine.
— Voulez-vous enlever vos chaussures, s’il vous
plaît, monsieur Harry, et vous laver les mains
avant le dîner ? coassa Kreattur.
Il prit la cape d’invisibilité et alla la suspendre à
un crochet fixé au mur, à côté de robes démodées,
fraîchement nettoyées.
— Qu’est-ce qui s’est passé ? demanda Ron avec
appréhension.
Hermione et lui étaient occupés à examiner une

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 373 / 1250
liasse de feuilles griffonnées et de cartes tracées à
la main, étalées à un bout de la table. Levant les
yeux, ils regardèrent Harry s’avancer à grands pas
et jeter le journal sur leur tas de parchemins.
Sur la première page, un homme au visage
familier, le nez crochu, les cheveux noirs, les
regardait sous une manchette annonçant :
SEVERUS ROGUE CONFIRMÉ
COMME DIRECTEUR DE POUDLARD
— Non ! s’exclamèrent Ron et Hermione.
Hermione fut la plus rapide. Elle s’empara du
journal et commença à lire à haute voix l’article
qui accompagnait la photo :
— Severus Rogue, depuis longtemps maître
des potions à l’école de sorcellerie de Poudlard, a
été promu aujourd’hui au rang de directeur. Cette
nomination constitue le changement le plus
important parmi ceux intervenus dans la
réorganisation du personnel de l’antique
établissement. À la suite de la démission de
l’ancien professeur d’étude des Moldus, ce poste
sera désormais confié à Alecto Carrow, tandis
qu’Amycus, le frère de cette dernière, sera chargé
de la défense contre les forces du Mal.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 374 / 1250
« Je me réjouis que l’occasion me soit donnée
de maintenir et de perpétuer les plus hautes
valeurs et traditions de la sorcellerie…» Comme
de commettre des meurtres ou de couper les
oreilles des gens, par exemple ! Rogue, directeur !
Rogue dans le bureau de Dumbledore – par le
caleçon de Merlin ! s’exclama soudain Hermione
d’une voix perçante qui fit sursauter Harry et Ron.
Elle bondit de sa chaise et se rua hors de la
cuisine en criant :
— Je reviens dans une minute !
— Le caleçon de Merlin ? répéta Ron, l’air
amusé. Elle doit être dans tous ses états.
Il prit le journal et lut en détail l’article
consacré à Rogue.
— Les autres profs n’accepteront jamais ça.
McGonagall, Flitwick, Chourave, tous connaissent
la vérité, ils savent comment Dumbledore est
mort. Ils ne voudront pas de Rogue comme
directeur. Et d’abord, qui sont ces Carrow ?
— Des Mangemorts, répondit Harry. Il y a des
photos d’eux en pages intérieures. Ils se trouvaient
au sommet de la tour quand Rogue a tué
Dumbledore, ils sont tous copains.
Harry tira une chaise et poursuivit d’un ton
amer :

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 375 / 1250
— Je ne vois pas ce que les autres profs
pourraient faire. Si le ministère et Voldemort sont
derrière Rogue, ils auront le choix entre continuer
à enseigner ou passer quelques joyeuses années à
Azkaban – et encore, s’ils ont de la chance.
J’imagine qu’ils préféreront rester pour protéger
les élèves.
Kreattur revint vers la table d’un air affairé, une
grande soupière entre les mains. À l’aide d’une
louche, il remplit de soupe les bols impeccables, en
sifflotant entre ses dents.
— Merci, Kreattur, dit Harry qui retourna La
Gazette pour ne pas avoir la tête de Rogue sous les
yeux. Enfin, au moins, on sait exactement où se
trouve Rogue, maintenant.
Il prit une cuillerée de soupe. La qualité de la
cuisine de Kreattur s’était améliorée de manière
spectaculaire depuis qu’il avait reçu en cadeau le
médaillon de Regulus. Jamais Harry n’avait goûté
une soupe à l’oignon aussi délicieuse.
— Il y a encore toute une bande de Mangemorts
qui surveillent la maison, dit-il à Ron en
continuant de manger. Ils sont plus nombreux que
d’habitude. On dirait qu’ils espèrent nous voir
sortir avec nos bagages pour aller prendre le
Poudlard Express.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 376 / 1250
Ron jeta un coup d’œil à sa montre.
— J’y ai pensé toute la journée. Le train est
parti il y a près de six heures. Ça fait bizarre de ne
pas être dedans, tu ne trouves pas ?
Harry eut l’impression de revoir la locomotive
rouge vif que Ron et lui avaient un jour suivie par
la voie des airs, scintillant parmi les prés et les
collines, telle une chenille écarlate qui rampait au-
dessous d’eux. Il était sûr qu’en cet instant, Ginny,
Neville et Luna étaient assis ensemble, se
demandant peut-être où ils se trouvaient, Ron,
Hermione et lui, ou discutant de la meilleure façon
de saper le nouveau régime de Rogue.
— Tout à l’heure, les Mangemorts ont failli me
voir au moment où je rentrais, reprit Harry. J’ai
mal atterri sur la marche et la cape a glissé.
— Ça m’arrive tout le temps. Ah, la voilà, ajouta
Ron en se dévissant le cou pour voir Hermione
revenir dans la cuisine. Et maintenant, par tous les
caleçons les plus avachis de Merlin, peux-tu nous
expliquer ce que tu fabriques ?
— Je me suis souvenue de ça, haleta Hermione.
Elle avait à la main un grand tableau encadré
qu’elle posa par terre avant de prendre sur le
buffet son petit sac en perles. Elle l’ouvrit et
entreprit de faire entrer le tableau à l’intérieur.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 377 / 1250
Bien qu’il fût manifestement trop grand pour tenir
dans le sac minuscule, il disparut en quelques
secondes dans ses vastes profondeurs, comme
toutes les autres choses qui y étaient rangées.
— Phineas Nigellus, expliqua Hermione en
jetant sur la table le petit sac qui produisit à
nouveau un bruit sonore d’objets entrechoqués.
— Pardon ? dit Ron.
Mais Harry, lui, avait compris. L’image peinte
de Phineas Nigellus avait la faculté de passer de
son portrait du square Grimmaurd à celui qui était
accroché dans le bureau du directeur de Poudlard :
la pièce circulaire, au sommet d’une tour, où
Rogue était sans aucun doute assis en ce moment
même, triomphant à l’idée d’avoir en sa possession
la collection de fragiles instruments d’argent de
Dumbledore, la Pensine en pierre, le Choixpeau
magique et, à moins qu’elle n’ait été déplacée vers
un autre lieu, l’épée de Gryffondor.
— Rogue aurait pu envoyer Phineas Nigellus
regarder ce qui se passe ici, expliqua Hermione à
Ron tandis qu’elle se rasseyait à la table. Mais
maintenant, s’il essaye, tout ce que Phineas verra,
c’est l’intérieur de mon sac.
— Bien pensé ! s’exclama Ron, impressionné.
— Merci, dit Hermione avec un sourire en

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 378 / 1250
prenant son bol de soupe. Alors, Harry, qu’est-ce
qui s’est passé d’autre, aujourd’hui ?
— Rien, répondit-il. J’ai surveillé l’entrée du
ministère pendant sept heures de suite. Pas la
moindre trace d’elle. Mais j’ai vu ton père, Ron. Il
paraît en bonne forme.
Ron hocha la tête, satisfait d’entendre la
nouvelle. D’un commun accord, ils avaient estimé
trop dangereux de tenter d’entrer en contact avec
Mr Weasley quand il entrait dans le ministère ou
en sortait car il était sans cesse entouré de
collègues. L’apercevoir de temps en temps était
cependant rassurant, même s’il semblait très
tendu et anxieux.
— Papa nous a toujours dit que la plupart des
gens qui travaillent au ministère utilisent le réseau
des cheminées pour se rendre au bureau, expliqua
Ron. C’est pour ça que nous n’avons pas vu
Ombrage, elle ne se déplace jamais à pied, elle
pense qu’elle est trop importante pour ça.
— Et cette drôle de vieille sorcière avec ce petit
sorcier en robe bleu marine ? demanda Hermione.
— Ah oui, le type de la maintenance magique,
répondit Ron.
— Comment sais-tu qu’il est à la maintenance ?
interrogea Hermione, sa cuillère suspendue en

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 379 / 1250
l’air.
— D’après papa, tous les gens du Service de la
maintenance magique portent des robes bleu
marine.
— Tu ne nous avais jamais raconté ça !
Hermione laissa tomber sa cuillère et fit glisser
vers elle la liasse de papiers et de cartes qu’elle
étudiait avec Ron lorsque Harry était entré dans la
cuisine.
— Il n’y a rien sur des robes bleu marine, là-
dedans, rien ! s’écria-t-elle en feuilletant
fébrilement les pages.
— Et alors, qu’est-ce que ça change ?
— Ça change tout, Ron ! Si nous voulons
pénétrer dans le ministère sans être démasqués
alors qu’ils recherchent forcément d’éventuels
intrus, chaque petit détail compte ! Nous en avons
parlé longuement. À quoi peuvent bien servir tous
ces voyages de reconnaissance si tu ne prends
même pas la peine de nous informer…
— Enfin quoi, Hermione, j’ai simplement oublié
une petite chose…
— J’espère que tu t’en rends compte : pour
nous, il n’y a sans doute pas d’endroit plus
dangereux au monde que le ministère de la…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 380 / 1250
— Je crois que nous devrions agir dès demain,
l’interrompit Harry.
Hermione s’immobilisa, bouche bée. Ron faillit
s’étrangler en avalant sa soupe.
— Demain ? répéta Hermione. Tu n’es pas
sérieux, Harry ?
— Si, répliqua-t-il. Je pense que même si nous
passions encore un mois à rôder autour du
ministère, nous ne serions pas mieux préparés que
maintenant. Plus on retarde l’opération, plus le
médaillon s’éloigne de nous. Il y a déjà de grands
risques qu’Ombrage l’ait jeté. Il est impossible de
l’ouvrir.
— À moins, dit Ron, qu’elle y soit parvenue et
qu’elle soit maintenant possédée.
— Dans son cas, ça ne changerait rien, elle a
toujours été maléfique, fit observer Harry avec un
haussement d’épaules.
Hermione se mordait la lèvre, plongée dans de
profondes réflexions.
— Nous savons tout ce qu’il est important de
savoir, poursuivit Harry en se tournant vers elle.
Nous savons qu’ils ont interrompu tout
transplanage, pour entrer dans le ministère ou
pour en sortir. Nous savons que seuls les
fonctionnaires de haut rang sont autorisés à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 381 / 1250
connecter leur maison au réseau des cheminées
car Ron a entendu deux Langues-de-Plomb s’en
plaindre. Et nous savons à peu près où se trouve le
bureau d’Ombrage puisque toi-même, tu as
entendu ce que le barbu disait à son copain…
— « Je monte au niveau un, Dolores veut me
voir », récita aussitôt Hermione.
— Exactement, dit Harry. Et on sait que pour
entrer, il faut une de ces drôles de pièces, ou de
jetons, ou je ne sais quoi, parce que j’ai vu une
sorcière qui en empruntait un à une amie…
— Mais on n’en a pas !
— Si le plan marche, on en aura, assura Harry,
très calme.
— Je ne sais pas, Harry, je ne sais pas… Il y a
tant de choses qui pourraient aller mal, c’est
vraiment une question de chance…
— Ce sera toujours vrai même si on passe trois
mois de plus à préparer notre coup, répliqua
Harry. Il est temps d’agir.
Il savait, d’après l’expression de leurs visages,
que Ron et Hermione avaient peur. Lui-même
n’était pas très rassuré mais il avait la conviction
que le moment était venu de mettre leur plan en
application.
Au cours des quatre semaines précédentes, ils

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 382 / 1250
avaient endossé à tour de rôle la cape d’invisibilité
pour aller espionner l’entrée officielle du ministère
que Ron, grâce à Mr Weasley, connaissait depuis
l’enfance. Ils avaient suivi des employés qui se
rendaient au travail, écouté leurs conversations et
appris, en les observant attentivement, quels
étaient ceux dont on pouvait être sûr qu’ils
apparaîtraient seuls, chaque jour à la même heure.
Parfois, l’occasion leur était offerte de subtiliser
La Gazette du sorcier dans l’attaché-case de l’un
d’eux. Peu à peu, ils avaient accumulé les cartes
rapidement esquissées et les notes qui
s’entassaient à présent devant Hermione.
— Très bien, dit lentement Ron. Admettons
qu’on fasse ça demain… Je pense que nous
devrions y aller tous les deux, Harry et moi.
— Ah, non, tu ne vas pas recommencer, soupira
Hermione. Je croyais qu’on avait réglé la question.
— Se poster sous la cape à l’entrée du ministère
est une chose, Hermione, mais là, c’est différent.
Ron tapota du doigt un numéro de La Gazette
du sorcier daté de dix jours auparavant.
— Tu es sur la liste des nés-Moldus qui ne se
sont pas présentés à l’entretien obligatoire !
— Et toi, tu es censé être en train de mourir
d’éclabouille au Terrier ! Si quelqu’un devait ne

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 383 / 1250
pas y aller, ce serait Harry. Sa tête est mise à prix
dix mille Gallions.
— Très bien, dans ce cas, je resterai ici, répliqua
Harry. Si jamais vous arrivez à vaincre Voldemort,
n’oubliez pas de me prévenir, d’accord ?
Tandis que Ron et Hermione éclataient de rire,
Harry ressentit une douleur à sa cicatrice et
plaqua une main contre son front. Voyant les yeux
d’Hermione se plisser, il s’efforça de transformer
son geste pour lui faire croire qu’il dégageait
simplement une mèche de cheveux.
— Très bien, mais si nous y allons tous les trois,
nous devrons transplaner séparément, reprit Ron.
Nous ne pouvons plus tenir à trois sous la cape.
La cicatrice de Harry lui faisait de plus en plus
mal. Il se leva. Kreattur se précipita aussitôt.
— Monsieur n’a pas fini sa soupe, Monsieur
aimerait-il mieux un savoureux ragoût, ou bien
une de ces tartes à la mélasse qui plaisent tant à
Monsieur ?
— Merci, Kreattur, je reviens dans une minute…
heu… toilettes.
Conscient qu’Hermione l’observait d’un air
soupçonneux, Harry se hâta de monter l’escalier
qui menait dans le hall puis continua jusqu’au
premier étage. Il se rua dans la salle de bains et

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 384 / 1250
verrouilla à nouveau la porte derrière lui.
Grognant de douleur, il s’effondra sur le lavabo
noir aux robinets en forme de serpent à la gueule
ouverte, et ferma les yeux…
Il marchait d’un pas souple le long d’une rue
éclairée par le soleil couchant. De chaque côté
s’alignaient des façades ornées de hauts pignons à
colombage. On aurait dit des maisons en pain
d’épice.
Il s’approcha de l’une d’elles et vit la blancheur
de sa propre main aux longs doigts qui frappait à
la porte. Il sentit l’excitation monter en lui.
La porte s’ouvrit : une femme en train de rire se
tenait sur le seuil. Ses traits s’affaissèrent en
voyant le visage de Harry. Toute joie avait disparu,
laissant place à une expression de terreur…
— Gregorovitch ? demanda une voix froide et
haut perchée.
Elle fit non d’un signe de tête et essaya de
refermer la porte. La main blanche la bloqua,
l’empêchant de la lui claquer au nez…
— Je veux Gregorovitch.
— Er w ohnt hier nicht mehr ! s’écria-t-elle avec
un nouveau hochement de tête. Lui ne pas habite
ici ! Pas habite ici ! Je ne pas le connaître !
Abandonnant toute tentative de refermer la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 385 / 1250
porte, elle recula dans le hall sombre et Harry la
suivit, avançant vers elle de son pas souple. Sa
main aux longs doigts avait sorti sa baguette.
— Où est-il ?
— Das wei β ich nicht ! Il déménager ! Je ne pas
savoir, je ne pas savoir !
Il leva la baguette. La femme hurla. Deux petits
enfants arrivèrent en courant dans le hall. Elle
essaya de les protéger de ses bras. Il y eut alors un
éclair de lumière verte…
— Harry ! HARRY !
Il rouvrit les yeux. Il s’était effondré par terre.
Hermione martelait à nouveau la porte.
— Harry, ouvre !
Il avait crié, il le savait. Il se leva et déverrouilla
la porte.
Hermione, qui s’était appuyée contre le
panneau, trébucha en avant, reprit son équilibre et
regarda autour d’elle avec une expression
méfiante. Ron, qui se tenait juste derrière, pointa
sa baguette d’un air affolé dans tous les coins de la
salle de bains glacée.
— Qu’est-ce que tu fabriquais ? demanda
Hermione, sévère.
— À ton avis ? répondit-il d’un ton bravache qui

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 386 / 1250
manquait d’assurance.
— Tu criais à t’en faire exploser la tête ! dit Ron.
— Ah oui… j’ai dû m’endormir ou alors…
— Harry, s’il te plaît, ne nous prends pas pour
des imbéciles, coupa Hermione en respirant
profondément. On sait que ta cicatrice t’a fait mal
quand tu étais dans la cuisine et maintenant, tu es
blanc comme un linge.
Harry s’assit sur le bord de la baignoire.
— D’accord. Je viens de voir Voldemort tuer
une femme. Au moment où je te parle, il a sans
doute tué toute sa famille. Et ça ne lui était pas
nécessaire. C’était comme si je revoyais le meurtre
de Cedric, ils étaient juste là…
— Harry, tu ne dois plus laisser des choses
pareilles se reproduire ! s’écria Hermione, l’écho
de sa voix résonnant dans la salle de bains.
Dumbledore voulait que tu utilises l’occlumancie !
Il pensait que cette connexion était dangereuse.
— Voldemort peut s’en servir, Harry ! À quoi ça
t’avance de le regarder tuer ou torturer, en quoi
cela peut-il t’aider ?
— Ça signifie que je sais ce qu’il fait, répondit-il.
— Alors, tu ne vas même pas tenter de le faire
sortir de ta tête ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 387 / 1250
— Je ne peux pas, Hermione. Tu sais bien que
je suis très mauvais en occlumancie, je n’ai jamais
réussi à assimiler la technique.
— Tu n’as jamais vraiment essayé ! s’emporta-t-
elle. Je ne comprends pas, Harry – ça te plaît
d’avoir cette connexion, ou relation ou… ou je ne
sais quoi…
Le regard qu’il lui lança en se levant la fit
balbutier.
— Si ça me plaît ? dit-il à mi-voix. Et toi, ça te
plairait ?
— Je… non… je suis désolée, Harry, je ne
voulais pas…
— Ça me rend malade, je ne supporte pas qu’il
puisse entrer en moi, que je sois obligé de
l’observer quand il est le plus dangereux. Mais je
compte m’en servir.
— Dumbledore…
— Oublie Dumbledore. C’est moi qui décide,
personne d’autre. Je veux savoir pourquoi il
cherche Gregorovitch.
— Qui ?
— Un fabricant de baguettes étranger. C’est lui
qui a fabriqué la baguette de Krum et Krum pense
qu’il est exceptionnel.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 388 / 1250
— Mais d’après toi, Voldemort a enfermé
Ollivander quelque part, fit remarquer Ron. S’il a
déjà un fabricant de baguettes, pourquoi lui en
faudrait-il un autre ?
— Peut-être qu’il est d’accord avec Krum, peut-
être qu’il pense que Gregorovitch est le meilleur…
ou alors il espère que Gregorovitch saura lui
expliquer ce que ma baguette a fait d’elle-même
quand il me poursuivait, parce qu’Ollivander, lui,
l’ignore.
Harry jeta un coup d’œil dans le miroir
craquelé, poussiéreux, et vit Ron et Hermione
échanger derrière son dos des regards sceptiques.
— Harry, tu parles toujours de ce que ta
baguette a fait d’elle-même, dit Hermione, mais
c’est toi qui as agi ! Pourquoi refuses-tu d’assumer
ton propre pouvoir ?
— Parce que je sais bien que ce n’était pas moi !
Et Voldemort le sait aussi, Hermione ! Nous
savons tous les deux ce qui s’est vraiment passé !
Ils échangèrent un regard noir : Harry savait
qu’il n’avait pas convaincu Hermione et qu’elle se
préparait à contre-attaquer à la fois sa théorie de
la baguette et son refus de mettre fin à la
connexion qui lui permettait de pénétrer dans
l’esprit de Voldemort. À son grand soulagement,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 389 / 1250
Ron intervint.
— Laisse tomber, conseilla-t-il à Hermione.
C’est à lui de décider. Et si on veut aller au
ministère demain, vous ne pensez pas qu’on
devrait plutôt mettre notre plan au point ?
Hermione abandonna la partie mais les deux
autres voyaient bien que c’était à contrecœur et
Harry était sûr qu’elle reviendrait à la charge à la
première occasion. En attendant, ils
redescendirent dans la cuisine où Kreattur leur
servit du ragoût et de la tarte à la mélasse.
Ce soir-là, ils se couchèrent tard après avoir
passé des heures à répéter leur plan jusqu’à ce que
chacun puisse le réciter au mot près. Harry, qui
dormait à présent dans la chambre de Sirius, était
allongé dans son lit – la lumière de sa baguette
dirigée vers la vieille photo représentant son père,
Sirius, Lupin et Pettigrow –, et passa à nouveau
dix minutes à se répéter leur plan à voix basse.
Mais lorsqu’il éteignit sa baguette, il ne pensait
plus au Polynectar, aux pastilles de Gerbe ou aux
robes bleu marine de la maintenance magique. Il
songeait plutôt à Gregorovitch, le fabricant de
baguettes, en se demandant combien de temps il
parviendrait à rester caché, alors que Voldemort le
recherchait avec tant d’obstination.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 390 / 1250
L’aube sembla succéder à la nuit avec une
précipitation proche de l’indécence.
— Tu as une mine épouvantable, lui lança Ron
en guise de salutations quand il entra dans la
chambre pour réveiller Harry.
— Plus pour longtemps, répliqua celui-ci en
bâillant.
Ils retrouvèrent Hermione dans la cuisine. Elle
se faisait servir du café et des petits pains chauds
par Kreattur et affichait l’expression un peu
démente que Harry lui voyait ordinairement
quand elle révisait ses examens.
— Robes, dit-elle à mi-voix, en les saluant d’un
signe de tête nerveux.
Elle était absorbée dans l’inspection du contenu
de son sac en perles.
— Polynectar… cape d’invisibilité… Leurres
Explosifs… Vous devriez en prendre deux chacun,
au cas où… Pastilles de Gerbe, nougats Néansang,
Oreilles à rallonge…
Ils avalèrent leur petit déjeuner et remontèrent
l’escalier. Kreattur s’inclina sur leur passage en
leur promettant une tourte au bœuf et aux
rognons, à leur retour.
— Qu’il soit béni, dit Ron d’un ton affectueux.
Quand je pense qu’à un moment, je m’étais mis

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 391 / 1250
dans l’idée de lui couper la tête et de l’accrocher au
mur…
Ils sortirent sur le perron avec d’infinies
précautions. Deux Mangemorts aux yeux bouffis
observaient la maison sur la place baignée de
brume. Hermione transplana la première avec
Ron, puis revint pour emmener Harry.
Après l’habituelle sensation d’étouffement et le
bref passage dans l’obscurité, Harry se retrouva
dans une minuscule ruelle où devait se dérouler la
première phase de leur plan. Pour l’instant, à
l’exception de deux grosses poubelles, elle était
totalement vide. Les premiers employés du
ministère ne se montraient généralement pas
avant huit heures, au plus tôt.
— Bien, dit Hermione en consultant sa montre.
Elle devrait être là dans cinq minutes. Dès que je
l’aurai stupéfixée…
— Hermione, on sait, l’interrompit Ron d’un
ton sévère. Et je croyais qu’on devait ouvrir la
porte avant qu’elle arrive ?
Hermione poussa un petit cri.
— J’ai failli oublier ! Reculez-vous…
Juste à côté d’eux, la porte d’une issue de
secours, couverte de graffiti, était fermée par un
cadenas. Hermione pointa sa baguette et le

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 392 / 1250
panneau métallique s’ouvrit avec fracas. Comme
ils le savaient déjà, grâce à leurs repérages
méticuleux, le couloir sombre qui se trouvait
derrière menait à un théâtre vide. Hermione tira la
porte vers elle pour qu’elle paraisse toujours
fermée.
— Maintenant, dit-elle, en se tournant vers les
deux autres, on remet la cape d’invisibilité…
— … et on attend, acheva Ron qui regarda
Harry, les yeux au ciel, en jetant la cape sur la tête
d’Hermione comme une housse sur la cage d’une
perruche.
Une minute plus tard, environ, il y eut un pop !
à peine audible et une petite sorcière du ministère,
les cheveux gris flottant au vent, transplana à
quelques dizaines de centimètres d’eux, le regard
un peu ébloui par la clarté soudaine. Le soleil
venait de sortir d’un nuage, mais elle n’eut pas le
temps de profiter de cette tiédeur inattendue, car
le sortilège de Stupéfixion qu’Hermione lui jeta
silencieusement la frappa en pleine poitrine et la
fit basculer en arrière.
— Joli coup, Hermione, apprécia Ron en
émergeant de derrière une poubelle, à côté de
l’entrée du théâtre, tandis que Harry enlevait la
cape d’invisibilité.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 393 / 1250
Tous trois portèrent la petite sorcière dans le
couloir obscur qui donnait accès aux coulisses.
Hermione arracha quelques cheveux à la sorcière
et les ajouta à un flacon de Polynectar couleur de
boue qu’elle avait pris dans son sac en perles. Ron
fouilla dans le petit sac à main de l’employée du
ministère.
— C’est Mafalda Hopkrik, dit-il en lisant une
petite carte qui identifiait leur victime comme
assistante au Service des usages abusifs de la
magie. Tu ferais bien de garder ça, Hermione, et
voici les jetons.
Il lui donna plusieurs petites pièces d’or toutes
gravées des lettres M.d . l.M . qu’il avait prises dans
le sac de la sorcière.
Hermione but le Polynectar, qui avait à présent
une agréable couleur de tournesol, et en quelques
secondes se transforma en sosie de Mafalda
Hopkrik. Elle prit les lunettes de la sorcière pour
les mettre sur son nez, et Harry consulta sa
montre.
— On est en retard. Mr Maintenance Magique
va arriver d’une seconde à l’autre.
Ils se dépêchèrent de refermer la porte du
théâtre sur la vraie Mafalda. Harry et Ron
s’enveloppèrent de la cape d’invisibilité mais

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 394 / 1250
Hermione resta bien en vue et attendit. Quelques
secondes plus tard, il y eut un nouveau pop ! et un
petit sorcier à tête de fouine apparut devant eux.
— Ah, bonjour, Mafalda.
— Bonjour ! dit Hermione d’une voix
tremblante. Comment ça va, aujourd’hui ?
— Pas si bien que ça, répondit le petit sorcier,
l’air très abattu.
Hermione et le sorcier se dirigèrent vers la rue
principale. Harry et Ron les suivirent à pas feutrés.
— Je suis navrée que tu n’aies pas le moral,
lança Hermione, couvrant délibérément la voix du
petit sorcier qui tentait de lui exposer ses
problèmes.
Il était essentiel de l’empêcher d’atteindre la
rue.
— Tiens, prends un bonbon.
— Hein ? Oh, non merci…
— J’insiste ! dit Hermione d’un ton agressif en
agitant le sac de pastilles devant son nez.
Un peu inquiet, le petit sorcier en prit une.
L’effet fut instantané. Dès l’instant où la pastille
toucha sa langue, l’homme fut saisi de
vomissements tellement violents qu’il ne
remarqua même pas qu’Hermione lui arrachait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 395 / 1250
une touffe de cheveux.
— Oh, mon Dieu ! s’exclama-t-elle, tandis que le
sorcier continuait de vomir par terre. Tu ferais
peut-être mieux de prendre un jour de congé !
— Non… Non ! s’étrangla-t-il, secoué de haut-
le-cœur, en essayant de poursuivre son chemin
bien qu’il fût incapable de marcher droit.
Aujourd’hui… je dois… dois aller…
— Voyons, c’est stupide ! reprit Hermione,
alarmée. Tu ne peux pas travailler dans cet état. Je
crois que tu devrais filer à Ste Mangouste pour
qu’ils voient ce que tu as !
Le sorcier, hoquetant, tomba à quatre pattes et
s’efforça malgré tout de ramper vers la rue
principale.
— Tu ne vas pas aller au travail comme ça !
s’écria Hermione.
Il finit par entendre raison et parvint à se
relever tant bien que mal en se cramponnant au
bras d’Hermione, dégoûtée. Lorsqu’il fut debout, il
tourna sur place et disparut, ne laissant derrière
lui que son sac, dont Ron s’était emparé en le lui
arrachant des mains, et quelques giclées de
vomissures.
— Beurk, dit Hermione, les pans de sa robe
relevés pour éviter les mares de saleté. Il aurait été

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 396 / 1250
plus propre de le stupéfixer aussi.
— Oui, admit Ron qui sortit de sous la cape en
tenant le sac du sorcier. Mais je persiste à croire
qu’un tas de corps inconscients aurait un peu trop
attiré l’attention. En tout cas, il tenait à aller
travailler, celui-là. Donne-nous les cheveux et la
potion.
Quelques minutes plus tard, Ron avait la même
petite taille, la même tête de fouine, que le sorcier
malade et il s’était habillé de la robe bleu marine
qu’il avait trouvée pliée dans le sac.
— Bizarre qu’il ne l’ait pas portée sur lui
aujourd’hui, vu sa hâte à vouloir travailler. En tout
cas, d’après l’étiquette cousue dans le dos, je suis
Reg Cattermole.
— Alors, tu restes ici, dit Hermione à Harry,
toujours caché sous la cape d’invisibilité, et on
reviendra t’apporter quelques cheveux.
Il dut attendre dix minutes qui lui semblèrent
infiniment plus longues, tournant en rond dans la
ruelle souillée de vomissures, à côté de la porte
derrière laquelle était dissimulée Mafalda,
stupéfixée. Enfin, Ron et Hermione réapparurent.
— On ne sait pas qui c’est, annonça Hermione
en donnant à Harry quelques cheveux noirs et
bouclés, mais il est rentré chez lui avec d’horribles

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 397 / 1250
saignements de nez ! Tiens, comme il est très
grand, il te faudra une robe plus ample…
Elle sortit quelques-unes des vieilles robes de
sorcier que Kreattur avait spécialement lavées
pour eux et Harry s’éloigna pour boire la potion et
se changer.
Une fois la douloureuse transformation
achevée, il mesurait plus d’un mètre quatre-vingts
et les muscles puissants qu’il sentait dans ses bras
laissaient deviner qu’il était solidement bâti. Il
avait également une barbe. Rangeant sa cape
d’invisibilité et ses lunettes sous sa nouvelle robe,
il rejoignit les deux autres.
— Nom d’une gargouille, ça fait peur, s’exclama
Ron en levant les yeux vers Harry, qui le dominait
à présent de toute sa taille.
— Prends un des jetons de Mafalda, dit
Hermione à Harry. Et allons-y, il est presque
l’heure.
Ils sortirent ensemble de la ruelle. Cinquante
mètres plus loin, sur le trottoir bondé, des grilles
noires et pointues encadraient deux escaliers, l’un
portant l’écriteau « Messieurs », l’autre
« Dames ».
— À tout à l’heure, dit Hermione, un peu
nerveuse, avant de descendre d’un pas chancelant

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 398 / 1250
les marches réservées aux dames.
Harry et Ron se joignirent à un groupe
d’hommes étrangement habillés qui descendaient
dans ce qui apparut comme des toilettes
publiques, au sol recouvert d’un carrelage crasseux
noir et blanc.
— Bonjour, Reg ! lança un autre sorcier, vêtu lui
aussi d’une robe bleu marine.
Il entra dans une cabine en insérant un jeton
doré dans une fente de la porte.
— C’est vraiment la galère, ce truc, tu ne
trouves pas ? Nous obliger à passer par là pour
aller travailler ! Qu’est-ce qu’ils s’imaginent ? Que
Harry Potter va débarquer ici ?
Le sorcier éclata d’un grand rire, amusé par sa
propre plaisanterie. Ron se força à glousser.
— Ouais, dit-il, vraiment idiot, hein ?
Harry et lui entrèrent dans des cabines
contiguës. Harry entendait des bruits de chasse
d’eau de tous les côtés. Il s’accroupit et jeta un
coup d’œil sous la cloison qui séparait sa cabine de
celle de droite, juste à temps pour voir une paire
de pieds bottés grimper dans le siège des toilettes.
Il tourna la tête à gauche et aperçut Ron qui le
regardait d’un air effaré.
— Il faut qu’on monte là-dedans et qu’on tire la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 399 / 1250
chasse d’eau ? chuchota-t-il.
— On dirait, oui, répondit Harry dans un
murmure.
Sa voix était devenue grave et rocailleuse.
Ils se relevèrent tous deux. Se sentant
particulièrement idiot, Harry mit les deux pieds
dans la cuvette.
Il sut tout de suite qu’il avait eu raison. Bien
qu’il fût apparemment debout dans l’eau, ses
pieds, ses chaussures et le bas de sa robe étaient
restés parfaitement secs. Il leva le bras, tira la
chaîne et fut précipité dans un petit toboggan dont
il sortit par une cheminée du ministère de la
Magie.
Il se remit debout avec des gestes maladroits,
gêné par un corps beaucoup plus volumineux qu’à
l’ordinaire. Le grand atrium semblait plus sombre
que dans ses souvenirs. Auparavant, une fontaine
d’or occupait le centre du hall, projetant des reflets
de lumière scintillante sur les murs lambrissés et
le parquet de bois poli. À présent, une gigantesque
statue de pierre noire dominait le décor. C’était
une grande sculpture, assez effrayante,
représentant une sorcière et un sorcier assis sur
des trônes ouvragés. Les deux figures regardaient
de haut les employés du ministère qui tombaient

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 400 / 1250
des cheminées. Gravés au bas de la sculpture, en
lettres d’une trentaine de centimètres de hauteur,
on lisait ces mots : LA MAGIE EST PUISSANCE.
Harry reçut un coup violent à l’arrière de la
jambe : un autre sorcier venait d’être projeté hors
de la cheminée, derrière lui.
— Dégagez, là, vous ne pouvez pas faire att …
oh, désolé, Runcorn !
Visiblement effrayé, un sorcier au front dégarni
s’éloigna en hâte. L’homme dont Harry avait pris
la place, le dénommé Runcorn, semblait intimider
ses collègues.
— Psst ! dit une voix.
Il se retourna et vit une petite sorcière frêle,
accompagnée d’un sorcier à tête de fouine du
Service de la maintenance, lui faire signe de loin, à
côté de la statue. Harry se dépêcha de les
rejoindre.
— Tu as réussi à entrer sans difficulté ?
chuchota Hermione à Harry.
— Non, il est toujours coincé dans la cuvette,
répliqua Ron.
— Oh, très drôle… C’est horrible, hein ? dit-elle
à Harry qui avait levé la tête et contemplait la
statue. Tu as vu sur quoi ils sont assis ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 401 / 1250
Harry regarda plus attentivement et s’aperçut
que ce qu’il avait pris pour des trônes ouvragés
était en fait un entassement d’êtres humains
sculptés : des centaines et des centaines de corps
nus d’hommes, de femmes, d’enfants, aux visages
laids et stupides, étaient serrés les uns contre les
autres, dans des poses contournées, pour
supporter le poids des sorciers élégamment vêtus
de leurs robes.
— Des Moldus, murmura Hermione. Remis à
leur place. Venez, on y va.
Ils se mêlèrent au flot des sorcières et des
sorciers qui se dirigeaient vers les grandes portes
d’or, à l’extrémité du hall. Ils regardèrent autour
d’eux le plus discrètement possible, mais ne virent
pas la silhouette caractéristique de Dolores
Ombrage. Après avoir franchi les portes, ils
pénétrèrent dans un hall plus petit où des queues
s’étaient formées devant une vingtaine de grilles
d’or dont chacune donnait accès à un ascenseur. À
peine s’étaient-ils joints à la file d’attente la plus
proche qu’une voix appela :
— Cattermole !
Ils jetèrent un coup d’œil derrière eux et Harry
en eut l’estomac retourné. L’un des Mangemorts
qui avaient assisté à la mort de Dumbledore

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 402 / 1250
s’avançait à grands pas. À côté d’eux, les autres
employés firent aussitôt silence, les yeux baissés.
Harry sentit une onde de peur les traverser.
L’expression renfrognée du nouveau venu, son
visage aux traits quelque peu grossiers,
contrastaient d’une certaine manière avec sa robe
magnifique, longue et ample, abondamment
brodée de fils d’or. Quelqu’un, dans la foule qui
attendait les ascenseurs, lança d’un ton
flagorneur :
— Bonjour, Yaxley !
Mais Yaxley ne lui prêta aucune attention.
— J’ai demandé qu’on m’envoie quelqu’un de la
maintenance pour arranger mon bureau,
Cattermole. Il pleut toujours à l’intérieur.
Ron regarda autour de lui comme s’il espérait
que quelqu’un d’autre allait intervenir, mais
personne ne dit un mot.
— Il pleut… dans votre bureau ? C’est… c’est
embêtant, non :
Ron eut un petit rire nerveux. Yaxley écarquilla
les yeux.
— Vous trouvez ça drôle, Cattermole, ça vous
fait rire ? Deux sorcières quittèrent la file d’attente
et s’éloignèrent précipitamment.
— Non, dit Ron, non, bien sûr…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 403 / 1250
— Vous savez que je m’apprête à descendre
pour interroger votre épouse, Cattermole ?
D’ailleurs, je suis très surpris que vous ne soyez
pas en bas, auprès d’elle, pour lui tenir la main
pendant qu’elle attend. Vous l’avez déjà passée par
profits et pertes ? C’est sans doute plus sage. La
prochaine fois, vous veillerez à épouser une femme
de sang pur.
Hermione avait laissé échapper un petit
couinement horrifié. Yaxley la regarda. Elle toussa
faiblement et se détourna.
— Je… je…, balbutia Ron.
— Si mon épouse était accusée d’être une Sang-
de-Bourbe, reprit Yaxley – bien qu’une femme que
j’aurais épousée ne puisse jamais être confondue
avec une telle vermine –, et que le directeur du
Département de la justice magique me demande
de faire un travail, je considérerais cette tâche
comme une priorité, Cattermole. Me suis-je bien
fait comprendre ?
— Oui, murmura Ron.
— Alors, allez-y, Cattermole, et si mon bureau
n’est pas parfaitement sec dans une heure, le
Statut du sang de votre femme deviendra encore
plus douteux qu’auparavant.
La grille dorée s’ouvrit devant eux dans un bruit

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 404 / 1250
métallique. Avec un signe de tête et un sourire
déplaisant à l’adresse de Harry qui était censé
apprécier le traitement infligé à Cattermole,
Yaxley se dirigea à grands pas vers un autre
ascenseur. Harry, Ron et Hermione entrèrent dans
leur cabine mais personne ne les suivit : on aurait
dit qu’ils étaient devenus contagieux. Les grilles se
refermèrent dans un cliquetis et l’ascenseur
commença à monter.
— Qu’est-ce que je vais faire ? demanda aussitôt
Ron aux deux autres.
Il paraissait atterré.
— Si je n’y vais pas, ma femme… je veux dire la
femme de Cattermole…
— On va venir avec toi, il faut qu’on reste
ensemble…, commença Harry, mais Ron hocha
frénétiquement la tête.
— Ce serait de la folie, on n’a pas beaucoup de
temps. Vous deux, vous cherchez Ombrage, moi, je
vais réparer le bureau de Yaxley. Mais comment je
vais faire pour empêcher de pleuvoir ?
— Essaye Finite incantatem , conseilla
Hermione, ça devrait arrêter la pluie si elle est
causée par un maléfice ou un enchantement. Si ça
ne marche pas c’est qu’il y a eu une anomalie dans
un charme atmosphérique, ce qui sera plus

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 405 / 1250
difficile à réparer. Dans ce cas, comme mesure
provisoire, tu peux essayer Impervius pour
protéger ses affaires…
— Répète-moi ça lentement…, dit Ron, fouillant
désespérément dans ses poches à la recherche
d’une plume.
Mais au même moment, l’ascenseur
s’immobilisa dans une vibration métallique. Une
voix de femme désincarnée annonça :
— Niveau quatre, Département de contrôle et
de régulation des créatures magiques, section des
animaux, êtres et esprits, Bureau de liaison des
gobelins, Agence de conseil contre les nuisibles.
Les grilles se rouvrirent, laissant entrer deux
sorciers et plusieurs avions en papier d’une
couleur violet pâle, qui voletèrent autour de la
lampe, au plafond de la cabine.
— Bonjour, Albert, dit un homme à la
moustache broussailleuse en souriant à Harry.
Il jeta un coup d’œil à Ron et à Hermione tandis
que l’ascenseur reprenait sa course dans un
grincement. Hermione chuchotait précipitamment
des instructions à Ron. Le sorcier se pencha alors
vers Harry, le regard en biais, et marmonna :
— Dirk Cresswell, hein ? Du Bureau de liaison
des gobelins ? Bien joué, Albert. Je suis presque

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 406 / 1250
sûr d’avoir son poste, maintenant !
Il lui adressa un clin d’œil. Harry répondit par
un sourire, espérant que ce serait suffisant.
L’ascenseur s’arrêta. Les grilles s’ouvrirent à
nouveau.
— Niveau deux, Département de la justice
magique, Service des usages abusifs de la magie,
Quartier général des Aurors, Services
administratifs du Magenmagot, annonça la voix
désincarnée.
Harry vit Hermione pousser légèrement Ron
qui se hâta de sortir de l’ascenseur, suivi par les
deux autres sorciers. Harry et Hermione restèrent
seuls. Dès que la porte dorée se fut refermée,
Hermione dit très vite :
— En fait, Harry, il vaudrait mieux que j’y aille
avec lui. Il n’y connaît rien et si jamais il se fait
prendre, tout va…
— Niveau un, ministre de la Magie et cabinet du
ministre.
Lorsque les grilles dorées s’écartèrent une
nouvelle fois, Hermione eut un haut-le-corps.
Quatre personnes se tenaient devant eux, deux
d’entre elles absorbées dans leur conversation : un
sorcier aux cheveux longs, vêtu d’une magnifique
robe noir et or, et une sorcière trapue qui

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 407 / 1250
ressemblait à un crapaud et portait un nœud de
velours dans ses cheveux courts. Elle tenait un
bloc-notes serré contre sa poitrine.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 408 / 1250
13
L A C OMMISSION D ’ ENREGISTREMENT
DES NÉS -M OLDUS
h, Mafalda ! dit Ombrage en voyant
Hermione. C’est Travers qui vous a
envoyée, n’est-ce pas ?— A
— Ou… oui, couina Hermione.
— Très bien, vous ferez ça parfaitement.
Ombrage s’adressa au sorcier vêtu de noir et or.
— Voilà un problème résolu, monsieur le
ministre. S’il est possible de transférer Mafalda
pour qu’elle consigne les interrogatoires, nous
pourrons commencer tout de suite.
Elle consulta son bloc-notes.
— Dix personnes aujourd’hui et l’une d’elles est
la femme d’un de nos employés ! Vous vous rendez
compte… même ici, en plein cœur du ministère !
Elle pénétra dans la cabine, à côté d’Hermione,
suivie par les deux autres sorciers qui avaient

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 409 / 1250
écouté sa conversation avec le ministre.
— Nous allons descendre directement, Mafalda,
vous trouverez tout ce dont vous aurez besoin dans
la salle d’audience. Bonjour, Albert, vous ne vous
arrêtez pas à cet étage ?
— Si, bien sûr, répondit Harry avec la voix
grave de Runcorn.
Il sortit de la cabine et les grilles dorées se
refermèrent derrière lui dans un cliquetis. Jetant
un regard par-dessus son épaule, il vit Hermione,
le visage anxieux, disparaître dans les
profondeurs, encadrée de deux sorciers de haute
taille, le nœud en velours d’Ombrage lui arrivant à
l’épaule.
— Qu’est-ce qui vous amène ici, Runcorn ?
demanda le nouveau ministre de la Magie.
Sa barbe et ses longs cheveux noirs étaient
parsemés d’argent et son grand front bombé
projetait une ombre sur ses yeux étincelants.
Harry eut l’impression de voir un crabe qui le
regardait sous un rocher.
— J’avais un mot à dire à…
Harry hésita pendant une fraction de seconde.
— Arthur Weasley. Quelqu’un m’a dit qu’il était
au niveau un.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 410 / 1250
— Ah, dit Pius Thicknesse. L’aurait-on surpris à
entrer en contact avec un Indésirable ?
— Non, répondit Harry, la gorge sèche. Non,
non, il ne s’agit pas de ça.
— Oh, ce n’est qu’une question de temps, assura
Thicknesse. Si vous voulez mon avis, les traîtres à
leur sang sont aussi détestables que les Sang-de-
Bourbe. Bonne journée, Runcorn.
— Bonne journée, monsieur le ministre.
Harry regarda Thicknesse s’éloigner le long du
couloir au sol recouvert d’une épaisse moquette.
Dès que le ministre fut hors de vue, Harry tira de
sous sa lourde cape noire sa cape d’invisibilité
dont il s’enveloppa, et suivit le couloir dans la
direction opposée. Runcorn était si grand que
Harry devait se baisser pour être sûr que ses pieds
ne dépassent pas de la cape.
Il sentit la panique lui contracter l’estomac. À
mesure qu’il passait devant une succession de
portes en bois verni – chacune portant une petite
plaque qui indiquait le nom et la fonction de
l’occupant du bureau –, la puissance du ministère,
sa complexité, son impénétrabilité s’imposaient à
lui avec une telle force que le plan mis au point
avec Ron et Hermione au cours des quatre
dernières semaines lui parut soudain d’une

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 411 / 1250
puérilité risible. Tous leurs efforts avaient consisté
à trouver un moyen d’entrer sans être repérés : ils
n’avaient jamais pensé à ce qu’ils devraient faire si
jamais ils étaient obligés de se séparer. À présent,
Hermione se retrouvait coincée dans une salle
d’audience à jouer les greffières, ce qui lui
prendrait sûrement des heures, Ron se débattait
avec des formules magiques dont Harry était sûr
qu’elles le dépassaient – la liberté d’une femme
dépendant peut-être du résultat – et lui-même
errait dans les couloirs du dernier étage tout en
sachant parfaitement que sa proie venait de
descendre dans l’ascenseur.
Il s’arrêta, s’appuya contre un mur et s’efforça
de prendre une décision. Le silence l’oppressait.
Ici, il n’y avait aucune agitation, personne ne
courait d’un air affairé. Les couloirs à la moquette
pourpre étaient aussi feutrés que si on y avait jeté
le sortilège d’ Assurdiato .
« Son bureau doit se trouver à cet étage »,
songea Harry.
Il semblait très improbable qu’Ombrage garde
ses bijoux dans son bureau mais d’un autre côté, il
aurait été idiot de ne pas le fouiller pour s’en
assurer. Il repartit donc le long du couloir sans
croiser personne, à part un sorcier aux sourcils

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 412 / 1250
froncés, murmurant des instructions à une plume
qui flottait devant lui en écrivant sur un morceau
de parchemin.
Harry, qui lisait à présent les plaques fixées aux
portes, tourna un coin de mur. Au milieu du
couloir suivant, il se retrouva dans un vaste espace
ouvert, où une douzaine de sorcières et de sorciers
étaient assis côte à côte devant de petits bureaux
assez semblables à des pupitres d’écoliers, mais
aux surfaces mieux polies et dépourvues de
graffiti. Harry s’arrêta pour les observer : le
spectacle avait quelque chose de fascinant. Ils
agitaient leurs baguettes à l’unisson, la tournant
entre leurs doigts, et des carrés de papier coloré
volaient en tous sens, tels de petits cerfs-volants
roses. Harry se rendit bientôt compte que ce
manège répondait à un certain rythme, que les
papiers suivaient la même trajectoire et au bout de
quelques secondes, il comprit qu’il assistait à la
fabrication d’une brochure dont les papiers
constituaient les pages. Une fois assemblées,
pliées et collées par magie, elles se déposaient en
piles bien nettes à côté de chaque sorcier.
Harry s’approcha en silence, mais les employés
affairés étaient de toute façon si absorbés par leur
tâche qu’ils n’auraient pu entendre le bruit de ses
pas étouffés par la moquette. Il parvint ainsi à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 413 / 1250
subtiliser l’une des brochures en la prenant sur
une pile posée à côté d’une jeune sorcière et
l’examina sous sa cape d’invisibilité. Sa couverture
rose était gravée d’un titre en lettres d’or :
LES SANG-DE-BOURBE
ET LES DANGERS QU’ILS REPRÉSENTENT
POUR UNE SOCIÉTÉ
DE SANG-PUR DÉSIREUX DE VIVRE EN PAIX
Sous le titre, on voyait l’image d’une rose rouge
avec, au milieu de ses pétales, un visage
minaudant, étranglé par une liane verte aux dents
pointues, à l’air sinistre. La brochure ne portait
pas de nom d’auteur mais, cette fois encore, les
cicatrices sur le dos de sa main droite le picotèrent
quand il contempla la couverture. La jeune
sorcière confirma ses soupçons lorsqu’elle déclara,
sans cesser d’agiter et de tourner sa baguette :
— Est-ce que quelqu’un sait si la vieille harpie
va passer toute la journée à interroger des Sang-
de-Bourbe ?
— Attention à ce que tu dis, répliqua le sorcier
assis à côté d’elle en jetant autour de lui des
regards inquiets.
L’une de ses pages glissa et tomba par terre.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 414 / 1250
— Tu crois qu’elle a aussi des oreilles magiques,
en plus de son œil ?
La sorcière fit un signe de tête vers la porte
d’acajou verni, face à l’endroit où travaillaient les
fabricants de brochures. Harry regarda à son tour
et sentit la rage se lever en lui comme un serpent
prêt à l’attaque. À l’endroit où l’on mettait
généralement un judas sur les portes de Moldus,
un gros œil rond à l’iris d’un bleu vif avait été serti
dans le bois. Un œil qui aurait paru horriblement
familier à quiconque avait connu Alastor Maugrey.
Pendant une fraction de seconde, Harry oublia
où il était et ce qu’il était venu y faire. Il oublia
même qu’il était invisible. Il s’avança droit vers la
porte et regarda l’œil de près. Il ne bougeait pas,
tourné vers le plafond, figé, le regard aveugle. Au-
dessous une plaque indiquait :
DOLORES OMBRAGE
SOUS-SECRÉTAIRE D’ÉTAT AUPRÈS DU
MINISTRE
Un peu plus bas, une nouvelle plaque plus
brillante précisait :

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 415 / 1250
DIRECTRICE DE LA COMMISSION
D’ENREGISTREMENT DES NÉS-MOLDUS
Harry se tourna à nouveau vers les douze
fabricants de brochures. Même s’ils étaient très
concentrés sur leur travail, il ne pouvait imaginer
qu’ils ne remarqueraient rien si la porte d’un
bureau vide s’ouvrait toute seule devant eux. Il
sortit alors d’une poche intérieure un étrange objet
doté de petites pattes remuantes et d’un corps en
forme de trompe d’automobile, avec une poire en
caoutchouc. S’accroupissant sous la cape, il posa
par terre le Leurre Explosif.
L’objet fila aussitôt vers les jambes des sorciers
qui se trouvaient devant lui. Harry attendit, la
main posée sur la poignée de la porte. Quelques
instants plus tard, une forte détonation retentit et
un gros nuage de fumée âcre et noire s’éleva dans
un coin. La jeune sorcière du premier rang poussa
un cri perçant. Des pages roses volèrent de tous
côtés et ses collègues bondirent de leurs chaises,
cherchant autour d’eux l’origine de l’explosion.
Harry tourna la poignée, entra dans le bureau
d’Ombrage et referma la porte derrière lui.
Il eut l’impression d’avoir remonté le temps. La
pièce était exactement semblable au bureau

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 416 / 1250
d’Ombrage à Poudlard : des étoffes agrémentées
de dentelles, des napperons et des fleurs séchées
couvraient chaque surface disponible. Les murs
étaient décorés des mêmes assiettes ornementales,
chacune représentant un chaton aux couleurs
vives, le cou entouré d’un ruban, qui gambadait et
folâtrait dans des images d’une écœurante
mièvrerie. Un tissu à fleurs bordé de volants
recouvrait le bureau. Derrière l’œil de Maugrey
était fixé un mécanisme télescopique qui
permettait à Ombrage d’espionner les employés,
de l’autre côté de la porte. Harry y jeta un coup
d’œil et les vit tous regroupés autour du Leurre
Explosif. Il arracha le télescope de la porte,
laissant un trou dans le bois, ôta l’œil magique et
le rangea dans sa poche. Puis il se tourna vers le
centre de la pièce, leva sa baguette et murmura :
— Accio médaillon.
Rien ne se produisit mais il s’y était attendu.
Ombrage devait connaître tous les sortilèges et
charmes de protection. Il se précipita alors
derrière le bureau et ouvrit les tiroirs. Il y trouva
des plumes, des carnets, du Sorcier Collant, des
trombones ensorcelés, lovés comme des serpents,
qu’il fallait frapper pour les empêcher d’attaquer,
une petite boîte tarabiscotée, recouverte de
dentelles, pleine de nœuds et de pinces pour les

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 417 / 1250
attacher dans les cheveux. Mais pas la moindre
trace de médaillon.
Derrière le bureau se trouvait également une
armoire de rangement que Harry entreprit de
fouiller. Tout comme les armoires de Rusard à
l’école, elle était remplie de classeurs dont chacun
portait un nom inscrit sur une étiquette. Lorsqu’il
arriva au tiroir du bas, Harry découvrit quelque
chose qui le détourna de ses recherches : le dossier
de Mr Weasley.
Il le sortit et l’ouvrit.
ARTHUR WEASLEY
STATUT DU SANG :
Sang-Pur mais manifeste une
attirance inacceptable pour les
Moldus. Connu pour être
membre de l’Ordre du Phénix.
FAMILLE :
Marié (épouse Sang-Pur), sept
enfants, les deux plus jeunes à
Poudlard.
NB : Le plus jeune fils est

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 418 / 1250
actuellement alité chez lui, en
raison d’une grave maladie
confirmée par les inspecteurs.
STATUT SÉCURITÉ :
ÉTROITEMENT SURVEILLÉ.
Tous ses déplacements sont sous
contrôle. Forte probabilité que
Indésirable n°1 entre en contact
avec lui (il a déjà séjourné dans
la famille Weasley).
— Indésirable n°1, marmonna Harry en
remettant en place le dossier de Mr Weasley dans
le tiroir qu’il referma.
L’identité de celui qu’on appelait ainsi ne faisait
guère de doute à ses yeux et en effet, lorsqu’il se
releva et jeta un regard autour de lui, il vit sur le
mur une affiche qui le représentait avec la mention
INDÉSIRABLE N°1 en travers de la poitrine. Un
petit papier rose, orné dans un coin d’une image
de chaton, y était collé. Harry s’approcha et lut, de
l’écriture d’Ombrage : « À punir. »
Plus furieux que jamais, il tâtonna au fond des
vases et des paniers de fleurs séchées mais ne
s’étonna pas de ne pas y trouver le médaillon. Il

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 419 / 1250
promena une dernière fois son regard sur le
bureau et sentit soudain son cœur faire un bond.
Dumbledore le dévisageait dans un petit miroir
rectangulaire posé sur l’étagère d’une
bibliothèque, à côté du bureau.
Harry se précipita à l’autre bout de la pièce et
s’en saisit. Mais dès qu’il eut posé la main dessus,
il s’aperçut qu’il ne s’agissait pas du tout d’un
miroir. Dumbledore lui souriait avec mélancolie
sur la couverture glacée d’un livre. Harry n’avait
pas tout de suite remarqué les lettres vertes et
rondes tracées sur son chapeau : Vie et mensonges
d’Albus Dumbledore, ni celles légèrement plus
petites en travers de sa poitrine : par Rica Skeeter,
auteur du best-seller Armando Dippet : maître ou
crétin ?
Harry ouvrit le livre au hasard et tomba sur la
photo en pleine page de deux adolescents qui
riaient de bon cœur en se tenant par les épaules.
Dumbledore, dont les cheveux lui arrivaient
jusqu’aux coudes, s’était fait pousser une
minuscule barbiche semblable à celle que Ron
avait trouvée si ridicule sur le menton de Krum. Le
garçon qui éclatait d’un rire silencieux à côté de
Dumbledore avait un air joyeux, et même
déchaîné. Ses cheveux tombaient en boucles
blondes sur ses épaules et Harry se demanda si

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 420 / 1250
c’était le jeune Doge, mais avant qu’il ait pu lire la
légende, la porte du bureau s’ouvrit.
Si Thicknesse n’avait pas jeté un coup d’œil par-
dessus son épaule au moment d’entrer, Harry
n’aurait pas eu le temps de se cacher sous la cape
d’invisibilité. Peut-être le ministre avait-il aperçu
quelque chose car, pendant un instant, il resta
parfaitement immobile, son regard curieux fixé
sur l’endroit d’où Harry venait de disparaître.
Estimant qu’il avait sans doute vu Dumbledore se
gratter le nez sur la couverture du livre que Harry
avait précipitamment reposé sur l’étagère, il
s’approcha du bureau et pointa sa baguette sur la
plume plantée dans l’encrier. Elle bondit aussitôt
sur une feuille et se mit à griffonner un mot pour
Ombrage. Très lentement, osant à peine respirer,
Harry sortit du bureau à reculons en direction du
grand espace qui s’étendait de l’autre côté de la
porte.
Les fabricants de brochures étaient toujours
rassemblés autour des restes du Leurre Explosif,
qui continuait d’émettre de faibles coups de
Klaxon en laissant échapper de la fumée. Harry se
rua dans le couloir tandis que la jeune sorcière
disait à ses collègues :
— Je parie que ce truc-là s’est échappé de la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 421 / 1250
Commission des sortilèges expérimentaux, ils sont
tellement négligents, vous vous souvenez du
canard venimeux ?
Se dirigeant en hâte vers les ascenseurs, Harry
révisa son plan. Il était très peu probable que le
médaillon se trouve ici, au ministère, et tant
qu’elle resterait dans une salle d’audience bondée,
il n’y avait aucun espoir de soumettre Ombrage à
un sortilège qui la forcerait à révéler l’endroit où
elle l’avait caché. Leur priorité à présent était de
quitter le ministère avant d’être découverts et de
refaire une tentative un autre jour. Tout d’abord, il
devait retrouver Ron, ensuite, tous deux
chercheraient un moyen de sortir Hermione de la
salle d’audience.
Lorsque l’ascenseur arriva à l’étage, il était vide.
Harry sauta dans la cabine et ôta sa cape
d’invisibilité pendant la descente. À son grand
soulagement, quand l’ascenseur s’arrêta au niveau
deux, dans son habituel bruit de ferraille, Ron,
trempé et le regard effaré, se précipita à l’intérieur.
— Bon… Bonjour, balbutia-t-il au moment où
l’ascenseur se remettait en marche.
— Ron, c’est moi, Harry !
— Harry ! Par Merlin, j’avais oublié que tu avais
cette tête-là. Pourquoi Hermione n’est-elle pas

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 422 / 1250
avec toi ?
— Elle a été obligée de descendre dans les salles
d’audience avec Ombrage, elle ne pouvait pas
refuser, et…
Mais avant que Harry ait pu finir sa phrase,
l’ascenseur s’arrêta à nouveau. Les grilles
s’ouvrirent et Mr Weasley pénétra dans la cabine,
en compagnie d’une sorcière âgée dont les cheveux
blonds étaient arrangés en un chignon si haut qu’il
ressemblait à une fourmilière.
— Je comprends très bien ce que vous dites,
Wakanda, mais j’ai bien peur de ne pouvoir
participer à…
Mr Weasley s’interrompit. Il venait de
remarquer la présence de Harry. Celui-ci éprouva
une impression très étrange lorsqu’il vit que
Mr Weasley le regardait avec une véritable
aversion. Les portes de l’ascenseur se refermèrent
et la cabine reprit sa descente poussive en
emportant ses quatre occupants.
— Ah, bonjour, Reg, dit Mr Weasley qui s’était
retourné en entendant le bruit des gouttes d’eau
qui tombaient avec régularité de la robe de Ron.
Ce n’est pas aujourd’hui qu’on devait interroger
votre épouse ? Heu… Que vous est-il arrivé ?
Pourquoi êtes-vous tout mouillé ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 423 / 1250
— Il pleut dans le bureau de Yaxley, répondit
Ron.
Il s’était adressé à l’épaule de Mr Weasley.
Harry était sûr qu’il craignait d’être reconnu par
son père si jamais ils se regardaient dans les yeux.
— Je n’ai pas réussi à arranger les choses, alors
on m’a envoyé chercher Bernie… Pillsworth, c’est
ce qu’ils ont dit, je crois…
— Oui, il y a eu beaucoup de pluie dans les
bureaux, ces temps derniers, déclara Mr Weasley.
Avez-vous essayé Meteorribilis recanto ? C’est ce
qui a marché pour Bletchley.
— Meteorribilis recanto ? murmura Ron. Non,
je n’ai pas encore essayé. Merci, pa … je veux dire
merci, Arthur.
Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent. La vieille
sorcière aux cheveux en forme de fourmilière
descendit et Ron fila à toutes jambes, passant
devant elle et disparaissant au loin. Harry
s’apprêtait à le suivre lorsque Percy Weasley,
plongé dans des papiers, entra soudain dans la
cabine et lui barra le passage.
Ce fut seulement quand les grilles se
refermèrent que Percy s’aperçut de la présence de
son père dans l’ascenseur. Il leva les yeux de ses
papiers, vit Mr Weasley, rougit comme une tomate

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 424 / 1250
et quitta la cabine dès que les portes se furent
rouvertes. Pour la deuxième fois, Harry essaya de
sortir mais ce fut le bras de Mr Weasley qui lui
barra le passage.
— Un instant, Runcorn.
Les grilles se refermèrent et tandis que
l’ascenseur poursuivait sa descente dans un bruit
de ferraille, Mr Weasley lança :
— J’ai entendu dire que vous aviez livré des
informations concernant Dirk Cresswell.
Harry eut l’impression que la désagréable
rencontre avec Percy n’était pas la moindre cause
de la colère de Mr Weasley. Il estima que la
meilleure chance de s’en sortir était de jouer les
idiots.
— Pardon ? dit-il.
— Ne faites pas semblant, Runcorn, répliqua
Mr Weasley d’un ton féroce. Vous l’avez traqué
parce qu’il a falsifié son arbre généalogique, n’est-
ce pas ?
— Je… Et alors, en admettant que ce soit vrai ?
— Eh bien, Dirk Cresswell est un sorcier dix fois
plus doué que vous, répondit Mr Weasley à mi-
voix, l’ascenseur s’enfonçant davantage vers les
étages inférieurs. Et s’il survit à Azkaban, vous
aurez des comptes à lui rendre, sans parler de sa

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 425 / 1250
femme, de ses fils et de ses amis…
— Arthur, l’interrompit Harry, vous savez que
vous êtes surveillé ?
— C’est une menace, Runcorn ? interrogea
Mr Weasley d’une voix sonore.
— Non, dit Harry, c’est un fait ! Ils épient le
moindre de vos déplacements.
Les grilles s’ouvrirent. Ils étaient arrivés à
l’atrium. Mr Weasley fusilla Harry du regard et
sortit de la cabine. Harry resta immobile, ébranlé.
Il aurait préféré prendre la place de quelqu’un
d’autre que ce Runcorn… Les portes se
refermèrent.
Harry remit sur lui la cape d’invisibilité. Il allait
essayer de faire sortir Hermione tout seul pendant
que Ron s’occupait du bureau pluvieux. Lorsque
les portes se rouvrirent, il s’avança dans un
corridor aux murs de pierre, éclairé par des
torches, très différent des couloirs lambrissés au
sol recouvert de moquette des étages supérieurs.
L’ascenseur repartit et Harry trembla légèrement
en contemplant au loin la porte noire qui marquait
l’entrée du Département des mystères.
Sa destination, cependant, n’était pas cette
porte mais l’ouverture dont il se souvenait très
bien et qui donnait, à gauche, sur une volée de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 426 / 1250
marches menant aux salles d’audience. Il les
descendit précautionneusement en réfléchissant à
ses possibilités d’action : il avait encore deux
Leurres Explosifs, mais peut-être vaudrait-il
mieux frapper tout simplement à la porte de la
salle, entrer sous l’apparence de Runcorn et
demander s’il pouvait dire quelques mots en
particulier à Mafalda. Bien sûr, il ne savait pas si
Runcorn était suffisamment important pour que
son stratagème réussisse, et même dans ce cas,
l’absence prolongée d’Hermione risquait de
déclencher des recherches avant qu’ils n’aient eu
le temps de sortir du ministère…
Perdu dans ses pensées, il ne remarqua pas tout
de suite le froid anormal qui l’enveloppa soudain,
comme s’il pénétrait dans une nappe de
brouillard. Le froid s’intensifiait à chaque pas : il
lui descendait droit dans la gorge et lui déchirait
les poumons. Il éprouva alors cette sensation
d’accablement, de désespoir, qui s’insinuait dans
son corps, l’envahissait, enflait en lui…
« Des Détraqueurs », pensa-t-il.
Lorsqu’il atteignit le bas des marches, il tourna
à droite et une vision d’épouvante s’étala sous ses
yeux. Le passage obscur, à l’extérieur des salles
d’audience, était rempli de hautes silhouettes

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 427 / 1250
noires encapuchonnées, le visage complètement
dissimulé. On n’entendait d’autre son que leur
respiration semblable à un râle. Les sorciers nés
moldus qu’on avait amenés là pour subir un
interrogatoire étaient assis, pétrifiés, tremblants,
serrés les uns contre les autres sur des bancs de
bois dur. La plupart se cachaient le visage dans les
mains, essayant peut-être instinctivement de se
protéger de la bouche avide des Détraqueurs.
Certains étaient accompagnés de leur famille,
d’autres restaient seuls. De leur pas glissant, les
Détraqueurs marchaient de long en large devant
eux et le froid, l’accablement, le désespoir
s’abattirent sur Harry comme un maléfice…
« Résiste », se dit-il à lui-même, mais il savait
qu’il ne pouvait créer un Patronus dans cet endroit
sans se démasquer instantanément et il se
contenta de poursuivre son chemin le plus
silencieusement possible. À chaque pas, son
cerveau semblait s’engourdir un peu plus, mais il
se força à penser à Hermione et à Ron, qui avaient
besoin de lui.
S’avancer au milieu de ces silhouettes noires
qui le dominaient de toute leur hauteur avait
quelque chose de terrifiant. Les visages sans
regard, cachés derrière leurs capuchons, se
tournaient vers lui sur son passage et il savait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 428 / 1250
qu’ils percevaient ses sentiments, qu’ils sentaient
en lui une présence humaine habitée par un
certain espoir, une certaine faculté de résistance…
Puis, brusquement, dans un bruit terrible qui
déchira le silence glacé, la porte de l’un des
cachots s’ouvrit à la volée sur le mur de gauche et
on entendit des cris résonner de l’autre côté :
— Non, non, je suis de sang mêlé, je suis de
sang mêlé, je vous le jure ! Mon père était un
sorcier, vous pouvez vérifier, c’était un véritable
sorcier, Arkie Alderton, un ingénieur en balais
bien connu, vérifiez, je vous dis… Lâchez-moi,
lâchez-moi…
— C’est le dernier avertissement, dit alors la
voix doucereuse d’Ombrage, amplifiée par la
magie pour couvrir les hurlements désespérés de
l’accusé. Si vous vous rebellez, vous serez soumis
au baiser du Détraqueur.
Les cris de l’homme s’évanouirent, mais des
sanglots retentirent dans le couloir.
— Emmenez-le, dit Ombrage.
Deux Détraqueurs apparurent dans
l’encadrement de la porte, leurs mains putréfiées,
couvertes de croûtes, se refermant sur les bras
d’un sorcier qui paraissait au bord de
l’évanouissement. Ils l’emmenèrent le long du

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 429 / 1250
couloir, s’éloignant de leur pas glissant, et
l’obscurité qu’ils traînaient dans leur sillage
engloutit le prisonnier.
— Suivante. Mary Cattermole, appela Ombrage.
Une petite femme se leva, tremblant de la tête
aux pieds. Ses cheveux bruns tirés en un chignon,
elle portait une longue robe très simple. Son visage
était livide et Harry la vit frissonner lorsqu’elle
passa devant les Détraqueurs.
Il réagit instinctivement, sans aucun plan
préconçu, parce qu’il ne pouvait supporter de la
voir entrer seule dans le cachot. Lorsque la porte
pivota sur ses gonds pour se refermer, il se glissa
dans la salle d’audience, derrière la femme.
Ce n’était pas la même salle que celle dans
laquelle il avait été un jour interrogé pour usage
abusif de la magie. Celle-ci était beaucoup plus
petite, bien que haute de plafond. Elle donnait
l’impression étouffante de se retrouver coincé au
fond d’un puits.
À l’intérieur, d’autres Détraqueurs projetaient
autour d’eux leur aura glaciale. Ils se tenaient
debout, telles des sentinelles sans visage, à chaque
coin de la salle, à bonne distance de l’estrade
surélevée. C’était là, derrière une balustrade,
qu’Ombrage était assise avec, d’un côté, Yaxley et,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 430 / 1250
de l’autre, Hermione dont le visage paraissait aussi
pâle que celui de Mrs Cattermole. Au pied de
l’estrade, un chat aux longs poils brillants et
argentés se promenait de long en large, allant,
venant, repartant, revenant, et Harry comprit que
sa présence était destinée à protéger les
procureurs du désespoir qui émanait des
Détraqueurs : seuls les accusés devaient le
ressentir, pas leurs accusateurs.
— Asseyez-vous, dit Ombrage de sa voix douce,
veloutée.
Mrs Cattermole avança d’un pas vacillant vers
le siège unique installé au milieu de la salle, au bas
de l’estrade. Dès qu’elle se fut assise, des chaînes
jaillirent dans un cliquetis des bras du fauteuil et
l’immobilisèrent.
— Vous vous appelez bien Mary, Elizabeth ,
Cattermole ? demanda Ombrage.
Mrs Cattermole acquiesça d’un signe de tête
tremblant.
— Épouse de Reginald Cattermole, du
Département de la maintenance magique ?
Mrs Cattermole fondit en larmes.
— Je ne sais pas où il est, il devait me retrouver
ici !
Ombrage ne lui prêta aucune attention.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 431 / 1250
— Mère de Maisie, Ellie et Alfred Cattermole ?
Mrs Cattermole sanglota de plus belle.
— Ils ont peur, ils croient que je ne vais peut-
être pas revenir…
— Épargnez-nous vos pleurnicheries, lança
Yaxley. La marmaille des Sang-de-Bourbe ne nous
inspire aucune compassion.
Les sanglots de Mrs Cattermole couvrirent les
bruits de pas de Harry qui s’approcha
précautionneusement des marches donnant accès
à l’estrade. Dès qu’il eut franchi l’endroit où
patrouillait le Patronus en forme de chat, il sentit
un changement de température : l’atmosphère
devenait tiède, agréable, dans cette partie de la
salle. Le Patronus, il en était sûr, était celui
d’Ombrage et s’il brillait d’un tel éclat, c’était
qu’elle se sentait heureuse ici, dans son élément,
appliquant des lois tordues qu’elle avait elle-même
contribué à rédiger. Lentement, avec la plus
grande prudence, il s’avança sur l’estrade, dans le
dos d’Ombrage, de Yaxley et d’Hermione, puis
s’assit sur une chaise, derrière celle-ci. Il craignait
de la faire sursauter. Tout d’abord, il pensa jeter le
sortilège d’Assurdiato sur Ombrage et Yaxley mais
le simple fait de murmurer la formule pouvait
alarmer Hermione. Ombrage haussa la voix pour

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 432 / 1250
s’adresser à Mrs Cattermole et Harry saisit alors sa
chance.
— Je suis derrière toi, murmura-t-il à l’oreille
d’Hermione.
Comme il s’y était attendu, elle sursauta si
violemment qu’elle faillit renverser la bouteille
d’encre avec laquelle elle était censée consigner
l’interrogatoire, mais Ombrage et Yaxley, tous
deux concentrés sur Mrs Cattermole, ne
remarquèrent rien.
— Aujourd’hui, à votre arrivée au ministère,
une baguette magique vous a été confisquée,
Mrs Cattermole, déclara Ombrage. Vingt et un
centimètres huit, bois de cerisier, crin de licorne.
Reconnaissez-vous cette description ?
Mrs Cattermole acquiesça d’un signe de tête,
s’essuyant les yeux à l’aide de sa manche.
— Pouvez-vous, s’il vous plaît, nous dire à quel
sorcier, ou sorcière, vous avez pris cette baguette ?
— Je… j’ai pris ? sanglota Mrs Cattermole. Je ne
l’ai pr … prise à personne. Je l… l’ai achetée quand
j’avais onze ans. Elle… elle… elle m’a choisie.
Elle pleura de plus belle.
Ombrage émit un petit rire de fillette qui donna
à Harry l’envie de l’attaquer. Elle se pencha en
avant, par-dessus la balustrade, pour mieux

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 433 / 1250
observer sa victime et un objet en or accroché à
son cou se mit alors à se balancer dans le vide : le
médaillon.
Hermione le vit et laissa échapper un petit
couinement mais Ombrage et Yaxley, absorbés par
leur proie, restaient sourds à toute autre chose.
— Non, dit Ombrage. Non, je ne crois pas,
Mrs Cattermole. Les baguettes ne choisissent que
des sorcières ou des sorciers. Or, vous n’êtes pas
une sorcière. J’ai ici les réponses au questionnaire
qui vous a été adressé… Mafalda, passez-les-moi.
Ombrage tendit sa petite main. En cet instant,
elle ressemblait tellement à un crapaud que Harry
fut surpris de voir que ses doigts courts et
boudinés n’étaient pas palmés. Hermione, sous le
choc, avait les mains qui tremblaient. Elle fouilla
maladroitement dans une pile de documents posés
en équilibre sur une chaise à côté d’elle et en retira
enfin une liasse de parchemins sur laquelle était
écrit le nom de Mrs Cattermole.
— C’est… c’est joli, ça, Dolores, dit-elle en
montrant le pendentif qui brillait sur le jabot du
chemisier d’Ombrage.
— Quoi ? répliqua Ombrage d’un ton sec. Elle
baissa les yeux.
— Ah oui, c’est un vieux souvenir de famille,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 434 / 1250
expliqua-t-elle, tapotant le médaillon qui pendait
sur son abondante poitrine. Le S est l’initiale de
Selwyn… Je suis parente des Selwyn… En fait, il
n’y a guère de familles de Sang-Pur avec lesquelles
je n’ai pas de lien de parenté… Dommage,
poursuivit-elle, tandis qu’elle feuilletait le
questionnaire rempli par Mrs Cattermole, qu’on
ne puisse en dire autant à votre sujet. Profession
des parents : marchands de fruits et légumes.
Yaxley eut un rire moqueur. Au-dessous, le chat
d’argent au pelage touffu continuait de marcher de
long en large et les Détraqueurs étaient toujours
postés aux quatre coins de la salle.
Ce fut le mensonge d’Ombrage qui fit monter le
sang à la tête de Harry et effaça en lui tout souci de
prudence. Il ne supportait pas que le médaillon,
confisqué à un petit voleur en guise de dessous-de-
table, lui serve à se vanter de sa lignée de Sang-
Pur. Il brandit sa baguette, sans même prendre la
précaution de la maintenir cachée sous sa cape
d’invisibilité et lança :
— Stupéfix !
Un éclair de lumière rouge jaillit. Ombrage
s’affaissa, son front heurtant le bord de la
balustrade. Les papiers de Mrs Cattermole
glissèrent de ses genoux et tombèrent sur le sol.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 435 / 1250
Au pied de l’estrade, le chat argenté disparut.
Aussitôt, un air glacé s’abattit sur eux comme une
rafale de vent. Yaxley, désorienté, chercha autour
de lui la source de ce désordre et vit la main sans
corps de Harry pointer sur lui une baguette
magique. Il tenta de tirer sa propre baguette, mais
trop tard.
— Stupéfix !
Yaxley s’effondra par terre, le corps
recroquevillé.
— Harry !
— Hermione, si tu crois que j’allais rester assis
là et la laisser prétendre que…
— Harry, Mrs Cattermole !
Harry fit volte-face, jetant sa cape d’invisibilité.
En bas, dans la salle, les Détraqueurs avaient
quitté leur coin et s’avançaient de leur pas glissant
vers la femme enchaînée au siège des accusés.
Était-ce parce que le Patronus avait disparu, ou
parce qu’ils avaient senti que leurs maîtres ne
contrôlaient plus la situation ? En tout cas, ils
avaient abandonné toute retenue. Mrs Cattermole
poussa un horrible cri de terreur lorsqu’une main
visqueuse, couverte de croûtes, l’attrapa par le
menton et rejeta sa tête en arrière.
— SPERO PATRONUM !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 436 / 1250
Le cerf argenté jaillit de la baguette de Harry et
bondit sur les Détraqueurs qui reculèrent et se
fondirent à nouveau dans l’ombre. Le cerf galopa
tout autour de la salle et sa clarté, plus puissante,
plus ardente que la protection du chat, réchauffa le
cachot tout entier.
— Prends l’Horcruxe, dit Harry à Hermione.
Après avoir fourré sa cape d’invisibilité dans
son sac, il dévala les marches qui descendaient de
l’estrade et s’approcha de Mrs Cattermole.
— Vous ? murmura-t-elle en le dévisageant.
Mais… mais Reg m’a dit que c’est vous qui vouliez
que je sois interrogée !
— Vraiment ? marmonna Harry qui tirait sur
les chaînes pour essayer de la libérer. Eh bien, j’ai
changé d’avis.
— Diffindo !
Mais rien ne se produisit.
— Hermione, qu’est-ce qu’il faut faire pour se
débarrasser de ces chaînes ?
— Attends, je suis en train d’essayer quelque
chose…
— Hermione, on est cernés par les
Détraqueurs !
— Je sais, Harry, mais si elle voit que le

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 437 / 1250
médaillon a disparu quand elle se réveillera… Il
faut que j’en fabrique un double… Gemino !
Voilà… Elle devrait s’y laisser prendre…
Hermione courut à son tour au bas des
marches.
— Voyons… Lashlabask !
Les chaînes cliquetèrent et rentrèrent dans les
bras du fauteuil. Mrs Cattermole avait l’air
toujours aussi terrorisée.
— Je ne comprends pas, murmura-t-elle.
— Vous allez partir avec nous, répondit Harry
en la relevant. Rentrez chez vous, prenez vos
enfants et allez-vous-en, quittez le pays s’il le faut.
Déguisez-vous et fuyez. Vous avez vu ce qui se
passe, vous n’aurez jamais droit à une vraie
justice, ici.
— Harry, comment allons-nous sortir avec tous
ces Détraqueurs qui attendent devant la porte ?
demanda Hermione.
— Des Patronus, répondit Harry.
Il pointa sa baguette vers le sien. Le cerf ralentit
l’allure et marcha au pas en direction de la porte,
brillant toujours d’un éclat étincelant.
— Autant de Patronus que nous pourrons en
créer. Fais apparaître le tien, Hermione.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 438 / 1250
— Spe… Spero Patronum ! lança Hermione.
Mais ce fut sans effet.
— C’est le seul sortilège qu’elle ait du mal à
réussir, expliqua Harry à une Mrs Cattermole
abasourdie. Pas de chance… Allez, Hermione…
— Spero Patronum !
Une loutre argentée surgit alors à l’extrémité de
la baguette d’Hermione et s’envola avec grâce pour
rejoindre le cerf.
— Venez, dit Harry.
Il entraîna Hermione et Mrs Cattermole vers la
porte.
Lorsque les Patronus émergèrent de la salle, il y
eut des cris de stupeur parmi ceux qui attendaient
à l’extérieur. Harry regarda autour de lui. Les
Détraqueurs reculaient des deux côtés, se fondant
dans l’obscurité, se dispersant devant les créatures
argentées.
— Il a été décidé que vous deviez tous rentrer
chez vous et vous cacher avec vos familles,
annonça Harry aux sorciers nés-moldus, éblouis
par la clarté des Patronus, et toujours un peu
craintifs. Partez pour l’étranger si vous le pouvez.
Éloignez-vous le plus possible du ministère. C’est
la… heu… nouvelle position officielle. Si vous
suivez les Patronus, vous pourrez quitter l’atrium.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 439 / 1250
Ils parvinrent à remonter les marches de pierre
sans que personne ne les arrête mais lorsqu’ils
approchèrent des ascenseurs, Harry commença à
s’inquiéter. S’ils débarquaient dans l’atrium avec
un cerf argenté, une loutre qui volait à ses côtés et
une vingtaine de personnes dont la moitié était
accusée d’être des nés-Moldus, ils risquaient fort
d’attirer sur eux une attention intempestive. Il
venait d’en arriver à cette fâcheuse conclusion
lorsque l’ascenseur s’arrêta à leur étage.
— Reg ! s’écria Mrs Cattermole.
Et elle se jeta dans les bras de Ron.
— Runcorn m’a laissée sortir, il a attaqué
Ombrage et Yaxley, et a conseillé à tout le monde
de quitter le pays. Je crois qu’on devrait le faire,
Reg, je le crois vraiment.
Dépêchons-nous de rentrer à la maison pour
chercher les enfants et… Pourquoi es-tu tout
mouillé ?
— C’est de l’eau, marmonna Ron en se libérant
de son étreinte. Harry, ils savent qu’il y a des
intrus dans le ministère, à cause d’un trou dans la
porte du bureau d’Ombrage. Je pense que nous
avons encore cinq minutes si…
Le Patronus d’Hermione se volatilisa avec un
petit pop ! tandis qu’elle se tournait vers Harry,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 440 / 1250
l’air horrifiée.
— Harry, si nous sommes coincés ici…
— Ça n’arrivera pas si on se dépêche, répliqua
Harry.
Il se retourna vers le groupe de sorciers
silencieux qui le regardaient bouche bée.
— Quels sont ceux qui ont une baguette ?
La moitié d’entre eux leva la main.
— Bon. Chacun de ceux qui n’ont pas de
baguette se met avec quelqu’un qui en a une. Nous
devrons être rapides… avant qu’ils nous arrêtent.
Venez.
Ils parvinrent à s’entasser dans deux
ascenseurs. Le Patronus de Harry monta la garde
devant les grilles dorées qui se refermaient. Les
ascenseurs commencèrent à monter.
— Niveau huit, dit la voix froide de la sorcière.
Atrium.
Harry sut aussitôt que les ennuis
commençaient. L’atrium était rempli de sorciers
qui allaient de cheminée en cheminée pour en
condamner l’accès.
— Harry ! couina Hermione. Qu’est-ce qu’on
va…
— STOP ! tonna Harry, la voix puissante de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 441 / 1250
Runcorn résonnant dans tout le hall.
Les sorciers qui s’affairaient devant les
cheminées se figèrent.
— Suivez-moi, murmura-t-il au groupe des nés-
Moldus terrifiés qui s’avancèrent, serrés les uns
contre les autres, sous la conduite de Ron et
d’Hermione.
— Que se passe-t-il, Albert ? demanda le sorcier
au front dégarni qui était sorti de la cheminée
derrière Harry, à son arrivée dans l’atrium.
Il paraissait nerveux.
— Tous ces gens-là doivent partir avant que
vous fermiez les issues, déclara Harry avec toute
l’autorité dont il était capable.
Devant lui, les sorciers échangèrent des
regards.
— Nous avons reçu l’ordre de sceller toutes les
cheminées et de ne laisser personne…
— Seriez-vous en train de me contredire ?
tempêta Harry. Vous voulez sans doute que je
soumette à examen votre arbre généalogique,
comme je l’ai fait pour celui de Dirk Cresswell ?
— Désolé, balbutia le sorcier au front dégarni,
battant en retraite. Je ne voulais rien dire, Albert,
mais je croyais… Je croyais qu’ils devaient être

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 442 / 1250
interrogés et…
— Leur sang est pur, trancha Harry.
Sa voix grave retentissait dans le hall d’une
manière impressionnante.
— Plus pur que celui de beaucoup d’entre vous,
je n’hésite pas à l’affirmer. Vous pouvez partir,
ajouta-t-il de sa voix de stentor à l’adresse des nés-
Moldus qui se précipitèrent vers les cheminées et
commencèrent à disparaître deux par deux.
Les sorciers du ministère se tenaient en retrait,
certains perplexes, d’autres effrayés ou indignés.
Puis…
— Mary !
Mrs Cattermole jeta un coup d’œil derrière elle.
Le véritable Reg Cattermole, qui ne vomissait plus
mais restait pâle et défait, venait de sortir d’un
ascenseur.
— R… Reg ?
Elle regarda son mari puis Ron qui poussa un
juron sonore.
Le sorcier au front dégarni ouvrit grand la
bouche, sa tête tournant alternativement vers l’un
et l’autre des deux Reg Cattermole, dans un
ridicule mouvement de va-et-vient.
— Hé… Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 443 / 1250
c’est que ça ?
— Bloquez la sortie ! BLOQUEZ TOUT !
Yaxley avait surgi d’un autre ascenseur et se
précipitait vers l’endroit où s’était trouvé le groupe
des sorciers nés moldus qui, à présent, avaient
tous réussi à disparaître dans les cheminées, à
l’exception de Mrs Cattermole. Lorsque le sorcier
au front dégarni leva sa baguette, Harry brandit
un énorme poing et le frappa en plein visage, le
projetant dans les airs.
— Yaxley, il a aidé des nés-Moldus à s’enfuir !
s’écria Harry.
Il y eut parmi les collègues du sorcier dégarni
un véritable tumulte de protestations que Ron mit
à profit pour entraîner Mrs Cattermole dans la
cheminée encore ouverte et disparaître avec elle.
Déconcerté, Yaxley regarda tour à tour Harry et le
sorcier assommé, tandis que le véritable Reg
Cattermole hurlait :
— Ma femme ! Qui était avec ma femme ?
Qu’est-ce qui se passe ?
Harry vit Yaxley tourner la tête. La vérité
commençait à se faire jour sur son visage aux
traits grossiers.
— Viens ! lança Harry à Hermione.
Il lui saisit la main et tous deux sautèrent

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 444 / 1250
ensemble dans la cheminée, au moment où le
maléfice que leur lançait Yaxley sifflait au-dessus
de la tête de Harry. Pendant quelques secondes, ils
pivotèrent sur eux-mêmes avant de jaillir d’un
siège de toilettes, dans l’une des cabines. Harry
ouvrit la porte à la volée. Près des lavabos, Ron
continuait à se débattre avec Mrs Cattermole.
— Reg, je ne comprends pas…
— Lâchez-moi, je ne suis pas votre mari, il faut
que vous retourniez chez vous !
Il y eut un bruit dans la cabine située derrière
eux. Harry se retourna. Yaxley venait d’apparaître.
— FILONS ! hurla Harry.
Il attrapa la main d’Hermione et le bras de Ron,
puis tournoya sur place.
L’obscurité les engloutit et ils eurent la
sensation d’être serrés dans des bandelettes, mais
quelque chose se passait mal… La main
d’Hermione semblait glisser de la sienne…
Il se demanda s’il n’allait pas étouffer. Il ne
parvenait plus à respirer, ni à voir. Les seuls
éléments solides qui existaient encore étaient le
bras de Ron et les doigts d’Hermione qu’il sentait
glisser lentement…
Il distingua alors la porte du 12, square
Grimmaurd, avec son heurtoir en forme de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 445 / 1250
serpent, mais avant qu’il ait pu reprendre son
souffle, il entendit un cri et vit un éclair de lumière
violette. La main d’Hermione se referma soudain
sur la sienne avec la force d’un étau et les ténèbres
l’aspirèrent à nouveau.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 446 / 1250
14
L E VOLEUR
orsqu’il rouvrit les yeux, Harry fut ébloui
par une clarté vert et or. Il n’avait aucune
idée de ce qui s’était passé, il savait seulement qu’il
était étendu sur une couche de feuilles et de
brindilles. S’efforçant à grand-peine de faire entrer
un peu d’air dans ses poumons qui lui donnaient
l’impression d’avoir été écrasés, il cligna des yeux
et s’aperçut que cette lumière étincelante était
celle du soleil traversant une voûte de feuillage,
loin au-dessus de lui. Quelque chose remua alors
tout près de son visage. Il se releva à quatre pattes,
prêt à affronter une féroce petite créature, mais il
s’agissait en fait du pied de Ron. Regardant autour
de lui, Harry vit qu’ils avaient atterri tous les trois
sur le sol d’une forêt, où ils étaient apparemment
seuls. L
Harry pensa tout d’abord à la Forêt interdite et
pendant un instant, même s’il savait à quel point il
serait stupide et dangereux pour eux d’apparaître

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 447 / 1250
dans l’enceinte de Poudlard, il se sentit le cœur
léger à l’idée de se faufiler parmi les arbres jusqu’à
la cabane de Hagrid. Dans les quelques secondes
qui suivirent, cependant, alors que Ron émettait
un grognement et que Harry rampait vers lui, il se
rendit compte qu’il ne s’agissait pas de la Forêt
interdite : les arbres paraissaient plus jeunes, plus
largement espacés, le sol plus dégagé.
Il se retrouva devant Hermione, également à
quatre pattes, qui regardait la tête de Ron.
Lorsqu’il le vit à son tour, Harry en oublia tous ses
autres soucis. Son corps était trempé de sang sur
tout un côté et le sol recouvert de feuilles faisait
ressortir la blancheur grisâtre de son teint. Les
effets du Polynectar s’estompaient. L’apparence de
Ron se transformait, à mi-chemin entre celle de
Cattermole et la sienne, ses cheveux devenant de
plus en plus roux tandis que son visage se vidait de
ses ultimes traces de couleur.
— Qu’est-ce qui lui est arrivé ?
— Désartibulé, expliqua Hermione, dont les
doigts s’affairaient déjà à l’endroit de sa manche
où le sang était plus sombre et plus humide.
Harry, horrifié, la regarda déchirer la chemise
de Ron. Il avait toujours considéré le
désartibulement comme un phénomène comique,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 448 / 1250
mais là… Il sentit ses entrailles se contracter
lorsqu’elle dénuda le bras de Ron, sur lequel un
gros morceau de chair manquait, comme découpé
par un couteau.
— Harry, vite, dans mon sac, il y a un petit
flacon marqué « Essence de dictame »…
— Le sac… d’accord…
Harry se rua à l’endroit où Hermione avait
atterri, prit le minuscule sac et y plongea la main.
Il sentit une multitude d’objets défiler sous ses
doigts : des reliures en cuir, des manches de pulls
en laine, des talons de chaussures…
— Vite !
Il ramassa sa baguette tombée par terre et la
pointa vers les profondeurs du sac magique.
— Accio dictame !
Une petite bouteille marron jaillit aussitôt. Il
l’attrapa et revint auprès d’Hermione et de Ron,
dont les yeux étaient à présent mi-clos, ses globes
oculaires ne laissant plus voir qu’un trait blanc
entre ses paupières.
— Il s’est évanoui, dit Hermione, elle-même
plutôt pâle.
Elle ne ressemblait plus à Mafalda, mais ses
cheveux restaient gris par endroits.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 449 / 1250
— Ouvre-le pour moi, Harry, j’ai les mains qui
tremblent.
Harry arracha le bouchon qui fermait le flacon.
Hermione le prit et versa trois gouttes de potion
sur la blessure ensanglantée. Une fumée verdâtre
s’éleva. Lorsqu’elle se dissipa, Harry vit que le
sang avait cessé de couler. La plaie semblait à
présent dater de plusieurs jours. Une peau neuve
s’étirait à l’endroit où la chair avait été déchirée.
— Waow ! s’écria Harry.
— C’est la seule chose que je puisse faire en
toute sécurité, dit Hermione d’une voix
tremblante. Il existe des sortilèges qui le
guériraient complètement, mais je n’ose pas les
appliquer. Si je me trompe, je causerai encore plus
de dégâts… Il a déjà perdu tellement de sang…
— Comment a-t-il été blessé ?
Harry secoua la tête pour essayer de s’éclaircir
les idées, de comprendre ce qui venait de se
passer.
— Et d’abord, pourquoi sommes-nous ici ? Je
croyais que nous devions revenir square
Grimmaurd ?
Hermione prit une profonde inspiration. Elle
paraissait au bord des larmes.
— Harry, je pense que nous ne pourrons plus

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 450 / 1250
retourner là-bas.
— Qu’est-ce que tu… ?
— Au moment où nous avons transplané,
Yaxley m’a attrapé le bras et je n’ai pas réussi à me
dégager, il était trop fort. Il me tenait toujours à
notre arrivée au square Grimmaurd. Je crois qu’il
a dû voir la porte en pensant que c’était notre
destination, alors il a relâché sa prise, j’ai réussi à
me libérer et je vous ai emmenés ici !
— Dans ce cas, où est-il ? Attends… Tu ne veux
pas dire qu’il est resté square Grimmaurd ? Tu
crois qu’il pourrait entrer dans la maison ?
Hermione acquiesça d’un signe de tête, les yeux
brillants de larmes qui ne coulaient pas.
— Je crois que oui, Harry. Je… je l’ai forcé à me
lâcher à l’aide d’un maléfice de Répulsion, mais
nous étions déjà dans le champ d’action du
sortilège de Fidelitas. Depuis la mort de
Dumbledore, nous sommes devenus les Gardiens
du Secret, je lui ai donc livré ce secret, n’est-ce
pas ?
Il était inutile de se cacher la vérité. Harry
savait qu’elle avait raison. C’était un coup très dur.
Si Yaxley pouvait désormais pénétrer dans la
maison, il leur était impossible d’y revenir. En ce
moment même, peut-être y amenait-il d’autres

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 451 / 1250
Mangemorts par transplanage. Si oppressante et
sinistre qu’elle fût, la maison leur avait offert
jusqu’à présent un refuge sûr. Et même,
maintenant que Kreattur était tellement plus
heureux et amical, une sorte de foyer. Avec une
pointe de regret qui ne devait rien à la
gastronomie, il imagina l’elfe de maison s’affairant
à la préparation d’une tourte au bœuf et aux
rognons que Harry, Ron et Hermione ne
mangeraient jamais.
— Harry, je suis désolée, vraiment désolée !
— Ne sois pas stupide, ce n’était pas ta faute ! Si
quelqu’un est responsable, ce serait plutôt moi…
Harry glissa une main dans sa poche et en sortit
l’œil magique de Maugrey. Hermione, horrifiée,
eut un mouvement de recul.
— Ombrage l’avait collé à la porte de son
bureau, pour espionner ses employés. Je ne
pouvais pas le laisser là… Mais c’est comme ça
qu’ils se sont aperçus de la présence d’intrus.
Avant qu’Hermione ait pu répondre, Ron
poussa un grognement et ouvrit les yeux. Il avait
toujours le teint grisâtre et son visage luisait de
sueur.
— Comment tu te sens ? murmura Hermione.
— Lamentable, croassa Ron.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 452 / 1250
Il tâta son bras blessé et fit une grimace.
— Où sommes-nous ?
— Dans les bois où s’est tenue la Coupe du
Monde de Quidditch, répondit Hermione. Je
voulais un endroit clos, à l’écart, et c’est… le
premier auquel tu as pensé, acheva Harry à sa
place, en regardant la clairière apparemment
déserte.
Il ne put s’empêcher de repenser à ce qui était
arrivé la dernière fois qu’ils avaient transplané
dans un lieu choisi par Hermione, à la façon dont
les Mangemorts les avaient retrouvés en quelques
minutes. Était-ce de la legilimancie ? Voldemort et
ses hommes de main savaient-ils en ce moment
même où Hermione les avait emmenés ?
— Tu ne crois pas qu’on devrait aller ailleurs ?
demanda Ron à Harry.
En voyant l’expression de son visage, Harry
comprit qu’il pensait la même chose que lui.
— Je ne sais pas.
Ron était toujours pâle et moite. Il n’avait
même pas essayé de se redresser et semblait trop
faible pour cela. La perspective de devoir le
déplacer à nouveau avait de quoi les décourager.
— Restons ici pour l’instant, dit Harry.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 453 / 1250
Soulagée, Hermione se releva d’un bond.
— Où vas-tu ? demanda Ron.
— Si nous restons, il faut jeter quelques
sortilèges de Protection autour de nous, répondit-
elle.
Elle brandit sa baguette et décrivit à pas lents
un large cercle autour de Harry et de Ron, en
marmonnant des incantations. Harry remarqua de
petites perturbations dans l’atmosphère : on aurait
dit qu’Hermione avait fait naître une brume de
chaleur sur leur clairière.
— Salveo maleficia… Protego totalum…
Repello Moldum… Assurdiato … Tu peux sortir la
tente, Harry…
— La tente ?
— Dans le sac.
— Dans le… Ah oui, bien sûr.
Cette fois, Harry ne se donna pas la peine de
tâtonner dans le sac, il utilisa tout de suite un
sortilège d’Attraction. La tente apparut sous la
forme d’un gros tas de toile, de cordes et de
piquets. Harry la reconnut aussitôt, notamment à
cause de son odeur de chat. C’était celle sous
laquelle ils avaient dormi la nuit précédant la
Coupe du Monde de Quidditch.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 454 / 1250
— Elle n’appartenait pas à un employé du
ministère du nom de Perkins ? demanda Harry en
démêlant les sardines de la tente.
— Si, mais apparemment, il n’en veut plus, son
lumbago ne s’arrange pas, répondit Hermione,
occupée à réaliser avec sa baguette une figure
complexe en huit mouvements. Le père de Ron a
donc dit qu’on pouvait l’emprunter. Erigo ! ajouta-
t-elle, sa baguette pointée sur la toile informe qui,
dans un mouvement fluide, s’éleva toute seule et
s’installa sur le sol, toute montée, devant Harry.
Ébahi, il vit une sardine lui sauter des mains et
se planter toute seule, dans un bruit mat, à
l’extrémité d’une corde.
— Cave inimicum , dit enfin Hermione avec un
gracieux mouvement de baguette en direction du
ciel. Voilà tout ce que je peux faire. Au moins, on
devrait être avertis si jamais ils viennent. Je ne
peux pas garantir que ça suffira à éloigner Vol…
— Ne prononce pas ce nom ! l’interrompit Ron
d’un ton brusque.
Harry et Hermione échangèrent un regard.
— Je suis désolé, dit Ron, gémissant un peu
lorsqu’il se redressa pour mieux les voir, mais j’ai
l’impression que c’est devenu un maléfice, ou
quelque chose comme ça. On ne pourrait pas

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 455 / 1250
l’appeler Tu-Sais-Qui… s’il vous plaît ?
— Dumbledore disait que la peur d’un nom…,
commença Harry.
— Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, mon
vieux, appeler Tu-Sais-Qui par son nom n’a pas
fait beaucoup de bien à Dumbledore, à la fin,
répliqua sèchement Ron. Essaye de montrer un
peu de respect envers Tu-Sais-Qui, tu veux bien ?
— Du respect ? répéta Harry.
Mais Hermione l’avertit d’un coup d’œil qu’il
valait mieux ne pas se disputer avec Ron tant qu’il
se trouvait dans cet état de faiblesse.
Harry et Hermione le portèrent dans la tente,
en le traînant à moitié. L’intérieur était
exactement tel que s’en souvenait Harry : un petit
appartement avec une salle de bains complète et
une minuscule cuisine. Il repoussa un vieux
fauteuil et allongea Ron précautionneusement sur
la couchette inférieure de lits superposés. Même
très court, ce déplacement avait rendu Ron encore
plus pâle et dès qu’ils l’eurent installé sur le
matelas, il referma les yeux et resta silencieux un
bon moment.
— Je vais faire du thé, proposa Hermione,
essoufflée, en sortant de son sac une bouilloire et
des tasses qu’elle emporta dans la cuisine.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 456 / 1250
Harry trouva le thé aussi bienvenu que l’avait
été le whisky Pur Feu la nuit où Fol Œil était mort.
Sa chaleur semblait chasser un peu la peur qu’il
sentait frémir dans sa poitrine. Une minute plus
tard, Ron rompit le silence :
— À votre avis, qu’est-ce qui est arrivé aux
Cattermole ?
— Avec un peu de chance, ils s’en sont sortis,
répondit Hermione, serrant sa tasse contre elle
pour se réconforter. Si Mr Cattermole a eu
suffisamment de sang-froid, il a dû transporter sa
femme par transplanage d’escorte et ils vont tout
de suite quitter le pays avec leurs enfants. C’est ce
que Harry lui a dit de faire.
— Par Merlin, j’espère qu’ils ont réussi à
s’enfuir, dit Ron en s’appuyant contre ses oreillers.
Apparemment, le thé lui faisait du bien. Son
visage avait retrouvé un peu de couleurs.
— Mais je n’ai pas eu l’impression que ce Reg
Cattermole avait l’esprit très vif, d’après la façon
dont tout le monde me parlait quand j’avais son
apparence. Mon Dieu, j’espère qu’ils ont pu filer…
S’ils finissent tous les deux à Azkaban à cause de
nous…
Harry se tourna vers Hermione mais la
question qu’il s’apprêtait à lui poser – pour lui

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 457 / 1250
demander si le fait que Mrs Cattermole n’ait plus
sa baguette pouvait l’empêcher de transplaner au
côté de son mari – resta coincée dans sa gorge.
Hermione regardait Ron s’inquiéter du sort des
Cattermole avec une telle tendresse que Harry eut
presque l’impression de l’avoir surprise en train de
l’embrasser.
— Alors, tu l’as ? lui demanda Harry, en partie
pour lui rappeler qu’il était là.
— J’ai… j’ai quoi ? répondit-elle en sursautant
légèrement.
— Pourquoi crois-tu qu’on se soit donné tant de
mal ? Le médaillon, bien sûr ! Où est le
médaillon ?
— Vous l’avez ? s’écria Ron qui se redressa un
peu plus sur ses oreillers. Personne ne me dit
rien ! Enfin, quoi, vous auriez pu m’en parler !
— Je te rappelle qu’on avait les Mangemorts à
nos trousses, répliqua Hermione. Tiens.
Elle sortit le médaillon d’une poche de sa robe
et le lui tendit.
Il avait la taille d’un œuf de poule. La lettre S,
délicatement ouvragée, était sertie de petites
pierres vertes qui luisaient faiblement sous la
lumière diffuse filtrée par la toile de la tente.
— Tu ne penses pas que quelqu’un aurait pu le

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 458 / 1250
détruire depuis que Kreattur l’a récupéré ?
demanda Ron avec espoir. Peut-on être sûr que
c’est toujours un Horcruxe ?
— Je crois que oui, répondit Hermione en le lui
reprenant des mains pour l’examiner
attentivement. S’il avait été détruit par magie, il
serait abîmé.
Elle le donna à Harry qui le retourna entre ses
doigts. L’objet paraissait parfait, comme dans son
état d’origine. Il se rappela les pages transpercées
du journal de Jedusor et la pierre de la bague-
Horcruxe qui s’était fendue lorsque Dumbledore
l’avait détruite.
— Je pense que Kreattur a raison, dit Harry. Il
faut trouver le moyen de l’ouvrir avant de pouvoir
l’anéantir.
Au moment où il prononçait ces mots, Harry
prit soudain conscience de ce qu’il tenait entre les
mains, de ce qui vivait derrière ce petit ovale d’or.
Même après tous les efforts qu’ils avaient dû
déployer pour le retrouver, il éprouvait un désir
violent de jeter le médaillon au loin. Parvenant à
se maîtriser, il tenta de le forcer avec les doigts
puis essaya la formule dont Hermione s’était
servie pour ouvrir la porte de la chambre de
Regulus. Sans résultat. Il rendit le médaillon à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 459 / 1250
Ron et à Hermione qui firent de leur mieux mais
n’eurent pas plus de succès.
— Tu le sens ? demanda Ron à voix basse en
serrant le médaillon dans son poing.
— Je sens quoi ?
Ron lui passa l’Horcruxe. Au bout d’un
moment, Harry crut comprendre ce que Ron
voulait dire. Était-ce son propre sang qu’il sentait
palpiter dans ses veines ou bien y avait-il quelque
chose qui battait à l’intérieur du médaillon, tel un
minuscule cœur de métal ?
— Qu’est-ce qu’on va en faire ? interrogea
Hermione.
— Le mettre en sûreté en attendant de trouver
le moyen de le détruire, répondit Harry.
Bien qu’il n’en eût aucune envie, il passa la
chaîne autour de son cou et cacha le médaillon
sous sa robe où il reposa contre sa poitrine, à côté
de la bourse offerte par Hagrid.
— Je pense que nous devrions monter la garde
à tour de rôle devant la tente, reprit-il à l’adresse
d’Hermione.
Il se leva et s’étira.
— Il faudra aussi nous occuper de trouver
quelque chose à manger. Toi, tu restes ici, ajouta-

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 460 / 1250
t-il d’un ton sans réplique lorsqu’il vit Ron se
redresser dans son lit et son teint prendre aussitôt
une horrible couleur verdâtre.
Après avoir soigneusement installé sur la table
le Scrutoscope qu’elle lui avait offert pour son
anniversaire, Harry et Hermione partagèrent les
tours de garde pendant le reste de la journée. Le
Scrutoscope resta silencieux et immobile. En
dehors de quelques oiseaux et écureuils, leur coin
de forêt demeura vide, soit en raison des
enchantements protecteurs et des sortilèges
Repousse-Moldu qu’Hermione avait jetés autour
d’eux, soit tout simplement parce qu’il était rare
que des promeneurs s’aventurent de ce côté. La
soirée n’apporta aucun changement. Lorsque, à
dix heures, il changea de place avec Hermione,
Harry alluma sa baguette et resta là à contempler
les lieux déserts, ne remarquant que le passage des
chauves-souris qui voletaient loin au-dessus de sa
tête, dans la seule partie du ciel étoile qu’on
pouvait apercevoir à l’abri de cette clairière.
Il avait faim, à présent, et la tête lui tournait un
peu. Hermione n’avait pas emporté de provisions
dans son sac magique, car elle avait pensé qu’ils
reviendraient ce soir-là square Grimmaurd. Ils
n’avaient donc rien mangé en dehors de quelques
champignons sauvages qu’elle avait ramassés

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 461 / 1250
parmi les arbres proches et fait cuire dans un
faitout. Après en avoir avalé deux bouchées, Ron
avait renoncé à sa part, l’air dégoûté. Harry n’avait
mangé la sienne jusqu’au bout que pour éviter de
vexer Hermione.
Seuls d’étranges bruissements et des
craquements de brindilles brisaient de temps à
autre le silence environnant.
Harry pensait qu’ils étaient dus plus à des
animaux qu’à des hommes, mais il n’en gardait
pas moins sa baguette prête, pour parer à toute
éventualité. Un sentiment de malaise remuait ses
entrailles, déjà mises à mal par les champignons
caoutchouteux.
Il avait cru qu’il serait enchanté d’avoir
récupéré l’Horcruxe mais, d’une certaine manière,
ce n’était pas le cas. Tout ce qu’il éprouvait, assis
dans l’obscurité dont sa baguette n’éclairait qu’une
minuscule partie, c’était l’appréhension de ce qui
allait se passer par la suite. Comme si, pendant des
semaines, des mois, des années peut-être, il s’était
rué en avant pour en arriver là, puis s’était
retrouvé brutalement immobilisé, sans plus savoir
quel chemin prendre.
Il y avait d’autres Horcruxes quelque part, mais
il n’avait pas la moindre idée de l’endroit où ils

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 462 / 1250
pouvaient se trouver. Il ignorait même quelle
forme ils avaient. Et en attendant, il ne savait
même pas comment détruire le seul qui était en
leur possession, le médaillon qu’il sentait contre sa
poitrine nue. Curieusement, l’objet ne s’était pas
réchauffé au contact de son corps, il était si froid
contre sa peau qu’il donnait l’impression de sortir
d’une eau glacée. De temps en temps, Harry
croyait percevoir – ou peut-être était-ce son
imagination – l’infime pulsation qui battait
irrégulièrement, en même temps que son propre
cœur.
D’indéfinissables pressentiments s’insinuaient
en lui tandis qu’il restait assis là dans l’obscurité.
Il essayait d’y résister, de les repousser, mais ils
revenaient inlassablement à la charge. « Aucun
d’eux ne peut vivre tant que l’autre survit…» Ron
et Hermione, qui parlaient à présent à voix basse
dans la tente, pouvaient partir à tout moment, s’ils
le voulaient. Pour lui, c’était impossible. Et
pendant que Harry s’efforçait de maîtriser sa peur,
son épuisement, il lui semblait que l’Horcruxe
marquait de son battement contre sa poitrine le
temps qui lui restait… « Une idée stupide, se dit-il,
il ne faut pas penser des choses pareilles…»
Sa cicatrice recommençait à le picoter. Il avait
peur que cette sensation soit provoquée par ses

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 463 / 1250
pensées et il essaya de les orienter ailleurs. Il
songea au malheureux Kreattur qui les attendait à
la maison et avait vu arriver Yaxley à leur place.
L’elfe tiendrait-il sa langue ou révélerait-il au
Mangemort tout ce qu’il savait ? Harry voulait
croire que l’attitude de Kreattur à son égard avait
changé au cours du mois écoulé, qu’il se
montrerait loyal, à présent, mais qui pouvait
savoir ce qui se passerait ? Et si les Mangemorts le
torturaient ? Des images répugnantes grouillaient
dans sa tête et il essaya de les repousser, elles
aussi, car, de toute façon, il ne pouvait rien faire
pour Kreattur. Hermione et lui avaient déjà pris la
décision de ne pas essayer de le faire venir. Si
quelqu’un du ministère l’accompagnait ? Ils ne
pouvaient être sûrs que le transplanage d’elfe soit
à l’abri du même inconvénient qui avait amené
Yaxley, accroché à la manche d’Hermione, au
square Grimmaurd.
La cicatrice de Harry le brûlait, à présent. Il y
avait tant de choses qu’ils ignoraient : Lupin avait
raison lorsqu’il parlait d’une forme de magie qu’ils
n’avaient jamais connue ou même imaginée.
Pourquoi Dumbledore ne s’était-il pas expliqué
davantage ? Pensait-il qu’il en aurait toujours le
temps, qu’il vivrait des années, des siècles peut-
être, comme son ami Nicolas Flamel ? En ce cas, il

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 464 / 1250
s’était trompé… Rogue y avait veillé… Rogue, le
serpent endormi qui avait frappé au sommet de la
tour…
Et Dumbledore était tombé… tombé…
— Donne-moi ça, Gregorovitch.
La voix de Harry était devenue aiguë,
tranchante et glaciale. Une main blanche aux
longs doigts levait devant lui sa baguette.
L’homme sur lequel il la pointait était suspendu
dans les airs, la tête en bas, mais sans qu’aucune
corde ne le retienne. Il se balançait là, attaché par
de sinistres liens invisibles, ses bras entourant sa
poitrine, son visage terrifié juste à la hauteur de
celui de Harry, les joues rougies par le sang qui
affluait à sa tête. Il avait des cheveux d’un blanc
immaculé et une barbe épaisse, broussailleuse : on
aurait dit un père Noël ficelé comme une volaille.
— Je ne pas l’avoir, je ne plus l’avoir ! C’était
volé à moi, il y a beaucoup d’années !
— Ne mens pas à Lord Voldemort,
Gregorovitch. Il sait… Il sait toujours.
Les pupilles de l’homme suspendu étaient
dilatées par la peur. Elles semblèrent s’élargir
encore, devenir de plus en plus béantes, au point
que leur obscurité avala Harry tout entier…
À présent, il avançait à grands pas le long d’un

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 465 / 1250
couloir, derrière la petite silhouette corpulente de
Gregorovitch qui tenait haut une lanterne. Celui-ci
fit irruption dans une pièce située au bout du
couloir et sa lanterne illumina ce qui semblait un
atelier. Des copeaux de bois et de la poussière d’or
brillaient dans le cercle de lumière qui se
balançait. Et là, sur le rebord d’une fenêtre, un
jeune homme aux cheveux d’un blond doré était
assis, perché à la manière d’un oiseau géant. La
lanterne l’éclaira pendant une fraction de seconde
et Harry vit une expression réjouie sur son beau
visage. Puis l’intrus lança du bout de sa baguette
magique un sortilège de Stupéfixion et fit un grand
saut en arrière, s’enfuyant par la fenêtre dans un
éclat de rire rauque.
Harry se précipita hors du tunnel que
formaient les larges pupilles et vit le visage de
Gregorovitch frappé de terreur.
— Qui était le voleur, Gregorovitch ? demanda
la voix aiguë et glacée.
— Je ne sais pas, je n’ai jamais su, un jeune
homme… non… s’il vous plaît… S’IL VOUS
PLAÎT !
Le cri se prolongea, longtemps, longtemps, puis
il y eut un éclair de lumière verte…
— Harry !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 466 / 1250
Il ouvrit les yeux, pantelant, le front palpitant
de douleur. Il s’était évanoui contre la toile de la
tente et avait glissé sur le sol où il était allongé les
bras en croix. Il leva les yeux vers Hermione, dont
les cheveux ébouriffés masquaient le petit coin de
ciel visible parmi les branches, hautes et sombres,
qui s’étendaient au-dessus d’eux.
— Mauvais rêve, dit-il.
Il se redressa et s’efforça de répondre au regard
noir d’Hermione par un air d’innocence.
— J’ai dû m’assoupir, désolé.
— Je sais que c’était ta cicatrice ! Je le vois à ton
visage ! Tu étais encore en train de regarder dans
la tête de Vol…
— Ne prononce pas son nom ! l’interrompit la
voix furieuse de Ron, au fond de la tente.
— D’accord, répliqua Hermione. Dans la tête de
Tu-Sais-Qui, alors !
— Je ne l’ai pas fait exprès ! assura Harry.
C’était un rêve ! Tu arrives à contrôler tes rêves,
toi ?
— Si seulement tu apprenais à te servir de
l’occlumancie…
Mais Harry n’avait aucune envie de subir des
réprimandes. Il voulait parler de ce qu’il venait de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 467 / 1250
voir.
— Il a retrouvé Gregorovitch, Hermione, et je
crois qu’il l’a tué mais avant, il a lu dans ses
pensées et j’ai vu…
— Je crois que je ferais bien de te remplacer si
tu es trop fatigué pour rester éveillé, répliqua
Hermione d’un ton froid.
— Je peux finir mon tour de garde !
— Non, de toute évidence, tu es épuisé. Va te
coucher.
Elle s’assit par terre, à l’entrée de la tente, la
mine obstinée. En colère, mais soucieux d’éviter
une dispute, Harry se baissa et retourna à
l’intérieur.
Le visage toujours blafard de Ron lui apparut
sur la couchette du bas. Harry grimpa sur le lit
supérieur, s’allongea et contempla le plafond de
toile, plongé dans le noir. Quelques instants plus
tard, Ron parla à voix si basse qu’Hermione,
pelotonnée à l’entrée, ne pouvait l’entendre :
— Qu’est-ce que fait Tu-Sais-Qui ?
Harry plissa les yeux dans un effort pour se
souvenir de tous les détails, puis il murmura dans
l’obscurité :
— Il a retrouvé Gregorovitch. Il l’a ligoté et il

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 468 / 1250
était en train de le torturer.
— Comment Gregorovitch peut-il lui fabriquer
une nouvelle baguette s’il est attaché ?
— Je ne sais pas… Bizarre, non ?
Harry ferma les yeux, repensant à tout ce qu’il
avait vu et entendu. Plus il se rappelait, moins il
comprenait… Voldemort n’avait rien dit de la
baguette de Harry, rien de leurs plumes de phénix
jumelles, rien d’une nouvelle baguette plus
puissante que Gregorovitch aurait pu lui fournir
pour le vaincre…
— Il exigeait quelque chose qui appartenait à
Gregorovitch, poursuivit Harry, les yeux toujours
étroitement fermés. Il lui a demandé de lui donner
ce qu’il voulait mais Gregorovitch a répondu que
quelqu’un l’avait volé… Et ensuite… ensuite…
Il se rappela comment, dans la tête de
Voldemort, il avait eu l’impression de plonger
dans les yeux mêmes de Gregorovitch, pour
atteindre ses souvenirs…
— Il lisait dans ses pensées et j’ai vu un jeune
type perché sur le rebord d’une fenêtre. Il a jeté un
sortilège à Gregorovitch et s’est enfui en sautant
dehors. Il l’a volé, il a volé ce que cherche Tu-Sais-
Qui. Et je… je crois avoir déjà vu ce personnage
quelque part…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 469 / 1250
Harry aurait voulu apercevoir à nouveau le
visage hilare du jeune homme. Le vol avait eu lieu
bien des années auparavant, selon Gregorovitch.
Pourquoi le voleur lui avait-il paru si familier ?
Les sons en provenance des bois environnants
étaient étouffés sous la tente. Harry n’entendait
plus que la respiration de Ron. Au bout d’un
moment, celui-ci murmura :
— Tu n’as pas pu voir ce que le voleur avait à la
main ?
— Non… Ce devait être quelque chose de tout
petit.
— Harry ?
Ron changea de position et les lattes de bois de
son lit craquèrent.
— Harry, tu ne crois pas que Tu-Sais-Qui
pourrait chercher un autre objet pour le
transformer en Horcruxe ?
— Je ne sais pas, répondit lentement Harry.
Peut-être. Mais ne serait-ce pas dangereux pour
lui d’en fabriquer un nouveau ? Hermione nous a
dit qu’il avait déjà poussé son âme jusqu’aux
extrêmes limites.
— Oui, mais peut-être ne le sait-il pas ?
— Ouais… peut-être, admit Harry.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 470 / 1250
Il avait la certitude que Voldemort avait
cherché le moyen de contourner le problème des
deux plumes de phénix, qu’il avait pensé trouver la
solution auprès du vieux fabricant de baguettes…
Et pourtant, il l’avait tué, apparemment sans lui
poser une seule question en matière de baguettes
magiques.
Qu’est-ce que Voldemort essayait de trouver ?
Pourquoi, maintenant qu’il avait le ministère de la
Magie et le monde des sorciers à ses pieds, était-il
parti au loin, résolu à s’emparer d’un objet que
Gregorovitch avait eu autrefois en sa possession et
qui lui avait été dérobé par ce voleur inconnu ?
Harry revoyait le visage du jeune homme aux
cheveux blonds qui semblait fou de joie. Il y avait
quelque chose de Fred et de George dans cet air de
ruse triomphante. Il s’était envolé par la fenêtre à
la manière d’un oiseau et Harry avait déjà vu cette
tête, mais il ne savait plus où…
Gregorovitch mort, c’était maintenant le voleur
au visage réjoui qui était en danger et ce fut sur lui
que les pensées de Harry s’attardèrent, tandis que
les ronflements de Ron montaient de la couchette
inférieure et que lui-même se laissait à nouveau
emporter lentement par le sommeil.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 471 / 1250
15
L A REVANCHE DU GOBELIN
e lendemain matin de bonne heure, avant
que Ron et Hermione ne soient réveillés,
Harry quitta la tente pour fouiller les bois
alentour, à la recherche de l’arbre le plus vieux, le
plus noueux, le plus résistant qu’il puisse trouver.
À l’ombre de ses branches, il enterra l’œil magique
de Maugrey Fol Œil et marqua l’endroit d’une
petite croix qu’il creusa dans l’écorce du tronc à
l’aide de sa baguette. Ce n’était pas grand-chose,
mais Harry sentait que Maugrey aurait préféré
savoir son œil enterré là plutôt que collé sur la
porte de Dolores Ombrage. Puis il retourna vers la
tente et attendit le réveil des deux autres pour
qu’ils décident ensemble de leur destination
suivante. L
Harry et Hermione pensaient qu’il valait mieux
ne pas rester trop longtemps dans le même endroit
et Ron les approuva, à l’unique condition que leur
prochain déplacement les amène à proximité d’un

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 472 / 1250
sandwich au jambon. Hermione annula les
enchantements dont elle avait entouré la clairière
pendant que Harry et Ron effaçaient du sol toute
marque, toute empreinte, pouvant indiquer qu’ils
avaient campé là. Puis ils transplanèrent aux
abords d’une petite ville.
Lorsqu’ils eurent monté leur tente à l’abri d’un
bosquet d’arbres et qu’ils l’eurent protégée par de
nouveaux sortilèges, Harry mit sa cape
d’invisibilité et partit à la recherche de nourriture.
Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu.
À peine était-il entré dans la ville qu’un froid
anormal, accompagné d’une nappe de brume et
d’un assombrissement soudain du ciel, le figea sur
place.
— Mais tu sais faire de magnifiques Patronus !
s’étonna Ron quand Harry revint à la tente les
mains vides, le souffle court, et formant sur ses
lèvres, sans le prononcer à haute voix, le mot
« Détraqueurs ».
— Je n’ai pas pu…, haleta-t-il, une main
plaquée sur son point de côté. Il ne voulait… pas
venir.
Devant leur expression déçue, consternée,
Harry eut honte. Il avait vécu un véritable
cauchemar quand il avait vu les Détraqueurs

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 473 / 1250
émerger de la brume et s’était rendu compte, dans
le froid paralysant qui oppressait ses poumons et
l’écho des hurlements qui retentissaient au loin,
qu’il était incapable de s’en protéger. Il lui avait
fallu toute la force de sa volonté pour s’arracher de
cet endroit et courir vers la tente, laissant derrière
lui les Détraqueurs sans yeux glisser parmi les
Moldus qui ne pouvaient peut-être pas les voir
mais ressentaient sans nul doute le désespoir que
ces créatures répandaient partout sur leur
passage.
— Donc, on n’a toujours rien à manger.
— Tais-toi, Ron, lança sèchement Hermione.
Harry, que s’est-il passé ? À ton avis, pourquoi
n’as-tu pas pu créer un Patronus ? Hier, tu y as
parfaitement réussi !
— Je ne sais pas.
Il s’enfonça dans l’un des vieux fauteuils de
Perkins, se sentant un peu plus humilié à chaque
instant. Il avait peur que quelque chose se soit
déréglé en lui. La journée d’hier lui paraissait très
lointaine : aujourd’hui, peut-être était-il revenu à
l’âge de treize ans, à l’époque où il avait été le seul
à s’évanouir dans le Poudlard Express.
Ron donna un coup de pied dans une chaise.
— Et alors, quoi ? grogna-t-il à l’adresse

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 474 / 1250
d’Hermione. Je meurs de faim ! Tout ce que j’ai
mangé depuis que j’ai failli être saigné à mort, c’est
deux champignons !
— Dans ce cas, vas-y toi-même et débrouille-toi
avec les Détraqueurs, répliqua Harry, piqué au vif.
— Je voudrais bien, mais j’ai le bras en écharpe,
au cas où tu ne l’aurais pas remarqué !
— C’est bien pratique.
— Qu’est-ce que tu veux dire par…
— Bien sûr ! s’écria soudain Hermione, en se
frappant le front.
Surpris, les deux autres se turent.
— Harry, donne-moi le médaillon ! Vite, dit-elle
avec impatience.
Voyant qu’il ne réagissait pas, elle claqua des
doigts vers lui.
— L’Horcruxe, Harry, tu l’as toujours sur toi !
Elle tendit la main et Harry ôta la chaîne d’or
de son cou. Dès l’instant où le médaillon cessa
d’être à son contact, il ressentit une impression de
liberté et d’étrange légèreté. Il ne prit conscience
de la moiteur de sa peau et du poids qui lui avait
pesé sur l’estomac qu’au moment où ces deux
sensations eurent soudain disparu.
— Ça va mieux ? demanda Hermione.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 475 / 1250
— Oh oui, beaucoup mieux !
— Harry, dit-elle.
Elle s’accroupit devant lui et parla d’une voix
qu’on réserve d’habitude aux gens gravement
malades.
— Tu ne penses pas être possédé, n’est-ce pas ?
— Quoi ? Non ! répondit-il, sur la défensive. Je
me souviens de tout ce que nous avons fait
pendant que je le portais autour du cou. Si j’étais
possédé, je n’aurais plus conscience de mes actes,
non ? Ginny m’a raconté qu’il y avait des moments
où elle ne se souvenait de rien.
— Mmh , marmonna Hermione en contemplant
le lourd médaillon. Il vaudrait peut-être mieux ne
pas l’avoir sur soi. Nous n’avons qu’à le ranger
dans la tente.
— Pas question de laisser traîner cet Horcruxe,
déclara Harry d’un ton ferme. Si nous le perdons,
si on nous le vole…
— D’accord, d’accord, admit Hermione. Elle le
passa alors autour de son propre cou et le cacha
sous son chemisier.
— Mais nous le porterons à tour de rôle, pour
que personne ne le garde trop longtemps sur soi.
— Parfait, commenta Ron d’un ton irrité, et

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 476 / 1250
maintenant que nous avons réglé cette question,
est-ce qu’on pourrait s’occuper de trouver quelque
chose à manger, s’il vous plaît ?
— Bien sûr, mais on ira chercher ailleurs, dit
Hermione en lançant un vague coup d’œil à Harry.
Il ne sert à rien de s’attarder dans un endroit
sillonné par des Détraqueurs.
Ils finirent par s’installer pour la nuit dans un
champ lointain qui appartenait à une ferme isolée
où ils purent se procurer des œufs et du pain.
— Ce n’est pas du vol, hein ? demanda
Hermione, anxieuse, tandis qu’ils dévoraient des
œufs brouillés sur toast. Puisque j’ai laissé de
l’argent à côté du poulailler ?
Ron leva les yeux au ciel et répondit, les joues
pleines :
— Her-mignonne, ’u es ’oujours ’rop inquiè’e.
’é’ends-’oi.
Et en effet, il leur fut beaucoup plus facile de se
détendre après avoir bien mangé. Ce soir-là, la
dispute autour des Détraqueurs s’oublia dans les
rires, et Harry se sentit joyeux, optimiste même,
lorsqu’il prit le premier des trois tours de garde.
Pour la première fois, ils se rendaient compte
que rien ne vaut un ventre bien rempli pour être
de bonne humeur alors qu’un estomac vide rend

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 477 / 1250
querelleur et maussade. Harry ne fut pas le plus
surpris des trois car il avait dû endurer de longues
périodes de quasi-famine chez les Dursley.
Hermione avait supporté raisonnablement les
soirées où ils ne parvenaient à rapporter que
quelques baies et des biscuits rassis ; son caractère
devenait toutefois un peu plus abrupt, ses silences
plus butés. Ron, en revanche, avait toujours
bénéficié de trois délicieux repas par jour, assurés
par sa mère ou par les elfes de maison de
Poudlard, et la faim le rendait déraisonnable et
irascible. Chaque fois que le manque de nourriture
coïncidait avec le moment où son tour était venu
de porter l’Horcruxe, il se révélait franchement
désagréable.
« Où va-t-on, maintenant ? » était devenu son
refrain habituel. Lui-même ne semblait pas avoir
d’idées, il attendait simplement que Harry et
Hermione proposent quelque chose pendant qu’il
restait assis à se morfondre devant l’insuffisance
de leurs provisions. De leur côté, Harry et
Hermione passaient des heures stériles à essayer
de déterminer les endroits où ils pourraient
trouver les autres Horcruxes et à chercher un
moyen de détruire celui qu’ils possédaient déjà,
leurs conversations devenant de plus en plus
répétitives, en l’absence d’informations nouvelles.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 478 / 1250
Comme Dumbledore avait dit à Harry qu’à son
avis Voldemort avait caché les Horcruxes dans des
endroits importants pour lui, ils ne cessaient, en
une sorte de terrible litanie, de réciter la liste des
lieux où le Seigneur des Ténèbres avait vécu ou
qu’il avait visités. L’orphelinat dans lequel il était
né et avait été élevé, Poudlard où il avait fait ses
études, Barjow et Beurk où il avait travaillé à sa
sortie de l’école, puis l’Albanie où il avait passé ses
années d’exil : ces divers éléments formaient la
base de leurs spéculations.
— C’est ça, on n’a qu’à aller en Albanie. Il ne
nous faudra pas plus d’un après-midi pour fouiller
le pays, lança Ron, sarcastique.
— Il ne peut rien y avoir là-bas. Il avait déjà
fabriqué ses Horcruxes avant de s’exiler et
Dumbledore était certain que le serpent est le
sixième, répondit Hermione. Or, nous savons que
le serpent ne se trouve pas en Albanie, il quitte
rarement Vol…
— Ne t’ai-je pas demandé de ne plus prononcer
ce nom ?
— D’accord ! Le serpent quitte rarement Tu-
Sais-Qui… Tu es content comme ça ?
— Pas spécialement.
— Je ne le vois pas cacher quoi que ce soit chez

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 479 / 1250
Barjow et Beurk, reprit Harry.
Il avait souvent souligné ce point, mais il se
répéta une fois de plus pour briser le silence
déplaisant qui s’était installé.
— Barjow et Beurk étaient experts en objets de
magie noire, ils auraient tout de suite reconnu un
Horcruxe.
Ron bâilla volontairement. Réprimant une forte
envie de lui jeter quelque chose à la figure, Harry
poursuivit laborieusement :
— Je crois toujours qu’il aurait pu cacher
quelque chose à Poudlard.
Hermione soupira.
— Dumbledore l’aurait trouvé, Harry !
Il exposa à nouveau l’argument en faveur de
cette hypothèse.
— Dumbledore a dit devant moi qu’il n’avait
jamais eu la prétention de connaître tous les
secrets de Poudlard. Je vous le répète, s’il y a un
endroit que Vol…
— Hé !
— TU-SAIS-QUI, d’accord ! s’écria Harry,
excédé. S’il y avait un endroit important pour Tu-
Sais-Qui, c’était bien Poudlard !
— Arrête, répliqua Ron d’un ton moqueur. Son

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 480 / 1250
école ?
— Ouais, son école ! Elle a été sa première
maison, l’endroit qui a fait de lui un être à part,
elle signifiait tout, à ses yeux, et même après
l’avoir quittée…
— C’est bien de Tu-Sais-Qui qu’on parle ? Pas
de toi ? interrogea Ron.
Il tirait la chaîne de l’Horcruxe passée autour
de son cou et Harry éprouva le désir de s’en servir
pour l’étrangler.
— Tu nous as raconté que Tu-Sais-Qui avait
demandé à Dumbledore de lui confier un poste
d’enseignant après son départ, dit Hermione.
— Exact, confirma Harry.
— Et Dumbledore pensait qu’il voulait revenir
simplement pour essayer de trouver quelque
chose, sans doute un autre objet ayant appartenu à
l’un des fondateurs, afin de le transformer en
Horcruxe ?
— Oui.
— Mais il n’a pas obtenu ce poste, n’est-ce pas ?
poursuivit Hermione. Il n’a donc jamais eu
l’occasion de s’emparer d’un tel objet et de le
cacher dans l’école !
— Très bien, d’accord, admit Harry. Tu as

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 481 / 1250
gagné. Oublions Poudlard.
Sans autre piste à suivre, ils se rendirent à
Londres et, cachés sous la cape d’invisibilité,
cherchèrent l’orphelinat dans lequel Voldemort
avait été élevé. Hermione se faufila dans une
bibliothèque et découvrit dans les archives que
l’endroit avait été démoli de nombreuses années
auparavant. Quand ils allèrent sur place, ils se
retrouvèrent devant une tour de bureaux.
— On pourrait peut-être essayer de creuser
dans les fondations ? suggéra Hermione sans
grande conviction.
— Ce n’est pas là qu’il aurait caché un
Horcruxe, répondit Harry.
Il le savait depuis le début : l’orphelinat était le
lieu dont Voldemort avait résolu de s’enfuir.
Jamais il n’y aurait dissimulé une partie de son
âme. Dumbledore avait expliqué à Harry que
Voldemort cherchait dans ses cachettes une
certaine grandeur ou une puissance mystique. Ce
sinistre coin grisâtre de Londres était aussi éloigné
que possible du château de Poudlard, du ministère
de la Magie ou d’un édifice comme Gringotts, la
banque des sorciers, avec ses portes d’or et ses sols
de marbre.
Même dépourvus de nouvelles idées, ils

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 482 / 1250
continuèrent de parcourir la campagne, plantant
la tente dans un endroit différent chaque soir pour
des raisons de sécurité. Au matin, ils s’assuraient
de ne laisser derrière eux aucun indice pouvant
trahir leur présence, puis partaient en quête d’un
autre lieu retiré et solitaire, transplanant vers des
forêts, des crevasses obscures au flanc des falaises,
des landes pourpres, des montagnes aux pentes
couvertes d’ajoncs et même, un jour, la plage de
galets d’une crique abritée. Toutes les douze
heures environ, ils se passaient l’Horcruxe, comme
dans une version dénaturée, au ralenti, d’un jeu de
furet où ils redoutaient que la chanson s’arrête car
le prix à payer s’élevait à douze heures d’angoisse
et de peur.
Harry continuait de ressentir des picotements
dans sa cicatrice. Il remarqua que le phénomène
se produisait plus souvent lorsque c’était lui qui
portait l’Horcruxe. Parfois, il ne pouvait
s’empêcher de réagir à la douleur.
— Quoi ? Qu’est-ce que tu as vu ? demandait
Ron lorsqu’il voyait Harry grimacer.
— Un visage, marmonnait celui-ci à chaque
fois. Toujours le même. Celui du voleur de
Gregorovitch.
Ron détournait alors la tête sans chercher à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 483 / 1250
dissimuler sa déception. Harry savait qu’il espérait
avoir des nouvelles de sa famille, ou des autres
membres de l’Ordre du Phénix mais, après tout, il
n’était pas une antenne de télévision. Il pouvait
seulement voir ce que pensait Voldemort à un
moment donné, et non pas se brancher sur ce qu’il
souhaitait, au gré de sa fantaisie. Apparemment,
Voldemort n’avait plus en tête que le jeune
inconnu au visage réjoui, dont Harry était sûr que
le Seigneur des Ténèbres ignorait tout autant que
lui le nom et le lieu de résidence. Tandis que sa
cicatrice continuait de le brûler et que le joyeux
jeune homme aux cheveux blonds flottait dans sa
mémoire, telle une image inaccessible, Harry
apprit à dissimuler tout signe de douleur ou de
malaise. Les deux autres, en effet, s’irritaient
d’entendre toujours parler du voleur. Harry ne
pouvait entièrement les en blâmer, en un moment
où ils cherchaient si désespérément une piste qui
puisse les mener aux Horcruxes.
À mesure que les jours s’étiraient en semaines,
il commença à soupçonner Ron et Hermione
d’avoir des conversations sans lui et sur lui.
Plusieurs fois, ils s’interrompirent brusquement
en le voyant entrer dans la tente et à deux reprises,
il les surprit par hasard, à quelque distance, leurs
têtes penchées l’une contre l’autre, en train de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 484 / 1250
parler précipitamment. Les deux fois, ils se turent
à son approche et firent semblant de s’affairer à
ramasser du bois ou à remplir un seau d’eau.
Il ne put s’empêcher de se demander s’ils
avaient accepté de l’accompagner, dans ce qui
apparaissait à présent comme un voyage futile et
incohérent, uniquement parce qu’ils avaient cru
tout d’abord que Harry avait un plan secret dont
ils apprendraient les détails en cours de route. Ron
ne faisait aucun effort pour dissimuler sa
mauvaise humeur et Harry avait peur
qu’Hermione, elle aussi, soit déçue par son
incapacité à diriger les opérations. Dans une
tentative désespérée, il essaya de penser à d’autres
lieux où pourraient se trouver les Horcruxes mais
le seul qui lui revenait régulièrement en tête était
Poudlard. Et comme cette hypothèse paraissait
improbable aux deux autres, il cessa d’en parler.
L’automne s’installait dans la campagne qu’ils
ne cessaient de parcourir. Ils montaient à présent
leur tente sur des couches de feuilles mortes et des
brumes naturelles s’ajoutaient à celles répandues
par les Détraqueurs. La pluie et le vent aggravaient
leurs soucis. Le fait qu’Hermione ait appris à
mieux identifier les champignons comestibles ne
pouvait suffire à compenser leur isolement
continu, le manque de compagnie ou leur totale

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 485 / 1250
ignorance de ce qui se passait dans la guerre
contre Voldemort.
— Ma mère, dit Ron, un soir où ils étaient
installés dans la tente sur la berge d’une rivière
galloise, est capable de faire surgir dans les airs de
délicieux petits plats.
L’air morose, il piqua sa fourchette dans les
morceaux de poisson grisâtres et carbonisés
rassemblés dans son assiette. Harry jeta
machinalement un regard en direction de son cou
et vit briller, comme il s’y était attendu, la chaîne
d’or de l’Horcruxe. Il parvint à réfréner l’envie
d’insulter Ron dont l’attitude, il le savait,
s’améliorerait légèrement quand le moment serait
venu pour lui d’enlever le médaillon.
— Ta mère ne peut pas faire surgir de la
nourriture du néant, répliqua Hermione. Personne
ne le peut. La nourriture est la première des
exceptions principales à la loi de Gamp sur la
métamorphose élémentaire…
— Tu ne peux pas parler normalement ?
l’interrompit Ron en arrachant une arête d’entre
ses dents.
— Il est impossible de faire apparaître de bons
petits plats à partir de rien ! On peut utiliser un
sortilège d’Attraction si on sait où ils se trouvent,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 486 / 1250
on peut les modifier, on peut en accroître la
quantité si on en a déjà…
— Surtout, ne te donne pas la peine d’accroître
la quantité de ce truc-là, c’est dégoûtant, coupa
Ron.
— Harry a péché le poisson et j’ai fait ce que j’ai
pu pour le préparer ! Je constate que c’est toujours
moi qui finis par m’occuper de la cuisine. Sans
doute parce que je suis une fille !
— Non, c’est parce que tu es censée être la
meilleure en magie ! rétorqua Ron.
Hermione se leva d’un bond et des morceaux de
brochet rôtis glissèrent de son assiette en étain,
tombant sur le sol.
— Demain, c’est toi qui t’occuperas de la
cuisine, Ron, c’est toi qui te procureras les
ingrédients et c’est toi qui trouveras les formules
magiques pour les transformer en quelque chose
de mangeable. Moi, je resterai assise à ronchonner
en faisant des grimaces et tu verras comment tu…
— Silence ! trancha Harry, en se levant à son
tour, les deux mains tendues devant lui. Plus un
mot !
Hermione parut scandalisée.
— Comment peux-tu prendre son parti, il ne
fait pratiquement jamais la cuisine…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 487 / 1250
— Hermione, tais-toi, j’entends quelqu’un.
Il tendit l’oreille, les mains toujours levées pour
les empêcher de parler. Mêlées au bruit de la
rivière dont les eaux sombres bouillonnaient et
clapotaient à côté d’eux, il entendit à nouveau des
voix. Il jeta un coup d’œil au Scrutoscope. Il ne
bougeait pas.
— Tu as jeté l’ Assurdiato ? murmura-t-il à
Hermione.
— J’ai fait tout ce qu’il fallait, chuchota-t-elle.
Assurdiato , Repousse-Moldu et sortilèges de
Désillusion, tout. Quels qu’ils soient, ils ne
devraient ni nous entendre ni nous voir.
Des grattements, des raclements, auxquels
s’ajoutaient des bruits de pierres ou de branchages
remués, leur indiquèrent que plusieurs personnes
descendaient la pente boisée et escarpée qui
menait vers la berge étroite où ils avaient planté
leur tente. Ils sortirent leurs baguettes, attendant.
Les sortilèges qu’ils avaient jetés autour d’eux
auraient dû suffire, dans l’obscurité quasi totale, à
les dissimuler aux yeux de Moldus ou de sorciers
normaux. Mais s’il s’agissait de Mangemorts, leurs
défenses allaient peut-être subir pour la première
fois l’épreuve de la magie noire.
À mesure que les nouveaux venus avançaient

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 488 / 1250
vers la rive, leurs voix devenaient plus sonores
mais pas plus intelligibles. Harry estima que le
groupe devait se trouver à cinq ou six mètres mais
avec le bruit de cascade de la rivière, il était
impossible d’en être sûr. Hermione attrapa le sac
en perles et fouilla dedans. Au bout d’un certain
temps, elle en retira trois Oreilles à rallonge et en
jeta deux à Harry et à Ron qui enfoncèrent
aussitôt dans leurs propres oreilles l’extrémité de
la ficelle couleur chair, dont ils déroulèrent l’autre
bout à l’entrée de la tente.
Quelques secondes plus tard, Harry entendit
une voix d’homme au ton las :
— Il devrait y avoir des saumons, ici, ou tu crois
que c’est trop tôt dans la saison ! Accio saumon !
Il y eut des clapotements caractéristiques puis
les claquements d’un poisson qui se débattait
entre les mains de l’homme. Quelqu’un poussa un
grognement appréciateur. Harry enfonça plus
profondément l’Oreille à rallonge dans la sienne.
Par-dessus le murmure de la rivière, il percevait
d’autres voix, mais elles ne parlaient pas anglais ni
aucune autre langue humaine qu’il eût jamais
entendue. C’était un langage rude, dissonant, une
suite de sons gutturaux, grinçants. Apparemment,
il y avait deux personnes qui s’exprimaient ainsi

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 489 / 1250
dont l’une avait une voix plus basse, plus lente que
l’autre.
Des flammes jaillirent et dansèrent de l’autre
côté de la toile. De grandes ombres passaient entre
le feu et la tente. Un délicieux fumet de saumon
braisé flotta jusqu’à eux, tentateur. Puis ils
entendirent des cliquetis de couverts et d’assiettes
et le premier homme parla à nouveau :
— Tenez, Gripsec, Gornuk.
« Des gobelins » dit Hermione en formant
silencieusement le mot sur ses lèvres.
Harry approuva d’un signe de tête.
— Merci, répondirent ensemble les deux
gobelins, en anglais.
— Alors, il y a combien de temps que vous êtes
en fuite, tous les trois ? demanda une nouvelle
voix, mélodieuse et agréable à l’oreille.
Elle était vaguement familière à Harry qui
imagina un homme au visage jovial et au ventre
rebondi.
— Six semaines… Sept peut-être… j’ai oublié,
répondit l’homme au ton las. J’ai rencontré
Gripsec au bout de deux jours et Gornuk s’est joint
à nous quelque temps plus tard. Ça fait du bien
d’avoir un peu de compagnie.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 490 / 1250
Il y eut une pause pendant laquelle on les
entendit racler leurs couteaux contre les assiettes,
puis prendre et reposer des chopes d’étain.
— Et toi, qu’est-ce qui t’a décidé à partir, Ted ?
reprit l’homme.
— Je savais qu’ils venaient me chercher,
répondit la voix mélodieuse du dénommé Ted, et
Harry le reconnut soudain : c’était le père de
Tonks. La semaine dernière, j’ai entendu dire qu’il
y avait des Mangemorts dans le coin et j’ai décidé
qu’il valait mieux m’enfuir. J’avais refusé de me
faire enregistrer comme né-Moldu, par principe,
tu comprends ? Je savais donc que ce n’était plus
qu’une question de temps. Finalement, j’aurais été
obligé de partir. Ma femme ne devrait pas avoir de
problème, elle est de sang pur. Ensuite, j’ai
rencontré Dean… c’était quand, fiston ? Il y a
quelques jours, non ?
— Oui, répondit une autre voix.
Harry, Ron et Hermione échangèrent un
regard. Ils restèrent silencieux, mais ils avaient du
mal à contenir leur fébrilité, car ils étaient sûrs
d’avoir reconnu la voix de Dean Thomas, leur
condisciple de Gryffondor.
— Tu es né moldu, hein ? demanda le premier
homme.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 491 / 1250
— Pas sûr, répliqua Dean. Mon père a quitté ma
mère quand j’étais enfant. Mais je n’ai aucune
preuve que c’était un sorcier.
Pendant un moment, le silence ne fut troublé
que par des bruits de mastication, puis Ted parla à
nouveau :
— Je dois dire, Dirk, que je suis surpris de
tomber sur toi. Content, mais surpris. La rumeur
courait que tu avais été arrêté.
— C’est vrai, répondit Dirk. Mais à mi-chemin
d’Azkaban, je me suis enfui, j’ai stupéfixé Dawlish
et je lui ai volé son balai. C’était plus facile qu’on
ne l’aurait cru. Je crois qu’il n’est pas en très
bonne forme, ces temps-ci. Il a peut-être subi un
sortilège de Confusion. Si c’est le cas, j’aimerais
bien serrer la main du sorcier ou de la sorcière qui
lui a jeté le sort, ça m’a sans doute sauvé la vie.
Il y eut une nouvelle pause. Le feu crépitait,
l’eau de la rivière bouillonnait. Enfin, Ted reprit :
— Et vous deux, comment vous vous situez ?
Je… heu… j’avais l’impression que dans
l’ensemble, les gobelins étaient partisans de Vous-
Savez-Qui.
— C’était une fausse impression, répliqua le
gobelin à la voix plus aiguë que l’autre. Nous ne
prenons pas parti. C’est une guerre entre sorciers.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 492 / 1250
— Dans ce cas, pourquoi vous cachez-vous ?
— J’ai estimé que c’était plus prudent, répondit
le gobelin à la voix grave. Ayant refusé de me
soumettre à une exigence que je jugeais
impudente, je voyais bien que ma sécurité
personnelle était menacée.
— Que vous ont-ils demandé ? interrogea Ted.
— D’accomplir des tâches incompatibles avec la
dignité de mon espèce, répondit le gobelin, la voix
plus rude et moins humaine. Je ne suis pas un elfe
de maison.
— Et vous, Gripsec ?
— Mêmes raisons, dit le gobelin à la voix aiguë.
Gringotts n’est plus sous le seul contrôle de mes
semblables. Et je ne reconnais aucun maître parmi
les sorciers.
Dans un murmure, il ajouta quelque chose en
Gobelbabil et Gornuk éclata de rire.
— C’était quoi, la blague ? demanda Dean.
— Il a dit, expliqua Dirk, qu’il y a aussi des
choses que les sorciers ne reconnaissent pas.
Il y eut un bref silence.
— Je ne comprends pas l’astuce, avoua Dean.
— J’ai eu ma petite revanche avant de partir,
reprit Gripsec en anglais.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 493 / 1250
— Bravo, bonhomme…, approuva Ted.
Bongobelin, devrais-je dire, rectifia-t-il aussitôt.
Vous n’avez quand même pas réussi à enfermer un
Mangemort dans l’une de vos vieilles chambres
fortes inviolables ?
— Si c’était le cas, l’épée ne l’aurait pas aidé à
forcer la porte, répondit Gripsec.
Gornuk s’esclaffa à nouveau et Dirk lui-même
eut un petit rire sec.
— Encore quelque chose qui nous a échappé, à
Dean et à moi, dit Ted.
— Il y a aussi quelque chose qui a échappé à
Severus Rogue, mais il ne le sait pas encore, reprit
Gripsec.
Les deux gobelins éclatèrent d’un grand rire
féroce.
À l’intérieur de la tente, l’excitation de Harry
devint telle qu’il avait du mal à respirer. Ils se
regardèrent avec Hermione, tendant l’oreille pour
ne pas perdre le moindre mot.
— Tu n’as pas entendu parler de ça, Ted ?
demanda Dirk. Les mômes qui ont essayé de voler
l’épée de Gryffondor dans le bureau de Rogue, à
Poudlard ?
Figé sur place, Harry eut l’impression que
chaque nerf de son corps était parcouru d’un

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 494 / 1250
courant électrique.
— Jamais rien su, dit Ted. Ils n’en ont pas parlé
dans La Gazette ?
— Ça m’étonnerait, répondit Dirk en gloussant
de rire. C’est Gripsec qui me l’a raconté. Il l’a
entendu dire par Bill Weasley qui travaille pour la
banque. L’un des mômes qui ont essayé de voler
l’épée était la jeune sœur de Bill.
Harry jeta un coup d’œil à Hermione et à Ron
qui s’accrochaient tous deux à leurs Oreilles à
rallonge comme s’il s’était agi d’un filin de
sécurité.
— Elle et deux autres amis se sont introduits
dans le bureau de Rogue et ont fracassé la vitrine
dans laquelle il gardait l’épée. Rogue les a surpris
au moment où ils essayaient de s’enfuir dans
l’escalier.
— Dieu les bénisse, dit Ted. Pensaient-ils
pouvoir se servir de l’épée contre Vous-Savez-
Qui ? Ou contre Rogue lui-même :
— Je ne sais pas ce qu’ils avaient en tête mais,
en tout cas, Rogue a estimé que l’épée n’était plus
en sécurité là où elle était, poursuivit Dirk. Deux
jours plus tard, sur l’ordre de Vous-Savez-Qui,
j’imagine, il a envoyé l’épée à Londres pour qu’elle
soit conservée à Gringotts.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 495 / 1250
Les gobelins recommencèrent à rire.
— Je ne vois toujours pas ce qu’il y a de drôle,
remarqua Ted.
— C’est un faux, répondit Gripsec d’une voix
râpeuse.
— L’épée de Gryffondor !
— Oui. C’est une copie – une excellente copie, il
est vrai – mais fabriquée par des sorciers. La vraie
a été forgée il y a des siècles par des gobelins et
elle était dotée de certaines propriétés que seules
les armes produites par les gobelins possèdent.
J’ignore où se trouve la véritable épée de
Gryffondor, mais ce n’est certainement pas dans
un coffre de Gringotts.
— Je comprends, dit Ted. Et bien entendu, vous
ne vous êtes pas donné la peine d’en informer les
Mangemorts ?
— Je ne voyais aucune raison de les importuner
avec ce genre de détails, répondit Gripsec d’un ton
suffisant.
Cette fois, Ted et Dean joignirent leurs éclats de
rire à ceux de Gornuk et de Dirk.
Dans la tente, Harry ferma les yeux. Il
souhaitait ardemment que quelqu’un pose la
question si importante pour lui et au bout d’une
minute qui lui parut dix fois plus longue, ce fut

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 496 / 1250
Dean qui exauça son vœu. Lui aussi (Harry
tressaillit à ce souvenir) avait été le petit ami de
Ginny.
— Qu’est-ce qui est arrivé à Ginny et aux
autres ? Ceux qui ont essayé de voler l’épée ?
— Oh, ils ont été punis, et cruellement, répondit
Gripsec d’un ton indifférent.
— Ce n’est pas trop sérieux, j’espère ? demanda
précipitamment Ted. Les Weasley n’ont vraiment
pas besoin qu’un autre de leurs enfants soit blessé.
— Autant que je le sache, ils n’ont rien subi de
grave, assura Gripsec.
— Une chance pour eux, remarqua Ted. Avec
les antécédents de Rogue, on peut s’estimer
heureux qu’ils soient toujours vivants.
— Alors, toi aussi, tu crois cette histoire, Ted ?
interrogea Dirk. Tu penses que Rogue a tué
Dumbledore ?
— Bien sûr que oui, répliqua Ted. Tu ne vas
quand même pas m’affirmer tranquillement que
Potter a quelque chose à voir là-dedans ?
— On ne sait plus que croire, ces temps-ci,
marmonna Dirk.
— Je connais Harry Potter, intervint Dean. Et à
mon avis, il mérite sa réputation… c’est bien lui

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 497 / 1250
l’Élu, ou quel que soit le nom qu’on lui donne.
— Ouais, il y a plein de gens qui aimeraient bien
en être persuadés, fiston, répliqua Dirk. Moi y
compris. Mais où est-il ? Apparemment, il a pris la
fuite. S’il savait quelque chose qu’on ignore, ou s’il
était quelqu’un d’exceptionnel, on pourrait penser
qu’il serait là à se battre, à organiser la résistance,
au lieu de se cacher. Et tu sais, La Gazette a publié
des articles assez convaincants contre lui…
— La Gazette ? l’interrompit Ted avec mépris.
Tu mérites bien qu’on te raconte des mensonges si
tu continues à lire cette flaque de boue, Dirk. Si tu
veux les faits, essaye Le Chicaneur .
Il y eut une soudaine explosion de toux et de
hoquets, suivie de grands coups sourds.
Apparemment, Dirk avait avalé une arête. Il
parvint enfin à balbutier :
— Le Chicaneur ? Le torchon délirant de Xeno
Lovegood ?
— Il n’est pas si délirant que ça, ces temps-ci,
dit Ted. Tu devrais y jeter un coup d’œil. Xeno
publie tout ce que La Gazette passe sous silence, il
ne parle pas une seule fois du Ronflak Cornu dans
le dernier numéro. Combien de temps le
laisseront-ils faire, je n’en sais rien. Mais Xeno
affirme à la une de chaque numéro que tous les

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 498 / 1250
sorciers opposés à Vous-Savez-Qui devraient avoir
pour priorité d’apporter leur aide à Harry Potter.
— Pas facile d’aider quelqu’un qui a disparu de
la surface de la terre, fit remarquer Dirk.
— Écoute, le simple fait qu’ils n’aient pas
encore réussi à le capturer est déjà un sacré
exploit, poursuivit Ted. J’aimerais bien en prendre
de la graine. C’est ce qu’on cherche tous à faire,
rester libres, non ?
— Oui, c’est vrai, sur ce point, tu as raison,
reconnut Dirk d’un ton lourd. Avec le ministère et
tous ses informateurs à ses trousses, je
m’attendais à ce qu’il soit en prison, à l’heure qu’il
est. Mais finalement, qui peut assurer qu’ils ne
l’ont pas déjà arrêté et exécuté sans l’avoir
annoncé ?
— Ah, ne dis pas ça, Dirk, murmura Ted.
Pendant la longue pause qui suivit, on entendit
de nouveaux bruits de couverts entrechoqués.
Lorsque la conversation reprit, ce fut pour décider
s’ils feraient mieux de dormir sur la berge ou de
remonter le flanc boisé de la colline. Estimant que
les arbres leur offriraient un meilleur abri, ils
éteignirent leur feu et gravirent la pente, leurs voix
s’évanouissant au loin.
Harry, Ron et Hermione enroulèrent les

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 499 / 1250
Oreilles à rallonge. Harry, qui avait éprouvé de
plus en plus de difficultés à demeurer silencieux à
mesure qu’il les entendait parler, fut incapable de
dire autre chose que :
— Ginny… L’épée…
— Je sais ! s’exclama soudain Hermione.
Elle se rua sur le sac en perles et y plongea cette
fois le bras tout entier.
— Ça y est… le… voilà…, dit-elle entre ses dents
serrées.
Elle tira quelque chose qui se trouvait dans les
profondeurs. Lentement, le coin d’un cadre
ouvragé apparut. Harry se précipita pour l’aider.
Tout en hissant hors du sac le portrait vide de
Phineas Nigellus, Hermione gardait sa baguette
pointée dessus, prête à jeter un sort à tout instant.
— Si quelqu’un a échangé la véritable épée
contre sa copie pendant qu’il était dans le bureau
de Dumbledore, dit-elle d’une voix essoufflée,
tandis qu’ils posaient le tableau debout contre la
toile de la tente, Phineas Nigellus l’aurait vu, il
était accroché juste à côté de la vitrine !
— À moins qu’il n’ait été endormi, objecta
Harry.
Mais il retint quand même son souffle lorsque
Hermione s’agenouilla devant la toile vide, sa

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 500 / 1250
baguette dirigée en son centre, et dit, après s’être
éclairci la gorge :
— Heu… Phineas ? Phineas Nigellus ?
Il ne se passa rien.
— Phineas Nigellus ? répéta Hermione.
Professeur Black ? Pourrions-nous vous parler ?
S’il vous plaît ?
— « S’il vous plaît » est toujours utile, répondit
une voix froide et narquoise.
Phineas Nigellus se glissa alors dans son
tableau. Hermione s’écria aussitôt :
— Obscuro !
Un bandeau noir apparut soudain sur les yeux
sombres et vifs de Phineas Nigellus qui se cogna
contre le bord du cadre et poussa un cri de
douleur.
— Que… Comment osez-vous… ? Qu’est-ce que
vous…
— Je suis vraiment désolée, professeur Black,
s’excusa Hermione, mais c’est une précaution
indispensable !
— Ôtez immédiatement cet ajout détestable !
Otez-le, vous dis-je ! Vous êtes en train de détruire
une grande œuvre d’art ! Où suis-je ? Que se
passe-t-il ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 501 / 1250
— Peu importe où nous sommes, répondit
Harry.
Phineas Nigellus s’immobilisa, abandonnant
toute tentative d’effacer le bandeau peint.
— Est-il possible qu’il s’agisse de la voix de
l’insaisissable Mr Potter ?
— Peut-être bien, admit Harry, sachant qu’il
éveillerait ainsi l’intérêt de Phineas Nigellus. Nous
avons deux ou trois questions à vous poser… au
sujet de l’épée de Gryffondor.
— Ah, dit Phineas qui tournait la tête dans tous
les sens pour s’efforcer d’apercevoir Harry. Oui,
cette petite sotte a agi d’une manière bien
imprudente…
— Ne parlez pas comme ça de ma sœur,
s’insurgea Ron d’un ton abrupt.
Phineas Nigellus haussa des sourcils
dédaigneux.
— Qui d’autre se trouve ici ? demanda-t-il,
tournant à nouveau la tête de tous côtés. Votre ton
me déplaît ! Cette jeune fille et ses amis se sont
conduits avec une extrême témérité. Voler le
directeur !
— Ils ne volaient pas, répliqua Harry. L’épée
n’appartient pas à Rogue.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 502 / 1250
— Elle appartient à l’école du professeur Rogue,
déclara Phineas Nigellus. Pourriez-vous me dire
exactement quel droit cette fille Weasley peut
avoir sur cet objet ? Elle a mérité sa punition, ainsi
que cet idiot de Londubat et cette grotesque petite
Lovegood !
— Neville n’est pas un idiot et Luna n’est pas
grotesque ! protesta Hermione.
— Où suis-je ? répéta Phineas Nigellus qui
recommençait à se débattre avec son bandeau. Où
m’avez-vous amené ? Pourquoi m’avez-vous
enlevé de la maison de mes ancêtres ?
— Peu importe ! Quelle punition Rogue a-t-il
infligée à Ginny, Neville et Luna ? demanda Harry
d’un ton pressant.
— Le professeur Rogue les a envoyés dans la
Forêt interdite accomplir quelques tâches pour ce
gros balourd de Hagrid.
— Hagrid n’est pas un gros balourd ! s’écria
Hermione d’une voix perçante.
— Rogue a peut-être pensé que c’était une
punition, dit Harry, mais Ginny, Neville et Luna
ont dû bien s’amuser avec Hagrid. La Forêt
interdite… Ils ont vu pire ! Ce n’est pas grand-
chose !
Il se sentit soulagé. Il avait imaginé des

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 503 / 1250
horreurs, le sortilège Doloris, au minimum.
— Ce que nous voulons vraiment savoir,
professeur Black, c’est si quelqu’un d’autre a un
jour… heu… pris l’épée ? Peut-être pour la nettoyer
ou… ou autre chose ?
Phineas interrompit à nouveau ses efforts pour
se débarrasser du bandeau et ricana.
— Ah, les nés-Moldus ! répliqua-t-il. Les armes
et armures fabriquées par les gobelins n’ont pas
besoin d’être nettoyées, petite simplette. L’argent
des gobelins repousse la vulgaire saleté et
n’absorbe que ce qui le renforce.
— Ne traitez pas Hermione de simplette,
protesta Harry.
— Je commence à me lasser d’être sans cesse
contredit, déclara Phineas Nigellus. Peut-être est-
il temps pour moi de retourner dans le bureau du
directeur ?
Les yeux toujours bandés, il tâtonna le bord de
son cadre, essayant de sortir du tableau et de
revenir dans celui de Poudlard à l’aveuglette.
Harry eut une inspiration soudaine.
— Dumbledore ! Vous pouvez faire venir
Dumbledore ?
— Je vous demande pardon ? s’étonna Phineas
Nigellus.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 504 / 1250
— Le portrait du professeur Dumbledore… Ne
pourriez-vous pas l’amener dans le vôtre ?
Phineas tourna la tête dans la direction d’où lui
parvenait la voix de Harry.
— De toute évidence, il n’y a pas que les nés-
Moldus qui sont ignorants, Potter. Les portraits de
Poudlard peuvent aller d’un tableau à l’autre, mais
il leur est impossible de voyager hors du château
sauf pour se rendre dans une autre peinture qui
les représente ailleurs. Dumbledore ne peut pas
venir ici avec moi et après le traitement que j’ai dû
subir entre vos mains, je puis vous assurer que je
ne renouvellerai pas ma visite !
Légèrement dépité, Harry regarda Phineas
redoubler d’efforts pour quitter son cadre.
— Professeur Black, reprit Hermione, ne
pourriez-vous simplement nous préciser, s’il vous
plaît, à quel moment l’épée a quitté sa vitrine pour
la dernière fois ? Je veux dire, avant que Ginny la
prenne ?
Phineas eut un petit grognement impatient.
— Je crois que la dernière fois que j’ai vu l’épée
de Gryffondor sortir de sa vitrine, c’est quand le
professeur Dumbledore s’en est servi pour fendre
une bague.
Hermione se retourna soudain vers Harry. Ils

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 505 / 1250
ne voulaient pas en dire plus devant Phineas
Nigellus qui avait enfin réussi à trouver la sortie.
— Je vous souhaite une bonne nuit, lança-t-il,
d’un ton un peu aigre.
À nouveau, il commença à disparaître. On ne
voyait plus que le bord de son chapeau lorsque
Harry poussa un cri soudain.
— Attendez ! Avez-vous raconté à Rogue ce que
vous aviez vu ?
Le visage aux yeux bandés de Phineas
réapparut à l’intérieur du cadre.
— Le professeur Rogue a bien d’autres soucis en
tête que les nombreuses excentricités d’Albus
Dumbledore. Adieu, Potter !
Cette fois, il s’effaça complètement, ne laissant
derrière lui que la toile de fond d’un brun terreux.
— Harry ! s’écria Hermione.
— Je sais ! s’exclama Harry.
Incapable de se dominer, il donna un coup de
poing dans le vide : il n’aurait jamais osé en
espérer tant ! Il marcha de long en large sous la
tente, avec un tel entrain qu’il aurait volontiers
couru deux kilomètres. Il n’avait même plus faim.
Hermione fourra à nouveau le portrait de Phineas
Nigellus dans le sac en perles. Lorsqu’elle l’eut

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 506 / 1250
refermé, elle le jeta un peu plus loin et leva vers
Harry un visage rayonnant.
— L’épée peut détruire les Horcruxes ! Les
lames fabriquées par les gobelins n’absorbent que
ce qui les renforce. Harry, cette épée est
imprégnée de venin de Basilic !
— Et Dumbledore ne me l’a pas donnée lui-
même parce qu’il en avait encore besoin, il voulait
l’utiliser pour le médaillon…
— Et il a dû prévoir qu’ils ne te laisseraient pas
la prendre s’il te la léguait par testament…
— Il en a donc fait faire une copie…
— Et a mis la fausse épée dans la vitrine…
— En laissant la vraie… Où ?
Leurs regards se croisèrent. Harry sentait que
la réponse était suspendue dans les airs, invisible,
au-dessus de leur tête, à la fois proche et
inaccessible. Pourquoi Dumbledore ne lui avait-il
pas dit où elle se trouvait ? Ou bien le lui avait-il
dit sans que Harry le comprenne sur le moment ?
— Réfléchis ! murmura Hermione. Réfléchis !
Où aurait-il pu la cacher ?
— Pas à Poudlard, répondit Harry en
recommençant à faire les cent pas.
— Quelque part à Pré-au-Lard ? suggéra

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 507 / 1250
Hermione.
— La Cabane hurlante, peut-être ? Personne n’y
va jamais.
— Mais Rogue sait comment y entrer, tu ne
crois pas que ce serait un peu risqué ?
— Dumbledore avait confiance en Rogue, lui
rappela Harry.
— Pas suffisamment pour lui révéler qu’il avait
échangé les deux épées, fit remarquer Hermione.
— C’est vrai, tu as raison !
Harry se sentit encore plus joyeux à la pensée
que Dumbledore ait pu avoir des réserves, si
faibles soient-elles, sur la loyauté de Rogue.
— Dans ce cas, aurait-il caché l’épée loin de
Pré-au-Lard ? Qu’est-ce que tu en penses, Ron ?
Ron ?
Harry regarda autour de lui. Pendant un instant
d’incrédulité, il pensa que Ron était peut-être sorti
de la tente puis s’aperçut qu’il était simplement
allongé dans l’ombre d’un des lits superposés, le
visage immobile.
— Ah tiens, vous vous êtes souvenus de mon
existence ? dit-il.
— Quoi ?
Ron laissa échapper un petit ricanement, les

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 508 / 1250
yeux fixés sur le lit supérieur, au-dessus de sa tête.
— Continuez tous les deux, je ne veux surtout
pas jouer les rabat-joie.
Perplexe, Harry se tourna vers Hermione, en
quête d’un peu d’aide, mais elle hocha la tête,
apparemment aussi déconcertée que lui.
— C’est quoi, le problème ? demanda Harry.
— Le problème ? Il n’y a pas de problème,
répondit Ron, refusant toujours de regarder
Harry. Selon toi, en tout cas.
Ils entendirent plusieurs ploc ! sur la toile, au-
dessus de leurs têtes. Il avait commencé à
pleuvoir.
— Toi, en revanche, on voit que tu en as un,
reprit Harry. Alors, vas-y, raconte.
Ron balança ses longues jambes hors du lit et se
redressa en position assise. Il avait un air méchant
qui ne lui ressemblait pas.
— D’accord, je vais raconter. Ne compte pas sur
moi pour marcher de long en large dans cette tente
en me demandant où peut bien se trouver un de
ces fichus objets qu’il faudrait se procurer. Tu n’as
qu’à l’ajouter à la liste de tout ce que tu ne sais pas.
— Que je ne sais pas ? répéta Harry. Que je ne
sais pas ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 509 / 1250
Ploc ! Ploc ! Ploc ! La pluie tombait plus fort et
plus dru. Elle tambourinait autour d’eux sur la
berge recouverte de feuilles mortes et sur l’eau de
la rivière qui murmurait dans l’obscurité. La
crainte tempéra soudain l’enthousiasme de Harry :
Ron était en train de dire exactement tout ce qu’il
l’avait soupçonné de penser, tout ce qu’il avait
appréhendé.
— Je m’amuse comme un petit fou, ici, croyez-
le bien, poursuivit Ron, avec mon bras estropié et
rien à manger, à me geler les fesses toutes les
nuits. J’avais simplement espéré qu’après avoir
passé des semaines à courir partout, on aurait fini
par obtenir un résultat.
— Ron, dit Hermione, mais à voix si basse qu’il
pouvait faire semblant de ne pas l’avoir entendue
avec le martèlement de la pluie sur la tente.
— Je croyais que tu savais à quoi tu t’étais
engagé, lança Harry.
— Oui, moi aussi, je le croyais.
— Alors qu’est-ce qui n’est pas à la hauteur de
tes espérances ? interrogea Harry.
La colère venait à sa rescousse, à présent.
— Tu pensais que nous allions descendre dans
des hôtels cinq étoiles ? Que nous trouverions un
Horcruxe tous les deux jours ? Tu croyais pouvoir

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 510 / 1250
revenir chez maman pour Noël ?
— On croyait que tu savais ce que tu faisais !
s’exclama Ron en se levant.
Ses paroles transpercèrent Harry comme des
lames brûlantes.
— On croyait que Dumbledore t’avait expliqué
comment t’y prendre, on croyait que tu avais un
véritable plan !
— Ron ! s’écria Hermione.
Cette fois, sa voix était parfaitement audible
malgré le fracas de la pluie sur le toit de la tente,
mais il ne lui prêtait toujours pas la moindre
attention.
— Eh bien, désolé de t’avoir déçu, répondit
Harry d’un ton très calme, malgré le sentiment de
vide, d’insuffisance, qu’il éprouvait. J’ai été franc
avec toi dès le début, je t’ai répété tout ce que
Dumbledore m’avait révélé. Et au cas où tu ne
l’aurais pas remarqué, nous avons trouvé un
Horcruxe…
— Oui, et on est aussi près de s’en débarrasser
que de retrouver les autres… C’est-à-dire
fichtrement loin.
— Enlève le médaillon, Ron, le pressa
Hermione, la voix étrangement aiguë. S’il te plaît,
enlève-le. Tu ne parlerais pas comme ça si tu ne

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 511 / 1250
l’avais pas porté toute la journée.
— Oh, si, il dirait exactement la même chose,
assura Harry qui ne voulait pas trouver d’excuses à
Ron. Vous croyez que je n’ai pas remarqué vos
messes basses derrière mon dos ? Vous croyez que
j’ignorais ce que vous aviez dans la tête, tous les
deux ?
— Harry, nous n’étions pas…
— Ne mens pas ! lui lança Ron. Toi aussi, tu
m’as avoué que tu étais déçue, toi aussi, tu pensais
qu’il en savait un peu plus que…
— Je ne l’ai pas dit comme ça… Harry, ce n’est
pas ce que j’ai dit ! s’écria-t-elle.
La pluie continuait de marteler la tente, des
larmes ruisselaient sur le visage d’Hermione et
l’excitation qu’ils avaient ressentie quelques
minutes auparavant s’était évanouie, tel un bref
feu d’artifice dont l’éclat se serait trop vite éteint,
ne laissant autour d’eux que l’obscurité, l’humidité
et le froid. L’épée de Gryffondor était cachée
quelque part, ils ne savaient pas où, et pour
l’instant, ils n’étaient plus que trois adolescents
dans une tente, avec pour seul résultat à leur actif
le fait de ne pas être encore morts.
— Alors, pourquoi es-tu toujours ici ? demanda
Harry à Ron.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 512 / 1250
— Je n’en sais rien, répliqua celui-ci.
— Rentre chez toi, dans ce cas, suggéra Harry.
— Ouais, c’est peut-être ce que je vais faire !
Il s’avança en direction de Harry qui ne recula
pas.
— Tu n’as donc pas entendu ce qu’ils ont dit au
sujet de ma sœur ? Mais bien sûr, tu t’en fiches
comme d’un pet de rat, on l’a seulement envoyée
dans la Forêt interdite. Harry Potter, Celui-Qui-A-
Vu-Pire, ne se soucie pas de ce qui a pu lui arriver,
eh bien, moi, figure-toi, je me soucie des araignées
géantes et de tous ces trucs de dingues…
— Je disais seulement… elle était avec les
autres, ils étaient avec Hagrid…
— Ouais, c’est bien ça, tu t’en fiches ! Et le reste
de ma famille ? « Les Weasley n’ont vraiment pas
besoin qu’un autre de leurs enfants soit blessé »,
tu l’as entendu ?
— Oui, je…
— Mais tu ne t’es pas inquiété de savoir ce que
ça pouvait bien signifier, hein ?
— Ron ! s’exclama Hermione, se glissant entre
eux de force. Je ne pense pas que ça veuille dire
qu’il se soit passé quelque chose de nouveau,
quelque chose que nous ignorons. Réfléchis, Ron,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 513 / 1250
Bill a eu le visage tailladé, plein de gens, à l’heure
qu’il est, ont dû voir que George avait perdu une
oreille et tu es censé être sur ton lit de mort,
terrassé par l’éclabouille, je suis sûre que c’est la
seule chose qu’il voulait dire…
— Ah, tu es sûre ? Très bien, alors, je ne vais
plus me faire de souci pour eux. Tout va bien pour
vous deux, vos parents sont en sécurité…
— Mes parents sont morts ! beugla Harry.
— Et il pourrait arriver la même chose aux
miens ! hurla Ron.
— Alors, VA-T’EN ! rugit Harry. Va les
retrouver, fais semblant d’avoir guéri de ton
éclabouille, comme ça, maman pourra te préparer
à manger et…
Ron fit un mouvement brusque. Harry réagit
mais, avant que l’un d’eux ait eu le temps de tirer
sa baguette de sa poche, Hermione brandissait
déjà la sienne .
— Protego ! s’écria-t-elle, et un bouclier
invisible se déploya, Harry et elle d’un côté, Ron
de l’autre.
Sous la force du sortilège, tous trois furent
projetés en arrière de quelques pas et Harry et
Ron se regardèrent d’un air féroce, de part et
d’autre de la barrière transparente, comme si

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 514 / 1250
c’était la première fois qu’ils se voyaient
distinctement. Harry ressentit à l’égard de Ron
une haine corrosive : quelque chose s’était cassé
entre eux.
— Laisse l’Horcruxe, dit Harry.
Ron enleva la chaîne de son cou en la passant
par-dessus sa tête d’un geste brusque et jeta le
médaillon sur un fauteuil proche. Puis il se tourna
vers Hermione.
— Qu’est-ce que tu fais ?
— Que veux-tu dire ?
— Tu restes ou quoi ?
— Je…
Elle parut angoissée.
— Oui… oui, je reste. Ron, nous avions dit que
nous partirions avec Harry, nous avions dit que
nous l’aiderions…
— Compris. C’est lui que tu choisis.
— Ron, non… s’il te plaît… reviens, reviens !
Son propre charme du Bouclier l’empêcha de
passer. Lorsqu’elle l’eut annulé, Ron avait déjà filé
dans la nuit. Harry resta debout, immobile et
silencieux, l’écoutant sangloter et appeler le nom
de Ron parmi les arbres.
Quelques minutes plus tard, elle revint dans la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 515 / 1250
tente, ses cheveux ruisselants collés contre son
visage.
— Il… Il est p… parti ! Il a transplané !
Elle se jeta dans un fauteuil, se recroquevilla et
fondit en larmes.
Harry se sentait hébété. Il se pencha, prit
l’Horcruxe et l’accrocha autour de son cou. Puis il
arracha les couvertures du lit de Ron et les étala
sur Hermione. Enfin, il grimpa dans son propre lit
et fixa des yeux le toit sombre de la tente, écoutant
la pluie qui tambourinait sur la toile.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 516 / 1250
16
G ODRIC ’ S H OLLOW
orsque Harry se réveilla le lendemain
matin, il lui fallut plusieurs secondes pour
se rappeler ce qui s’était passé. Il eut alors l’espoir
puéril qu’il s’agissait d’un rêve, que Ron était
toujours là, qu’il n’était jamais parti. Pourtant, en
tournant la tête sur son oreiller, il vit son lit
abandonné. Ses yeux semblaient attirés par cette
couchette vide comme par un cadavre. Harry sauta
à bas de son propre lit en évitant de regarder celui
de Ron. Hermione, qui s’affairait déjà dans la
cuisine, ne lui dit pas bonjour et détourna
vivement la tête lorsqu’il passa à côté d’elle. L
« Il est parti, songea Harry. Il est parti. » Il dut
se le répéter pendant qu’il se lavait et s’habillait,
comme si cela pouvait atténuer le choc. « Il est
parti et il ne reviendra pas. » C’était la vérité pure
et simple, Harry ne pouvait l’ignorer car, une fois
qu’ils auraient quitté cet endroit, leurs sortilèges
de Protection empêcheraient Ron de les retrouver.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 517 / 1250
Ils prirent leur petit déjeuner en silence.
Hermione avait les yeux rouges et bouffis. On
aurait dit qu’elle n’avait pas dormi de la nuit. Ils
firent leurs bagages, mais Hermione traînait.
Harry savait pourquoi elle tenait tant à s’attarder
au bord de cette rivière. À plusieurs reprises, il la
vit lever les yeux d’un air fébrile : elle avait eu
l’illusion d’entendre un bruit de pas sous la pluie
battante, mais aucune tête aux cheveux roux
n’apparaissait entre les arbres. Chaque fois que
Harry l’imitait, qu’il jetait soudain un regard par-
dessus son épaule (car il ne pouvait s’empêcher de
conserver lui-même un petit espoir) et ne voyait
que les arbres balayés par la pluie, une nouvelle
parcelle de fureur explosait en lui. Il entendait
encore Ron lui dire : « On croyait que tu savais ce
que tu faisais ! » et il continuait à emballer ses
affaires, l’estomac noué.
La rivière boueuse, à côté d’eux, montait
rapidement et bientôt, ses eaux déborderaient. Ils
avaient déjà dépassé d’une bonne heure le
moment où ils quittaient habituellement leur
campement. Enfin, après avoir vidé et rempli trois
fois de suite le sac en perles, Hermione ne sembla
plus trouver aucune raison de s’attarder
davantage. Harry et elle se prirent alors par la
main et transplanèrent, réapparaissant au flanc

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 518 / 1250
d’une colline couverte de bruyère et battue par le
vent.
À l’instant même où ils arrivèrent, Hermione
lâcha la main de Harry et s’éloigna de lui. Elle finit
par s’asseoir sur un gros rocher, le front sur les
genoux, secouée de sanglots. Harry la regarda, en
pensant qu’il devrait aller la réconforter, mais
quelque chose le clouait sur place. Tout en lui
semblait froid et tendu. Il revit en pensée
l’expression de mépris sur le visage de Ron. Harry
se mit à marcher à grands pas dans la bruyère et
décrivit un large cercle dont la malheureuse
Hermione était le centre, prononçant lui-même les
formules des sortilèges qu’elle se chargeait
habituellement de jeter autour d’eux pour assurer
leur protection.
Dans les jours qui suivirent, ils ne parlèrent pas
du tout de Ron. Harry était décidé à ne plus jamais
prononcer son nom et Hermione savait qu’il était
inutile d’aborder le sujet. Parfois, cependant, il
l’entendait pleurer la nuit quand elle le croyait
endormi. Entre-temps, Harry avait pris l’habitude
de sortir la carte du Maraudeur et de l’examiner à
la lueur de sa baguette. Il attendait le moment où
le point portant le nom de Ron resurgirait dans les
couloirs de Poudlard, prouvant qu’il était de retour
dans le confortable château où il serait protégé par

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 519 / 1250
son statut de sang-pur. Mais Ron n’apparaissait
pas sur la carte et au bout d’un certain temps,
Harry ne la sortit plus que pour voir le nom de
Ginny dans le dortoir des filles, en se demandant
si l’intensité de son regard pouvait la visiter dans
son sommeil, lui faire savoir d’une manière ou
d’une autre qu’il pensait à elle, espérant qu’elle
allait bien.
Ils consacraient leurs journées à tenter de
déterminer où pouvait bien se trouver l’épée de
Gryffondor, mais plus ils évoquaient les endroits
où Dumbledore aurait pu la cacher, plus leurs
spéculations devenaient excessives, désespérées. Il
avait beau se creuser la cervelle, Harry ne
parvenait pas à se souvenir que Dumbledore ait
jamais mentionné un lieu quelconque dans lequel
il aurait eu l’idée de dissimuler quelque chose.
Parfois, il ne savait pas si c’était contre Ron ou
contre Dumbledore qu’il était le plus en colère.
« On croyait que tu savais ce que tu faisais… On
croyait que Dumbledore t’avait expliqué comment
t’y prendre, on croyait que tu avais un véritable
plan ! »
Il ne pouvait se le cacher : Ron avait raison.
Dumbledore l’avait laissé pratiquement sans rien.
Ils avaient découvert un Horcruxe mais ils ne
disposaient d’aucun moyen de le détruire. Quant

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 520 / 1250
aux autres, ils étaient toujours aussi inaccessibles.
Le désespoir menaçait de le submerger. Il était
atterré, à présent, en repensant à sa propre
présomption, lorsqu’il avait accepté la proposition
de ses amis de l’accompagner dans ce
vagabondage dérisoire, incohérent. Il ne savait
rien, n’avait aucune idée, et restait constamment,
douloureusement, à l’affût du moindre signe
indiquant qu’Hermione, elle aussi, s’apprêtait à lui
annoncer qu’elle en avait assez et qu’elle s’en
allait.
Ils passaient la plupart de leurs soirées dans un
silence presque total et Hermione avait
maintenant pris l’habitude de sortir le portrait de
Phineas Nigellus qu’elle posait debout sur une
chaise, comme s’il pouvait remplir en partie le vide
laissé par le départ de Ron. En dépit de son
affirmation qu’il ne reviendrait plus jamais les
voir, Phineas Nigellus n’avait pas pu résister au
désir d’en savoir plus sur ce que Harry préparait et
il consentait ainsi à réapparaître de temps à autre,
son bandeau sur les yeux. Harry était même
content de le voir, car il lui tenait compagnie
même s’il était du genre narquois et persifleur. Ils
se délectaient des nouvelles en provenance de
Poudlard, bien que Phineas Nigellus ne fût pas
l’informateur idéal. Il vénérait Rogue, le premier

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 521 / 1250
directeur issu de Serpentard depuis que lui-même
avait dirigé l’école, et ils devaient prendre garde à
ne pas le critiquer, ou à ne pas poser de questions
impertinentes à son sujet, sinon Phineas quittait
instantanément son tableau.
Parfois, cependant, il laissait échapper
quelques bribes d’information. Rogue devait
apparemment faire face à une mutinerie constante
qui venait de la base et était menée par un noyau
dur d’élèves. Ginny n’avait plus le droit d’aller à
Pré-au-Lard. Rogue avait par ailleurs remis en
vigueur l’ancien décret d’Ombrage interdisant les
rassemblements de trois élèves ou plus, ainsi que
toute association non officielle.
De tout cela, Harry avait déduit que Ginny, et
sans doute avec elle, Neville et Luna, avaient fait
de leur mieux pour perpétuer l’armée de
Dumbledore. Ces maigres nouvelles lui donnaient
une telle envie de voir Ginny qu’il en éprouvait
comme un mal de ventre. Mais elles le faisaient
également penser à Ron, et à Dumbledore, et aussi
à Poudlard qui lui manquait presque autant que
son ex-petite amie. Tandis que Phineas Nigellus
parlait des mesures disciplinaires imposées par le
nouveau directeur, Harry eut même, pendant une
fraction de seconde, une pensée folle, imaginant
qu’il pourrait tout simplement retourner à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 522 / 1250
Poudlard pour participer à la déstabilisation du
régime de Rogue : être nourri, avoir un lit douillet,
avec des gens qui prenaient tout en charge, lui
semblait en cet instant la plus merveilleuse
perspective du monde. Mais il se rappela alors
qu’il était l’Indésirable n°1, que sa tête était mise à
prix dix mille Gallions et qu’entrer à Poudlard ces
temps-ci était à peu près aussi dangereux que de
pénétrer dans le ministère de la Magie. Par
inadvertance, Phineas Nigellus souligna ce fait en
glissant quelques questions-pièges pour essayer
d’en savoir plus sur l’endroit où Harry et
Hermione se trouvaient. À chaque fois qu’il
agissait ainsi, Hermione le remettait aussitôt dans
son sac en perles et Phineas Nigellus refusait
invariablement de réapparaître pendant plusieurs
jours, vexé d’avoir été congédié avec une telle
brusquerie.
Il faisait de plus en plus froid. Harry et
Hermione n’osaient pas rester trop longtemps
dans la même région et plutôt que de s’attarder
dans le sud de l’Angleterre, où ils n’avaient pas de
plus grave souci que la dureté du sol gelé, ils
continuèrent à vagabonder dans tout le pays,
bravant la neige fondue qui martela leur tente au
flanc d’une montagne, un vaste marécage qui les
inonda d’eau glacée, et une île minuscule au centre

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 523 / 1250
d’un loch écossais où ils furent à moitié ensevelis
sous la neige au cours de la nuit.
Déjà, ils avaient vu briller les premiers arbres
de Noël aux fenêtres des maisons lorsque Harry
résolut un soir de suggérer à nouveau ce qui lui
semblait la seule piste encore inexplorée. Ils
venaient de terminer un repas exceptionnellement
savoureux : Hermione s’était rendue dans un
supermarché sous la cape d’invisibilité (en
partant, elle avait scrupuleusement jeté l’argent
dans le tiroir ouvert d’une caisse enregistreuse) et
Harry pensa qu’elle serait peut-être plus
influençable avec un ventre rempli de spaghetti
bolognaise et de poires au sirop. Par précaution, il
avait également proposé qu’ils cessent pendant
quelques heures de porter l’Horcruxe, et l’avait
accroché au-dessus du lit, à côté de lui.
— Hermione ?
— Mmh ?
Elle était pelotonnée dans l’un des fauteuils
défoncés, plongée dans Les Contes de Beedle le
Barde. Il avait du mal à imaginer ce qu’elle
pourrait bien encore tirer de ce livre qui, après
tout, n’était pas si long. Mais de toute évidence,
elle avait à nouveau trouvé quelque chose à y
déchiffrer car le syllabaire Lunerousse était ouvert

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 524 / 1250
sur le bras du fauteuil.
Harry s’éclaircit la gorge. Il ressentait
exactement la même chose que le jour où,
plusieurs années auparavant, il avait demandé au
professeur McGonagall s’il pourrait aller à Pré-au-
Lard, bien qu’il n’eût pas réussi à convaincre les
Dursley de lui signer son autorisation de sortie.
— Hermione, j’ai réfléchi et…
— Harry, est-ce que tu pourrais m’aider ?
Apparemment, elle ne l’avait pas écouté. Elle se
pencha en avant et lui tendit Les Contes de Beedle
le Barde .
— Regarde ce symbole, dit-elle en montrant le
haut d’une page.
Au-dessus de ce qui semblait être le titre de
l’histoire (étant incapable de lire les runes, il ne
pouvait en être sûr), il vit une image représentant
une sorte d’œil triangulaire, la pupille barrée par
un trait vertical.
— Je n’ai jamais étudié les runes anciennes,
Hermione.
— Je sais, mais ce n’est pas une rune et ce
symbole ne figure pas dans le syllabaire. J’ai
toujours pensé qu’il représentait un œil mais
finalement je crois que ce n’est pas ça ! Il a été
tracé à l’encre, regarde, quelqu’un l’a dessiné là, ça

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 525 / 1250
ne fait pas partie du livre. Réfléchis, est-ce que tu
l’as déjà vu quelque part ?
— Non… non… attends…
Harry regarda plus attentivement.
— Ce ne serait pas le même signe que le père de
Luna portait autour du cou ?
— C’est ce que je pensais !
— Alors, c’est la marque de Grindelwald.
Elle le regarda bouche bée.
— Quoi ?
— Krum m’a dit…
Il lui répéta l’histoire que Viktor Krum lui avait
racontée au mariage et Hermione parut
abasourdie.
— La marque de Grindelwald !
Elle regarda alternativement Harry et l’étrange
symbole.
— Je n’ai jamais entendu dire que Grindelwald
avait une marque. On n’en parle nulle part dans
tout ce que j’ai lu sur lui.
— Comme je te l’ai dit, Krum affirme que ce
symbole était gravé sur un mur à Durmstrang et
pense que c’est Grindelwald qui l’avait mis là.
Hermione se laissa retomber au fond du vieux
fauteuil, les sourcils froncés.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 526 / 1250
— C’est vraiment bizarre. S’il s’agit d’un
symbole de magie noire, qu’est-ce qu’il fait dans
un recueil de contes pour enfants ?
— Bizarre, en effet, admit Harry. Et on pourrait
penser que Scrimgeour l’aurait reconnu. En tant
que ministre, il aurait dû être expert en matière de
magie noire.
— Je sais… Peut-être a-t-il pensé comme moi
que c’était tout simplement un œil. Toutes les
autres histoires ont des petits dessins au-dessus
du titre.
Elle se tut et continua de contempler l’étrange
marque. Harry fit une nouvelle tentative.
— Hermione ?
— Mmh ?
— J’ai réfléchi. Je… je veux aller à Godric’s
Hollow.
Elle leva la tête mais elle avait le regard vague
et Harry était persuadé qu’elle pensait toujours au
mystérieux symbole du livre.
— Oui, dit-elle. Oui, moi aussi, je me suis posé
la question. Je pense vraiment qu’il faut y aller.
— Tu as bien entendu ce que je viens de te
dire ? insista Harry.
— Bien sûr. Tu veux aller à Godric’s Hollow et

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 527 / 1250
je suis d’accord avec toi. De toute façon, je ne vois
pas dans quel autre endroit elle pourrait se
trouver. Ce sera dangereux mais plus j’y pense,
plus il me semble probable qu’elle soit là-bas.
— Heu… que quoi soit là-bas ? s’étonna Harry.
Hermione parut aussi déconcertée que lui.
— Voyons, Harry, l’épée ! Dumbledore devait
savoir que tu voudrais y retourner et en plus,
Godric’s Hollow est le lieu de naissance de Godric
Gryffondor.
— Vraiment ? Gryffondor était originaire de
Godric’s Hollow ?
— Harry, t’est-il jamais arrivé d’ouvrir Histoire
de la magie ?
— Heu…, dit-il.
Il eut l’impression qu’il souriait pour la
première fois depuis des mois : les muscles de son
visage lui paraissaient étrangement raides.
— J’ai dû y jeter un coup d’œil quand je l’ai
acheté… Ce jour-là, c’est tout…
— On a donné son nom au village, je pensais
donc que tu aurais fait le rapprochement, répliqua
Hermione.
Elle semblait beaucoup plus proche à présent
de sa véritable personnalité qu’elle ne l’avait été

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 528 / 1250
ces derniers temps. Harry s’attendait presque à
l’entendre annoncer qu’elle allait tout de suite voir
à la bibliothèque.
— Il y a un passage sur le village dans Histoire
de la magie , attends…
Elle ouvrit le sac en perles et y fouilla un certain
temps. Enfin, elle en sortit un exemplaire de leur
vieux manuel scolaire, intitulé Histoire de la
magie , par Bathilda Tourdesac, et le feuilleta pour
trouver la page qu’elle cherchait.
Après la signature du Code international du
secret magique en 1689, les sorciers se cachèrent
définitivement. Il était sans doute naturel qu’ils
forment alors leurs petites communautés au sein
de la grande. De nombreux villages et hameaux
attirèrent ainsi des familles magiques qui
s’associèrent pour assurer leur protection et
s’apporter une aide mutuelle. Les villages de
Tinworth en Comouailles, Flagley-le-Haut dans
le Yorkshire et Loutry Ste Chaspoule sur la côte
Sud de l’Angleterre, devinrent les lieux de
résidence bien connus de familles de sorciers qui
vivaient parmi des Moldus tolérants – et parfois
soumis à des sortilèges de Confusion. Le plus
fameux de ces endroits semi- magiques est sans

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 529 / 1250
doute Godric’s Hollow, un village du sud-ouest de
l’Angleterre, lieu de naissance du grand sorcier
Godric Gryffondor, et où Bowman Wright ,
l’ensorceleur de métaux, forgea le premier Vif
d’or. Le cimetière est rempli de noms d’antiques
familles de sorciers et c’est sans doute là qu’il faut
voir l’origine des histoires de fantômes attachées
pendant des siècles à la petite église locale.
— Tes parents et toi, vous n’êtes pas cités, dit
Hermione en refermant le livre, parce que la
période étudiée par le professeur Tourdesac ne
dépasse pas la fin du XIX e
siècle. Mais tu vois ?
Godric’s Hollow, Godric Gryffondor, l’épée de
Gryffondor… Tu ne crois pas que Dumbledore
s’attendait à ce que tu fasses le rapport ?
— Ah, oui, bien sûr…
Harry ne voulut pas avouer qu’il n’avait pas du
tout pensé à l’épée lorsqu’il avait suggéré d’aller à
Godric’s Hollow. Ce qui l’attirait dans ce village,
c’était la tombe de ses parents, la maison où il
avait échappé de peu à la mort, et la présence de
Bathilda Tourdesac.
— Tu te souviens de ce que Muriel a dit ?
demanda-t-il enfin.
— Qui ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 530 / 1250
— Tu sais bien, répondit-il, hésitant.
Il ne voulait pas prononcer le nom de Ron.
— La grand-tante de Ginny. Au mariage. Celle
qui trouvait que tu avais les chevilles trop maigres.
— Ah oui, se rappela Hermione.
Ce fut un moment délicat. Harry savait que le
nom de Ron flottait dans l’air. Il se hâta de
poursuivre :
— Elle a dit que Bathilda Tourdesac habite
toujours Godric’s Hollow.
— Bathilda Tourdesac, murmura Hermione en
caressant de l’index le nom gravé sur la couverture
d’ Histoire de la magie . J’imagine…
Elle eut soudain un haut-le-corps si violent que
Harry sentit ses entrailles chavirer. Il tira sa
baguette et se retourna vers l’entrée de la tente,
s’attendant presque à voir une main se glisser à
travers le rabat de la toile mais il n’y avait rien.
— Quoi ? dit-il, moitié en colère, moitié soulagé.
Qu’est-ce qui t’a pris ? J’ai cru que tu avais vu un
Mangemort…
— Harry, et si c’était Bathilda qui avait l’épée ?
Si Dumbledore la lui avait confiée ?
Harry réfléchit à cette hypothèse. Bathilda
devait être très âgée et selon Muriel complètement

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 531 / 1250
gaga. Était-il plausible que Dumbledore ait caché
l’épée de Gryffondor chez elle ? Si c’était le cas, il
s’en serait remis un peu trop à la chance. Jamais
Dumbledore ne lui avait révélé avoir remplacé
l’épée par une copie, et jamais il n’avait évoqué
une quelconque amitié avec Bathilda. Mais le
moment n’était pas venu de jeter le doute sur la
théorie d’Hermione alors qu’elle lui faisait
l’excellente surprise d’approuver son vœu le plus
cher.
— Oui, c’est peut-être ce qui s’est passé ! Alors,
on part pour Godric’s Hollow ?
— Oui, mais il faut qu’on se prépare très
soigneusement, Harry.
Elle s’était redressée dans son fauteuil, à
présent, et Harry voyait que la perspective de
mettre au point un nouveau plan lui remontait
autant le moral qu’à lui-même.
— Pour commencer, nous devons nous
entraîner à transplaner ensemble sous la cape
d’invisibilité, ensuite, des sortilèges de Désillusion
nous seraient peut-être utiles, à moins que tu ne
veuilles jouer le grand jeu et recourir au
Polynectar ? Dans ce cas, nous aurons besoin des
cheveux de quelqu’un. En fait, je crois que ce
serait la bonne solution, Harry, plus notre

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 532 / 1250
déguisement sera impénétrable, mieux cela
vaudra…
Harry la laissa parler, l’approuvant d’un mot ou
d’un hochement de tête chaque fois qu’elle faisait
une pause, mais son esprit était bien loin de la
conversation. Pour la première fois depuis qu’il
avait appris que l’épée de Gryffondor était un faux,
il éprouvait à nouveau un sentiment d’exaltation.
Il allait revenir chez lui, revenir à l’endroit où il
avait eu une famille. S’il n’y avait pas eu
Voldemort, c’était à Godric’s Hollow qu’il aurait
grandi et passé toutes ses vacances. Il aurait invité
des amis dans sa maison… Peut-être aurait-il eu
des frères et des sœurs… Le gâteau de son dix-
septième anniversaire aurait été préparé par sa
mère. La vie qu’il avait perdue ne lui avait jamais
semblé aussi réelle qu’en cet instant où il savait
qu’il allait revoir le lieu dans lequel on l’en avait
privé. Ce soir-là, après qu’Hermione se fut
couchée, Harry sortit silencieusement son sac à
dos du sac en perles et y chercha l’album de photos
que Hagrid lui avait offert il y avait déjà si
longtemps. Pour la première fois depuis des mois,
il contempla les vieilles images sur lesquelles ses
parents lui souriaient et lui adressaient des signes
de la main. C’était tout ce qui lui restait d’eux,
maintenant.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 533 / 1250
Harry serait volontiers parti pour Godric’s
Hollow dès le lendemain, mais Hermione avait
une autre idée. Convaincue que Voldemort
s’attendait à ce que Harry revienne sur le lieu où
ses parents étaient morts, elle avait résolu de s’y
rendre sous le meilleur déguisement possible.
Aussi n’accepta-t-elle d’entreprendre le voyage
qu’une semaine plus tard – après qu’ils eurent
subtilisé quelques cheveux à des Moldus innocents
pendant leurs achats de Noël et se furent entraînés
à transplaner ensemble sous la cape d’invisibilité.
Ils devaient transplaner dans le village sous le
couvert de l’obscurité. Ce fut donc en fin d’après-
midi qu’ils avalèrent le Polynectar, Harry se
transformant en un Moldu d’âge mûr au crâne
dégarni, Hermione en sa petite épouse aux allures
de souris. Le sac en perles qui contenait toutes
leurs affaires (en dehors de l’Horcruxe que Harry
portait autour du cou) avait été casé dans une
poche du manteau d’Hermione, boutonné jusqu’au
cou. Harry déploya sur eux la cape d’invisibilité
puis ils pivotèrent sur eux-mêmes, s’enfonçant à
nouveau dans les ténèbres oppressantes.
Le cœur lui remontant dans la gorge, Harry
ouvrit les yeux. Ils se tenaient par la main dans
une allée couverte de neige, sous un ciel d’un bleu
sombre dans lequel les premières étoiles du soir

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 534 / 1250
commençaient à scintiller faiblement. Des
maisonnettes bordaient de chaque côté le chemin
étroit, des décorations de Noël étincelant à leurs
fenêtres. Un peu plus loin, des réverbères aux
lueurs dorées indiquaient le centre du village.
— Toute cette neige ! murmura Hermione sous
la cape. Pourquoi n’y avons-nous pas pensé ?
Après avoir pris toutes ces précautions, voilà que
nous allons laisser des empreintes ! Il va falloir les
effacer. Mets-toi devant, je m’en charge…
Harry ne voulait pas que, pour essayer de rester
invisibles en faisant disparaître leurs traces par
magie, ils soient obligés d’entrer dans le village à
la manière d’un cheval de pantomime.
— Enlevons la cape, dit-il.
Voyant son air effrayé, il ajouta :
— Allez, quoi, on a changé d’aspect et il n’y a
personne autour de nous.
Il glissa la cape sous sa veste et ils poursuivirent
leur chemin sans entraves, l’air glacé leur picotant
le visage tandis qu’ils passaient devant d’autres
maisonnettes : l’une d’elles était peut-être celle
dans laquelle James et Lily avaient autrefois vécu,
ou bien celle de Bathilda. Harry regardait leur
porte d’entrée, leur toit chargé de neige, leur
perron, en se demandant s’il pourrait se souvenir

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 535 / 1250
de quelque chose, mais il savait au fond de lui que
c’était impossible, qu’il avait tout juste un peu plus
d’un an lorsqu’il avait quitté cet endroit pour
toujours. Il n’était même pas sûr qu’il lui serait
possible de voir la maison. Il ignorait ce qui se
passait quand les dépositaires d’un sortilège de
Fidelitas mouraient. Le chemin sur lequel ils
marchaient décrivit une courbe vers la gauche, et
le cœur du village leur apparut sous la forme d’une
petite place.
Ornée tout autour de lumières colorées, elle
comportait en son centre ce qui semblait être un
monument aux morts, à moitié caché par un arbre
de Noël penché sous la force du vent. Il y avait
plusieurs boutiques, une poste, un pub et une
petite église dont les vitraux brillaient comme des
joyaux de l’autre côté de la place.
Ici, la neige était tassée. Elle était devenue dure
et glissante, là où des passants l’avaient foulée
toute la journée. Des villageois se croisaient
devant eux, leurs silhouettes brièvement éclairées
par la lumière des réverbères. Ils entendirent des
éclats de rire et quelques échos d’un morceau de
pop music lorsque la porte d’un pub s’ouvrit et se
referma. Puis un chant de Noël s’éleva à l’intérieur
de la petite église.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 536 / 1250
— Harry, je crois que c’est la veille de Noël ! dit
Hermione.
— Ah bon ?
Il avait perdu la notion des dates. Ils n’avaient
pas vu un journal depuis des semaines.
— J’en suis sûre, affirma Hermione, les yeux
fixés sur l’église. C’est… c’est là qu’ils sont, non ?
Ton père et ta mère ? Je vois le cimetière derrière.
Harry éprouva une sensation qui allait au-delà
de l’excitation, quelque chose qui se rapprochait
davantage de la peur. À présent qu’il était si près,
il se demandait si, finalement, il avait vraiment
envie de voir. Peut-être Hermione savait-elle ce
qu’il ressentait car elle lui saisit la main et
l’entraîna avec elle, prenant l’initiative pour la
première fois. Mais lorsqu’ils furent arrivés au
centre de la place, elle s’immobilisa soudain.
— Harry, regarde !
Elle montrait du doigt le monument aux morts.
Au moment où ils étaient passés devant, il s’était
transformé. Au lieu d’un obélisque couvert de
noms, il y avait maintenant une statue
représentant trois personnes : un homme avec des
lunettes et des cheveux en bataille, une belle
femme à la longue chevelure, aux traits
bienveillants, et un bébé qu’elle portait dans les

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 537 / 1250
bras. De la neige s’était déposée sur leurs têtes,
comme des casquettes blanches et duveteuses.
Harry s’approcha, contemplant le visage de ses
parents. Il n’aurait jamais imaginé qu’il puisse y
avoir une statue… Il trouvait tellement étrange de
se voir représenté dans la pierre, comme un bébé
heureux, sans cicatrice sur le front…
— Viens, dit-il, après avoir regardé la sculpture
tout son soûl.
Ils se tournèrent à nouveau vers l’église. En
traversant la rue, il jeta un regard par-dessus son
épaule. La statue était redevenue un monument
aux morts.
Le chant de Noël s’amplifia à mesure qu’ils
approchaient de l’église. Harry en avait la gorge
serrée. Il ramenait en force dans sa mémoire les
souvenirs de Poudlard, Peeves qui vociférait des
versions grossières de cantiques traditionnels en
se cachant dans des armures, les douze sapins de
Noël de la Grande Salle, Dumbledore coiffé d’un
chapeau trouvé dans un pétard surprise, Ron vêtu
d’un pull tricoté à la main…
Il y avait une porte étroite à l’entrée du
cimetière. Hermione la poussa aussi
silencieusement que possible et ils se faufilèrent
par l’ouverture. De chaque côté du chemin glissant

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 538 / 1250
qui menait aux portes de l’église, l’épaisse couche
de neige était restée vierge. Ils s’avancèrent sur
cette surface immaculée, creusant de profondes
ornières dans leur sillage tandis qu’ils
contournaient l’édifice, attentifs à demeurer dans
l’ombre, sous les vitraux illuminés.
Derrière l’église, des rangées de tombes
enneigées se dressaient sur l’étendue bleu pâle du
sol, parsemée d’éclats rouges, verts et or, là où les
vitraux projetaient leurs reflets. La main serrée sur
sa baguette, dans la poche de sa veste, Harry se
dirigea vers la tombe la plus proche.
— Regarde, quelqu’un qui s’appelait Abbot,
c’est peut-être un parent éloigné d’Hannah ?
— Parle plus bas, le supplia Hermione.
Ils s’enfoncèrent de plus en plus profondément
dans le cimetière, leurs pas laissant derrière eux
des traces sombres dans la neige. Ils se penchaient
pour regarder les inscriptions des pierres
tombales, scrutant de temps à autre l’obscurité
pour s’assurer qu’ils étaient seuls.
— Harry, là !
Deux rangées de tombes le séparaient
d’Hermione. Il dut revenir sur ses pas en
pataugeant dans la neige, son cœur lui martelant
littéralement les côtes.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 539 / 1250
— C’est…
— Non, mais regarde !
Elle montra une pierre sombre. Harry se
pencha et vit sur le granit gelé, constellé de lichen,
le nom de KENDRA DUMBLEDORE. Un peu au-
dessous de ses dates de naissance et de mort, il
était écrit « ET SA FILLE ARIANA ». Il y avait
aussi une citation :
Là où est ton trésor sera aussi ton cœur.
Ainsi donc, Rita Skeeter et la tante Muriel
avaient raison sur certains points. Les
Dumbledore avaient bel et bien vécu ici, et une
partie de la famille y était morte.
Voir la tombe était pire que d’en entendre
parler. Harry ne pouvait s’empêcher de penser que
Dumbledore aurait dû lui dire qu’ils avaient tous
deux des racines profondes dans ce cimetière.
Pourtant, il n’avait jamais pensé à évoquer ce
point commun. Ils auraient pu visiter ce cimetière
ensemble. Pendant un instant, Harry s’imagina
venant ici avec Dumbledore, il imagina le lien qui
se serait alors établi entre eux, et tout ce qu’il
aurait signifié pour lui. Mais il semblait qu’aux
yeux de Dumbledore le fait que leurs familles

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 540 / 1250
reposent côte à côte dans le même cimetière
n’était qu’une coïncidence sans importance, sans
rapport, peut-être, avec la tâche qu’il voulait voir
Harry accomplir.
Hermione le regardait et il était content que
son visage soit caché dans l’ombre. Il lut à
nouveau l’inscription sur la pierre tombale. « Là
où est ton trésor sera aussi ton cœur. » Il ne
comprenait pas ce que signifiaient ces mots.
C’était sûrement Dumbledore qui les avait choisis,
en tant qu’aîné de la famille, après la mort de sa
mère.
— Tu es sûr qu’il n’a jamais parlé…, commença
Hermione.
— Non, coupa sèchement Harry. Continuons à
chercher, ajouta-t-il, et il tourna les talons en
regrettant d’avoir vu cette tombe : il ne voulait pas
que l’exaltation fébrile qu’il éprouvait se teinte de
ressentiment.
— Ici ! s’écria à nouveau Hermione dans
l’obscurité. Oh, non, désolée, je croyais qu’il était
écrit Potter.
Elle était en train de frotter une pierre moussue
et délabrée qu’elle contemplait avec un petit
froncement de sourcils.
— Harry, viens voir.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 541 / 1250
Il ne voulait pas se détourner une nouvelle fois
de son chemin et ce fut à contrecœur qu’il revint
vers elle en s’enfonçant dans la neige.
— Quoi ?
— Regarde ça !
La tombe était très vieille, patinée par les
intempéries et Harry parvenait difficilement à
déchiffrer le nom qu’elle portait. Hermione lui
montra un symbole gravé au-dessous.
— Harry, c’est la marque du livre !
Il observa attentivement l’endroit qu’elle lui
indiquait : la pierre était si usée qu’on avait du mal
à distinguer l’inscription, mais il semblait bien y
avoir une marque triangulaire sous le nom devenu
presque illisible.
— Ouais… C’est possible…
Hermione alluma sa baguette et la pointa sur la
pierre tombale.
— Il est écrit Ig… Ignotus , je crois…
— Je vais continuer de chercher mes parents,
d’accord ? répliqua Harry, d’un ton un peu agacé.
Il se remit en chemin, la laissant accroupie
auprès de la vieille tombe.
De temps à autre, il reconnaissait un nom – tel
Abbot – également porté par quelqu’un qu’il avait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 542 / 1250
connu à Poudlard. Parfois, plusieurs générations
de la même famille de sorciers étaient
représentées dans le cimetière. D’après les dates,
Harry voyait que la lignée s’était éteinte ou que ses
actuels descendants avaient quitté Godric’s
Hollow. Il s’avança de plus en plus parmi les
tombes. Chaque fois qu’il passait devant une
nouvelle pierre, il sentait un petit tressaillement
d’impatience mêlée d’appréhension.
L’obscurité et le silence semblèrent soudain
plus épais. Inquiet, Harry regarda autour de lui,
pensant à des Détraqueurs. Il s’aperçut alors que
les cantiques avaient cessé, que les conversations
et les bruits de pas des fidèles s’évanouissaient à
mesure qu’ils retournaient sur la place. À
l’intérieur de l’église, quelqu’un venait d’éteindre
les lumières.
Pour la troisième fois, la voix d’Hermione
s’éleva dans la nuit, claire et nette, à quelques
mètres de distance :
— Harry, ils sont là… Ici…
Il sut au ton de sa voix que, cette fois, c’étaient
bien son père et sa mère. Il marcha vers elle en
sentant un poids peser sur sa poitrine. C’était la
même sensation qu’il avait éprouvée juste après la
mort de Dumbledore, un chagrin qui lui écrasait le

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 543 / 1250
cœur, lui oppressait les poumons.
La tombe était située à deux rangées de
distance derrière celle de Kendra et d’Ariana. Elle
était en marbre blanc, comme celle de
Dumbledore, ce qui rendait l’inscription qu’elle
portait facilement lisible : elle semblait briller
dans le noir. Harry n’eut pas besoin de
s’agenouiller, ni même de s’approcher très près
pour distinguer ce qui était gravé dans la pierre.
JAMES POTTER, NÉ LE 27 MARS 1960,
MORT LE 31 OCTOBRE 1981
LILY POTTER, NÉE LE 30 JANVIER 1960,
MORTE LE 31 OCTOBRE 1981
LE DERNIER ENNEMI QUI SERA DÉTRUIT,
C’EST LA MORT
Harry lut lentement ces mots, comme si c’était
sa seule et unique chance d’en comprendre le sens,
et prononça la citation à haute voix :
— Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la
mort…
Une horrible pensée lui vint alors en tête,
accompagnée d’une sorte de panique.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 544 / 1250
— Ce ne serait pas une idée de Mangemort ?
Pourquoi cette phrase est-elle écrite ici ?
— Ça ne veut pas dire vaincre la mort à la
manière des Mangemorts, Harry, répondit
Hermione d’une voix douce. Ça signifie… enfin, tu
comprends… vivre au-delà de la mort. Vivre après
la mort.
Mais ils ne vivaient plus, pensa Harry, ils
étaient partis à jamais. Les mots vides ne
pouvaient masquer le fait que les restes
décomposés de ses parents reposaient sous la
neige et la pierre, indifférents, inconscients. Les
larmes vinrent avant qu’il ait pu songer à les
arrêter. Elles coulaient, brûlantes, puis gelaient
sur son visage, et d’ailleurs, à quoi bon les essuyer,
à quoi bon faire semblant ? Il les laissa ruisseler,
les lèvres étroitement serrées, et regarda la neige
épaisse qui cachait à ses yeux la tombe où gisaient
les dépouilles de Lily et de James, simples
ossements à présent, peut-être même poussière,
étrangers à la présence si proche de leur fils
survivant, dont le cœur continuait de battre grâce
à leur sacrifice. En cet instant, cependant, il aurait
presque souhaité dormir avec eux sous la neige.
Hermione avait à nouveau pris sa main et la
serrait étroitement. Il ne pouvait la regarder mais

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 545 / 1250
il lui rendit son étreinte, respirant profondément,
à grandes bouffées, l’air de la nuit, essayant de se
reprendre, de retrouver le contrôle de lui-même. Il
aurait dû leur apporter quelque chose mais il n’y
avait pas pensé et toutes les plantes du cimetière
étaient gelées, sans feuilles. Hermione leva alors
sa baguette, décrivit un cercle dans les airs et ils
virent éclore devant eux une couronne de roses de
Noël. Harry l’attrapa et la déposa sur la tombe de
ses parents.
Dès qu’il se fut relevé, il voulut s’en aller. Il
n’aurait pas supporté de rester ici un instant de
plus. Il passa un bras autour des épaules
d’Hermione qui le prit par la taille ; tous deux se
tournèrent en silence et s’éloignèrent à travers la
neige, passant devant la mère et la sœur de
Dumbledore, puis revenant vers l’église assombrie
et la porte étroite, pour l’instant hors de vue.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 546 / 1250
17
L E SECRET DE B ATHILDA
— H arry, arrête-toi.
— Qu’est-ce qu’il y a ?
Ils venaient d’atteindre la tombe de l’Abbot
inconnu.
— Il y a quelqu’un, ici. Quelqu’un nous observe.
Je le sens. Là-bas, près des buissons.
Ils s’immobilisèrent, serrés l’un contre l’autre,
le regard fixé sur les arbres noirs qui marquaient
la limite du cimetière. Harry ne voyait rien.
— Tu es sûre ?
— Quelque chose a bougé, j’en jurerais…
Elle s’écarta de lui pour libérer son bras et prit
sa baguette.
— On a l’air de Moldus, fit remarquer Harry.
— Des Moldus qui viennent de déposer des
fleurs sur la tombe de tes parents ! Harry, je suis
persuadée qu’il y a quelqu’un là-bas !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 547 / 1250
Harry pensa à l’ Histoire de la magie . Le
cimetière était censé être hanté. Et si… Mais il
entendit alors un bruissement et vit un petit
tourbillon de neige tomber du buisson que
montrait Hermione. Les fantômes ne pouvaient
pas remuer la neige.
— C’est un chat, dit Harry un instant plus tard,
ou un oiseau. S’il s’agissait d’un Mangemort, il
nous aurait déjà tués. Mais commençons par sortir
d’ici, ensuite on pourra remettre la cape
d’invisibilité.
Ils quittèrent le cimetière en jetant de fréquents
coups d’œil derrière eux. Harry, qui ne se sentait
pas aussi confiant qu’il l’avait prétendu pour
rassurer Hermione, fut content de franchir la
porte et de retrouver le trottoir glissant. Ils se
couvrirent aussitôt de la cape d’invisibilité. Dans le
pub, il y avait encore plus de monde
qu’auparavant. À l’intérieur, des voix chantaient à
nouveau le cantique qu’ils avaient entendu en
s’approchant de l’église. Pendant un instant, Harry
songea à s’y réfugier mais avant qu’il ait pu dire un
mot, Hermione murmura :
— Allons par là.
Et elle l’entraîna le long de la rue sombre qui
menait hors du village, dans la direction opposée à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 548 / 1250
celle d’où ils étaient venus. Harry distinguait au
loin le point où finissaient les deux rangées de
maisonnettes et où le chemin bifurquait à nouveau
dans la campagne. Ils marchèrent aussi vite que
possible, passant devant d’autres fenêtres qui
étincelaient de lumières multicolores, des sapins
de Noël dessinant leurs silhouettes sombres à
travers les rideaux.
— Comment allons-nous retrouver la maison de
Bathilda ? demanda Hermione qui frissonnait un
peu et ne cessait de regarder par-dessus son
épaule. Harry ? Qu’en penses-tu ? Harry ?
Elle le tira par le bras mais Harry ne lui prêta
aucune attention. Il regardait la masse obscure qui
se dessinait tout au bout d’une rangée de maisons.
Un instant plus tard, il accéléra le pas, entraînant
Hermione dont les pieds glissaient un peu sur la
glace.
— Harry…
— Regarde… Regarde ça, Hermione…
— Je ne… oh !
Enfin, il la voyait. Le charme de Fidelitas avait
dû mourir avec James et Lily. La haie, laissée à
l’état sauvage, avait poussé en tous sens au cours
des seize années écoulées, depuis que Hagrid avait
recueilli Harry parmi les décombres éparpillés

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 549 / 1250
dans l’herbe, si haute à présent qu’elle arrivait
jusqu’à la taille. La plus grande partie du cottage
était restée debout, entièrement recouverte de
lierre et de neige, mais l’aile droite du dernier
étage avait été détruite. C’était là que le maléfice
s’était retourné contre son auteur, Harry en était
sûr. Hermione et lui se tenaient devant la porte,
contemplant les ruines de ce qui avait dû être une
petite maison semblable à celles qui l’entouraient.
— Je me demande pourquoi personne ne l’a
jamais reconstruite, murmura Hermione.
— Peut-être que c’est impossible ? répondit
Harry. Comme pour les blessures dues à la magie
noire, on ne peut pas réparer les dégâts.
Glissant une main sous la cape, il saisit la porte
couverte de neige et d’une épaisse couche de
rouille. Il ne voulait pas l’ouvrir, simplement
toucher quelque chose qui appartenait à la
maison.
— Tu ne vas pas entrer à l’intérieur ? Ça n’a pas
l’air très sûr, il se pourrait que… Oh, Harry,
regarde !
Le contact de sa main sur la porte semblait
avoir provoqué le phénomène. Un écriteau s’était
élevé du sol, sous leurs yeux, à travers un
enchevêtrement d’orties et de mauvaises herbes,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 550 / 1250
telle une étrange fleur à la croissance instantanée.
En lettres d’or gravées sur le bois, on pouvait lire :
E N CE LIEU , DANS LA NUIT DU 31 OCTOBRE 1981
L ILY ET J AMES P OTTER PERDIRENT LA VIE .
L EUR FILS , H ARRY , DEMEURE LE SEUL SORCIER
QUI AIT JAMAIS SURVÉCU AU SORTILÈGE DE LA M ORT .
C ETTE MAISON , INVISIBLE AUX M OLDUS , A ÉTÉ LAISSÉE
DANS SON ÉTAT DE RUINE COMME UN MONUMENT
À LA MÉMOIRE DES P OTTER
ET POUR RAPPELER LA VIOLENCE
QUI A DÉCHIRÉ CETTE FAMILLE .
Tout autour de ces mots soigneusement tracés,
des inscriptions avaient été ajoutées par d’autres
sorcières et sorciers venus voir l’endroit où le
Survivant avait échappé à la mort. Certains avaient
simplement signé de leur nom en Encre Éternelle,
d’autres avaient gravé leurs initiales dans le bois,
d’autres encore avaient écrit des messages. Les
plus récents, dont l’éclat tranchait sur les autres
graffiti magiques accumulés depuis seize ans,
exprimaient tous des pensées semblables.
« BONNE CHANCE, HARRY, OÙ QUE TU
SOIS. » « SI TU LIS CECI, HARRY, SACHE QUE
NOUS SOMMES TOUS DERRIÈRE TOI ! »

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 551 / 1250
« VIVE HARRY POTTER ! »
— Ils n’auraient pas dû écrire sur la pancarte !
s’indigna Hermione.
Mais Harry la regarda avec un sourire
rayonnant.
— Au contraire, c’est une idée formidable. Je
suis ravi qu’ils l’aient fait. Je…
Il s’interrompit. Une silhouette emmitouflée
jusqu’au cou s’avançait vers eux d’un pas vacillant,
le long de l’allée, ses contours découpés par les
lumières qui étincelaient au loin sur la place du
village. Bien qu’il fût difficile d’en juger, Harry
pensa qu’il s’agissait d’une femme. Elle se
déplaçait lentement, ayant peut-être peur de
glisser sur le sol neigeux. Son dos voûté, sa
corpulence, sa démarche traînante, tout donnait
l’impression qu’elle était d’un âge extrêmement
avancé. Silencieux, ils la regardèrent s’approcher.
Harry attendait de voir si elle allait bifurquer vers
l’un des cottages devant lesquels elle passait mais
il sut instinctivement que ce ne serait pas le cas.
Elle s’arrêta enfin à quelques mètres et resta face à
eux, au milieu du chemin au sol gelé.
Harry n’avait pas besoin qu’Hermione lui pince
le bras. Il n’y avait pratiquement aucune chance
pour que cette femme soit une Moldue. Elle se

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 552 / 1250
tenait là, les yeux fixés sur une maison qui aurait
dû lui être totalement invisible si elle n’avait pas
été une sorcière. Mais même en admettant qu’elle
en fût une, c’était un étrange comportement que
de sortir par une nuit si froide pour venir
simplement contempler une vieille ruine. Selon
toutes les règles de la magie classique, elle n’aurait
pas dû les voir, Hermione et lui. Pourtant, Harry
eut la très étrange impression qu’elle percevait
leur présence et savait aussi qui ils étaient. Alors
qu’il en arrivait à cette troublante conclusion, elle
leva une main gantée et leur fit signe.
Sous la cape, Hermione se serra contre Harry,
pressant son bras contre le sien.
— Comment sait-elle ?
Il hocha la tête. La femme leur fit à nouveau
signe, d’un geste plus vigoureux. Harry aurait eu
de bonnes raisons de ne pas obéir à cet appel, mais
plus leur face-à-face se prolongeait dans la rue
déserte, moins il avait de doutes sur son identité.
Était-il possible qu’elle les eût attendus tout au
long de ces derniers mois ? Que Dumbledore lui
ait demandé d’attendre en lui assurant que Harry
finirait par venir ? N’était-ce pas elle qu’ils avaient
vue bouger dans les ombres du cimetière et qui les
avait suivis jusqu’ici ? Sa faculté même de sentir

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 553 / 1250
leur présence laissait supposer un pouvoir à la
Dumbledore qu’il n’avait jamais vu se manifester
auparavant.
Enfin, Harry parla, ce qui fit sursauter
Hermione :
— Êtes-vous Bathilda ?
La silhouette emmitouflée acquiesça d’un
hochement de tête et leur adressa un nouveau
signe de la main.
Sous la cape, Harry et Hermione échangèrent
un regard. Harry haussa les sourcils d’un air
interrogateur et Hermione répondit d’un petit
mouvement de tête nerveux.
Ils s’avancèrent alors vers la femme qui pivota
aussitôt sur ses talons et revint sur ses pas d’une
démarche chancelante. Elle passa devant plusieurs
maisons, puis bifurqua vers un portail. Ils la
suivirent le long d’une allée qui traversait un
jardin presque aussi touffu que celui qu’ils
venaient de quitter. Elle remua maladroitement
une clé dans la serrure de la porte qu’elle finit par
ouvrir et recula d’un pas pour les laisser entrer.
Elle ne sentait pas très bon ou peut-être était-ce
la maison : Harry fronça le nez lorsqu’ils se
faufilèrent devant elle et ôtèrent leur cape. À
présent qu’il était à côté d’elle, il vit à quel point

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 554 / 1250
elle était petite. Courbée par l’âge, elle lui arrivait à
peine à la poitrine. Elle referma la porte derrière
eux, les jointures de ses mains bleuâtres et
marbrées se détachant contre la peinture écaillée.
Puis elle se tourna vers Harry et le regarda bien en
face. Ses yeux étaient obscurcis par la cataracte et
s’enfonçaient dans les plis de sa peau diaphane.
Son visage tout entier était constellé de petits
vaisseaux éclatés et de taches de vieillesse. Il se
demanda si elle était capable de le voir si peu que
ce soit. Et même si elle l’avait pu, elle n’aurait
distingué que le Moldu dont il avait volé
l’apparence.
L’odeur de grand âge, de poussière, de
vêtements sales et d’aliments gâtés s’intensifia
lorsqu’elle ôta son châle noir mangé aux mites,
révélant une tête aux cheveux blancs et rares sous
lesquels on voyait nettement la peau du crâne.
— Bathilda ? répéta Harry.
Elle acquiesça d’un nouveau signe de tête.
Harry prit conscience de la présence du médaillon
contre sa poitrine. La chose qui parfois battait,
palpitait à l’intérieur s’était réveillée. Il percevait
ses pulsations à travers l’or froid. Le médaillon
savait-il, sentait-il, que ce qui allait le détruire
était proche ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 555 / 1250
Bathilda passa devant eux d’un pas traînant,
repoussant Hermione comme si elle ne l’avait pas
vue et disparut dans ce qui paraissait être un
salon.
— Harry, je ne sais pas si nous avons eu raison,
dit Hermione dans un souffle.
— Tu as vu comme elle est minuscule. Je crois
que nous n’aurions pas de mal à la neutraliser si
c’était nécessaire, répondit Harry. Écoute, j’aurais
dû te le dire, elle n’a plus toute sa tête. Muriel a dit
qu’elle était gaga.
— Venez ! appela Bathilda dans la pièce voisine.
Hermione sursauta et s’agrippa au bras de
Harry.
— Tout va bien, lui dit-il d’un ton rassurant.
Et il l’entraîna dans le salon.
Bathilda faisait le tour de la pièce d’un pas
vacillant pour allumer des chandelles, mais
l’endroit restait sombre, sans parler de l’extrême
saleté. Une épaisse poussière craquait sous leurs
pieds et le nez de Harry détecta, derrière l’odeur
d’humidité et de moisi, quelque chose de pire,
comme de la viande pourrie. Il se demanda quand
pour la dernière fois quelqu’un était venu vérifier
comment Bathilda se débrouillait toute seule. Elle
semblait avoir oublié qu’elle-même était capable

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 556 / 1250
d’utiliser la magie car elle allumait
maladroitement les chandelles à la main, sa
manchette en dentelle qui pendait sous son
poignet menaçant à tout moment de prendre feu.
— Laissez-moi faire, proposa Harry et il lui prit
les allumettes des mains.
Elle resta là, debout, à le regarder allumer les
bouts de chandelle collés dans des soucoupes, un
peu partout autour de la pièce, en équilibre
précaire sur des piles de livres et des dessertes
encombrées de tasses craquelées, couvertes de
moisissures.
La dernière chandelle était posée sur une
commode arrondie où se trouvait également toute
une série de photos. Lorsque la flamme jaillit, son
reflet dansa sur les cadres d’argent aux verres
poussiéreux. Harry perçut quelques infimes
mouvements sur les images. Pendant que Bathilda
fouillait maladroitement dans les bûches pour
préparer un feu, il marmonna :
— Tergeo .
La poussière se dissipa et il vit aussitôt qu’une
demi-douzaine de photos manquaient dans les
cadres les plus grands et les plus ornementés. Il se
demanda si c’était Bathilda ou quelqu’un d’autre
qui les avait enlevées. Une photo placée à l’arrière

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 557 / 1250
de la collection attira alors son regard et il la prit
pour la regarder de plus près.
Elle représentait le voleur aux cheveux d’or et
au visage réjoui, le jeune homme qu’il avait vu
perché sur le rebord de la fenêtre de Gregorovitch.
Dans son cadre d’argent, il souriait
nonchalamment à Harry. Et tout à coup, il se
rappela où il l’avait déjà vu : dans Vie et
mensonges d’Albus Dumbledore , en compagnie de
Dumbledore adolescent, tous deux se tenant par
les épaules. Sans doute était-ce là que se
trouvaient les photos manquantes : dans le livre de
Rita.
— Mrs … Miss… Tourdesac ? dit-il d’une voix
légèrement tremblante. Qui est ce garçon ?
Bathilda, debout au milieu de la pièce, regardait
Hermione allumer le feu à sa place.
— Miss Tourdesac ? répéta Harry.
Il s’avança vers elle, la photo à la main, tandis
que les flammes s’animaient dans la cheminée.
Bathilda leva la tête au son de sa voix et il sentit
l’Horcruxe battre plus fort contre sa poitrine.
— Qui est cette personne ? demanda Harry en
lui tendant la photo.
Elle la regarda d’un air grave puis leva à
nouveau les yeux vers Harry.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 558 / 1250
— Vous savez qui c’est ? insista-t-il, d’une voix
plus lente et plus sonore qu’à l’ordinaire. Cet
homme ? Vous le connaissez ? Comment s’appelle-
t-il ?
Bathilda avait le regard vague. Harry éprouva
une terrible frustration. Comment Rita Skeeter
avait-elle réussi à la faire parler ?
— Qui est cet homme ? répéta Harry d’une voix
forte.
— Harry, qu’est-ce que tu fabriques ? interrogea
Hermione.
— La photo, Hermione, c’est le voleur, le voleur
qui a dérobé quelque chose à Gregorovitch ! S’il
vous plaît ! reprit-il à l’adresse de Bathilda. Qui
est-ce ?
Mais elle se contenta de l’observer en silence.
— Pourquoi nous avez-vous demandé de venir
avec vous, Mrs … Miss Tourdesac ? demanda
Hermione, qui haussa également la voix. Aviez-
vous quelque chose à nous dire ?
Sans le moindre signe indiquant qu’elle avait
entendu Hermione, Bathilda s’approcha un peu
plus de Harry. D’un petit mouvement sec de la
tête, elle regarda vers le couloir.
— Vous voulez qu’on s’en aille ? demanda-t-il.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 559 / 1250
Elle répéta son geste, pointant cette fois un
doigt vers lui, puis vers elle-même et enfin vers le
plafond.
— Ah, très bien… Hermione, je crois qu’elle
veut que je monte là-haut avec elle.
— D’accord, dit Hermione, allons-y.
Mais lorsqu’elle se dirigea vers la porte,
Bathilda hocha la tête avec une vigueur
surprenante, pointant le doigt une fois de plus sur
Harry, puis sur elle-même.
— Elle veut que je vienne seul.
— Pourquoi ? s’étonna Hermione.
Sa voix résonna, claire et forte, dans la pièce
éclairée par la lueur des chandelles. La vieille
dame, réagissant à ce bruit soudain, secoua un peu
la tête.
— Peut-être Dumbledore lui a-t-il dit de ne
confier l’épée qu’à moi, et à moi seul ?
— Tu crois vraiment qu’elle sait qui tu es ?
— Oui, répondit Harry en regardant les yeux
laiteux fixés sur lui. Je crois que oui.
— Bon, alors, d’accord, mais fais vite, Harry.
— Je vous suis, dit-il à Bathilda.
Elle sembla comprendre car elle le contourna
de son pas traînant et se dirigea vers la porte.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 560 / 1250
Harry jeta un regard à Hermione en lui adressant
un sourire rassurant, mais il n’était pas certain
qu’elle l’ait vu. Elle se tenait immobile, les bras
serrés contre elle au milieu de ce décor sordide, à
la lueur vacillante des chandelles, en regardant la
bibliothèque. Lorsque Harry quitta la pièce, il
profita de ce que ni Bathilda, ni Hermione ne le
voyaient pour glisser dans une poche intérieure de
sa veste la photo du voleur inconnu dans son cadre
d’argent.
L’escalier était étroit et raide. Harry fut presque
tenté de poser les mains sur le large postérieur de
Bathilda pour s’assurer qu’elle n’allait pas basculer
en arrière et tomber sur lui, ce qui paraissait très
probable. Lentement, la respiration un peu
sifflante, elle grimpa les marches jusqu’au palier
supérieur, tourna tout de suite à droite et l’amena
dans une chambre au plafond bas.
L’obscurité était totale et l’odeur abominable.
Harry eut le temps d’apercevoir un pot de
chambre qui dépassait de sous un lit avant que
Bathilda referme la porte et que cette vision
fugitive soit engloutie dans les ténèbres.
— Lumos, dit Harry.
Sa baguette magique s’alluma et il sursauta :
pendant les quelques secondes où la pièce avait été

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 561 / 1250
plongée dans le noir, Bathilda s’était rapprochée
de lui sans qu’il l’entende.
— Vous êtes Potter ? murmura-t-elle.
— Oui.
Elle hocha la tête avec lenteur et gravité. Harry
sentit l’Horcruxe battre encore plus vite, plus vite
que son propre cœur. C’était une sensation
désagréable, troublante.
— Avez-vous quelque chose pour moi ?
demanda-t-il.
Mais elle semblait distraite par la lumière de sa
baguette magique.
— Avez-vous quelque chose pour moi ? répéta-
t-il.
Elle ferma les yeux et plusieurs phénomènes se
produisirent simultanément : la cicatrice de Harry
le brûla, l’Horcruxe se mit à palpiter avec une telle
force qu’il souleva l’étoffe de son pull-over, et la
pièce sombre, fétide, se volatilisa
momentanément. Il ressentit alors une joie
soudaine et parla d’une voix aiguë, glacée :
— Attrape-le !
Harry vacilla : la pièce obscure et malodorante
sembla se refermer à nouveau autour de lui. Il ne
comprenait pas ce qui venait de se passer.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 562 / 1250
— Avez-vous quelque chose pour moi ?
demanda-t-il pour la troisième fois, d’une voix
beaucoup plus sonore.
— Là-bas, murmura-t-elle, en désignant un coin
de la pièce.
Harry brandit sa baguette et distingua les
contours d’une coiffeuse surchargée, sous la
fenêtre aux rideaux fermés.
Cette fois, elle ne passa pas devant lui pour le
guider. Harry se faufila entre Bathilda et le lit
défait, sa baguette levée. Il ne voulait pas la quitter
du regard.
— Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-il lorsqu’il
arriva devant la coiffeuse sur laquelle s’entassait
du linge sale et malodorant.
— Là, dit-elle en montrant le tas informe.
Pendant l’instant où il détourna la tête pour
scruter les vêtements enchevêtrés, cherchant des
yeux une poignée d’épée ou un rubis, elle fit un
étrange mouvement. Il l’aperçut du coin de l’œil et
se figea d’horreur quand il vit le vieux corps
s’effondrer et un long serpent en jaillir au niveau
du cou.
Le serpent frappa au moment où Harry
brandissait sa baguette qui fut projetée vers le
plafond sous la force de la morsure qu’il sentit

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 563 / 1250
dans son avant-bras. Sa lumière tournoya à travers
la pièce, dans un mouvement à donner le tournis,
puis s’éteignit. D’un coup puissant, la queue du
reptile l’atteignit alors au ventre, lui coupant le
souffle. Il tomba en arrière, en plein sur la
coiffeuse, au milieu du tas de vêtements crasseux…
Harry pivota sur le côté, évitant de justesse un
nouveau coup de queue qui s’abattit sur la
coiffeuse, à l’endroit où il s’était trouvé un instant
auparavant. Le verre, à la surface du meuble, vola
en une pluie d’éclats qui retombèrent sur Harry
alors qu’il roulait sur le sol. À l’étage inférieur, il
entendit la voix d’Hermione appeler :
— Harry ?
Il ne parvenait pas à faire entrer suffisamment
d’air dans ses poumons pour lui répondre. Une
masse lourde et lisse l’écrasa sur le plancher et il la
sentit glisser sur lui, puissante, musculeuse…
— Non, haleta-t-il, cloué au sol.
— Si, murmura la voix. Ssssi … t’attraper…
t’attraper…
— Accio… Accio baguette…
Mais rien ne se produisit et il avait besoin de
ses mains pour essayer de repousser le serpent qui
s’enroulait autour de son torse, vidait l’air de ses
poumons, enfonçait profondément l’Horcruxe

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 564 / 1250
dans sa poitrine, tel un cercle glacé frémissant de
vie, à quelques centimètres de son cœur qui battait
frénétiquement. Son cerveau fut balayé par une
lumière blanche et froide, toutes ses pensées
occultées, son propre souffle noyé, des bruits de
pas lointains parvenant à ses oreilles, tout
s’évanouissant autour de lui…
Un cœur de métal palpitait avec force contre sa
poitrine et à présent, il volait, volait, empli d’une
sensation de triomphe, sans l’aide d’un balai ni
d’un Sombral…
Il se réveilla brusquement dans une obscurité
pestilentielle. Nagini l’avait relâché. Harry se
releva précipitamment et vit la silhouette du
serpent se découper contre la lumière du couloir.
Le reptile frappa et Hermione plongea de côté en
poussant un hurlement. Le sortilège qu’elle avait
lancé, détourné de sa trajectoire, s’écrasa contre la
fenêtre aux rideaux fermés dont les vitres se
fracassèrent. Un air glacé se répandit dans la pièce
tandis que Harry se baissait pour éviter une
nouvelle pluie de verre brisé. Son pied glissa alors
sur un objet en forme de crayon – sa baguette…
Il se pencha et s’en saisit mais le serpent, à
présent, emplissait toute la pièce, sa queue battant
l’air avec violence. Hermione avait disparu de son

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 565 / 1250
champ de vision et pendant un instant, Harry
craignit le pire mais il y eut soudain une forte
détonation et un éclair de lumière rouge. Le
serpent se dressa dans les airs, heurtant
brutalement au passage le visage de Harry, ses
puissants anneaux s’élevant l’un après l’autre
jusqu’au plafond. Harry brandit à nouveau sa
baguette, mais au même moment sa cicatrice le
brûla plus douloureusement, plus intensément
qu’elle ne l’avait fait depuis des années.
— Il vient ! Hermione, il vient !
Alors qu’il hurlait ainsi, le serpent s’abattit dans
un sifflement sauvage. Tout ne fut plus que chaos :
il arracha les étagères du mur et de la porcelaine
pulvérisée vola en tous sens pendant que Harry
bondissait par-dessus le lit et saisissait la forme
sombre d’Hermione…
Elle hurla de douleur lorsqu’il la tira en arrière,
en travers du lit. Le serpent se dressa à nouveau
mais Harry savait que quelqu’un de plus
redoutable que le reptile arrivait, quelqu’un qui se
trouvait peut-être déjà à la porte du jardin. Sa
cicatrice le faisait tellement souffrir que sa tête
semblait sur le point de se fendre en deux…
Le serpent plongea à l’instant où il bondissait
en avant, entraînant Hermione avec lui. Quand le

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 566 / 1250
reptile frappa, Hermione hurla :
— Confringo !
Son sortilège vola tout autour de la pièce,
fracassa le miroir de l’armoire et ricocha vers eux
en rebondissant du sol au plafond. Harry sentit la
chaleur du maléfice lui brûler le dos de la main.
Un morceau de verre lui entailla la joue tandis
que, tirant Hermione derrière lui, il sautait du lit
jusqu’à la coiffeuse détruite puis se jetait dans le
vide par la fenêtre défoncée, le hurlement
d’Hermione résonnant dans la nuit, leurs corps
tournoyant dans les airs…
Sa cicatrice sembla exploser et il fut à nouveau
Voldemort. Il traversa en courant la chambre
fétide, ses longues mains blanches s’agrippant au
rebord de la fenêtre lorsqu’il vit l’homme au crâne
dégarni et la petite femme tourner sur eux-mêmes
et disparaître. Il hurla de rage. Son cri se mêla à
celui que poussait la fille et retentit dans les
jardins sombres, dominant le tintement des
cloches de l’église qui célébraient Noël…
Et son cri était celui de Harry, sa douleur, la
douleur de Harry… Que cela puisse se produire en
ce lieu, là où c’était déjà arrivé auparavant… à
proximité de la maison où il avait failli savoir ce
que mourir signifiait… mourir… La douleur était si

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 567 / 1250
atroce… lui déchirait le corps… mais il n’avait plus
de corps, alors pourquoi sa tête lui faisait-elle si
mal, s’il était mort, comment pouvait-il éprouver
cette douleur si insupportable, n’allait-elle pas
cesser avec la mort, n’allait-elle pas disparaître… ?
Dans la nuit humide et venteuse, deux enfants
déguisés en citrouilles traversaient la place d’une
démarche chaloupée ; les vitrines des magasins
étaient couvertes d’araignées en papier, on voyait
partout les ornements de pacotille dont les
Moldus se servaient pour évoquer un monde de
sorciers auquel ils ne croyaient pas… Il marchait
d’un pas souple avec cette détermination, cette
puissance, cette certitude d’avoir raison, qu’il
éprouvait toujours en semblables circonstances…
Ce n’était pas de la colère… Il fallait laisser cela
aux âmes plus faibles que la sienne… Mais une
sensation de triomphe, oui… Il avait attendu ce
moment, il l’avait espéré…
— Joli déguisement, monsieur !
Il vit le sourire de l’enfant s’effacer lorsque
celui-ci fut suffisamment près pour regarder sous
le capuchon de la cape, il vit la peur assombrir
son visage maquillé. Puis l’enfant fit volte-face et
s’enfuit en courant. Sous la robe, il tourna sa
baguette entre ses doigts… Un simple mouvement

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 568 / 1250
et l’enfant ne retournerait jamais auprès de sa
mère… mais c’était inutile, tout à fait inutile…
Il s’engagea dans une autre rue plus sombre. À
présent, enfin, sa destination était en vue, le
sortilège de Fidelitas brisé, mais eux ne le
savaient pas… Il faisait encore moins de bruit que
les feuilles mortes qui glissaient sur le trottoir
lorsqu’il parvint à la hauteur de la haie au
feuillage sombre et jeta un coup d’œil par-
dessus…
Ils n’avaient pas fermé les rideaux, il les voyait
nettement dans leur petit salon, l’homme de haute
taille, avec ses lunettes et ses cheveux bruns,
faisant jaillir du bout de sa baguette des volutes
de fumée colorées pour amuser le petit garçon en
pyjama bleu, aux cheveux aussi bruns que ceux
de son père. L’enfant riait et essayait d’attraper
la fumée, de l’enfermer dans son petit poing…
Une porte s’ouvrit et la mère entra. Elle
prononça des paroles qu’il ne pouvait entendre,
ses longs cheveux roux foncé lui tombant sur le
visage. Le père, à présent, avait pris l’enfant dans
ses bras et le tendait à sa mère. Il jeta sa baguette
sur le canapé, puis s’étira en bâillant…
La porte du jardin grinça un peu lorsqu’il la
poussa, mais James Potter ne l’entendit pas. Sa

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 569 / 1250
main blanche sortit la baguette magique de sous
sa cape et il pointa vers la porte de la maison qui
s’ouvrit à la volée.
Il avait franchi le seuil quand famés arriva en
courant dans le hall. C’était facile, trop facile, il
n’avait même pas pensé à récupérer sa
baguette…
— Lily ! Prends Harry et va-t’en ! C’est lui ! Va-
t’en ! Cours ! Je vais le retenir…
Le retenir sans baguette à la main ! Il éclata
de rire avant de jeter le sort…
— Avada Kedavra !
La lumière verte emplit le hall exigu, elle
éclaira le landau rangé contre le mur, elle se
refléta sur les barreaux de la rampe d’escalier qui
étincelèrent comme des paratonnerres frappés
par la foudre et James Potter tomba, telle une
marionnette dont on aurait coupé les fils…
Il entendait crier la femme à l’étage, elle était
prise au piège mais si elle se montrait
raisonnable, elle, au moins, n’avait rien à
craindre… Il monta les marches, écoutant avec
un léger amusement ses efforts pour se
barricader… Elle non plus n’avait pas de
baguette, là-haut… Comme ils étaient stupides,
trop confiants, pensant que leur sécurité était

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 570 / 1250
garantie par leurs amis, qu’on pouvait se séparer
de ses armes, ne serait-ce que quelques instants…
D’un petit coup de baguette nonchalant, il
força la porte, repoussa la chaise et les boîtes
hâtivement entassées pour essayer de la
bloquer… et elle était là, tenant l’enfant contre
elle. Lorsqu’elle le vit, elle laissa tomber son fils
dans le petit lit, derrière elle, et écarta les bras,
comme si cela pouvait l’aider, comme si en
cachant le bébé à sa vue, elle espérait qu’il la
choisirait elle plutôt que lui…
— Pas Harry, pas Harry, je vous en supplie,
pas lui !
— Pousse-toi, espèce d’idiote… Allez, pousse-
toi…
— Non, pas Harry, je vous en supplie, tuez-moi
si vous voulez, tuez-moi à sa place…
— C’est mon dernier avertissement…
— Non, pas Harry ! Je vous en supplie… Ayez
pitié… Ayez pitié… Pas Harry ! Pas Harry ! Je
vous en supplie… Je ferai ce que vous voudrez…
— Pousse-toi, idiote, allez, pousse-toi…
Il aurait pu l’écarter de force du berceau mais
il semblait plus prudent d’en finir avec tout le
monde…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 571 / 1250
Un nouvel éclair de lumière verte illumina la
pièce et elle tomba comme son mari. L’enfant
n’avait pas du tout pleuré pendant tout ce temps :
il parvenait à se tenir debout, accroché aux
barreaux de son petit lit, et regardait le visage de
l’intrus d’un air radieux et intéressé, pensant
peut-être que c’était son père qui se cachait sous
la cape et faisait jaillir d’autres lumières de sa
baguette, que sa mère se relèverait d’un instant à
l’autre, en riant…
Il pointa soigneusement la baguette magique
sur la tête de l’enfant : il attendait ce moment, la
destruction de ce danger unique, inexplicable. Le
petit garçon se mit à pleurer : il venait de se
rendre compte que ce n’était pas James. Il
n’aimait pas l’entendre pleurer, il n’avait jamais
supporté les cris et les gémissements des tout-
petits, à l’orphelinat…
— Avada Kedavra !
Il fut alors brisé : il n’était plus rien, plus rien
que douleur et terreur et il devait se cacher, non
pas ici, dans les ruines de la maison détruite où
l’enfant hurlait, pris au piège, mais loin… très
loin…
— Non, gémit-il.
Le serpent bruissait sur le sol crasseux,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 572 / 1250
recouvert de débris, et il avait tué le garçon et
pourtant il était ce garçon…
— Non…
Il se tenait à présent devant la fenêtre
fracassée de la maison de Bathilda, plongé dans
le souvenir de la plus grande perte qu’il eût
jamais subie, et à ses pieds, le grand serpent
ondulait sur les éclats de verre et de porcelaine
cassés… Il baissa alors les yeux et vit quelque
chose… quelque chose d’incroyable…
— Non…
— Harry, ne t’inquiète pas, tout va bien !
Il se pencha et ramassa la photo dans son
cadre brisé. C’était lui, le voleur inconnu, le
voleur qu’il cherchait…
— Non… Je l’ai laissée tomber… Je l’ai laissée
tomber…
— Harry, tout va bien, réveille-toi, réveille-toi !
Il était Harry… Harry, pas Voldemort… Et ce
qu’il entendait bruire n’était pas un serpent.
Il ouvrit les yeux.
— Harry, murmura Hermione. Tu te sens…
bien ?
— Oui, mentit-il.
Il était dans la tente, étendu sur la couchette

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 573 / 1250
inférieure, de l’un des lits superposés, sous une
pile de couvertures. Il devinait l’aube proche à en
juger par le silence et la lumière froide, mate, qu’il
percevait à travers la toile du toit. Il était trempé
de sueur, il la sentait sur les draps et les
couvertures.
— On a réussi à s’échapper ?
— Oui, dit Hermione. J’ai dû utiliser un
sortilège de Lévitation pour te mettre au lit, je
n’arrivais pas à te soulever… Tu as été… tu as été
très…
Des ombres violettes se dessinaient sous les
yeux marron d’Hermione et il remarqua une petite
éponge dans sa main : elle lui avait essuyé le
visage.
— Tu as été malade, acheva-t-elle. Très malade.
— Il y a combien de temps que nous nous
sommes enfuis ?
— Des heures. C’est presque le matin.
— Et j’ai été… quoi ? Inconscient ?
— Pas exactement, répondit Hermione, gênée.
Tu criais, tu gémissais… des choses, ajouta-t-elle
d’un ton qui mit Harry mal à l’aise.
Qu’avait-il fait ? Hurlé des formules de
maléfices, comme Voldemort ? Pleuré comme le

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 574 / 1250
bébé dans son lit d’enfant ?
— Je n’arrivais pas à t’enlever l’Horcruxe, dit
Hermione.
Il devina qu’elle voulait changer de sujet.
— Il était collé, collé à ta poitrine. Il a laissé une
marque. Je suis désolée, j’ai été obligée de jeter un
sortilège de Découpe pour le détacher. Le serpent
t’a mordu aussi mais j’ai nettoyé la plaie et j’y ai
mis du dictame…
Il remonta son T-shirt humide de sueur et
regarda. Il y avait à l’endroit de son cœur un ovale
écarlate, là où le médaillon l’avait brûlé. Il vit aussi
les traces de crochets à moitié guéries sur son
avant-bras.
— Où as-tu mis l’Horcruxe ?
— Dans mon sac. Je crois qu’il vaut mieux ne
plus le porter pendant un certain temps.
Il retomba sur ses oreillers et observa le visage
grisâtre, aux traits tirés, d’Hermione.
— Nous n’aurions pas dû aller à Godric’s
Hollow. C’est ma faute, tout est ma faute,
Hermione, je suis désolé.
— Non, ce n’est pas ta faute. Moi aussi, je
voulais y aller. Je pensais vraiment que
Dumbledore avait pu laisser l’épée là-bas pour que

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 575 / 1250
tu viennes la chercher.
— Oui, eh bien… Nous nous sommes trompés…
— Que s’est-il passé, Harry ? Que s’est-il passé
quand elle t’a emmené en haut ? Est-ce que le
serpent se cachait quelque part ? Il l’a tuée et t’a
attaqué ensuite ?
— Non, répondit-il. C’était elle le serpent… ou
le serpent était elle… depuis le début.
— Qu … Quoi ?
Il ferma les yeux. Il sentait encore sur lui
l’odeur de la maison de Bathilda, une odeur qui
rendait ses souvenirs horriblement vivants.
— Bathilda avait sans doute dû mourir depuis
un certain temps. Le serpent était… était en elle.
Tu-Sais-Qui l’avait placé là, à Godric’s Hollow,
pour qu’il m’attende. Tu avais raison. Il savait que
je reviendrais.
— Le serpent était en elle ?
Il rouvrit les yeux : Hermione paraissait
révoltée, dégoûtée.
— Lupin nous a dit que nous aurions à affronter
une forme de magie impossible à imaginer, reprit
Harry. Elle ne voulait pas parler devant toi parce
qu’elle s’exprimait en Fourchelang, uniquement en
Fourchelang, je ne m’en suis pas rendu compte sur

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 576 / 1250
le moment mais moi, bien sûr, je pouvais la
comprendre. Une fois que nous sommes montés
dans la chambre, le serpent a envoyé un message à
Tu-Sais-Qui, j’ai tout entendu dans ma tête, je l’ai
senti surexcité, il lui a ordonné de m’attraper… et
ensuite…
Il se souvint du serpent qui sortait du cou de
Bathilda. Hermione n’avait pas besoin de
connaître les détails.
— Elle s’est transformée, elle s’est transformée
en serpent et elle a attaqué.
Il regarda les traces de morsure.
— Ce n’était pas pour me tuer, simplement pour
me garder là jusqu’à l’arrivée de Tu-Sais-Qui.
Si seulement il avait réussi à tuer le serpent,
toute cette expédition aurait valu la peine…
Profondément écœuré, il se redressa et rejeta les
couvertures.
— Harry, non, il faut absolument que tu te
reposes !
— C’est toi qui as besoin de dormir. Ne le
prends pas mal, mais tu as une mine
épouvantable. Moi, je vais très bien. Je vais
monter la garde. Où est ma baguette ?
Elle ne répondit pas, se contentant de le
regarder.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 577 / 1250
— Où est ma baguette, Hermione ?
Elle se mordait la lèvre et des larmes lui
montèrent aux yeux.
— Harry…
— Où est ma baguette ?
Elle tendit la main par terre, près du lit, et la lui
donna.
La baguette en bois de houx et plume de phénix
était presque coupée en deux. Un fragile filament
de plume maintenait les deux parties attachées. Le
bois s’était complètement cassé en deux morceaux.
Harry prit la baguette entre ses mains comme s’il
s’était agi d’un être vivant qui aurait subi une
terrible blessure. Il n’arrivait pas à réfléchir
posément : tout n’était plus qu’un mélange confus
de peur, de panique. Il tendit la baguette à
Hermione.
— Répare-la, s’il te plaît.
— Harry, je ne pense pas que, cassée comme
ça…
— S’il te plaît, Hermione, essaie !
— R… Reparo .
Le morceau pendant de la baguette se rattacha
à l’autre partie. Harry la leva.
— Lumos !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 578 / 1250
La baguette produisit quelques faibles
étincelles, puis s’éteignit. Harry la pointa sur
Hermione.
— Expelliarmus.
Une petite secousse fit remuer la baguette
magique d’Hermione mais elle resta dans sa main.
Cette modeste tentative représentait un effort trop
grand pour la baguette de Harry, qui se cassa à
nouveau en deux. Il la contempla, effaré, incapable
d’admettre ce qu’il voyait… La baguette qui avait
traversé tant d’épreuves…
— Harry, murmura Hermione à voix si basse
qu’il l’entendit à peine. Je suis vraiment navrée. Je
crois que c’est à cause de moi. Quand nous avons
fui, le serpent nous attaquait et j’ai jeté un
maléfice Explosif qui a rebondi dans tous les
sens… Il a dû… il a dû atteindre…
— C’était un accident, dit machinalement
Harry.
Il se sentait vide, assommé.
— On… On trouvera un moyen de la réparer.
— Harry, je crois que ce sera impossible,
répondit Hermione, des larmes coulant sur son
visage. Tu te souviens… tu te souviens de Ron ?
Quand il a cassé sa baguette, le jour où la voiture
s’est écrasée contre l’arbre ? Elle n’a plus jamais

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 579 / 1250
été comme avant, il a dû en prendre une nouvelle.
Harry pensa à Ollivander, enlevé et séquestré
par Voldemort, il pensa à Gregorovitch qui était
mort. Comment allait-il se procurer une nouvelle
baguette ?
— Eh bien, dit-il d’un ton faussement détaché,
je vais t’emprunter la tienne. Pendant que je
monterai la garde.
Le visage luisant de larmes, Hermione lui tendit
sa propre baguette et il la laissa assise à côté du lit,
n’ayant plus d’autre désir que de s’éloigner d’elle.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 580 / 1250
18
V IE ET MENSONGES D ’A LBUS
D UMBLEDORE
e soleil se levait : le vaste espace incolore et
immaculé du ciel s’étendait au-dessus de
lui, indifférent à son existence, à ses souffrances.
Harry s’assit à l’entrée de la tente et respira une
longue bouffée d’air pur. Être simplement vivant
et voir le soleil apparaître au-dessus d’une colline
scintillante de neige aurait dû représenter pour lui
le trésor le plus précieux au monde, pourtant, il ne
pouvait apprécier le spectacle : ses sens étaient
émoussés par la catastrophe que constituait la
perte de sa baguette. Il contempla une vallée
tapissée de neige, de lointaines cloches d’église
carillonnant dans le silence étincelant. L
Sans s’en rendre compte, il enfonçait les doigts
dans ses bras comme s’il s’efforçait de résister à
une douleur physique. Il avait versé son sang plus
souvent qu’il n’aurait su le dire. Un jour, il avait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 581 / 1250
perdu tous les os de son bras droit. Ce voyage lui
avait déjà valu des cicatrices sur la poitrine et sur
l’avant-bras, qui s’ajoutaient à celles de sa main et
de son front, mais jamais encore, jusqu’à cet
instant, il ne s’était trouvé si implacablement
affaibli, vulnérable et nu, comme si l’essentiel de
son pouvoir magique lui avait été arraché. Il savait
ce que dirait Hermione s’il lui en parlait : la
baguette ne vaut que par le sorcier qui s’en sert.
Mais elle aurait tort, son cas était différent. Elle ne
l’avait jamais sentie pivoter toute seule dans sa
main, comme l’aiguille d’une boussole, ni vue
projeter des flammes d’or vers son ennemi. Il avait
perdu la protection des plumes de phénix
jumelles, et c’était seulement au moment où elle
n’était plus là qu’il se rendait compte à quel point
il s’était toujours fié à sa baguette.
Il sortit de sa poche ses morceaux brisés et,
sans les regarder, les rangea dans la bourse de
Hagrid, accrochée à son cou. La bourse était à
présent trop pleine d’objets inutiles ou cassés pour
en contenir davantage. Les mains de Harry
effleurèrent le vieux Vif d’or à travers la peau de
Moke et pendant un instant, il dut combattre la
tentation de le ressortir et de le jeter. Il était
impénétrable, inefficace, sans aucun usage,
comme tout ce que Dumbledore avait laissé

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 582 / 1250
derrière lui…
Sa fureur contre celui-ci le submergea à
nouveau comme une coulée de lave, le brûlant à
l’intérieur, balayant tout autre sentiment. En
désespoir de cause, ils avaient fini par se dire que
les réponses à leurs questions se trouvaient à
Godric’s Hollow et s’étaient convaincus qu’ils
devaient s’y rendre, que c’était une étape d’un
chemin secret tracé pour eux par Dumbledore.
Mais il n’existait ni carte, ni plan. Dumbledore les
avait laissés tâtonner dans le noir, se débattre avec
des horreurs sans nom, inimaginables, rien ne leur
avait été donné gratuitement, ils n’avaient
toujours pas l’épée et à présent, Harry n’avait
même plus de baguette. En plus, il avait laissé
derrière lui la photo du voleur et Voldemort,
désormais, n’aurait aucun mal à découvrir qui il
était… Voldemort disposait maintenant de toutes
les informations.
— Harry ?
Hermione semblait craindre qu’il lui jette un
sort avec sa propre baguette. Le visage ruisselant
de larmes, elle s’accroupit auprès de lui, deux
tasses de thé tremblant dans ses mains. Coincé
sous son bras, elle portait un objet volumineux.
— Merci, dit-il en prenant l’une des tasses.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 583 / 1250
— Ça ne t’ennuie pas que je te parle ?
— Non, répondit-il, soucieux de ne pas la
blesser.
— Harry… Tu voulais savoir qui était l’homme
sur la photo. Eh bien… j’ai le livre.
Timidement, elle lui posa sur les genoux un
exemplaire flambant neuf de Vie et mensonges
d’Albus Dumbledore.
— Où… comment… ?
— Il était dans le salon de Bathilda, sur un
meuble… Il y avait ce mot qui dépassait de la
couverture.
Hermione lut à haute voix les quelques lignes
tracées d’une écriture pointue, d’un vert acide :
— « Chère Batty , merci de votre aide. Voici un
exemplaire du livre, j’espère qu’il vous plaira. Tout
ce que j’ai cité, vous l’avez dit, même si vous ne
vous en souvenez pas. Rita. » Je pense qu’il a dû
arriver pendant que la vraie Bathilda était encore
vivante, mais peut-être n’était-elle pas en état de le
lire ?
— Non, sans doute pas.
Harry regarda le visage de Dumbledore et
éprouva une joie sauvage : que Dumbledore l’ait
voulu ou non, il allait savoir à présent tout ce qu’il

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 584 / 1250
n’avait pas jugé bon de lui révéler.
— Tu es toujours très en colère contre moi,
n’est-ce pas ? demanda Hermione.
Il leva la tête et vit de nouvelles larmes couler
de ses yeux. Sa colère devait être visible sur son
visage.
— Non, répondit-il à voix basse. Non,
Hermione, je sais que c’était un accident. Tu
essayais de nous sortir de là vivants et tu as été
extraordinaire. Sans ton aide, je serais mort, à
l’heure qu’il est.
Il essaya de lui rendre son sourire larmoyant,
puis reporta son attention sur le livre. Le dos de sa
couverture était raide. De toute évidence, il n’avait
jamais été ouvert. Il feuilleta les pages, cherchant
les photos. Presque tout de suite, il trouva celle qui
l’intéressait, le jeune Dumbledore et son séduisant
compagnon, riant de bon cœur à une plaisanterie
depuis longtemps oubliée. Harry lut la légende.
« Albus Dumbledore, peu après la mort de sa
mère, en compagnie de son ami Gellert
Grindelwald. »
À la lecture du dernier mot, Harry resta un long
moment bouche bée. Grindelwald. Son ami.
Grindelwald. Il jeta un regard en biais à Hermione
qui contemplait ce nom comme si elle n’en croyait

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 585 / 1250
pas ses yeux. Lentement, elle leva la tête vers lui.
— Grindelwald ?
Ignorant les autres photos, Harry chercha dans
les pages voisines les endroits où le nom fatal
réapparaissait. Il le découvrit bientôt et lut
avidement le passage, mais il se sentit un peu
perdu. Il fallait revenir plus loin en arrière pour
comprendre et il finit par se retrouver au début
d’un chapitre intitulé « Le plus grand bien ».
Hermione et lui lurent ensemble :
Approchant maintenant de son dix-huitième
anniversaire, Dumbledore quitta Poudlard
auréolé de gloire : préfet, préfet en chef, lauréat
du prix Bamabus Finkley d’aptitude
exceptionnelle aux sortilèges, représentant de la
Jeunesse britannique auprès du Magenmagot,
médaille d’or pour contribution fondamentale à
la Conférence internationale d’alchimie du Caire.
Dumbledore avait ensuite l’intention
d’entreprendre un tour du monde en compagnie
d’Elphias Doge, surnommé Haleine de Chien, le
comparse sot mais dévoué qu’il s’était choisi à
l’école.
Les deux jeunes hommes avaient pris une
chambre au Chaudron Baveur, à Londres, se

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 586 / 1250
préparant à partir pour la Grèce le lendemain
matin, lorsqu’un hibou apporta un message qui
annonçait la mort de la mère de Dumbledore.
Doge, dit Haleine de Chien, qui a refusé d’être
interviewé pour ce livre, a livré au public sa
propre version, très sentimentale, de ce qui s’est
passé ensuite. Il présente la mort de Kendra
comme un coup tragique et la décision de
Dumbledore d’abandonner son expédition comme
un noble sacrifice.
Il est vrai que Dumbledore retourna aussitôt à
Godric’s Hollow, prétendument pour « prendre
soin » de ses jeunes frère et sœur. Mais quels
« soins » leur prodigua-t-il véritablement ?
« C’était un cinglé, cet Abelforth, déclare Enid
Smeeh, dont la famille habitait à l’époque un peu
en dehors de Godric’s Hollow. Il était déchaîné.
Bien sûr, avec son père et sa mère qui n’étaient
plus là, on aurait pu avoir de la peine pour lui
mais il n’arrêtait pas de me jeter des crottes de
chèvre à la figure. Je ne crois pas qu’Albus
s’occupait beaucoup de lui, d’ailleurs, je ne les ai
jamais vus ensemble. »
Alors, que faisait Dumbledore s’il n’essayait
pas de réconforter son jeune frère dissipé ? La
réponse, semble-t-il, c’est qu’il veillait à maintenir

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 587 / 1250
sa sœur séquestrée. Car, bien que sa première
geôlière fût morte, il n’y eut aucun changement
dans la situation pitoyable d’Ariana Dumbledore.
Son existence même continuait de n’être connue,
en dehors de la famille, que de quelques
personnes qui, comme Doge, alias Haleine de
Chien, croyaient volontiers à l’histoire de la
« santé fragile ».
Une autre amie tout aussi satisfaite de cette
version des faits était Bathilda Tourdesac, la
célèbre historienne de la magie qui habite depuis
de nombreuses années à Godric’s Hollow.
Kendra, bien sûr, avait rabroué Bathilda lorsque
celle-ci avait essayé de souhaiter la bienvenue à
la famille. Quelques années plus tard, cependant,
le célèbre auteur envoya à Poudlard un hibou
destiné à Abus, car elle avait été favorablement
impressionnée par son article sur la
transformation inter-espèces, publié dans Le
Mensuel de la métamorphose. Ce premier contact
l’amena à faire connaissance avec la famille
Dumbledore dans son entier. Au moment de la
mort de Kendra, Bathilda était la seule habitante
de Godric’s Hollow à qui la mère de Dumbledore
adressait la parole.
Malheureusement, la brillante intelligence que
Bathilda a manifestée au cours de sa vie se trouve

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 588 / 1250
à présent quelque peu diminuée. « Le feu est
allumé, mais le chaudron est vide », comme me
l’a confié Ivor Dilhnsby ou, dans les termes plus
terre à terre d’Enid Smeek : « Elle n’a pas plus de
tête qu’une crotte d’écureuil. » Néanmoins, une
longue expérience et une technique éprouvée du
reportage m’ont permis d’extraire, telles des
pépites, suffisamment de faits réels pour
reconstituer toute cette scandaleuse histoire.
Comme tout le monde dans les milieux de la
sorcellerie, Bathilda attribue la mort prématurée
de Kendra à un « sortilège qui se serait retourné
contre elle », une version qu’Albus et Abelforth
répétèrent par la suite. Bathilda se fait également
l’écho de l’affirmation de la famille selon laquelle
Ariana aurait été « fragile » et « délicate ». Sur
un point, cependant, Bathilda m’a récompensée
des efforts que j’ai déployés pour me procurer du
Veritaserum, car elle, et elle seule, connaît toute
l’histoire du secret le mieux gardé de la vie
d’Albus Dumbledore. Révélé aujourd’hui pour la
première fois, il remet en cause tout ce que ses
admirateurs croyaient à son sujet : sa haine
supposée de la magie noire, son opposition à
l’oppression des Moldus, et même son
dévouement envers sa propre famille.
L’été même où Dumbledore rentrait à Godric’s

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 589 / 1250
Hollow, désormais orphelin et chef de famille,
Bathilda Tourdesac acceptait d’héberger chez elle
son petit-neveu, Gellert Grindelwald.
Le nom de Grindelwald est à juste titre
célèbre : sur la liste des plus dangereux sorciers
de tous les temps, il aurait mérité de figurer à la
première place si, une génération plus tard,
Vous-Savez-Qui n’était venu le détrôner. Mais
comme Grindelwald n’a jamais étendu sa terreur
jusqu’à la Grande-Bretagne, les détails de son
accession au pouvoir ne sont pas très connus
dans notre pays.
Élève de Durmstrang, où il était déjà réputé
pour sa regrettable tolérance de la magie noire,
Grindelwald se montra aussi précocement
brillant que Dumbledore. Mais au lieu de mettre à
profit ses talents pour obtenir prix et
récompenses, Gellert Grindelwald se consacra à
d’autres ambitions. Lorsqu’il eut atteint l’âge de
seize ans, les autorités de Durmstrang elles-
mêmes estimèrent qu’elles ne pouvaient plus
fermer les yeux sur ses expériences douteuses et il
fut renvoyé de l’école.
Jusqu’à maintenant, tout ce que l’on savait de
ce que Grindelwald avait fait par la suite, c’était
qu’il avait voyagé à l’étranger pendant quelques

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 590 / 1250
mois. On peut aujourd’hui révéler que
Grindelwald avait décidé de se rendre chez sa
grand-tante à Godric’s Hollow et que, une fois là-
bas, si choquant que cela puisse paraître à
certains, il noua une amitié étroite avec Abus
Dumbledore.
« Il me semblait un charmant garçon,
bredouille Bathilda, quoi qu’il ait fait par la suite.
Bien entendu, je l’ ai présenté à ce pauvre Albus
qui n’avait pas beaucoup d’amis de son âge. Les
deux garçons ont tout de suite sympathisé. »
On ne saurait en douter. Bathilda me montre
en effet une lettre qu’elle a gardée, envoyée par
Albus Dumbledore à Gellert Grindelwald en plein
milieu de la nuit.
« Oui, après qu’ils eurent passé toute la
journée à discuter – vous pensez, deux jeunes
gens si brillants, ils s’entendaient comme
chaudrons en foire –, j’entendais parfois un hibou
tapoter à la fenêtre de la chambre de Gellert pour
lui apporter une lettre d’Albus. Il venait d’avoir
une idée et voulait en faire part immédiatement à
Gellert. »
Et quelles idées ! Si choquantes qu’elles
puissent paraître aux fans d’Albus Dumbledore,
voici les pensées qu’avait leur héros à dix-sept

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 591 / 1250
ans, telles qu’il les exposait à son meilleur ami de
fraîche date (une reproduction de la lettre
originale se trouve en page 463) :
« Gellert,
« Ce que tu disais sur le fait que la domination
des sorciers s’exerce POUR LE PROPRE BIEN
DES MOLDUS – voilà le sujet crucial. Oui, un
pouvoir nous a été accordé et, oui, ce pouvoir
nous donne le droit de gouverner, mais il nous
donne également des responsabilités à l’égard des
gouvernés. Nous devons insister sur ce point car
il sera la première pierre sur laquelle nous
pourrons bâtir tout le reste. Chaque fois que nous
serons en désaccord, comme cela arrivera
sûrement, cette notion fondamentale devra
représenter la base de toutes nos discussions.
Nous pre nons le pouvoir POUR LE PLUS GRAND
BIEN. Il en découle que lorsque nous nous
heurtons à une résistance, nous ne devons utiliser
que la force nécessaire et pas plus. (Ce fut ton
erreur à Durmstrang ! Mais je ne m’en plains
pas, car si tu n’avais pas été renvoyé, nous ne
nous serions jamais rencontrés.)
« Albus »

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 592 / 1250
Quelles que soient la stupéfaction, la
consternation qu’elle puisse provoquer chez ses
nombreux admirateurs, cette lettre n’en apporte
pas moins la preuve qu’Albus Dumbledore a
autrefois rêvé de mettre à bas le Code du secret
magique et d’établir la domination des sorciers
sur les Moldus. Quel coup pour ceux qui ont
toujours présenté Dumbledore comme le plus
grand défenseur des nés-Moldus ! Combien creux
nous semblent à présent tous ces discours sur les
droits des Moldus, à la lumière de ce document
accablant ! Combien méprisable nous apparaît
Albus Dumbledore, occupé à manigancer son
accession au pouvoir alors qu’il aurait dû pleurer
la mort de sa mère et prendre soin de sa petite
sœur !
Ceux qui sont décidés à maintenir Dumbledore
sur son piédestal branlant glapiront sans aucun
doute que, après tout, il n’a jamais mis ses projets
à exécution, qu’il a dû changer de conviction, qu’il
est revenu à la raison. Mais la vérité semble
encore plus scandaleuse.
Leur nouvelle et grande amitié avait
commencé depuis à peine deux mois lorsque
Dumbledore et Grindelwald se séparèrent. Ils ne
devaient plus se revoir jusqu’au jour où ils se
retrouvèrent pour leur duel légendaire (pour plus

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 593 / 1250
de détails, voir chapitre vingt-deux). Quelle a été
la cause de cette rupture brutale ? Dumbledore
était-il revenu à de meilleurs sentiments ? Avait-il
dit à Grindelwald qu’il ne voulait plus avoir
aucune part dans ses projets ? Hélas, non.
« Je crois que c’est la mort de la petite Ariana
qui a tout déclenché, déclare Bathilda. Ce fut un
horrible choc. Gellert se trouvait dans leur
maison quand c’est arrivé, et il est revenu chez
moi dans tous ses états, il m’a dit qu’il voulait
partir dès le lendemain. Il était affreusement
éprouvé, vous savez. Alors, je lui ai arrangé un
départ par Portoloin et je ne l’ai plus jamais revu.
« Albus a été bouleversé par la mort d’Ariana.
C’était tellement affreux pour les deux frères. Ils
avaient perdu toute, leur famille, il n’y avait plus
qu’eux. Pas étonnant qu’ils aient eu les nerfs à vif.
Abelforth rejetait la responsabilité sur Albus,
comprenez-vous, comme c’est souvent le cas en
d’aussi terribles circonstances. Mais Abelforth
disait toujours des choses un peu folles, le pauvre
garçon. Enfin, quand même, casser le nez d’Albus
pendant l’enterrement, ce n’était pas très
convenable. Kendra aurait été anéantie si elle
avait vu ses deux fils se battre comme ça, sur le
corps de sa fille. Dommage que Gellert n’ait pas
pu rester pour l’enterrement… Au moins, cela

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 594 / 1250
aurait été un réconfort pour Albus…»
L’horrible bagarre à côté du cercueil, connue
seulement des rares personnes qui assistaient aux
funérailles d’Ariana Dumbledore, soulève
plusieurs questions. Pourquoi exactement
Abelforth Dumbledore tenait-il Albus pour
responsable de la mort de sa sœur ? Était-ce,
comme le prétend Batty, un simple débordement
de chagrin ? Ou bien sa fureur pouvait-elle avoir
une autre raison plus concrète ? Grindelwald,
renvoyé de Durmstrang pour avoir failli
provoquer la mort de camarades de classe qu’il
avait attaqués, a fui le pays quelques heures
après la mort de la jeune fille et Albus (par peur
ou par honte ?) ne l’a jamais revu, jusqu’au jour
où il y fut contraint à la demande instante du
monde de la sorcellerie.
Ni Dumbledore ni Grindelwald ne semblent
avoir jamais évoqué par la suite cette brève
amitié de jeunesse. Il ne fait cependant aucun
doute que Dumbledore a attendu cinq années de
troubles, de morts, de disparitions, avant de se
décider enfin à attaquer Gellert Grindelwald.
Était-ce un reste d’affection pour l’homme lui-
même, ou la crainte de voir révéler leur ancienne
amitié, qui a fait hésiter Dumbledore ? Est-ce à
contrecœur que Dumbledore a résolu de capturer

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 595 / 1250
l’homme qu’il avait été autrefois si enchanté de
rencontrer !
Et comment la mystérieuse Ariana est-elle
morte ? A-t-elle été la victime accidentelle d’un
quelconque rituel de magie noire ? A-t-elle
surpris quelque chose qu’elle n’aurait pas dû voir,
à un moment où les deux hommes étaient occupés
à s’entraîner pour tenter d’atteindre la gloire et la
domination ? Est-il possible qu’Ariana ait été la
première personne à mourir « pour le plus grand
bien » ?
Le chapitre s’arrêtait là. Harry leva les yeux.
Hermione était arrivée avant lui au bas de la page.
Elle lui prit le livre des mains, l’air un peu alarmée
devant l’expression de son visage, et le referma
sans le regarder, comme si elle s’empressait de
cacher quelque chose d’indécent.
— Harry…
Mais il hocha la tête en signe de dénégation.
Une certitude intérieure venait de s’effondrer en
lui. C’était exactement ce qu’il avait éprouvé après
le départ de Ron. Il avait eu confiance en
Dumbledore, il avait été convaincu qu’il était
l’incarnation du bien et de la sagesse. Tout cela
partait en cendres : que pouvait-il encore perdre ?

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 596 / 1250
Ron, Dumbledore, la baguette à la plume de
phénix.
— Harry.
Hermione semblait avoir deviné ses pensées.
— Écoute-moi. Ce… ce n’est pas une lecture très
agréable…
— On peut dire ça comme ça…
— Mais n’oublie pas, Harry, que le livre a été
écrit par Rita Skeeter.
— Tu as lu la lettre à Grindelwald, non ?
— Oui, je… je l’ai lue.
Elle hésita, la mine bouleversée, la tasse de thé
au creux de ses mains froides.
— Je crois que c’est le pire passage. Je sais que
pour Bathilda, il ne s’agissait que de conversations
entre deux amis, mais « Pour le plus grand bien »
est devenu le slogan de Grindelwald, sa
justification de toutes les atrocités qu’il a
commises par la suite. Et… d’après ce qui est écrit
là, il semble que ce soit Dumbledore qui lui ait
donné l’idée. On dit que « Pour le plus grand
bien » était même gravé à l’entrée de Nurmengard.
— Qu’est-ce que c’est que ça, Nurmengard ?
— La prison que Grindelwald a fait construire
pour enfermer ses opposants. Il y a fini lui-même,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 597 / 1250
quand Dumbledore l’a capturé. En tout cas, c’est…
c’est terrible de penser que les idées de
Dumbledore ont pu aider Grindelwald à arriver au
pouvoir. Mais d’un autre côté, même Rita ne peut
prétendre qu’ils se soient connus plus de quelques
mois, au cours d’un été où ils étaient tous les deux
vraiment jeunes, et…
— Je pensais bien que tu dirais ça, l’interrompit
Harry.
Il ne voulait pas que sa colère se retourne
contre elle mais il avait du mal à parler d’une voix
calme.
— Je pensais bien que tu dirais : « Ils étaient
jeunes. » Mais ils avaient le même âge que nous
aujourd’hui. Et nous, nous sommes là à risquer
nos vies pour combattre les forces du Mal alors
que lui passait ses journées avec son meilleur ami
à comploter leur prise de pouvoir sur les Moldus.
Harry ne parviendrait pas à contrôler sa fureur
plus longtemps. Il se leva et se mit à marcher de
long en large, s’efforçant de se défouler
physiquement.
— Je n’essaye pas de défendre ce que
Dumbledore a écrit, assura Hermione. Toutes ces
idioties sur le « droit de gouverner », c’est la
même chose que « La magie est puissance ». Mais,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 598 / 1250
Harry, il faut comprendre que sa mère venait de
mourir, il était coincé tout seul chez lui…
— Tout seul ? Il n’était pas tout seul. Il était
avec son frère et sa sœur, sa Cracmolle de sœur
qu’il gardait enfermée…
— Je n’y crois pas, dit Hermione.
Elle se leva à son tour.
— J’ignore ce qui n’allait pas chez elle, mais je
ne crois pas que c’était une Cracmolle. Le
Dumbledore que nous connaissions n’aurait
jamais, jamais permis…
— Le Dumbledore que nous pensions connaître
n’aurait jamais voulu vaincre les Moldus par la
force ! hurla Harry, sa voix résonnant au sommet
désert de la colline.
Des merles s’envolèrent, lançant des cris et
tournoyant dans le ciel d’un gris nacré.
— Il a changé, Harry, il a changé ! C’est aussi
simple que cela ! Peut-être qu’il croyait à ces
choses-là quand il avait dix-sept ans mais il a
consacré tout le reste de sa vie à combattre les
forces du Mal ! Dumbledore a été celui qui a arrêté
Grindelwald, celui qui a toujours voté pour la
protection des Moldus et pour les droits des
sorciers nés-moldus, celui qui s’est battu contre
Tu-Sais-Qui depuis le début et qui est mort en

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 599 / 1250
essayant de le terrasser !
Le livre de Rita était posé entre eux, sur le sol,
et ils voyaient Dumbledore leur sourire avec
tristesse.
— Harry, je suis désolée, mais je crois que la
véritable raison de ta colère contre Dumbledore,
c’est qu’il ne t’a jamais rien raconté de tout cela
lui-même.
— Peut-être ! s’écria Harry.
Il leva les bras et les croisa au-dessus de sa tête,
ne sachant pas très bien s’il essayait de contenir sa
colère ou de se protéger contre le poids de ses
propres désillusions.
— Tu vois bien ce qu’il m’a demandé,
Hermione ! Risque ta vie, Harry ! Encore ! Et
encore ! Et n’attends pas de moi que je te donne
toutes les explications, contente-toi d’avoir en moi
une confiance aveugle, sois persuadé que je sais ce
que je fais, aie confiance en moi, même si moi je
n’ai pas confiance en toi ! Jamais la vérité tout
entière ! Jamais !
La tension brisa sa voix et ils restèrent debout
face à face, à se regarder dans le vaste espace vide
et blanc. Sous le ciel immense, Harry avait
l’impression qu’ils n’avaient pas plus d’importance
que des insectes.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 600 / 1250
— Il t’aimait beaucoup, murmura Hermione. Je
sais qu’il t’aimait beaucoup.
Harry laissa retomber ses bras.
— J’ignore qui il aimait, Hermione, mais
sûrement pas moi. Le gâchis dans lequel il m’a
abandonné, on ne peut pas appeler ça de l’amour.
Il a partagé ses véritables pensées avec Gellert
Grindelwald infiniment plus qu’il ne l’a jamais fait
avec moi.
Harry ramassa la baguette d’Hermione qu’il
avait laissée tomber dans la neige et revint
s’asseoir à l’entrée de la tente.
— Merci pour le thé. Je vais finir mon tour de
garde. Retourne te mettre au chaud.
Elle hésita mais comprit qu’il lui donnait congé.
Elle reprit le livre et revint dans la tente. En
passant devant lui, elle lui effleura les cheveux
d’un geste léger de la main. Il ferma les yeux à ce
contact et s’en voulut de souhaiter qu’elle ait dit la
vérité : que Dumbledore avait réellement de
l’affection pour lui.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 601 / 1250
19
L A BICHE ARGENTÉE
l neigeait lorsque Hermione prit son tour de
garde à minuit. Les rêves de Harry étaient
confus, troublants : Nagini ne cessait d’aller et
venir, sortant d’abord d’une gigantesque bague à
la pierre fendue, puis d’une couronne de roses de
Noël. Il se réveilla à plusieurs reprises, saisi de
panique, persuadé que quelqu’un l’avait appelé au
loin, imaginant que le vent qui fouettait la tente
était en fait le son d’une voix ou un bruit de pas. I
Il finit par se lever dans l’obscurité et rejoignit
Hermione qui s’était pelotonnée à l’entrée de la
tente et lisait Histoire de la magie à la lumière de
sa baguette. La neige continuait de tomber dru et
elle accueillit avec soulagement sa proposition de
partir tôt pour aller ailleurs.
— Nous choisirons un endroit plus abrité,
approuvât-elle.
Frissonnante, elle mit un sweat-shirt par-

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 602 / 1250
dessus son pyjama.
— Je croyais sans cesse entendre des gens
bouger dehors. Il m’a même semblé voir
quelqu’un, une ou deux fois.
Harry, qui était lui aussi en train de passer un
pull, interrompit son geste et jeta un coup d’œil au
Scrutoscope immobile et silencieux posé sur la
table.
— Je suis sûre que c’était mon imagination,
continua Hermione, apparemment nerveuse, la
neige dans le noir, ça donne l’illusion de voir des
choses… Mais peut-être vaudrait-il mieux
transplaner sous la cape d’invisibilité, par simple
précaution ?
Une demi-heure plus tard, la tente repliée,
Harry portant l’Horcruxe autour du cou,
Hermione serrant contre elle son sac en perles, ils
transplanèrent. L’habituelle sensation
d’étouffement les engloutit. Les pieds de Harry
décollèrent du sol neigeux puis retombèrent
lourdement sur ce qui semblait être une surface de
terre gelée, couverte de feuilles.
— Où sommes-nous ? demanda-t-il,
contemplant une nouvelle étendue d’arbres tandis
qu’Hermione ouvrait le sac en perles et
commençait à en sortir les piquets de la tente.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 603 / 1250
— C’est la forêt de Dean, répondit-elle. Je suis
venue y camper, un jour, avec mes parents.
Ici aussi, les feuillages étaient enveloppés de
neige et il faisait un froid glacial mais au moins, ils
étaient protégés du vent. Ils passèrent la plus
grande partie de la journée sous la tente, serrés
l’un contre l’autre pour se tenir chaud, devant les
flammes d’un bleu éclatant qu’Hermione savait si
bien faire apparaître et que l’on pouvait conserver
et transporter dans un bocal. Harry avait
l’impression de se remettre d’une brève mais
terrible maladie, une impression renforcée par la
sollicitude d’Hermione. Dans l’après-midi, de
nouveaux flocons tombèrent sur eux, et même leur
clairière abritée fut bientôt recouverte d’une
poudre de neige fraîche.
Après avoir passé deux nuits sans beaucoup de
sommeil, les sens de Harry semblaient plus en
alerte qu’à l’ordinaire. Tous deux avaient vu la
mort de si près à Godric’s Hollow que Voldemort
leur semblait plus présent que jamais, plus
menaçant. Lorsque le soir tomba à nouveau, Harry
refusa l’offre d’Hermione de monter la garde et lui
conseilla d’aller se coucher.
Il installa un vieux coussin à l’entrée de la tente
et s’assit. Il avait enfilé tous ses pulls les uns sur

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 604 / 1250
les autres mais continuait malgré tout de
frissonner. À mesure que les heures passaient,
l’obscurité s’épaississait jusqu’à devenir
impénétrable. Il s’apprêtait à sortir la carte du
Maraudeur pour regarder le point qui représentait
Ginny lorsqu’il se souvint que c’était l’époque des
vacances de Noël et qu’elle serait au Terrier.
Le plus infime mouvement paraissait amplifié
dans l’immensité de la forêt. Harry savait qu’elle
devait être remplie de créatures vivantes mais il
aurait souhaité qu’elles se tiennent tranquilles
pour pouvoir distinguer leurs trépignements et
leurs déambulations inoffensives des bruits qui
annonceraient peut-être d’autres présences plus
menaçantes. Il se rappela le bruissement d’une
cape sur des feuilles mortes, bien des années
auparavant, et crut l’entendre à nouveau avant de
reprendre ses esprits et de chasser cette pensée.
Leurs sortilèges de Protection avaient été efficaces
pendant des semaines, pourquoi ne le seraient-ils
plus aujourd’hui ? Et pourtant, il n’arrivait pas à
chasser la sensation que quelque chose, cette nuit,
était différent.
À plusieurs reprises, il sursauta, le cou
douloureux, car il était tombé endormi, son corps
s’affaissant dans une position inconfortable contre
un côté de la tente. La nuit noire, satinée, était

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 605 / 1250
devenue si épaisse qu’il avait l’impression d’être
suspendu dans les limbes, entre le départ et
l’arrivée d’un transplanage. Il avait levé une main
devant ses yeux pour voir s’il parvenait à
distinguer ses doigts lorsque le phénomène se
produisit.
Une lumière brillante et argentée apparut un
peu plus loin, se déplaçant parmi les arbres. Il
ignorait d’où elle venait, mais elle avançait sans
bruit et semblait dériver vers lui.
Il se releva d’un bond, la voix coincée au fond
de sa gorge, et brandit la baguette d’Hermione. Il
plissa les yeux lorsque la lumière devint
aveuglante, la silhouette noire des arbres se
découpant devant elle. La chose continuait
d’approcher…
Il vit alors surgir de derrière un chêne la source
de cette lumière. C’était une biche argentée,
presque blanche, d’une clarté lunaire,
éblouissante. Elle s’avança prudemment, toujours
silencieuse, sans laisser de traces sur la fine
couche de neige poudreuse. Elle se dirigeait vers
lui, dressant haut sa belle tête aux longs cils.
Harry observa la créature, émerveillé non par
son étrangeté mais par son inexplicable
familiarité. Il avait le sentiment d’avoir attendu sa

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 606 / 1250
venue mais de l’avoir oubliée jusqu’à cet instant où
ils pouvaient enfin se rencontrer. La première et
forte impulsion qui l’avait tout d’abord incité à
appeler Hermione avait à présent disparu. Il
savait, il en aurait mis sa tête à couper, qu’elle
était venue pour lui, et pour lui seul.
Pendant un long moment, ils s’observèrent puis
la biche fit volte-face et s’éloigna.
— Non, dit-il, sa voix devenue rauque à force de
ne plus parler. Reviens !
Mais la biche poursuivit délibérément son
chemin parmi les arbres et, bientôt, son éclat fut
zébré par leurs épais troncs noirs. Pendant une
seconde de flottement, il hésita. La prudence
murmurait : ce pourrait être une ruse, un leurre,
un piège. Mais son instinct, un instinct irrésistible,
lui assurait qu’il ne s’agissait pas de magie noire,
et il s’élança derrière elle.
La neige crissait sous les pieds de Harry mais la
biche, elle, ne produisait aucun bruit en se
faufilant parmi les arbres, car elle était
uniquement constituée de lumière. Elle l’entraîna
de plus en plus profondément dans la forêt et
Harry accéléra le pas, certain que lorsqu’elle
s’arrêterait, elle le laisserait approcher. Il lui
parlerait alors et la voix qui émanerait d’elle lui

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 607 / 1250
dirait ce qu’il avait besoin de savoir.
Enfin, la biche s’immobilisa. Elle tourna une
fois de plus vers lui sa tête magnifique et il courut
dans sa direction, brûlant de lui poser une
question. Mais au moment où il ouvrait la bouche,
elle disparut.
Bien que l’obscurité l’ait engloutie tout entière,
son image scintillante restait imprimée sur sa
rétine. Elle masquait sa vision, et sa clarté
s’intensifia lorsqu’il baissa les paupières, lui
faisant perdre ses repères. La peur le gagnait,
maintenant. La présence de la biche avait signifié
pour lui la sécurité.
— Lumos ! murmura-t-il, et l’extrémité de la
baguette s’alluma.
L’image de la biche s’effaçait un peu plus à
chaque battement de paupières, tandis qu’il
demeurait immobile à écouter les bruits de la
forêt, le craquement lointain de brindilles, le léger
chuintement de la neige. Allait-il être attaqué ? La
biche l’avait-elle attiré dans un piège ? Était-ce
seulement son imagination qui lui suggérait que
quelqu’un se tenait à l’affût, l’observant par-delà le
rayon de lumière ?
Il leva plus haut la baguette. Personne ne se
précipita sur lui, aucun éclair de lumière verte ne

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 608 / 1250
jaillit de derrière un arbre. Pourquoi, dans ce cas,
la biche l’avait-elle amené jusqu’ici ?
Quelque chose brilla alors et Harry se tourna
aussitôt, mais il ne vit qu’une petite mare gelée, sa
surface noire et craquelée chatoyant sous ses yeux
lorsqu’il tendit la baguette pour l’examiner.
Il s’avança avec précaution et regarda de plus
près. La glace refléta tout d’abord son ombre
déformée et le rayon lumineux de la baguette,
mais tout au fond de l’épaisse carapace d’un gris
nébuleux, il aperçut soudain un objet qui
scintillait. Une grande croix d’argent…
Son cœur fit un bond, comme s’il remontait
dans sa gorge. Il se laissa tomber à genoux, au
bord de la mare, et orienta la baguette de façon à
projeter le plus de lumière possible au fond de
l’eau. Un éclat rouge foncé… C’était une épée à la
poignée incrustée de rubis étincelants… L’épée de
Gryffondor reposait au fond de la mare.
Parvenant à peine à respirer, il la fixa des yeux.
Comment était-ce possible ? Comment pouvait-
elle avoir atterri dans une mare en pleine forêt, si
près de l’endroit où ils avaient dressé leur tente ?
Un mystérieux phénomène magique avait-il attiré
Hermione jusqu’ici ou la biche, qu’il avait prise
pour un Patronus, était-elle une sorte de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 609 / 1250
gardienne de la mare ? Ou encore l’épée y avait-
elle été déposée après leur arrivée, précisément
parce qu’ils étaient là ? Auquel cas, où était la
personne qui avait voulu la transmettre à Harry ?
Il dirigea à nouveau la lumière de la baguette vers
les arbres et les buissons environnants, cherchant
une silhouette humaine, l’éclat d’un regard, mais il
ne vit personne. Un regain de peur vint toutefois
tempérer son euphorie lorsqu’il reporta son
attention sur l’épée qui reposait au fond de la mare
gelée.
Il pointa la baguette vers la forme argentée et
murmura :
— Accio épée.
Elle resta inerte. Ce qui ne le surprit pas. Si les
choses avaient dû être faciles, l’épée n’aurait pas
été plongée dans les profondeurs d’une mare
gelée, mais posée sur le sol où il n’aurait eu qu’à la
ramasser. Il fit le tour du cercle de glace,
repensant à la dernière fois où l’épée s’était offerte
à lui. Il affrontait alors un terrible danger et avait
demandé de l’aide.
— Aide-moi, murmura-t-il, mais l’épée
demeura au fond de la mare, indifférente,
immobile.
Quelles étaient les paroles, se demanda Harry

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 610 / 1250
(continuant à tourner autour de la mare), que
Dumbledore avait prononcées, la dernière fois
qu’il avait repris l’épée ? « Seul un véritable
Gryffondor pouvait trouver cette épée dans le
Choixpeau magique. » Et quelles étaient les
qualités qui définissaient un Gryffondor ? « Les
plus hardis et les plus forts sont rassemblés en ce
haut lieu. »
Harry cessa de marcher autour de la mare et
laissa échapper un long soupir, son haleine
embuée se dispersant dans l’air glacé. Il savait ce
qu’il lui restait à faire. Il devait reconnaître, pour
être honnête avec lui-même, qu’il avait tout de
suite pensé à cette hypothèse, dès le moment où
l’épée lui était apparue à travers la surface gelée.
Il jeta un nouveau coup d’œil vers les arbres qui
l’entouraient mais maintenant, il était convaincu
que personne ne l’attaquerait. Ils en auraient eu
tout le loisir pendant qu’il marchait seul dans la
forêt ou qu’il examinait la mare. S’il retardait
encore le moment d’agir, c’était simplement parce
que ce qui l’attendait à présent n’avait rien de très
enthousiasmant.
Les doigts engourdis, il entreprit d’enlever ses
diverses couches de vêtements. Il n’était pas sûr,
pensa-t-il avec mélancolie, que la hardiesse et la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 611 / 1250
force qu’on prêtait aux preux chevaliers de
Gryffondor aient grand-chose à voir là-dedans,
sauf si l’on considérait comme chevaleresque le
fait de ne pas avoir appelé Hermione pour qu’elle y
aille à sa place.
Un hibou hulula quelque part tandis qu’il se
déshabillait et avec un pincement au cœur, il
songea à Hedwige. Il frissonnait, à présent, ses
dents claquant horriblement, mais il continua à se
déshabiller jusqu’à ce qu’il se retrouve en caleçon
et pieds nus dans la neige. Il posa sur ses
vêtements entassés la bourse qui contenait sa
baguette cassée, la lettre de sa mère, le fragment
du miroir de Sirius et le vieux Vif d’or, puis pointa
vers la glace la baguette d’Hermione.
— Diffindo .
Un craquement retentit dans le silence,
semblable à la détonation d’une balle de fusil. La
surface de la mare se brisa et des morceaux de
glace sombre se balancèrent sur l’eau clapotante.
Autant que Harry pouvait en juger, la mare n’était
pas très profonde mais pour aller chercher l’épée,
il devrait quand même s’immerger complètement.
Réfléchir plus longtemps à la tâche qui
l’attendait ne la rendrait pas plus facile et ne
réchaufferait pas la température de l’eau. Il

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 612 / 1250
s’avança donc jusqu’au bord et posa par terre la
baguette d’Hermione, toujours allumée. Puis,
essayant de ne pas imaginer le froid encore plus
glacé qui l’attendait ou les tremblements qui
allaient bientôt le secouer de la tête aux pieds, il
sauta dans la mare.
Ce fut comme si tous les pores de sa peau
s’étaient mis à protester à grands cris. L’air même
que contenaient ses poumons paraissait avoir gelé
lorsque l’eau glacée lui arriva aux épaules. Il
pouvait à peine respirer. Parcouru de
tremblements si violents qu’ils projetaient des
vaguelettes par-dessus le bord de la mare, il
chercha à tâtons de ses pieds engourdis la lame de
l’épée. Il ne voulait plonger au fond qu’une seule
fois.
Harry, haletant, frémissant, repoussait de
seconde en seconde le moment où il s’immergerait
totalement. Enfin, il se persuada qu’il ne pouvait
plus reculer et, rassemblant tout son courage, il
plongea.
Le froid se transforma en douleur, l’attaqua
comme un feu. Son cerveau lui-même semblait
avoir gelé tandis qu’il s’enfonçait dans l’eau
sombre et tendait la main vers le fond, à la
recherche de l’épée. Ses doigts se refermèrent

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 613 / 1250
autour de la poignée qu’il tira vers lui.
Quelque chose alors lui enserra étroitement le
cou. Il pensa à des herbes aquatiques, bien qu’il
n’eût rien senti contre sa peau lorsqu’il avait
plongé, et leva sa main libre pour se libérer. Mais
ce n’était pas une herbe : la chaîne de l’Horcruxe
s’était contractée autour de sa gorge et l’étranglait
lentement.
Harry donna de grands coups de pied pour
essayer de remonter à la surface, mais il ne parvint
qu’à se propulser contre la paroi rocheuse de la
mare. Se débattant, suffoquant, il attrapa la chaîne
à tâtons, ses doigts gelés incapables de la
desserrer. De petites lumières jaillissaient à
présent dans sa tête et il sombra. Il n’y avait plus
rien à faire, il ne pouvait plus rien tenter, et les
bras qu’il sentit se refermer autour de sa poitrine
étaient sûrement ceux de la mort…
Étouffant, secoué de haut-le-cœur, trempé et
glacé comme jamais il ne l’avait été dans sa vie, il
reprit connaissance à plat ventre sur la neige.
Quelque part, à proximité, quelqu’un d’autre
haletait, toussait, trébuchait. Hermione était à
nouveau venue à son secours, comme lorsque le
serpent l’avait attaqué… Pourtant, il n’avait pas
l’impression que c’était elle, à en juger par la toux

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 614 / 1250
caverneuse et la lourdeur des pas…
Harry n’eut pas la force de relever la tête pour
voir qui était son sauveur. Il put simplement
porter une main tremblante à son cou et sentir
l’endroit où la chaîne du médaillon s’était
profondément enfoncée dans sa chair. L’Horcruxe
n’était plus là : quelqu’un l’en avait libéré. Il
entendit alors au-dessus de sa tête une voix
pantelante :
— Tu… es… dingue, ou quoi ?
Seul le choc qu’il éprouva au son de cette voix
pouvait redonner à Harry suffisamment d’énergie
pour se relever. Parcouru de violents frissons, il se
mit debout, vacillant. Devant lui se tenait Ron,
habillé de pied en cap mais trempé jusqu’aux os,
ses cheveux plaqués contre son visage, l’épée de
Gryffondor dans une main, l’Horcruxe dans
l’autre, pendant au bout de sa chaîne brisée.
Ron leva le médaillon qui se balança d’avant en
arrière à l’extrémité de sa chaîne raccourcie,
comme dans une parodie d’hypnose.
— Par tous les diables, haleta Ron, pourquoi
n’as-tu pas enlevé cette chose avant de plonger ?
Harry ne put répondre. La biche argentée
n’était plus rien, comparée à la réapparition de
Ron. Il n’arrivait pas à y croire. Tremblant de

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 615 / 1250
froid, il saisit ses vêtements toujours entassés au
bord de la mare et s’habilla. Tout en enfilant ses
pulls les uns après les autres, Harry ne cessait de
dévisager Ron, comme s’il s’attendait plus ou
moins à ce qu’il disparaisse chaque fois qu’il le
quittait des yeux. Et pourtant, il devait être bien
réel : il venait de plonger dans la mare, il lui avait
sauvé la vie.
— Alors, c’était t… toi ? bredouilla enfin Harry,
claquant des dents, la voix plus faible qu’à
l’ordinaire, en raison de sa quasi-strangulation.
— Heu… oui, répondit Ron, un peu déconcerté.
— La biche… c’était t… toi ?
— Quoi ? Non, bien sûr que non ! Je croyais que
c’était ton Patronus !
— Le mien, c’est un cerf.
— Ah oui, c’est vrai. Je me disais bien qu’il
paraissait différent. Pas de ramure.
Harry accrocha la bourse de Hagrid autour de
son cou, enfila un dernier pull, se baissa pour
ramasser la baguette d’Hermione et regarda à
nouveau Ron.
— Comment se fait-il que tu sois ici ?
Apparemment, Ron aurait souhaité que ce
point ne soit évoqué que plus tard, ou peut-être

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 616 / 1250
même pas du tout.
— Eh bien, je… enfin, bon… je suis revenu. Si…
– il s’éclaircit la voix.
— … Si tu veux toujours de moi.
Pendant le silence qui suivit, l’évocation du
départ de Ron sembla dresser entre eux comme un
mur. Mais à présent, il était là, il était de retour. Et
il avait sauvé Harry.
Ron baissa les yeux et regarda ses mains.
L’espace d’un instant, il parut surpris de voir ce
qu’il tenait entre ses doigts.
— Oui, je l’ai sortie de l’eau, dit-il inutilement,
en levant l’épée pour permettre à Harry de mieux
la contempler. C’était pour ça que tu avais plongé,
non ?
— Oui, répondit Harry. Mais je ne comprends
pas. Comment es-tu venu ici ? Comment nous as-
tu trouvés ?
— Longue histoire, répliqua Ron. Il y a des
heures que je vous cherche, c’est une grande forêt.
Je me disais que j’allais faire un petit somme sous
un arbre en attendant le jour quand j’ai vu cette
biche arriver, et toi qui la suivais.
— Tu n’as remarqué personne d’autre ?
— Non, dit Ron. Je…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 617 / 1250
Mais il hésita, lançant un coup d’œil en
direction de deux arbres qui se dressaient côte à
côte, à quelques mètres d’eux.
— Je crois avoir vu quelque chose bouger là-bas
mais c’était au moment où je courais vers la mare.
Tu venais de disparaître dans l’eau et je ne te
voyais plus revenir à la surface, alors je n’allais pas
faire un détour pour… Hé !
Harry s’était déjà précipité vers l’endroit que
Ron lui indiquait. Les deux chênes avaient poussé
tout près l’un de l’autre. À hauteur d’homme, leurs
troncs n’étaient séparés que de quelques
centimètres, une cachette idéale pour voir sans
être vu. Il n’y avait cependant pas de neige autour
des racines et Harry ne distingua aucune
empreinte. Il retourna vers Ron qui l’attendait,
tenant toujours dans ses mains l’épée et
l’Horcruxe.
— Il y a quelque chose ? demanda-t-il.
— Non, répondit Harry.
— Alors, comment l’épée est-elle arrivée dans
cette mare ?
— La personne qui a créé le Patronus a dû l’y
jeter.
Ils contemplèrent tous deux l’épée ouvragée, sa
poignée incrustée de rubis luisant légèrement à la

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 618 / 1250
lumière de la baguette d’Hermione.
— Tu crois que c’est la vraie ? demanda Ron.
— Il n’y a qu’un seul moyen de le savoir, non ?
répondit Harry.
L’Horcruxe se balançait toujours au bout de la
main de Ron. Le médaillon tressaillait légèrement.
Harry savait que la chose qu’il contenait s’agitait à
nouveau. Cette chose qui avait senti la présence de
l’épée et avait essayé de le tuer plutôt que de le
laisser s’en emparer. Mais ce n’était pas le moment
de se lancer dans de grandes discussions. Pour
l’instant, il était urgent de détruire l’Horcruxe une
bonne fois pour toutes. Harry jeta un regard
alentour, tenant haut la baguette d’Hermione, et
repéra l’endroit qui convenait : un rocher
relativement plat, à l’ombre d’un sycomore.
— Viens, dit-il.
Suivi de Ron, il s’en approcha, dégagea la neige
qui couvrait la surface de la pierre et tendit la
main pour prendre l’Horcruxe. Mais lorsque Ron
voulut également lui donner l’épée, Harry la refusa
d’un hochement de tête.
— Non, c’est toi qui devrais le faire.
— Moi ? s’étonna Ron, choqué. Pourquoi ?
— Parce que tu es allé chercher l’épée au fond
de la mare. Je crois donc que cette tâche te revient.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 619 / 1250
Ce n’était pas par bienveillance ou générosité.
De même qu’il avait tout de suite su que la biche
n’était pas dangereuse, il savait aussi que c’était à
Ron de brandir la lame. Dumbledore avait au
moins appris quelque chose à Harry au sujet de
certaines formes de magie, ou de l’incalculable
pouvoir de certains actes.
— Je vais l’ouvrir, dit Harry, et toi, tu le
transperceras. Tout de suite. D’accord ? Parce que
ce qu’il y a à l’intérieur ne se laissera pas détruire
sans combattre. Le fragment de Jedusor qui se
trouvait dans son journal intime a essayé de me
tuer.
— Comment vas-tu l’ouvrir ? demanda Ron.
Il paraissait terrifié.
— Je vais lui demander de s’ouvrir tout seul en
lui parlant Fourchelang, expliqua Harry.
La réponse lui était venue si facilement qu’il
avait l’impression de l’avoir toujours connue au
fond de lui : peut-être son récent face-à-face avec
Nagini lui avait-il permis d’en prendre conscience.
Il regarda le S en forme de serpent, serti de pierres
vertes étincelantes sur le médaillon. On pouvait
facilement se le représenter comme un minuscule
reptile lové sur la pierre glacée.
— Non ! dit Ron. Non, ne l’ouvre pas ! Je suis

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 620 / 1250
sérieux !
— Pourquoi ? demanda Harry. Débarrassons-
nous de cette horreur. Ça fait des mois que…
— Je ne peux pas, Harry, je suis sérieux… Fais-
le, toi…
— Mais pourquoi ?
— Parce que ce truc est mauvais pour moi !
répondit Ron en reculant pour s’éloigner du
médaillon posé sur le rocher. Je ne peux pas ! Je
ne cherche pas d’excuses à ma conduite, mais il
m’affecte beaucoup plus que toi ou Hermione, il
me faisait penser à des choses, des choses que, de
toute façon, j’avais déjà en tête, sauf qu’il les
rendait encore pires. Je ne sais pas pourquoi mais,
quand je l’enlevais, je reprenais mes esprits et
ensuite, quand je devais remettre ce fichu machin
autour du cou… Je ne peux pas faire ça, Harry !
Il s’était écarté du rocher, hochant la tête, l’épée
traînant à son côté.
— Tu peux y arriver, insista Harry, tu le peux !
C’est toi qui as l’épée, c’est à toi qu’il revient de
t’en servir, je le sais. S’il te plaît, débarrasse-nous
de ça, Ron.
Entendre prononcer son nom sembla agir
comme un stimulant. Ron déglutit puis, respirant
toujours profondément, il revint près du rocher.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 621 / 1250
— Dis-moi quand, demanda-t-il d’une voix
rauque.
— À trois, répondit Harry.
Harry tourna son regard vers le médaillon,
plissa les yeux et se concentra sur la lettre S,
imaginant un serpent, tandis qu’il entendait
quelque chose remuer à l’intérieur, comme un
cafard pris au piège. Il aurait pu en éprouver une
certaine pitié, si la marque que la chaîne avait
laissée autour de son cou n’était pas restée aussi
cuisante.
— Un… deux… trois… Ouvre-toi.
Le dernier mot sortit de sa bouche comme un
sifflement, un grondement, et les volets d’or du
médaillon s’ouvrirent largement avec un petit clic.
À l’intérieur, derrière chacun des deux ovales
de verre semblables à de petites fenêtres, un œil
cligna, sombre et charmeur, comme l’étaient les
yeux de Tom Jedusor avant qu’il ne les transforme
en deux fentes écarlates.
— Transperce-le, dit Harry qui maintenait le
médaillon immobile sur le rocher.
Ron leva l’épée dans ses mains tremblantes. La
pointe de la lame resta suspendue au-dessus des
deux yeux qui tournaient frénétiquement en tous
sens. Harry plaqua le médaillon contre la pierre,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 622 / 1250
se préparant, imaginant déjà un flot de sang qui
jaillirait des deux ovales vides.
Une voix sifflante s’éleva alors de l’Horcruxe :
— J’ai vu dans ton cœur et ton cœur est mien.
— Ne l’écoute pas ! lança Harry d’une voix dure.
Transperce-le !
— J’ai vu tes rêves, Ronald Weasley, et j’ai vu
tes peurs. Tout ce que tu désires est possible, mais
tout ce que tu crains l’est également…
— Transperce-le ! hurla Harry, sa voix
résonnant sous le feuillage des arbres.
La pointe de l’épée trembla et Ron fixa les yeux
de Jedusor.
— Le moins aimé, depuis toujours, par une
mère qui rêvait d’avoir une fille… Le moins aimé,
aujourd’hui, par celle qui préfère ton ami…
Toujours en retrait, éternellement dans l’ombre…
— Ron, transperce-le tout de suite ! beugla
Harry.
Il sentait le médaillon frémir sous ses doigts et
redoutait ce qui allait suivre. Ron leva l’épée
encore plus haut et les yeux de Jedusor brillèrent
alors d’un éclat écarlate.
Jaillissant des deux ovales de verre, jaillissant
des deux yeux, les têtes de Harry et d’Hermione,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 623 / 1250
bizarrement déformées, enflèrent comme deux
bulles grotesques.
Ron poussa un cri et recula devant les deux
silhouettes qui s’élevaient du médaillon en
s’épanouissant comme des fleurs, d’abord la
poitrine, puis la taille, puis les jambes. Elles
restèrent là, côte à côte, debout dans l’Horcruxe,
tels deux arbres à la racine commune, oscillant au-
dessus de Ron et du véritable Harry qui avait lâché
le médaillon devenu soudain brûlant, comme
chauffé à blanc.
— Ron ! hurla-t-il.
Mais l’image de Harry-Jedusor parlait à présent
avec la voix de Voldemort et Ron, hypnotisé, fixait
son visage.
— Pourquoi es-tu revenu ? Nous étions
beaucoup mieux sans toi, beaucoup plus heureux,
contents de ton absence… Nous nous moquions de
ta stupidité, de ta lâcheté, de ta prétention…
— Ta prétention ! répéta en écho l’image
d’Hermione-Jedusor, plus belle, mais aussi plus
terrible que la véritable Hermione : elle se
balançait, parlant d’une voix caquetante, devant
Ron horrifié, cloué sur place, l’épée pendant
inutilement à son côté. Qui donc pourrait te
regarder, qui donc pourrait jamais te remarquer,

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 624 / 1250
à côté de Harry Potter ? Qu’as-tu jamais réussi à
accomplir, comparé à l’Élu ? Qui es-tu, comparé
au Survivant ?
— Ron, transperce-le, TRANSPERCE-LE !
hurla Harry, mais Ron ne bougea pas.
Il avait écarquillé ses yeux dans lesquels se
reflétaient le Harry et l’Hermione-Jedusor, leurs
cheveux dansant comme des flammes, leur regard
rougeoyant, leurs voix aiguës se mêlant en un duo
maléfique.
— Ta mère a avoué, reprit Harry-Jedusor d’un
ton narquois, accompagné des ricanements de la
fausse Hermione, qu’elle aurait préféré m’avoir
comme fils, qu’elle serait ravie de faire
l’échange…
— Qui ne le préférerait pas ? Quelle femme te
choisirait ? Tu n’es rien, rien, face à lui, susurra
Hermione-Jedusor.
Elle s’étira alors comme un serpent puis
s’enroula autour de Harry-Jedusor, l’enlaçant
étroitement, et leurs lèvres se joignirent.
Devant eux, le visage de Ron s’était rempli
d’angoisse. Il leva haut l’épée, les bras tremblants.
— Vas-y, Ron ! s’exclama Harry.
Ron se tourna vers lui et Harry crut voir un
reflet écarlate dans ses yeux.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 625 / 1250
— Ron…
La lame de l’épée étincela et s’abattit. Harry se
jeta de côté. Un fracas métallique retentit, suivi
d’un grand cri qui se prolongea. Il fit volte-face,
glissant sur la neige, sa baguette prête : mais il n’y
avait rien à combattre.
Les doubles monstrueux de lui-même et
d’Hermione avaient disparu. Il n’y avait plus que
Ron, debout, tenant mollement l’épée dans sa
main, les yeux fixés sur les restes brisés du
médaillon.
Lentement, Harry revint vers lui, ne sachant
plus très bien que faire ou que dire. Ron respirait
profondément. Il n’y avait plus la moindre lueur
écarlate dans ses yeux qui avaient retrouvé leur
couleur bleue habituelle. Ils étaient aussi très
humides.
Harry se pencha, faisant semblant de n’avoir
rien remarqué et ramassa l’Horcruxe fracassé. Ron
avait transpercé les deux ovales de verre : les yeux
de Jedusor avaient disparu et la soie tachée qui
recouvrait le fond du médaillon fumait
légèrement. La chose qui vivait dans l’Horcruxe
s’était évanouie. Tourmenter Ron avait constitué
son dernier acte.
Ron lâcha l’épée qui tomba avec un bruit

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 626 / 1250
métallique. Il s’était affaissé sur les genoux, la tête
dans les bras. Il tremblait de tout son corps, mais
Harry comprit que le froid n’y était pour rien. Il
fourra dans sa poche le médaillon brisé,
s’agenouilla auprès de Ron et posa
précautionneusement une main sur son épaule. Le
fait que Ron ne cherche pas à se dégager lui parut
un bon signe.
— Après ton départ, dit-il à voix basse, soulagé
que Ron se soit caché le visage, elle a pleuré
pendant une semaine. Sans doute davantage, mais
elle ne voulait pas que je m’en aperçoive. Pendant
longtemps, le soir, nous ne nous sommes pas
adressé la parole. Sans toi…
Il ne put achever sa phrase. C’était seulement
maintenant, avec le retour de Ron, que Harry
réalisait pleinement ce que leur avait coûté son
absence.
— Elle est comme une sœur pour moi,
poursuivit-il. Je l’aime à la manière d’une sœur et
je pense qu’elle ressent la même chose de son côté.
C’est comme ça depuis toujours. Je croyais que tu
le savais.
Ron ne répondit pas, mais il détourna la tête et
s’essuya bruyamment le nez sur sa manche. Harry
se releva puis s’approcha de l’endroit, quelques

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 627 / 1250
mètres plus loin, où Ron avait jeté précipitamment
son sac à dos par terre pour courir vers la mare et
sauver Harry de la noyade. Il le hissa sur ses
propres épaules et retourna vers Ron qui se
remettait péniblement debout. Il avait les yeux
rougis mais avait repris contenance.
— Je suis désolé, dit-il d’une voix sourde. Je
suis désolé d’être parti. Je sais que je me suis
conduit comme un… un…
Il scruta l’obscurité comme s’il espérait qu’un
mot suffisamment fort allait fondre sur lui et
s’imposer d’office.
— On peut dire que tu t’es rattrapé, cette nuit,
assura Harry. Aller chercher l’épée, détruire
l’Horcruxe, me sauver la vie…
— Tu me fais apparaître plus cool que je ne le
suis, marmonna Ron.
— Ce genre de choses paraissent toujours plus
cool, comme tu dis, qu’elles ne l’ont vraiment été,
répliqua Harry. C’est ce que j’ai essayé de te faire
comprendre pendant des années.
D’un même mouvement, ils s’avancèrent l’un
vers l’autre et s’étreignirent, Harry serrant le dos
toujours trempé du blouson de Ron.
— Maintenant, dit Harry, après qu’ils eurent
relâché leur étreinte, il ne nous reste plus qu’à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 628 / 1250
retrouver la tente.
Mais ce ne fut pas si difficile qu’il aurait pu le
croire. Alors que la marche à travers la forêt, dans
le sillage de la biche, lui avait semblé longue, le
trajet de retour au côté de Ron se révéla
étonnamment court. Harry était impatient de
réveiller Hermione et il éprouva une fébrilité
grandissante lorsqu’il entra dans la tente, Ron
traînant un peu derrière lui.
À l’intérieur, l’atmosphère paraissait
merveilleusement tiède, après la mare gelée et la
forêt sous la neige. Le seul éclairage était fourni
par les flammes couleur de jacinthe qui
continuaient de luire dans une coupe posée par
terre. Hermione était profondément endormie,
pelotonnée sous les couvertures, et Harry dut
l’appeler à plusieurs reprises avant qu’elle bouge
enfin :
— Hermione !
Elle se retourna, puis se redressa brusquement,
dégageant les cheveux qui lui tombaient sur le
visage.
— Qu’est-ce qu’il y a ? Harry ? Ça va ?
— Tout va très bien. Mieux que bien. Je suis en
pleine forme. Nous avons de la visite.
— Qu’est-ce que tu veux dire ? Qui…

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 629 / 1250
Elle vit Ron qui se tenait devant elle, l’épée à la
main, ses vêtements ruisselant sur le tapis usé.
Harry recula dans un coin sombre, fit glisser de
ses épaules le sac à dos de Ron et essaya de se
fondre dans la toile de la tente.
Hermione sortit de son lit et s’avança comme
une somnambule en direction de Ron, le regard
fixé sur son visage blafard. Elle s’arrêta juste
devant lui, les lèvres légèrement entrouvertes, les
yeux écarquillés. Ron lui adressa un pâle sourire
plein d’espoir et leva à demi les bras.
Mais Hermione se précipita soudain sur lui et
martela à coups de poing chaque centimètre carré
de son corps, partout où elle pouvait l’atteindre.
— Aïe… Ouille… Arrête ! Qu’est-ce que…
Hermione… Ouille !
— Ronald… Weasley… Espèce de… parfait…
crétin ! Elle ponctua chaque mot d’un nouveau
coup. Ron battit en retraite, se protégeant le
visage, alors qu’Hermione continuait d’avancer sur
lui.
— Tu… reviens… ici… en douce… après… des
semaines… et… des semaines… Oh, où est ma
baguette ?
Elle semblait prête à l’arracher de force des
mains de Harry mais celui-ci réagit

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 630 / 1250
instinctivement.
— Protego !
Le bouclier invisible se dressa entre Ron et
Hermione et sa force la projeta à terre. Recrachant
des cheveux qui étaient entrés dans sa bouche, elle
se releva d’un bond.
— Hermione, dit Harry. Calme-t…
— Je ne me calmerai pas ! hurla-t-elle.
Jamais encore il ne l’avait vue perdre à ce point
son sang-froid. Elle semblait en proie à une crise
de démence.
— Rends-moi ma baguette ! Rends-la-moi !
— Hermione, s’il te plaît…
— Ce n’est pas à toi de me dire ce que je dois
faire, Harry Potter ! s’écria-t-elle d’une voix
suraiguë. Ne t’en avise surtout pas ! Rends-la-moi
immédiatement ! Et TOI !
Elle pointa sur Ron un doigt accusateur : c’était
comme une malédiction et Harry ne fut pas étonné
de voir Ron reculer de plusieurs pas.
— J’ai couru après toi ! Je t’ai appelé ! Je t’ai
supplié de revenir :
— Je sais, dit Ron. Hermione, je suis désolé,
vraiment, je suis…
— Ah, tu es désolé !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 631 / 1250
Elle éclata de rire, d’un rire aigu, incontrôlable.
Ron se tourna vers Harry en quête de secours,
mais celui-ci lui répondit par une grimace
impuissante.
— Tu reviens après des semaines… des
semaines… et tu penses qu’il te suffira de dire
« désolé » pour que tout s’arrange ?
— Qu’est-ce que tu veux que je dise d’autre ?
s’écria Ron.
Harry fut content qu’il se défende.
— Oh, je ne sais pas ! vociféra Hermione avec
une ironie redoutable. Creuse-toi la cervelle, ça ne
devrait pas te prendre plus de deux ou trois
secondes…
— Hermione, intervint Harry, qui considérait
cette dernière réplique comme un coup bas, il
vient de me sauver la…
— Je m’en fiche ! hurla-t-elle. Je me fiche de ce
qu’il a fait ! Des semaines et des semaines, on
aurait pu tout aussi bien mourir…
— Je savais que vous n’étiez pas morts ! beugla
Ron, en dominant pour la première fois la voix
d’Hermione.
Il s’approcha aussi près que le lui permettait le
bouclier dressé entre eux.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 632 / 1250
— On ne parle que de Harry dans La Gazette et
à la radio, ils vous cherchent partout, avec toutes
les rumeurs et les histoires de fous qui circulent, je
l’aurais su tout de suite si vous étiez morts, vous
n’avez aucune idée de ce qui se passe…
— Qu’est-ce qui s’est passé pour toi ?
Sa voix était devenue si aiguë que, bientôt,
seules les chauves-souris pourraient encore
l’entendre, mais elle avait atteint un tel degré
d’indignation qu’elle fut momentanément
incapable de parler et Ron saisit l’occasion :
— J’ai voulu revenir dès l’instant où j’ai
transplané, mais je suis tombé en plein sur un
gang de Rafleurs, Hermione, et je ne pouvais plus
aller nulle part !
— Un gang de quoi ? demanda Harry, tandis
qu’Hermione se jetait dans un fauteuil, bras et
jambes si étroitement croisés qu’on se demandait
si elle ne mettrait pas plusieurs années à les
déplier.
— Des Rafleurs, répondit Ron. Il y en a partout.
Ce sont des gangs qui essayent de gagner de l’or en
arrêtant les nés-Moldus et les traîtres à leur sang.
Le ministère offre une récompense pour chaque
capture. J’étais tout seul et on voit bien que je suis
en âge d’aller à l’école, ils se sont donc excités en

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 633 / 1250
pensant que j’étais peut-être un né-Moldu en fuite.
Il a fallu que je trouve très vite quelque chose à
leur répondre pour éviter qu’ils me traînent au
ministère.
— Qu’est-ce que tu leur as dit ?
— Que j’étais Stan Rocade. C’est la première
personne à laquelle j’ai pensé.
— Et ils t’ont cru ?
— Ils n’étaient pas très malins. L’un d’eux était
à moitié troll, d’après l’odeur…
Ron jeta un coup d’œil à Hermione, espérant
que cette petite note d’humour aurait un effet
apaisant mais son visage resta de marbre, ses bras
et ses jambes toujours serrés comme dans un
nœud.
— En tout cas, ils se sont disputés pour savoir si
oui ou non, j’étais Stan. Ma ruse était assez
pitoyable, je dois le reconnaître, mais j’étais seul
contre cinq et ils m’avaient pris ma baguette. Puis,
deux d’entre eux se sont mis à se battre et j’ai
profité de la distraction des autres pour donner un
coup dans le ventre de celui qui me tenait. J’ai pu
lui arracher sa baguette, j’ai jeté un sortilège de
Désarmement au type qui m’avait pris la mienne
et j’ai aussitôt transplané. Mais ce n’était pas très
réussi et je me suis encore désartibulé.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 634 / 1250
Ron leva sa main droite pour montrer deux
doigts sans ongles. Hermione haussa les sourcils
d’un air glacial.
— Je suis arrivé à quelques kilomètres de
l’endroit où nous avions campé… mais vous étiez
déjà partis.
— Quelle histoire palpitante, lança Hermione
du ton dédaigneux qu’elle adoptait quand elle
voulait blesser quelqu’un. Tu as dû être tout
simplement terrifié. Nous, pendant ce temps-là,
nous sommes allés à Godric’s Hollow et, voyons,
qu’est-ce qui s’est passé, déjà, Harry ? Ah oui, je
me souviens, le serpent de Tu-Sais-Qui nous
attendait, il a failli nous tuer tous les deux,
ensuite, Tu-Sais-Qui lui-même est arrivé et nous
avons réussi à lui échapper à une seconde près.
— Quoi ? s’exclama Ron, en les regardant
bouche bée.
Mais Hermione ne lui prêta aucune attention.
— Tu imagines, Harry, perdre deux ongles !
Voilà qui relativise tout ce que nous avons subi,
non ?
— Hermione, dit Harry à voix basse, Ron vient
de me sauver la vie.
Elle sembla ne pas l’avoir entendu.
— Il y a quand même une chose que je voudrais

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 635 / 1250
savoir, reprit-elle, les yeux fixés sur un point
imaginaire situé à trente centimètres au-dessus de
la tête de Ron. Comment t’y es-tu pris exactement
pour nous retrouver ce soir ? C’est important.
Quand nous le saurons, nous pourrons faire ce
qu’il faut pour éviter les visiteurs indésirables.
Ron lui lança un regard noir, puis sortit de la
poche de son jean un petit objet en argent.
— J’ai utilisé ceci.
Hermione dut tourner les yeux vers lui pour
voir ce qu’il leur montrait.
— Le Déluminateur ? s’étonna-t-elle, si surprise
qu’elle en oublia de paraître glaciale et féroce.
— Il ne se contente pas d’allumer et d’éteindre
les lumières, poursuivit Ron. Je ne sais pas
comment il fonctionne, ni pourquoi c’est arrivé à
ce moment-là et pas à un autre, puisque de toute
façon, depuis que j’étais parti, j’avais envie de
revenir. En tout cas, j’étais en train d’écouter la
radio, le matin de Noël, de très bonne heure et
tout d’un coup, j’ai entendu… ta voix. Il regardait
Hermione.
— Tu m’as entendue à la radio ? demanda-t-
elle, incrédule.
— Non, je t’ai entendue dans ma poche. Ta voix
venait de là.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 636 / 1250
Il montra à nouveau le Déluminateur.
— Et qu’est-ce que je disais, exactement ?
interrogea Hermione d’un ton qui hésitait entre le
scepticisme et la curiosité.
— Mon nom. Ron. Et tu as ajouté quelque
chose… à propos d’une baguette…
Le visage d’Hermione se colora d’un rouge
flamboyant. Harry se souvenait : c’était la
première fois que le nom de Ron avait été
prononcé à haute voix par l’un d’eux depuis le jour
où il les avait quittés. Hermione l’avait cité
lorsqu’ils avaient parlé de réparer la baguette de
Harry.
— Alors, je l’ai sorti de ma poche, continua Ron
en contemplant le Déluminateur. Il était comme
d’habitude mais j’étais sûr de t’avoir entendue. Je
l’ai actionné et la lumière s’est éteinte dans ma
chambre mais une autre s’est allumée juste devant
la fenêtre.
Ron leva son autre main et pointa le doigt
devant lui, le regard concentré sur quelque chose
que ni Harry ni Hermione ne pouvaient voir.
— C’était une boule lumineuse, bleuâtre, qui
semblait vibrer, comme la lumière autour d’un
Portoloin, vous voyez ?
— Oui, répondirent machinalement Harry et

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 637 / 1250
Hermione d’une même voix.
— J’ai tout de suite su que c’était ce que je
cherchais, reprit Ron. J’ai ramassé mes affaires,
j’ai tout emballé dans mon sac à dos et je suis
descendu dans le jardin.
« La boule de lumière flottait en l’air. Elle
m’attendait et, quand je suis sorti, elle s’est
éloignée par petits bonds. Je l’ai suivie derrière la
cabane à outils et là, elle… elle est entrée en moi.
— Pardon ? dit Harry, persuadé de n’avoir pas
bien entendu.
— Elle a flotté vers moi, expliqua Ron en
décrivant le mouvement de la boule d’un geste de
l’index, droit sur ma poitrine et ensuite… elle est
entrée en moi. Elle était ici.
Il montra un point proche de son cœur.
— Je la sentais, elle était chaude. Et une fois
qu’elle était en moi, j’ai su ce que je devais faire,
j’ai su qu’elle m’emmènerait là où je voulais aller.
Alors, j’ai transplané et je suis arrivé au flanc
d’une colline. Il y avait de la neige partout…
— C’était là que nous étions, dit Harry. Nous y
avons passé deux nuits et la deuxième nuit, j’ai eu
sans cesse l’impression d’entendre quelqu’un
bouger et appeler dans l’obscurité !
— C’était moi, mais vos sortilèges de Protection

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 638 / 1250
ont bien fonctionné, je n’arrivais pas à vous voir ni
à vous entendre. Pourtant, j’étais sûr que vous
n’étiez pas loin. J’ai fini par m’allonger dans mon
sac de couchage et j’ai attendu que vous
apparaissiez. Je pensais que vous seriez bien
obligés de vous montrer quand vous démonteriez
la tente.
— En fait, non, dit Hermione. Par précaution,
on a transplané sous la cape d’invisibilité. Et on
est partis de très bonne heure parce que, comme te
l’a expliqué Harry, nous avions entendu quelqu’un
bouger dans les environs.
— En tout cas, je suis resté toute la journée sur
cette colline, reprit Ron. J’espérais toujours vous
voir apparaître. Mais la nuit est tombée et j’ai
compris que j’avais dû vous rater. J’ai actionné à
nouveau le Déluminateur, la lumière bleue a jailli,
elle est entrée en moi, j’ai transplané et je suis
arrivé ici, dans cette forêt. Je ne parvenais
toujours pas à vous retrouver et je suis resté là en
espérant que l’un de vous finirait par mettre le nez
dehors… C’est ce que Harry a fait. Bien sûr, j’ai
d’abord aperçu la biche.
— Tu as aperçu quoi ? l’interrompit
brusquement Hermione.
Ils lui expliquèrent ce qui s’était passé et à

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 639 / 1250
mesure qu’ils racontaient l’histoire de la biche
argentée et de l’épée dans la mare, Hermione les
regardait alternativement, les sourcils froncés,
l’esprit si concentré qu’elle en oublia de serrer bras
et jambes contre elle.
— C’était sûrement un Patronus ! s’exclama-t-
elle. Vous n’avez pas vu qui l’avait créé ? Il n’y
avait personne ? Et le Patronus t’a amené jusqu’à
l’épée ! J’ai du mal à y croire ! Qu’est-ce qui est
arrivé ensuite ?
Ron lui raconta comment il avait vu Harry
sauter dans l’eau et avait attendu qu’il remonte à
la surface. S’apercevant qu’il se passait quelque
chose d’anormal, il avait plongé pour le sauver
avant de retourner prendre l’épée. Parvenu au
moment de l’ouverture du médaillon, il hésita, et
ce fut Harry qui poursuivit son récit :
— Quand il a été ouvert, Ron l’a transpercé à
coups d’épée.
— Et… il a été détruit ? Simplement comme ça ?
murmura Hermione.
— Oh, il… il a crié, dit Harry en jetant un vague
coup d’œil à Ron. Tiens.
Il lança le médaillon sur les genoux d’Hermione
qui le prit avec des gestes précautionneux et
examina les ovales de verre fracassés.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 640 / 1250
Estimant qu’il pouvait à présent le faire sans
danger, Harry annula le charme du Bouclier en
agitant la baguette d’Hermione et se tourna vers
Ron.
— Tu n’as pas dit que tu avais échappé aux
Rafleurs en emportant une de leurs baguettes ?
— Quoi ? répondit Ron qui n’avait cessé de
regarder Hermione pendant qu’elle étudiait le
médaillon. Ah, oui, oui.
Il détacha une boucle de son sac à dos et sortit
d’une poche latérale une petite baguette de bois
sombre.
— La voilà. Je me suis dit que c’était toujours
utile d’en avoir une en réserve.
— Et tu avais raison, assura Harry en tendant la
main. La mienne est cassée.
— Tu plaisantes ? s’exclama Ron, mais au
même moment, Hermione se leva et il parut à
nouveau inquiet.
Elle rangea l’Horcruxe terrassé dans le sac en
perles puis remonta dans la couchette supérieure
d’une paire de lits superposés et s’allongea sans
ajouter un mot.
Ron donna à Harry la nouvelle baguette.
— Finalement, ça ne s’est pas trop mal passé, tu

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 641 / 1250
ne pouvais pas espérer mieux, murmura Harry.
— C’est vrai, répondit Ron. Ça aurait pu être
pire. Tu te souviens quand elle m’a jeté des
oiseaux à la tête ?
— Il n’est pas totalement exclu que je
recommence, répliqua la voix étouffée
d’Hermione, sous ses couvertures.
Et Harry vit Ron esquisser un sourire tandis
qu’il sortait de son sac à dos son pyjama violet.

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 642 / 1250
20
X ENOPHILIUS L OVEGOOD
arry ne s’était pas attendu à ce que la
colère d’Hermione s’apaise au cours de la
nuit et ne fut donc pas surpris, le lendemain
matin, qu’elle se contente de communiquer par
des regards hostiles et des silences appuyés. Ron
réagit en se forçant à afficher devant elle un air
sombre, censé exprimer un remords profond et
durable. Lorsqu’ils se trouvaient tous les trois
ensemble, Harry avait l’impression d’assister à un
enterrement en petit comité où il aurait été le seul
à ne pas porter le deuil. Mais au cours des rares
moments qu’il passait seul avec Harry (pour aller
chercher de l’eau ou fouiller les sous-bois en quête
de champignons), Ron manifestait une joie sans
vergogne. H
— Quelqu’un nous a aidés, répétait-il.
Quelqu’un a envoyé cette biche. Quelqu’un qui est
de notre côté. Ça nous fait un Horcruxe de moins,
mon vieux !

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 643 / 1250
Encouragés par la destruction du médaillon, ils
recommencèrent à évoquer les divers endroits où
pourraient se trouver les autres Horcruxes et bien
qu’ils en aient si souvent discuté auparavant,
Harry se sentait optimiste, persuadé que cette
première avancée serait suivie de bien d’autres. La
bouderie d’Hermione ne pouvait entamer son
moral au beau fixe : leur chance soudaine,
l’apparition de la biche mystérieuse, la découverte
de l’épée de Gryffondor et, par-dessus tout, le
retour de Ron rendaient Harry si heureux qu’il
avait du mal à conserver un visage impassible.
Vers la fin de l’après-midi, Ron et lui fuirent à
nouveau la présence sinistre d’Hermione et, sous
le prétexte d’aller voir s’ils ne pourraient pas
trouver quelques baies inexistantes dans les
buissons sans feuilles, ils continuèrent à
s’échanger des nouvelles. Harry avait finalement
réussi à lui raconter tous leurs vagabondages
jusqu’au récit détaillé de ce qui s’était passé à
Godric’s Hollow. C’était à présent au tour de Ron
de mettre Harry au courant de ce qu’il avait appris
dans le monde des sorciers au cours de ses
semaines d’absence.
— … Et, au fait, comment avez-vous découvert
l’existence du Tabou ? demanda-t-il à Harry, après
lui avoir parlé des nombreuses tentatives

Harry Potter – T7 – Harry Potter et les Reliques de la Mort 644 / 1250
désespérées de nés-Moldus pour s’évader du
ministère.